ZinfosBlog

Espace Air Passion : Un musée exceptionnel


C’est un endroit comme nulle part ailleurs que cet Espace Air Passion installé sur l’aéroport d’Angers-Marcé.

Dans ses murs, une collection d’avions exceptionnelle, que nous avons pu visiter grâce Christian Ravel, vice-président de l’association qui gère ce musée. Ancien commandant de bord 747 chez UTA, Christian Ravel avait à ses côtés lors de cette visite exceptionnelle deux invités de marque : Marie Christine Desrues ancienne de chez Minerve et… Gérard Ethève l’ancien big boss d’Air Austral.

"Un bol d’air de jeunesse" comme il l’a dit en découvrant cette collection d’avions dont l’un a particulièrement retenu son attention, puisqu’il fut un peu à l’origine de l’aventure Air Austral. En effet, dans les ateliers de cet Espace, une bande de fondus d’aviation, sont en train de remonter au prix d’un travail de bénédictins, un Cessana Bobcat, bimoteur qui fut convoyé depuis la métropole jusqu’à la Réunion par Gérard Ethève en 1959 au prix d’un périple d’escales aussi nombreuses qu’exotiques et que l’ancien patron d’Air Austral a égrené sans peine, se remémorant cette épopée extraordinaire, en découvrant le chantier de remise en état de cet avion auquel il attache une particulière importance.
 
 
Des avions uniques au monde

Cet Espace Air Passion (musée fait trop poussiéreux selon Christian Ravel) offre au visiteur, une collection d’appareils remarquablement présentés, par thèmes et de façon ludique afin que les passionnés y découvrent des avions uniques au monde, et que les novices  apprennent comment s’est mise en place au fil des ans, cette grande aventure qu’est l’aviation qui a été nourrie par des pionniers  passionnés,  dont les descendants continuent aujourd’hui de perpétuer cet esprit de camaraderie.

En entrant dans l’Espace, il y en a partout. Accrochés au plafond du hangar ou au sol prêts à prendre leur envol, car bien entendu l’intérêt de ce musée de Marcé est de faire voler ces vieilles gloires du passé. C’est bien pour cela que les membres de l’association qui sont tous de véritables passionnés de l’aviation, restaurent et bichonnent avec amour ces vieilles machines. Et, comme dans l’association on ne se prend pas la tête avec l’âge, les jeunes sont évidemment les bienvenus pour venir apprendre et ils sont nombreux ces ados à venir mettre les mains dans le cambouis pour perpétuer l’aventure.

"Les jeunes sont fanas et ça fait plaisir de les voir avec les anciens qui leur montrent leur savoir-faire. Nous avons des filles qui apprennent la mécanique avion, d’autres l’entoilage,  la menuiserie..." sourit Christian Ravel à l’origine de cette aventure qui a démarré dans son garage il y a plus de 30 ans,  lorsqu’un jour, un vieux planeur était destiné à alimenter le barbecue d’une bande de copains. Voyant cet avion (qui est un modèle unique chargé d’histoire)  Christian Ravel a refusé tout net que son bois serve à faire cuire des merguez et autres chipolatas. "Ils voulaient brûler l’avion pour alimenter le barbecue. J’ai dit qu’il n’en était pas question. Ils m’ont dit "OK tu prends cette carcasse et tu nous paie le bois pour le barbecue". Ç'a été vite réglé, je leur ai acheté du bois et suis reparti avec le planeur. Arrivé chez moi, j’ai viré ma voiture et celle de ma femme du garage et y ai mis le planeur. Je vous épargnerai la réaction de ma femme…"  Lance-t-il dans un éclat de rire.

Il a donc dégusté de la soupe à la grimace pendant quelques temps, mais la passion étant trop forte, le planeur a quitté le garage familial pour gagner le hangar de l’aéroclub d’Avrillé. C’est ainsi que petit à petit, un, puis deux, puis trois avions sont arrivés… Des petits des gros et même des très gros, puisqu’au fil des ans l’association qui s’était montée s’est faite connaître des passionnés et très vite l’aventure a pris une tournure plus structurée. "On nous a même offert un Noratlas (Un gros avion de transport de l’armée de l’air construit en 1949 qui servait aussi au largage de parachutistes et qui a été réformé à la fin des années 1990 Ndlr) mais faute de moyens financiers pour le transporter jusqu’à Marcé lorsque nous avons déménagé en 1997, nous l’avons cédé à un collectionneur qui l’expose en région parisienne" Explique Christian Ravel. Depuis le 12 septembre 1998, les nouveaux locaux du musée sont situés sur l’aéroport d’Angers Marcé  où l’aventure continue.
 

Outre le René Gasnier qui fut le premier avion à voler en Anjou en 1908, il ne faut pas rater le Moynet Jupiter qui volera très prochainement, après des années de remise en état. Cet appareil n’a été construit qu’à trois exemplaires et le seul restant ( le N°3) se trouve à l’Espace Air Passion (EAP). Cet avion dispose d’un moteur à l’avant qui "tire" et un autre à l’arrière qui "pousse".

Autre pièce unique : la première prise de guerre d’un avion aux allemands, un planeur Weihe. Mais il y a aussi le superbe  Gérin Varivol. Cet avion construit  en 1938 par l’ingénieur Gérin est unique et son histoire est singulière (nous ne vous la raconterons pas, car il faudrait quelques pages de plus à ce numéro). Cédé au musée en 2003, l’avion (ou plutôt l’épave) dispose d’une voilure rétractable qui fait passer  l’envergure de 8 à 13 m. Attention, ce ne sont pas des ailes à géométrie variable, mais bien des ailes qui s’encastrent dans l’intérieur du fuselage selon une technique révolutionnaire à l’époque. Hélas la guerre mit fin à l’aventure de cet avion unique au monde également.
 
 
Un fonds d’archives énorme

Bien d’autres avions et moteurs et objets liés à l’aviation sont à découvrir dans cet EAP, qui dispose également de réserves impressionnantes où sont entreposés d’autres trésors qui viendront au fil du temps garnir l’espace d’exposition. "Nous n’agrandirons pas les locaux, mais nous ferons tourner les collections pour que le public y découvre des nouveautés régulièrement" explique Christian Ravel qui est également fier de disposer d’un impressionnant fonds d’archives liées à l’aviation.

"Ce sont des familles qui font dons de ces archives et nous avons aussi des archives que dénichent les membres.  Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec la DGAC qui dispose d’archives extraordinaires aussi et nous donne un coup de main pour numériser nos documents, car nous avons pour au moins trente ans de boulot pour, numériser,  classer et répertorier tous ces documents qui vont des photos, aux lettres, en passant par les carnets de vol et les copies des brevets de pilotes, puisque nous avons même celui de M. Ethève ! La structure est telle aujourd’hui que nous avons du nous adapter au succès, ce qui nous a conduit à embaucher trois personnes  à plein temps. Nous sommes une association et en tant que tel, nous devons innover pour trouver des sources de financement. Outre le ticket d’entrée au musée, nous proposons aussi des salles pour des séminaires, des conférences, ou des anniversaires et nous accueillons aussi les scolaires avec des animations qui entrent dans le cadre du programme scolaire comme la physique par exemple, avec la construction par les élèves de planeurs en modèles réduits, qui participent ensuite à un concours du vol le plus long avec le planeur qu’ils auront construit lors de leur visite", souligne notre guide qui regarde ses copains en train de rentrer les avions dans le hangar.

"Il y avait un concert de rock hier soir, alors on a sorti quelques avions pour faire de la place au groupe et au public qui ont été enchantés par l’originalité des lieux" . Christian Ravel, outre le fait d’être une mémoire vivante de l’aviation,  n’hésite pas à vous raconter des anecdotes et des souvenirs de son passé de pilote professionnel. Autant dire que la rencontre entre lui et Gérard Ethève était un grand moment, car deux anciens qui échangent leurs souvenirs c’est quelque chose ! Au bout de deux heures de visite, comme dans Astérix, la rencontre s’est terminée par un repas au restaurant de l’aéroport "L’En Vol".

Alors que les vacances approchent à grands pas, voilà une idée de visite originale pour tous les passionnés d’aviation et… des châteaux de la Loire, puisque le musée se trouve sur la route des châteaux et des plages de l’Atlantique.
 
Y Aller : Espace Air Passion,  aéroport d’Angers Marcé  Depuis Paris,  prendre l’A11 direction Nantes puis sortie N° 12 Baugé / Seiches sur le Loir.

En savoir plus : www.musée-aviation-angers.fr
 
 
 



Source : http://www.zinfos974.com/airinfosoi/Espace-Air-Pas...
Lundi 22 Mai 2017 - 10:19
Denis Herrmann
Lu 895 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 26 Juin 2017 - 17:27 [KAMAZONE] #PacteTorride

Vendredi 23 Juin 2017 - 05:48 God Save The Queen & le petit Pravind