Politique

Etats généraux : La parole de Pascal Thiaw-Kine

Nous avons choisi de demander aux acteurs locaux de se prononcer sur les Etats généraux et quelles sont les propositions qu'ils peuvent formuler pour faire avancer notre île...Pascal Thiaw-Kine, le président de la CGPME, est le premier à nous avoir répondu.


Présente dans les Etats généraux grace à plusieurs de ses représentants, la CGPME fonde beaucoup d'espoir sur cet événement.
Pascal Thiaw-Kine, le président, insiste notamment sur trois points dans la vidéo suivante : comment concilier pouvoir d'achat et vision d'entreprise ? Comment initier plus de concurrence pour qu'il y ait une baisse des prix ? Et comment faire pour que la population puisse s'approprier les grands projets de la Réunion ?
Lundi 4 Mai 2009 - 13:12
Melanie Roddier
Lu 2252 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 04/05/2009 14:25
encore une fois, ce n'est pas la concurrence qui va introduire une baisse des prix..
la Réunion est un territoire limité...

regardez le secteur automobile .. les principes marques mondiales sont présentes...y a t il réellement une guerre des prix .? réponse, non.
celui qui a la plus grande surface capitalistique, se permet d'avoir un niveau de remise plus important. point.

2.Posté par thierry le 04/05/2009 17:18
exact, c'est imparable...regardez ce qui s'est passé en métropole pour la téléphonie mobile; seulement 3 opérateurs qui ont vite trouvé le moyen de s'entendre et ne pas se faire concurrence, et ils se sont arrangés avec leur super surface capitalistique pour engranger des benefs records.

Faisons confiance au marché, il se régule tout seul, comme pour les subprimes.

3.Posté par Bubule le 04/05/2009 20:51
Je suis trés embêté par ces états généraux. J'écoute actuellement sur RF0 (zéro), un débat sur la kiltir dans le cadre des états généraux ...........................Apologie au racisme ! Les zoreils ceux-ci, les zoreils cela! retour sur l'esclavage , etc, etc! Avant de commençer , on assiste à un dérapage non contrôlé et de surcroît attisé par Rocaya et la présentatrice !! J'ai mal à la Réunion !

4.Posté par coco le 04/05/2009 21:35
oui il faut de la concurrence et que l'octroi de mer soit supprimé pour que les prix baissent

5.Posté par thierry le 05/05/2009 08:42
Je vois de quoi tu parles bubule, j'ai vite zappé rocaya parce que j'ai eu envie de gerber...

Imaginons un débat pareil sur france 2 et remplace les zoreils par les algériens..

Un scandale du feu de dieu....et qui serait normal !

Mais ici, jamais de racisme, toujours des boucs émissaires, ce qui n'est guère étonnant lorsque on fait croire aux gens d'ici qu'ils ne sont pas comme les autres et qu à ce titre la discrimination positive leur est du, tous les dérapages sont possibles....

heureusement qu'il y a le sat., avant on était obligé de choisir entre rfo, antenne, tv5, tv freedom....rien qui élargisse l'esprit ou qui éduque !

6.Posté par Mastercard le 05/05/2009 08:51
Posté par nicolas de launay de la perriere le 04/05/2009 14:25
encore une fois, ce n'est pas la concurrence qui va introduire une baisse des prix..
la Réunion est un territoire limité..

QQQQQQQQQQQQQQQQQ

Quelle (s) solutions imaginées?

Posté par coco le 04/05/2009 21:35
oui il faut de la concurrence et que l'octroi de mer soit supprimé pour que les prix baissent

QQQQQQQQQQQQQQQ

Une suppression d el'octroi d emer va se traduire par une hausse de la TVA par son alignement sur la Métropole. Il n'est pas sûr que le consommateur y gagne.
Les collectivités perdant une recette vont augmenter les impôts locaux. Il n'est pas sûr que le citoyen y gagne.

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 05/05/2009 12:12
mastercard,
rien n'oblige l'Etat à substituer un taux de TVA identique à la métropole, à l'octroi de mer.

Concernant la perte de recettes pour les collectivités locales, l'octroi de mer a contribué à financer les communes à hauteur de 233 millions d'euros, et la région pour 63 millions d'euros, et 36 millions au fonds régional pour le développement et l'emploi.

La valeur des principales importations à la Réunion, représentent 3,911 milliards d'euros en valeur CAF (coût assurance frêt) , l'octroi de mer (233+63+36) représente donc 8,5% qui se rajoute à ces 3,911 milliards. Le gain pour les consommateurs est donc limité en cas de suppression de l'octroi de mer, avec une charge de financement supplémentaire des collectivités que l'on peut estimer sachant qu'il y a 90 000 foyers fiscaux imposables (données 2004, soit 40% des foyers fiscaux réunionnais déclarés, contre 75% en métropole), cela représenterait 3690 euros par foyer fiscal imposé par an d'impôt locaux supplémentaires pour compenser la suppression de l'octroi de mer, alors que l'octroi de mer est payée par tous les consommateurs finaux (ménages + "administrations"
au sens large).

Les 3,9 milliards d'importations + octroi de mer = 4,1 milliards sont à rapprocher de la valeur de la consommation finale à la Réunion en 2006, 12,7 milliards dont 8,2 milliards sont à mettre à l'actif des ménages.

Ainsi, l'action sur l'octroi de mer serait marginale, sauf à analyser plus finement les taux d'octroi de mer par nature de bien (données disponibles auprès des services de la douane), une action plus efficace consisterait à pouvoir bénéficier d'une réduction plus importante des conditions d'achat auprès des fournisseurs.. mais cela ne peut s'envisager que de deux manières : la négociation ou la contrainte légale.

Dans le premier cas, il ne faut pas oublier que plus on est petit, moins on achète et plus les possibilités de négocier sont réduites avec un fournisseur. Ce qui justifie dans des territoires "isolés" comme celui de la Réunion, la constitution de "groupes" et la difficulté de voir une réelle concurrence s'installer sur certains secteurs d'activité.

Ne reste plus alors que le second cas, la contrainte réglementaire, qui pourrait par exemple se matérialiser par la mis en place de conditions de déduction fiscale supplémentaire pour les entreprises de métropole, qui "exporte" dans les DOM. A la condition que l'on puisse garantir au consommateur final, la répercussion de cet avantage supplémentaire (discriminatoire certes), mais dont l'impact pourrait être intéressant (mais pas significatif), si cumulé avec celui de la baisse de certains taux d'octroi de mer.

Et il reste encore la piste de la "régionalisation" de certains filières d'importation...




Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales