Blog de Pierrot

Et si on faisait notre propre contrôle des prix ?

Jeudi 29 Octobre 2009 - 14:51

A écouter François Caillé, quand il s'exprime sur les ondes de diverses radios, son groupe de grande distribution ne ferait que des bénéfices minimes. Pour un peu, on sortirait son mouchoir devant ce pauvre patron qui tire le diable par la queue !

On le croit déjà un peu moins quand il avoue, au détour d'une question, que sa branche "automobiles" va très mal et que le groupe ne serait sauvé que par l'activité "grande distribution"... C'est donc que cette dernière fait bien quelques bénéfices...

Mais là où je ne le crois plus du tout, c'est quand je découvre dans la presse nationale que l'Etat "a décidé d'assigner neuf enseignes de la grande distribution devant les tribunaux de commerce pour des pratiques abusives avec des fournisseurs"...

Un ami récemment rentré de Maurice me racontait qu'avec l'équivalent de 30 euros, on remplissait là bas un caddie entier.

Ca m'a donné une idée. Puisque Zinfos est maintenant un média international (lol), et que nous avons notamment des lecteurs à Maurice et dans quelques autres pays de la zone, pourquoi n'établirions-nous pas un comparatif de prix hebdomadaire pour quelques produits de grande consommation que l'on retrouve dans tous les pays du monde (1,5l de Coca-Cola, dentifrice Signal, rasoir Gilette, etc...).

Il serait en effet intéressant de voir les différences de prix pour ces produits qui viennent tous de l'extérieur et qui ont donc fait le même nombre de kilomètres pour arriver dans nos caddies.

Resteraient encore les différences de taxes, mais ça permettrait déjà de se faire une idée.

Chiche?

Que nos lecteurs intéressés habitant à Maurice, Madagascar, Mayotte ou l'Afrique du Sud prennent contact avec moi à l'adresse mail suivante : pierrot.dupuy@orange.fr
Pierrot Dupuy
Lu 1640 fois



1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/10/2009 15:29

je suggère plutôt que l'on s'adresse à par exemple, l'institut nielsen et que "l'on" contractualise avec cette société via la Préfecture, pour analyse les tickets de caisse ...
http://fr.nielsen.com/site/index.shtml

ça coûte un peu d'argent mais si l'Etat voulait bien y consacrer un peu d'argent, au lieu de faire son observatoire des prix..

2.Posté par Diony le 29/10/2009 18:24

A quoi cela nous avancera? Un produit qui arrive au même prix (admettons) à Port-Louis et à Port Réunion est ensuite débarqué par des salariés (pas au même salaire), transporté (pas au même coût), manutentionné dans un magasin qui n'a évidemment pas les mêmes charges, etc.
C'est pas comme ça qu'on prouvera qu'ils exagèrent sur leurs bénéfices.
Faut trouver autre chose.

3.Posté par Cambronne le 29/10/2009 19:36

MDR ils vont trouver comme excuse qu'une loi va bientôt taxer les boissons gazeuses sucrée donc le 1,5l de Coca-Cola aura automatiquement une taxe arbitraire pour aider l'obésité , quand au dentifrice Signal se mange pas , et rasoir Gilette le bon couteau commando fait l'affaire , etc..

4.Posté par Cambronne le 29/10/2009 19:40

Que nos lecteurs intéressés habitant à Maurice, Madagascar, Mayotte ou l'Afrique du Sud prennent contact avec moi à l'adresse mail suivante : pierrot.dupuy@orange.fr

Tu as oublier que tous nos voisins de la zone n'ont pas d'assistanat de RMI donc faut bien compenser et baron bertel pourrait même surenchérir un con pense toujours mieux que la moyenne

5.Posté par Jeff le 29/10/2009 20:52

Ce n'est pas une mauvaise idée du tout, car cela permettrait au moins d'observer les conditions de vie de nos voisins et même des chinois : avantages sociaux (RMI,CMU, retraites majorées...), prix du m2 de terrain agricole et constructible, coût de l'énergie (électricité,eau, etc.), de la location d'un 50, 60, 80 m2, d'un litre de gas oil ou de sans plomb, coût des services (traitement des eaux, déchets, etc, etc..

On ne dira plus qu'avec 30, 100, 200 euros on vit bien ici où là, mais on pourra comprendre les différences de "niveaux de vie".,

6.Posté par franck le 29/10/2009 21:29

drôle d'idée, où veut en venir p dupuy ?

cherche t on à réactiver le cospar, ou le lkp des caraibes ?

de toute façon, objectivement, qu'est ce que cela apportera outre qu'en fait on constatera des différences ?
veut on faire du Journalisme ou de la Politique ?

7.Posté par erick le zoreil le 29/10/2009 21:30

je comprends pas Pierrot tu as l'air de découvrir que certains réunionnais entubent d'autres réunionnais ?? arfffffff


Allez moi je te le dis : ici sur cette île il y a une chiée de réunionnais qui entubent d'autres réunionnais et ces mêmes réunionnais ils voient rien re arffffff

8.Posté par Caton2 le 30/10/2009 01:46

C'est une excellente idée, qui aura le mérite de mettre en évidence le système économique de la Réunion. Ce système est complètement artificiel. Il ne fonctionne que grâce aux subventions européennes et nationales et au pouvoir d'achat de fonctionnaires surpayés qui représentent plus du tiers des salariés. Si la grande distribution et les vendeurs de voitures réunionnais étaient privés de cette clientèle aisée, ils seraient obligés de revoir leurs marges à la baisse. En revanche les mauriciens vivent dans une économie réelle.

9.Posté par looping974 le 30/10/2009 07:36

ne pas oublier que l'octroi de mer est le fond de commerce de nos communes ( qui emploient bien plus de personnel qu'en métropole)

10.Posté par Ulysse le 30/10/2009 07:43

Je suis pour le journalisme d'investigation car il permet souvent de débusquer des lièvres.
L'idée s'avèrera bonne ... si elle donne des résultats, il faut faire abstraction des éternelles critiques et éternels empêcheurs de danser en rond.

11.Posté par Jeff le 30/10/2009 09:26

L'idée est bonne et pourquoi ne pas soumettre une liste type de comparaison que l'on fera évoluer. Il faudra bien sur établir une procédure pour ne pas avoir à comparer des données "fantaisistes" avec des données réelles.

Looping n'oublie pas qu'un jour l'octroi de mer et la taxe professionnelle disparaîtront et quelque soit les résistances, que cela éclairera (peut-être) sur la construction des prix.

Note : je ne dissocie pas l'octroi de mer de la taxe professionnelle car ce sont des sources de revenus de fonctionnement de nos municipalités, alors la réduction d'effectif risque de se faire de lui même.

12.Posté par NOB le 30/10/2009 09:45


trop fort, il faut le faire, tu peux compter sur moi

NOB

13.Posté par mastercard le 30/10/2009 09:50

Les comparaisons de prix sont de fausses solutions que ce soit avec Maurice, la France etc.
J'habite Saint-Denis. J'achète une petite bouteille de Cilaos, au Chaudron où je travaille à un prix et à un autre à la gare routière. Dans les deux cas dans un camion-bar.
Quand on examine les relevés de prix effectués au titre du panier de la manégère, vous pouvez constater que le même produit est vendu par la même enseigne à des prix différents entre Saint-denis et le Tampon.
La différence se fait sur de nombreux "détails". Par exemple sur la capacité de stockage de tel magasin ou tel autre. Avec Maurice, la comparaison va être faussée par une fiscalité différente, une politique salariale des employés du magasin différente; des coûts de fabrication de la même bouteille de coca différents et un niveau de vie différent. Personne n'a en tête que le produit intérieur brut par habitant de La Réunion (13.887 euros ) est pratiquement trois fois supérieur à celui de Maurice (4274 dollars) en 2003!
La seule comparaison "intéressante" est celle de la différence de coût de la vie entre La France et la Métropole. Ceci pour une seule raison: elle devrait servir à évaluer le plus correctement possible l'indemnité de vie chère qui accompagne les salaires de la Fonction publique. Mais même cette comparaison n'est pas logique: peut-on en effet comparer une métropole de 60 millions d'habitants avec un département de 800.000 habitants?
Pour moi, ce qui est décisif, ce n'est pas la comparaison des prix mais d'analyser la formation des prix, c'est-à-dire de voir comment un produit acheté à un coût x auprès de son producteur arrive à un prix y dans une grande surface. C'est en suivant les différentes étapes de la formation des prix qu'il serait plus facile. Mais cela est possible dans certains cas et pas dans d'autres (voyez les difficultés à suivre la formation des prix des carburants ou des billets d'avion)

14.Posté par kersauson de (P.) le 30/10/2009 11:46

pour info

le SCORE de ST GILLES a augmenté TOUS ses prix (HORS ceux du COSPAR) de 2% environ
avec étiquettes NON conformes avec la caisse centrale bien sur

les caissieres portent un T Shirt "JUSQUE 35% moins cher"
jusque ... ne veut pas dire que ce n'est pas plus cher !

il est vrai que ce magasin n'est pas contrôlé par la commission Chariot


15.Posté par Cambronne le 30/10/2009 12:00

fréquentes astuces que l'on retrouve dans nos grandes surfaces péi sortez les mouchoirs le subtil décalage entre l'affichette signalant un produit en promotion et l'emplacement de celui-ci.

Le pousseur de chariot distrait est aussitôt fait d'attraper la marchandise, non soldée, située sous l'affichette. Encore une maladresse bien involontaire n'est ce pas , ou encore lorsque l'oignon indien et plus cher qu'un Kilos d'échalote premier choix .

En revanche, les grandes surprises rapportées par les vertueuses "ventes en lot" paquet de 6 paquet de 12 ne doivent rien aux défaillances humaines.

Histoire de photographier la valse des étiquettes, en relèveront l'érection subite souvent consternante . Ainsi au centre Machintrucmuche du coin de la rue , vous pourrez trouver le paquet de 3 " gels douche héliporté Ushuaia développement durable pour financer le taliban vert hulot " qui est vendu 9,44 euros alors que 3 flacons achetés séparément coûtent 7,35 euros. cherchez l'erreur ?
Pourquoi ? Une colle pour le jeu "Question pour un shampoing".

16.Posté par Caton2 le 30/10/2009 17:34

À moins de s'assurer les services d'un mathématicien de haut niveau pour trouver l'algorithme qui permettrait de comparer les prix du marché réunionnais avec les prix du marché français et mauricien, en tenant compte des paramètres décris par "mastercard", le comparatif est impossible. Cependant, il est un indicateur, le PIB, qui donne la mesure du pouvoir d'achat du pays concerné: "le PIB est égal à la somme des emplois des comptes d'exploitation des secteurs institutionnels : rémunération des salariés, impôts sur la production et les importations moins les subventions, excédent brut d'exploitation et revenu mixte" (définition de l'INSEE). Comme le souligne "mastercard" le PIB de la Réunion est trois fois supérieur à celui de Maurice. Jusqu'à preuve du contraire, les importateurs, producteurs et distributeurs tiennent compte du pouvoir d'achat moyen de leurs clients pour calculer leurs marges. Malheureusement, tous leurs clients n'ont pas le même pouvoir d'achat. Ainsi, les 33% de fonctionnaires ou assimilés surpayés de la Réunion plombent le pouvoir d'achat des salariés ordinaires et des chômeurs, qui sont pourtant largement majoritaires. Comme je l'ai rappelé dans un précédent post, l'économie locale est complètement artificielle. Privée des super revenus de certains privilégiés et des subventions, notamment européennes, la Réunion serait en faillite.

17.Posté par papapio le 31/10/2009 06:43

Pierrot, pourriez vous intégrer un tableur qui établisse des moyennes statistiques par produit du chariot type, dans une rubrique à part identique à celle des Etats Généraux de l'Outreau Mère ?

Chaque Z'infonaute pourrait y intégrer son tiquet d'achat du jour, même si tous les produits n'y sont pas réérencés . avec Date, Ville, Enseigne, Prix

18.Posté par cris974 le 31/10/2009 08:15

Caton2 : il faut arrêter de crier haro sur les fonctionnaires, il n'y a pas 33% de la population qui sont fonctionnaires (sauf si l'on parle des personnes qui travaillent) et même dans les fonctionnaires il y a pluisieurs catégories. Les employés municipaux titulaires sont des fonctionnaires territoriaux, ceux de la SS ne sont pas les mêmes, les employés EDF pareil etc Donc il est faux de vouloir faire du corporatisme salarial, car les élus dans quels camps les mettez-vous et pourtant ils sont encore les plus privilégiés de tous !
Dans le privé combien de cadres venant de l'extérieur sont recrutés et même dans les collectivités territoriales, à des salaires défiants toute concurrence, CR, CG, Mairie à croire que les réunionnais BAC +5 sont des incapables juste bons pour partir à l'étranger ou à pointer au chômage.
Le vrai problème des prix et cela dur depuis des décennies C'EST LEURS FORMATIONS. Avons le prix de formation des hydrocarbures : prix d'achat + +++++++ = prix à la pompe. Il en est de même pour le prix du dentifrice etc.......Mais là où le bas blesse c'est sur les produits locaux : aïl , oignon, carotte etc
Une évidence à laquelle personne ne veut toucher et pourtant le GOSPAR en avait parlé IL Y A TROP D'INTERMEDIAIRES Combien font fortune actuellement dans l' IMPORT / EXPORT et TRANSIT. Cerains gagnent des millions sans voir même le produit. Cela représente beaucoup plus que le salaire des fonctionnaires, qui malgré les mauvaises langues, participent au développement de La Réunion, consommation, emploi de personnes à domicile etc...
Malheureusement certaines corporations et institutions ont trop de pouvoir à consommer par la SRPP, la CCIR

19.Posté par thierry le 31/10/2009 09:45

13; La seule comparaison "intéressante" est celle de la différence de coût de la vie entre La France et la Métropole.


€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€

gageons que le résultat de cette comparaison sera édifiant !!!

pour les septiques, on pourra toujours comparer ensuite avec l'hexagone !

20.Posté par Jeff le 31/10/2009 13:20

Pierrot, soyons pragmatique et commençons par le plus simple.

Les grands franchisés présents en métropole et dans les DOM sont Leclerc, Leader Price, Casino (ici Jumbo score), Carrefour.

Prenons la liste des produits référencés "métropolitainement" par ces franchisés : Beurre, Yaourt, lessive, etc.

Attention de ne pas inclure les référencements locaux, cela est le travail des acheteurs des plateformes locales et fausseraient les tableaux comparatifs.

Faisons 4 colonnes pour chacun des franchisés.

Puis 5 sous colonnes pour chacun des DOM et la métropole.

Zinfos n'affichera les prix de chacun produit qu'une fois tous les prix d'un même produit dans les cinq "spots" avec la date de la validation et comparons.

Ce ne sera qu'une information mais elle aura valeur d'interrogation.

Trouver des correspondants ne doit pas être chose difficile

Bon courage

21.Posté par Caton2 le 31/10/2009 14:00

Cher cri974, voici l'extrait d'un post publié par par Pierrot Dupuy Junior en juillet dernier (débat sur la suppression de le surémunération des fonctionnaires.)
"Si l'on prend les chiffres de l'INSEE sur la population active en France, il y avait 27 400 000 actifs en 2005 , et l'on a 5 971 000 fonctionnaires sur l'ensemble de la France (source wikipédia qui le sort d'un rapport public) . La population est de 65 millions d'habitants en 2009 (désolé, je trouve pas la population en 2005, donc le résultat serait juste approximatif) donc on a 9,18% de la population comme fonctionnaires (sans doute plus en réalité compte tenu de la croissance démographique) et 21,79 des actifs (toute fonction publique confondue) .
A la Réunion, on a 810 000 habitants. 65% de la population est composée d'actifs . Sur ces actifs , 46% sont fonctionnaires. On a donc 31% de fonctionnaires dans la population réunionnaise toute fonction publique confondue.
Au final on a donc: -toute fonction publique confondue, sur les seuls actifs 21,79 contre 46%.
- toute fonction publique confondue, sur la population totale 9,18 contre 31%.
- fonction publique d'Etat sur population active: 25 (source Témoignages) contre 20.
- fonction publique d'Etat sur population totale: 16,25 contre 8,43" (fin de citation)
Vous avez bien lu, à la Réunion, 46% des actifs sont fonctionnaires. J'ajoute que ces fonctionnaires ont en moyenne une majoration de 53% de leur salaire par rapport à la métropole. Cet argent ne serait-il pas mieux investi dans l'aide à la création d'emploi?
"Au deuxième trimestre 2008, La Réunion compte 78 000 chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT). Le taux de chômage s’élève à 24,5 %, quasiment stable comparativement à 2007. Après une baisse rapide amorcée en 2005, le changement de tendance concerne à la fois les hommes et les femmes. À La Réunion comme ailleurs, le taux de chômage des femmes est plus élevé que celui des hommes (respectivement 26,5 % et 22,8 %), et l’écart tend à se creuser. Il est aujourd’hui de 3,7 points, contre 2,3 points en 2006. Près de la moitié des chômeurs sont des femmes, et leur proportion parmi les chômeurs augmente depuis deux ans." (source INSEE). Le sur-pouvoir d'achat des fonctionnaire fausse le PIB, et rend l'écart entre les salariés privilégiés et les salariés normaux insupportable. Ici la fracture sociale n'est pas un effet de langage.

22.Posté par nicolas de launay de la perriere le 31/10/2009 15:53

encore une fois, des sociétés dont c'est le métier, analysent les tickets de caisse pour leurs clients (industrie agro alimentaire, grande distribution) et sont donc en capacité de déterminer géographiquement des comparaisons de prix à la caisse ... suffit de les mandater officiellement.. pas compliqué, pas difficile, suffit de mettre un peu de pognon sur la table...ça devrait coûter aussi cher que l'aménagement de salles de douches pour une conférence internationale...!

23.Posté par Jeff le 31/10/2009 18:07

Tout à fait vrai Nicolas, mais pourquoi ne pas faire notre propre enquête tout en sachant la valeur relative des résultats, on ne risque rien.

24.Posté par l'observateur le 31/10/2009 19:40

pour moi la solution serai de controler les marges. tout le monde se focalise sur la grande distibution mais il y'a aussi le pret a porter ou certains commercants multiplie les prix par 4 ou 5 suivant les produits. comment un rideau pret a poser peut il il se vendre 8 euros dans un magasin de nantes et le meme a st denis de la reunion a 29 ? c'est la le veritable scandale

25.Posté par Jeff le 31/10/2009 21:13

Comme je suis d'accord avec toi l'observateur, mais commençons par quelque chose;

Bien sur on pourrait comparer une clio avec une 106, ce sont des prouits identiques, mais commençons par des produits "grandes consommations "comme les conserves et après on verra?

26.Posté par nicolas de launay de la perriere le 01/11/2009 05:58

j'ai déjà énoncé les modalités de relevé des prix au niveau national et local. il suffit de relire mes post notamment lors de l'annonce ici de l'association dont monsieur cadet est le représentant.

27.Posté par Phyllie le 02/11/2009 10:59

Rien de plus facile sur le papier.

Nous devons cependant accepter une petite marge d’erreur sur la clé de répartition du FRET, des frais de transitaires mais rien de très méchant si nous conservons à l’esprit l’ordre de grandeur de ce comparatif.
Je l’ai pratiqué pendant de très nombreuses années dans différents pays du monde avec vous vous en doutez une petite réticence des distributeurs importateurs pas très favorable à donner leurs marges…
Dans le « langage export » nous appelons cela une descente de prix dans celui de la négociation avec la grande distribution nous appelons cela un 3 fois net ou un 4 fois net en fonction de l’étage auquel vous arrêtez votre comparaison.

Il ne faudra pas rechercher de grandes différences de prix non explicables sur les produits des marques des groupes multinationaux car ceux-ci se prémunissent du « Cherries Picking » de la GD.
En effet la Grande Distribution, réalise au niveau international le même comparatif de prix afin de détecter si il n’y a pas un % de marge cachée par le fournisseur que l’on pourrait raboter. De ce fait un produit « X » possède le même prix hors effet monnaie, taxe d’importation ect ect d’un pays à l’autre.
Cette technique de négociation est redoutable : La GD va prendre les avantages financiers accordés à Carrefour en chine puis comparer à la France, à la république tchèque et forcer le fournisseur de lui accorder cet avantage sur l’ensemble de la planète. Il faut imaginer 0.5% de gratté sur le volume d’une multinationale sur l’ensemble des pays du monde où une chaine comme Carrefour est présent. Nous parlons de millions d’€.

Les fournisseurs des multinationales l’on bien compris et proposent un prix qui n’est pas en rapport avec le niveau de vie d’un pays mais en phase avec la logique du 4 fois net.
J’ai en mémoire une conversation avec un négociateur d’une grande Chaine de distribution française qui me rapportait que ne pouvant s’entendre sur une négociation de prix en Turquie cette chaine de GD avait mis la pression sur le fournisseur en France en boycottant certains produits ect ect le cinéma habituel.

A la Réunion, certains acheteur avaient les prospectus de centrale comme Auchan ou Intermarché et tentaient de réaliser ce type de comparatif sans grand succès car il existe de nombreux accords secrets que seul « l’acheteur France » et le compte clé en charge de la chaine de GD du fournisseur en France connaissent.

Bien une fois la preuve évidente que la vie est plus chère à la réunion, ce que vous savez déjà tous , qu’elle sera la prochaine étape ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter