Politique

Ericka Bareigts ne laissera pas passer les cadeaux faits aux riches

Lundi 9 Octobre 2017 - 19:50

Le projet de loi de finances 2018 ficelé par le gouvernement Philippe ne plaît pas à l'ex-ministre Ericka Bareigts. Avec d’autres élus socialistes, elle s’apprête à le faire savoir à travers une série d’amendements pour en atténuer les effets pour les faibles revenus.


Le PLF et le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale seront scrutés dans le moindre détail par la députée Bareigts
Le PLF et le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale seront scrutés dans le moindre détail par la députée Bareigts
Alors que la refondation du PS est en marche  - sans jeu de mots - une séquence très importante de la vie politique s’ouvre comme chaque année à compter d’octobre : l’examen du projet de loi de finances. 

Ministre l’an dernier lors de cet exercice de tractations avec les parlementaires, Ericka Bareigts sera toujours aux avant-postes dans les prochaines semaines. Mais cette fois dans les rangs de l’opposition au gouvernement Macron. 

Si comme elle le définit elle-même en compagnie de Philippe Leconstant, "nous sommes dans une opposition constructive", certains aspects des mesures contenues dans le projet de loi de finances ne lui conviennent résolument pas. 

Il y a trois semaines, des parlementaires socialistes se sont réunis au Mans. La députée de la 1ère circonscription de La Réunion y participait. L’objectif de ce séminaire a été de mettre sur papier un contre-budget. C'est "un exercice inédit", aucun groupe parlementaire ne l'avait fait auparavant, signale-t-elle. Pas question, rappelle la députée de La Réunion, de pondre "une liste de cadeaux", tous irréalisables. Non, la démarche a été celle d’un groupe parlementaire respectant les clous budgétaires imposés par l’Union européenne et ses 3% de déficit public à ne pas dépasser.  

Ce contre-budget se déclinera dans les prochaines semaines en amendements que compte bien présenter le groupe politique Nouvelle gauche dont elle est l'une des portes-parole. Ce "bleu" budgétaire "officieux", annexé par le groupe socialiste répond selon la députée à deux grandes logiques. 

"Nous voulons que ces contre-propositions aillent dans le sens d’une réduction des inégalités" et dans le sens d’un "renforcement de la reprise économique" car dans ce qui ressort du PLF 2018 présenté le 27 septembre dernier par le gouvernement d'Edouard Philippe, beaucoup de mesures n’en prennent pas le chemin selon elle.

Les fruits de la croissance servis aux fortunés en premier

"Nous sommes véritablement dans un budget de l’injustice". Des propos illustrés par la députée par le scandale que représenterait selon elle l’exclusion de la réforme de l’ISF des propriétaires de yachts. Un exemple ultime et qui concerne que de rares concitoyens certes mais qui relève toutefois du symbole, approuve Ericka Bareigts.

"On parle des yachts, des lingots d’or comme des symboles. Mais la symbolique, dans notre société, est importante et donc le message qui est renvoyé que celui qui possède un yacht ne paiera pas d’impôts", est désastreuse, affirme-t-elle. 

La députée continue sa démonstration en faisant le parallèle avec les revenus les plus modestes qui devront se serrer la ceinture et les plus fortunés qui vont échapper à l’impôt, avec ce que prépare le gouvernement. "On nous dit que c’est pour qu’ils (les plus riches, ndlr) réinvestissent dans l’économie… Qui peut croire cela si ces gains d’impôts ne sont pas fléchés vers la réinjection dans l’économie réunionnaise ?", questionne l’élue. 

Ericka Bareigts déplore également le tempo sur lequel le gouvernement applique ses mesures. Pour résumer, disons que les riches sont servis immédiatement et que la classe populaire ou des moins bien lotis bénéficiera du regain économique que de façon progressive. 

Ainsi, la réforme de l’ISF sera applicable dès le PLF voté, donc valable dès l’année 2018, alors que la baisse sur la taxe d’habitation sera étalée dans le temps, tout comme l’augmentation de l’AAH qui se fera, elle, seulement sur plusieurs années. Par contre, même (il)logique avec la hausse de la CSG dont l’application sera pleine et entière dès 2018. Ce qui sera également le cas avec la baisse de l’allocation versée aux parents de jeunes enfants ou encore l’augmentation du forfait journalier hospitalier qui lui aussi entrera en vigueur dès 2018. Une différence de traitement qui met en rogne la députée socialiste.  

Ericka Bareigts rappelle d’ailleurs, exemple tout récent, que la baisse drastique des contrats aidés est intervenue dès le mois d’août alors que des personnes avaient déposé leur dossier en juin pour en bénéficier, ou voir leur contrat renouveler dès la rentrée de septembre. "Pendant deux mois ces personnes vivaient sans rien", car rien n'avait été organisé pour palier cette rupture. A l'échelle de la ville de Saint-denis, indique Ericka Bareigts, la mairie a été contrainte de réunir d'urgence une commission du CCAS pour aider ces personnes démunies. 

A l'Assemblée nationale cette fois, le groupe Nouvelle gauche auquel elle appartient tentera également d’amender la mesure gouvernementale qui prévoit un seuil de revenus de 1280 euros au-dessus duquel les contribuables tomberont sous le coup de la CSG. "Nous proposons que ce seuil soit porté à 3000 €. Considérer qu’une personne célibataire touchant plus de 1200 € c’est quelqu’un qui peut supporter la CSG en plus de son loyer, de sa nourriture,..., c’est se tromper", annonce Ericka Bareigts, déterminée.

Des mots qu’elle devrait porter dans l'hémicycle dans les semaines qui viennent lorsque le projet de loi sera soumis au débat à l’Assemblée. 
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2447 fois



1.Posté par DOGOUNET le 09/10/2017 19:59

Tous dans la m...e, nivellement par la base oblige ! Tous kouyons, l'intelligence est suspecte ! Tous hypocrites (voisins y veil a nou !). Bref, la richesse est suspecte quand bien même elle embauche et tire ce pays vers le haut. Zélis la mok un jour...zélis la mok touzour !

2.Posté par JORI le 09/10/2017 20:12

C'est quoi un riche et ne fait elle pas partie elle même de ces riches??. Pourquoi accepte t elle tous les privilèges qui sont dus à son mandat et refuse t elle à ces "riches" les leurs???.

3.Posté par Jean le 09/10/2017 20:18 (depuis mobile)

Commence par où même matante Ericka

4.Posté par GIRONDIN le 09/10/2017 20:18

Un peu comme son copain Macron, amnésique !!!!!!

5.Posté par Qui tu sais le 09/10/2017 20:33

Ericka..la défiscalisation..C'est quoi sinon de la redistribution directe dans l'économie de l'impôt des plus riches ???

franchement...faut revoir tes fondamentaux..

6.Posté par Blablabla... le 09/10/2017 20:46 (depuis mobile)

Et blablabla par ici, blablabla par là et pour finir, blablabla blablabla......
Sue du blabla bla, en attendant, cabri lu mange salade...

7.Posté par citoyen le 09/10/2017 22:00

Mal né! mal o qu! ces socialistes devraient davantage solutionner le problème chômage en créant de l'activité plutôt que 'râle le coeur' sur les riches; ceux-là iront ailleurs produire leurs richesses. On doit surtout se rappeler que les plus grands baiseurs en France sont ceux qui ne payent pas d'impôts sur leurs multiples revenus, au 1er rang desquels trônent ces zélés élus. Celle-là ferait bien mieux de taxer son géniteur-bis détournant 300 000 euros sur diégo sans payer les taxes

8.Posté par rito le 09/10/2017 22:44

Les socialistes ont été laminés aux dernières élections et ils la ramènent encore et toujours, pour se mettre en valeur malgré leur rejet massif par la population.Elle omet sciemment deux choses:
-Les riches détiennent le pouvoir économique et les capitaux pour développer le pays. Les socialistes veulent les faire fuir et installer à leur place tous les miséreux du monde, futurs électeurs socialistes qui assurent la pérennité de leurs multiples mandats juteux.
-Elle - même, dans quelle catégorie se situe-t-elle, celle des riches privilégiés ou celle qu'elle fait semblant de défendre?
Les pauvres, le juteux fonds de commerce des socialistes, plus il y en a et mieux c'est pour ces assoiffés de pouvoir.

9.Posté par loyada le 09/10/2017 22:52

une socialiste ? je pensais que c etait une espece en voie de disparition ?

10.Posté par Titi or not Titi le 10/10/2017 00:34

Si À 50 Ans, T'As Pas Un Yach, ...😄😄
Elle A Foutu Quoi L'Année Derniere Ek Son Dalon
Devenu Président ! 😜
La Li Rode Un Ptit Contrat ! 😜

ANouLa©®

11.Posté par Rodrigue Seine et Marne le 10/10/2017 04:31

et l égalité réel alors Ericka tu cause trop et trop vite demande conseil à Macron.

12.Posté par désolé le 10/10/2017 07:00

désolé éricka . mi aime aou bien , mais ce moucate la lété outte camarade pou totoche a nous quand zot lété bouré ensemble . plus jamais mon voix valé pou in socialiste !!!!!!!

13.Posté par koukoune le 10/10/2017 07:20

c pas elle qui voulait revolutionner les jours fériés?
c pas elle qui ne voulait pas partir en Guyane lors de la Crise?
Ellle?

14.Posté par margouillat974 le 10/10/2017 07:25

Pour être crédible aujourd'hui, il n'aurait pas fallut applaudir la "réforme du code du travail" hier, Mme Ericka!

15.Posté par pffff le 10/10/2017 07:35

depuis le temps qu'on parle de la hausse de la CSG pour les retraités ce n'est que maintenant qu'elle réagit, c'est du foutage de gueule!

16.Posté par mi dit sake mi pense le 10/10/2017 09:21

et pourtant elle et ses colistiers ont donné les intentions de votes aux électeurs pour faire barrage au FN (voter MACRON à tout prix)! et maintenant ça vient faire "l'intéressante"! ils et elle récoltent le fruit de leur connerie!

17.Posté par Pierre Balcon le 10/10/2017 09:49

Elle a raison !
D'ailleurs , elle n'a même pas besoin de le dire ; la loi égalité réelle témoigne , à elle seule , de son aversion pour les cadeaux fiscaux aux riches .

Morceaux choisis :

Titre XIII : DISPOSITIONS DE NATURE FISCALE

On commence par la cerise , l'article 124...qui résume le rêve de tous les spéculateurs et de Th Robert : transformer La Réunion en Monaco .

Ils appellent ça "zone franche" globale" où on est affranchi de tous les impôts et peut être même du code du travail.

I.-Le code général des impôts est ainsi modifié : 

1° L'article 44 quaterdecies est ainsi modifié : 
a) Après l'année : « 2014 », la fin du second alinéa du II est ainsi rédigée : «, à 40 % pour l'exercice ouvert en 2015 et à 35 % pour les exercices ouverts en 2016,2017,2018 et 2019. » ; 
b) Après l'année : « 2014 », la fin de la seconde phrase du dernier alinéa du III est ainsi rédigée : «, à 70 % pour l'exercice ouvert en 2015 et à 60 % pour les exercices ouverts en 2016,2017,2018 et 2019. » ; 
2° L'article 1388 quinquies est ainsi modifié : 
a) Après l'année : « 2015 », la fin du II est ainsi rédigée : « et à 40 % de la base d'imposition à la taxe foncière sur les propriétés bâties pour les impositions établies au titre des années 2016 à 2020. » ; 
b) Après l'année : « 2015 », la fin du dernier alinéa du III est ainsi rédigée : « et à 70 % de la base d'imposition à la taxe foncière sur les propriétés bâties pour les impositions dues au titre des années 2016 à 2020. » ; 
3° Après l'année : « 2015 », la fin du I de l'article 1395 H est ainsi rédigée : « et de 70 % pour les impositions établies au titre de 2016,2017,2018,2019 et 2020. » ; 
4° L'article 1466 F est ainsi modifié : 
a) Après l'année : « 2015 », la fin du II est ainsi rédigée : « et à 70 % de la base nette imposable pour les années d'imposition 2016 à 2020. » ; 
b) Après l'année : « 2015 », la fin du dernier alinéa du III est ainsi rédigée : « et à 90 % de la base nette imposable pour les années d'imposition 2016 à 2020. » 

II.-Dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport dressant un bilan exhaustif des zones franches urbaines, zones de revitalisation urbaine, zones franches d'activité et zones de revitalisation rurale en vigueur dans les territoires d'outre-mer. Ce rapport présente également les conditions de mise en œuvre d'une zone franche globale à compter du 1er janvier 2019 pour une durée de dix ans renouvelable. 

III.-La perte de recettes pour l'Etat résultant du I est compensée à due concurrence par la création d'une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. 

IV.-La perte de recettes pour les collectivités territoriales résultant du I est compensée à due concurrence par la majoration de la dotation globale de fonctionnement et, corrélativement pour l'Etat, par la création d'une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.


Article 131 ...

I.-Au premier alinéa du VI ter A de l'article 199 terdecies-0 A du code général des impôts, les mots : « Guadeloupe, Guyane, Martinique, à La Réunion, Mayotte, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, en Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna peuvent bénéficier d'une réduction de leur impôt sur le revenu égale à 42 % » sont remplacés par les mots : « France peuvent bénéficier d'une réduction de leur impôt sur le revenu égale à 38 % ». 
II.-La perte de recettes pour l'Etat résultant du I est compensée à due concurrence par la création d'une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. 
III.-Le présent article entre en vigueur le 1er janvier 2017.

Article 136 ...

Le VI de l'article 302 bis K du code général des impôts est complété par un 5 ainsi rédigé : 
« 5. La taxe de solidarité sur les billets d'avion n'est pas perçue au départ des collectivités d'outre-mer de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin. »

Article 137...

I.-Après le II de l'article 1496 du code général des impôts, il est inséré un II bis ainsi rédigé : 
« II bis.-A Mayotte, la valeur locative déterminée en application du II est minorée de 60 %. » 
II.-La perte de recettes résultant pour les collectivités territoriales du I du présent article est compensée, à due concurrence, par une majoration de la dotation globale de fonctionnement. 
III.-La perte de recettes résultant pour l'Etat du II est compensée, à due concurrence, par la création d'une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

Et puis il y a aussi plein de mesures pour les pauvres que notre ex Ministre a voulu remettre en cause :

- la sur-rémunération des fonctionnaires nécessaire pour soutenir notre PIB ,
- la réfaction d'impôt de 30% sur l'IRPP et l'IS,
- la taxe sur les salaires à taux minoré ,
- la TVA non perçue et pourtant récupérée
- tous les régimes d'aides ( d'Etat , régionales ) dont l'étude montre qu'ils ont captés par des professionnels de la subvention ( moins de 100 entreprises captent près de 90% des aides )

18.Posté par cmoin le 10/10/2017 10:05

Comment après des années de privilèges e tout genre pour les plus démunis,pour lesquels tout est gratuit sans rien faire vous osez vous plaindre d'une seule petite loi pour les plus "aisés"!

19.Posté par ZILBERT le 10/10/2017 11:02

Ericka et toute sa bande à droite comme à gauche ils ont tous toujours privilégié leur parti et leurs intérêts personnels au détriment de la Réunion. Ericka parle toujours avec beaucoup de condescendance, pensant que le peuple est bête qu'il ne comprend pas les choses. A de nombreuses reprises elle a rencontré les patrons pour leur promettre des cadeaux fiscaux et autres avantages. Ensuite elle rencontre les syndicats pour leur promettre d'être à leur coté de défendre les intérêts des travailleurs, puis elle rencontre le peuple pour promettre de défendre leurs intérêts. Elle téléphone les responsables des associations des syndicats et du patronnat pour entendre leurs revendications et leurs propositions. Mais au bout du compte à vouloir contenter tout le monde , tout le monde est mécontent. Pendnat ce temps elle se maintient au pouvoir.

20.Posté par Pierre Balcon le 10/10/2017 12:22

Et parmi les aides d'Etat notons le CICE !

Le clou de l'opportunisme hypocrite c'est que ceux là même qui dénoncent les cadeaux faits aux riches se battent ici pour défendre le taux majoré de Crédit impôt compétitivité ( CICE ).
Ce taux est en métropole de 7% .
Il a été porté outre mer à 9 % et certains demandaient il y a peu qu'il soit majoré progressivement à 13 % !

Ce cadeau fiscal est énorme puisqu'il représente plus de 20 milliards d'€ .

L'assiette de ce crédit d'impôt est en effet constituée par les rémunérations brutes soumises aux cotisations sociales, versées au cours d'une année civile

On connaît l'effet qu'il a eu sur l'inversion de la courbe du chômage !

Le gouvernement envisage de substituer à ce mécanisme complètement dingue une baisse pérenne de charges sociales .

Vous verrez que nos socialistes d'opérette pays se battront pour conserver à la fois le CICE et la baisse des charges .

21.Posté par polux le 10/10/2017 12:26

En France, un riche est forcément un être vil, qu'il faut battre tous les matins (et fiscalement abattre). Et si l'on ne sait pas pourquoi, à l'instar de ce que révèle un célèbre proverbe oriental, lui le saura !

Le malheur est que notre fiscalité assimile aux vrais riches la classe moyenne (supérieure ou un peu moins) en lui imposant un joug comparable et en sanctionnant, ce faisant, le mérite et le talent... Le riche est, par essence, volatil : quand on le taxe trop, il peut partir, au grand dam des moralistes de Gauche qui crient, à ce propos, à l'incivisme, sans jamais songer que c'est peut-être notre système fiscal qui est absurde ! Quant aux classes moyennes, elles sont comme les immeubles : souvent rivées à notre sol et donc sur-imposables à merci...

22.Posté par PATRICK CEVENNES le 10/10/2017 12:36

fukcd473
Ôtez-moi d'un gros doute.
C'est bien son Gouvernement qui depuis 2015 avec les projets de LFI a amorcé la réduction des effectifs des contrats aidés CUI, CIE, CAE, emplois sans avenir.
Sinon un très grand classique ; opération de com et d'enfumage

23.Posté par Dazibao le 10/10/2017 12:58

Toux ceux qui ont participé au système et l'on mené à la faillite devraient être jugés......

La gauche, la droite, le centre sont responsables des malheurs de la France.....

24.Posté par PIERRE- ERICK du Chaudron le 10/10/2017 12:58

Assez madame, vous êtes une pro-Macron, arrêtez de cracher dans la soupe, vous avez appelé à voter Macron, maintenant vous dites que Le projet de loi de finances 2018 ficelé par le gouvernement Philippe ne vous plaît pas, donc (l'ordonnance-carte blanche que vous avez soutenu) dans ce cas retirez-vous de son groupe que vous soutenez, "je vous dis chiche madame montrez nous que vous en êtes capable". Je vous dis à bientôt aux prochaines échéances électorales....
à moin même ça !

25.Posté par Marc le 10/10/2017 13:59

17. Pardon, mais deux petites précisions:

- l'article 131 n'est "que" un alignement du fond d'investissement de proximité Outre-mer sur celui de la Corse. En toute logique, il n'a aucun impact sur les finances publiques puisqu'un dispositif identique en terme d'éligibilité (en réalité, un peu plus large puisque non ciblé sur les secteurs de la LODEOM) et de taux existe déjà. Ca profite aux Outre-mer sans changer la répartition des richesses en France ni le solde public. Les seuls perdants dans l'affaire, ce seront les Corses.
- l'article 136 a un sens: La taxe Chirac a été créée par la loi de finances pour 2006. Saint-Martin et Saint-Barthélemy n'ont accédé au statut de COM que récemment: juillet 2007 pour être exact. Or, la taxe Chirac a continué à être appliqué à ces deux territoires par "survivance" de l'ère départementale alors qu'elle n'est appliquée dans aucune autre collectivité d'Outre-mer. C'est illogique, anormal et un poil discriminatoire vis-à-vis de ces territoires: ou toutes les COM la payent ou aucune.

26.Posté par cmoin le 10/10/2017 14:28

Ceux qui parlent des aides pour les entreprises,on en parle du rsa,caf et autres?
De plus on parle là des personnes aisés et pas des grandes entreprises!

27.Posté par JMR974 le 10/10/2017 15:35

Petite, ô combien ! S'estime indispensable, ô combien ! Issue d'une mouvance nauséabonde quasi-morte ! Mais elle bouge encore, et la presse, avide, la locale, pas la nationale, se précipite encore pour reproduire ses élucubrations et les servir au bon peuple. J'apprends dans certaines réactions qu'elle lance des œillades quémandeuses à Macron. Elle a goûté aux fastes de la République, ministre de pacotille d'un précédent "accident" républicain. Elle en veut à nouveau. Ces gens-là ne disparaissent jamais. En fait, les amis, elle n'est qu'un vulgaire caillou dans notre chaussure. Quant à la presse … !!!!!!

28.Posté par SPARTACUS974 le 11/10/2017 06:45

Tout ceci respire l'amertume de ne pas avoir été appelé par Micron pour un poste "digne de ses qualités"Pourtant,Ericka,il n'y a pas si lontemps rampait de vant Rantanplan président et soudain,elle fait mine de s'indigner de sa politique libérale .Il ne faut pas oublier que Ericka se fait élire par les plus pauvres qui croient encore ses"bonnes"paroles.Elle n'agit pas pour eux mais pour sa bonne pommme,pour sauver ses fesses,pour garder son poste.Ce n'est pas de la politique mais de la combine la plus indigne si chère au PS.On aime les pauvres à la veille des élections et une fois élu,on s'empresse de les oublier.Un peu de dignité et de cohérence Madame Bareigts.....Vous comprendrez pourquoi les gens ne vont plus voter car des responsables politiques de votre niveau leur donnent la nausée.Comme dirait Philippe Pascot,« ALLEZ (presque tous) VOUS FAIRE… »

29.Posté par Pierre Balcon le 11/10/2017 08:29

à post 21

Si les riches en ont marre des contraintes que leur impose leur statut , rien de plus facile pour s'en libérer .
Il y a plein de solutions pour perdre cet attribut infamant .
Pour le pauvre en revanche , le chemin inverse est plus hasardeux ; devenir riche pour un pauvre est généralement plus problématique que de devenir pauvre pour un riche .

M. Brissault, patron de la société Starterre a ouvert une voie : il a décidé de reverser 1,6 Million d’euros de ses bénéfices à ses salariés .

Et puis arrêtons de relayer ce mythe du mérite : dans notre système il vaut mieux être héritier que bon élève .
Grattez dans la genèse des bonnes affaires et vous verrez toujours poindre une succession .

Ah mais on nous dira : ce qui justifie l'enrichissement c'est le risque que prend l'investisseur de tout perdre . Eh bien partageons le risque et naturellement les profits qui vont avec .

A la vérité comme le disait Marx , énoncé qui n'a jamais été démenti : "nul ne s'enrichit par ses propres moyens" . A la base il y a toujours une exploitation de la force de travail ( détournement de la plus value ) ou de la faiblesse du cerveau ( peur du manque , mauvaise information sur les valeurs etc.. )

Et puisque qu'on parle un peu d'économie rappelons que le prix Nobel d'économie , ou plutôt ce qui en tient lieu , vient d'être attribué à Richard Thaler .
Après la reconnaissance des travaux Daniel Kahneman en 2002, on commence à se rendre compte que l'économie n'est pas un jeu très rationnel et qu'il vaut peut être mieux de voir l'affaire sous l'angle des comportements que sous celui du calcul.

Parait que Macron a plagié ( avec 20 ans de retard ) sa technique électorale sur les travaux qu'avait vendus à Obama le copain de Thaler sur les "nudges" ou le paternalisme bienveillant

30.Posté par pffff le 11/10/2017 08:35

juste une question, comme tout le monde le sait la hausse de la CSG et bien prévue pour Janvier 2018..

.quand on sait que la revalorisation des retraites les fameux 0.8% sera effective au mois de novembre (le mois d'octobre étant versé le 9 du mois suivant)... dans la réalité nous profiterons donc de novembre , ensuite décembre ...
.et la retraite versée au mois de janvier pour le mois de décembre, fera de suite l'objet de l'augmentation de la CSG...applicable au 1er janvier.....en clair nous aurons bénéficié que de DEUX MOIS d'augmentation avant l'écrémage Macron....bien joué.....mais manifestement ce n'est pas le problème de nos élus tout le monde s'en fout!

31.Posté par JORI le 11/10/2017 10:16

29.Posté par Pierre Balcon le 11/10/2017 08:29
"Parait que Macron a plagié ( avec 20 ans de retard ) sa technique électorale sur les travaux qu'avait vendus à Obama le copain de Thaler sur les "nudges" ou le paternalisme bienveillant" et il a été élu lui contrairement à votre candidat!!.

32.Posté par Pierre Balcon le 11/10/2017 14:23

à Jori

Heureux de vous avoir appris quelque chose.
Les travaux des prix Nobel échappent assez souvent aux marcheurs qui oublient de s'arrêter et de rebrousser chemin.

Juste une précision : les "nudges" sont une technique de manipulation .

Cette manière d'opérer est contraire à la culture de Fillon qui , en bon catho , préférait dresser un diagnostic réel de notre situation et proposer des mesures concrètes et efficaces et pas des artifices comme Macron , qui flattait les fonctionnaires , son électorat qui se trouve aujourd'hui " gogoisé".

En gros Fillon nous avait prévenus de 2 choses :

1/ La France a décroché parce que nous ne sommes plus compétitifs .
2/ notre dépense publique est trop élévée

Remède : travailler plus , protéger notre marché intérieur et réduire nos prélèvements obligatoires .

Macron dit , lui , le contraire : maintenir la semaine de 35 h , ouvrir notre marché et recruter de nouveaux fonctionnaires et prendre un peu plus dans la poche des retraités .

Et puis Jori et ses copains ont préféré parler des chaussettes de Fillon et de ses lessives .

33.Posté par MICHOU le 12/10/2017 09:41

Bravo Madame de présenter les incohérences aussi clairement pendant que d'autres se lamentent .
C'est exactement la France à deux vitesses, inacceptable et injuste et pendant ce temps notre Président et son équipe avancent la tête haute revendiquant sans problème ces annonces, en claironnant qu'ils maintiendront coûte que coûte; et le monde continue de tourner alors qu'il nous promet comme Fillon des larmes et du sang.
Où est passé le sursaut salutaire? La grenouille, va t'elle sauter du bain qui commence à l'incommoder car ça commence à sentir le roussi ou va t'elle se laisser aller à cette léthargie qui la gagne petit à petit et qui va la faire mourir, consentante?
Oté Kréol, Oté Fransé, lev la tèt, boujé, atan pa kan ou gagn pu levé

34.Posté par MICHOU le 12/10/2017 09:49

A Pollux, toujours ce chantage des riches qui vont partir ou des entreprises qui menacent de licencier si on les embête trop.
Karl Lagerfeld et Bettancourt entre autres ne sont jamais partis que je sache et au grand jour, ils font leurs "petites" affaires qui leur rapportent non seulement des exonérations d'impôts, des délais sans pénalités, mais en plus des remboursements de Bercy, en crédit d'impôt.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 11:13 Nassimah Dindar évoque une "théorie du complot"