Société

Etat de catastrophe naturelle : Les dossiers des 24 communes envoyés


Etat de catastrophe naturelle : Les dossiers des 24 communes envoyés
Suite au passage du cyclone Bejisa qui a durement touché La Réunion, Victorin Lurel, lors de sa visite express à la Réunion, avait expliqué que l'état de catastrophe naturelle pourrait être déclaré fin janvier, à condition que les demandes en ce sens soient envoyées au plus vite.

Dès la levée de l'alerte rouge, la Préfecture a donc transmis les formulaires aux différentes communes de La Réunion.

"Hier (mercredi, ndlr), nous avons réussi à réunir la demande de reconnaissance de catastrophe naturelle des 24 communes. Les derniers dossiers étant arrivés en fin d'après-midi, ceux-ci ont été envoyés dans la soirée au ministère des Outre-mer et au ministère de l'Intérieur", souligne le directeur de cabinet du préfet, Loïc Obled.

La suite de la procédure est connue : une commission interministérielle, composée de représentants des ministères de l'Intérieur, des Outre-mer, des Finances ou encore de l'Ecologie se réunira "sous quinzaine", indique Loïc Obled, et examinera les demandes de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle des 24 communes.

Si l'état de catastrophe naturelle est reconnu, et cela devrait être le cas si on en croît les différentes annonces de Victorin Lurel, les sinistrés ayant souscrit à une assurance pourront ainsi bénéficier d'une extension de leur assurance habituelle.

Un fonds de secours pour les non-assurés

Loïc Obled souligne que La Réunion "est dans le tempo fixé par le gouvernement" et que comparé à l'épisode cyclonique Dumile "est en avance de plusieurs semaines". Le directeur de cabinet du préfet de La Réunion ajoute que "la solidarité dans les procédures de tous les acteurs" a permis à la Préfecture d'envoyer les dossiers à Paris au plus vite.

A noter que la Préfecture indique également avoir reçu les rapports post-cycloniques de Météo France, du Bureau de Recherches Géologiques et Minières BRGM (relatif aux glissements de terrain) et de la Deal (qui prend en compte le volet inondations).

Seules les personnes ayant souscris une assurance pourront bénéficier de la reconnaissance de catastrophe naturelle. Pour les personnes non assurées, une autre procédure existe, mais celle-ci s'avère plus fastidieuse.

Les non-assurés peuvent en effet bénéficier d'un fonds de secours financé par le ministère des Outre-mer. Victorin Lurel avait rappelé lors de sa venue qu'une partie du budget du ministère était dédiée à alimenter ce fonds de secours. "Dans ce cas de figure, la procédure est plus longue", explique Loïc Obled. "Ce sont des dossiers détaillés qu'il faut renvoyer et non pas de simples formulaires, comme pour la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle".

Les communes devraient donc mettre plus de temps à faire remonter tous les dossiers et la procédure pourrait prendre plusieurs mois.
Jeudi 9 Janvier 2014 - 14:58
Lu 953 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales