Politique

Etats généraux : "Le gouvernement cherche (...) à nous mettre sur la touche."

Le président du collectif du 5 février, qui s'était illustré lors de la grève générale contre la vie chère en Martinique, Michel Monrose, a déclaré lors d'un entretien publié par Le Monde, que les Etats généraux dédiés à l'Outre-mer étaient "prématurés". Ce dernier a aussi indiqué que le gouvernement voulait légitimer les mesures prises en direction des DOM à travers la tenue d'Etats généraux.


Etats généraux : "Le gouvernement cherche (...) à nous mettre sur la touche."
Le quotidien Le Monde a interrogé le porte-parole du mouvement contre la vie chère en Martinique et leader du Collectif du 5 février, Michel Monrose, sur les raisons de sa non-participation aux Etats généraux de l'Outre-mer. Voici un extrait de cet entretien.

"Pourquoi avez-vous refusé de participer aux états généraux de l'outre-mer ?

Nous sommes engagés depuis le 5 février dans des négociations qui ne sont pas terminées. Il serait donc prématuré de participer à ces états généraux avant d'avoir obtenu satisfaction sur toutes nos revendications. Pour l'instant, deux projets sur lesquels nous travaillons sont notamment en dormance : le schéma martiniquais de développement économique (SMDE), élaboré par le conseil régional de la Martinique, et l'Agenda 21 [un plan d'action en matière de développement durable], mis au point avec le conseil général. Le gouvernement ne s'y intéresse pas.

En ouvrant les états généraux, mercredi, la ministre de l'intérieur et de l'outre-mer, Michèle Alliot-Marie, s'est étonnée de l'absence des collectifs ayant mené les grèves générales. Que lui répondez-vous ?

Michèle Alliot-Marie nous garde rancune car nous avons mis l'Etat français en difficulté pendant plus d'un mois. Nous avons obligé le patronat martiniquais à faire des concessions. Ces gens-là, à grande majorité békée, ne pardonnent pas. Les états généraux n'apporteront rien de plus que ceux organisés par nos collectivités au bénéfice de la population martiniquaise. Tous les accords négociés jusqu'à maintenant, notamment sur les salaires, l'ont été en Martinique avec les collectivités. Le gouvernement veut à tout prix que nous passions par les états généraux de l'outre-mer afin de légitimer les résultats obtenus. Mais nous y rendre mettrait fin à nos travaux. Le gouvernement cherche par ce biais-là à reprendre l'initiative, à nous mettre sur la touche.

Quelles sont vos revendications actuelles ?

Nous sommes bloqués sur la question de l'emploi : nous n'avons rien obtenu de la part du gouvernement. Nous demandons que les emplois qui se libèrent, notamment dans la fonction publique, puissent être occupés par de jeunes Martiniquais diplômés qui se trouvent au chômage. Dans l'éducation nationale, nous revendiquons la priorité aux enseignants martiniquais. Chaque année, des non-titulaires sont au chômage car les postes sont occupés par des enseignants mutés de la métropole. Nous réclamons également le maintien de tous les postes vacants sur l'île, que l'Etat veut supprimer dans sa politique de non-remplacement d'un départ sur deux à la retraite. Enfin, nous suivons de près l'accord sur les salaires, qui devrait être appliqué à partir de juillet. Si d'ici là, nous nous apercevons que les salariés concernés ne reçoivent pas les 200 euros négociés, nous les appellerons à se mobiliser."
Jeudi 23 Avril 2009 - 17:48
Ludovic Robert
Lu 624 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales