Economie

Ericka Bareigts à la rencontre du Medef


Photo d'archive
Photo d'archive
Le députée de la 1ère circonscription, Ericka Bareigts, a rencontré les représentants du Medef ce matin, dans leurs locaux à Sainte-Marie. Il s'agissait d'une première réunion de travail qui en appelle d'autres, quelques jours après que le Medef et d'autres organisations patronales aient tiré la sonnette d'alarme sur la situation financière précaire de centaines d'entreprises réunionnaises. A l'issue de la réunion, pas d'annonce, d'un côté comme de l'autre.

"Nous avons balayé les dossiers sur lesquels nous allons travailler durant la mandature. Cette réunion a permis d'échanger nos points de vue, d'établir des rendez-vous et de préparer les prochaines échéances", assure la députée, qui est membre de la Commission dédiée aux Affaires économiques à l'Assemblée nationale.

Les membres de l'organisation patronale ont ainsi pu faire part à Ericka Bareigts de leurs inquiétudes par rapport à la conjoncture économique. "Le Medef est inquiet parce que l'activité économique est en baisse par rapport aux dernières années. Il m'a fait part de ses attentes concernant le BTP, la commande publique et la vie chère", observe la députée socialiste.

Série de rencontres avec les différents syndicats

Celle-ci refuse d'adopter une attitude défaitiste face à la crise. "Il faut s'en sortir. Nous n'avons pas le choix ! Nous souhaitons apporter un modèle économique plus juste, créateur d'emplois et travailler en partenariat avec les syndicats. Les choses ne se font pas en 100 jours ! Mais nous avons des rendez-vous législatifs importants sur l'emploi, le logement, la vie chère qui vont venir dès le mois d'octobre".

Des échéances qu'Ericka Bareigts compte préparer "en partenariat avec toutes les organisations syndicales". La réunion d'aujourd'hui avec le Medef inaugurait donc une série de rencontres entre la députée et les différents syndicats.

Quant au Medef, il n'a pas souhaité s'exprimer après la rencontre avec Ericka Bareigts : "C'était une réunion de travail fort intéressante mais qui ne justifie pas que nous communiquions", a expliqué son président Yann de Prince.
Mercredi 22 Août 2012 - 17:38
Lu 1103 fois




1.Posté par Thierry le 22/08/2012 17:53
C'est VRAI, en France ce sont les syndicats qui emploient ... et SURTOUT les réunions, des réunions et encore des réunions ...

Quand on fait des bêtises, tout le monde vous regarde ... et il devient sceptique ... attendons encore 100 jours de plus ... et encore 100 etc...

2.Posté par noe le 22/08/2012 17:59
Notre députée rencontre les responsables économiques ...Un bonne idée !
Elle commence à bien faire son travail !

félicitation !

« La leçon la plus difficile à apprendre, c'est de ne pas s'attacher aux résultats de ses actes. »
[J. Borysenko]

3.Posté par noe le 23/08/2012 06:08
Avec sa promesse de porter plainte , nos posteurs n'osent plus poster ...
Dommage !
Mais ne pas oublier que la critique est aisée mais faire est plus difficile et que la langue n'a point lozo et souvent li batt quen y fo pa é li di nimport koué !

Je crois que , comme tout(e) élu(e) , elle fait ce qu'elle peut et non ce qu'elle veut !

4.Posté par Les engagés le 23/08/2012 07:14
Envoyer par Ayrault pour écouter les doléances de chacun tout en sachant, pas elle car trop novice, qu'il y a moins que rien dans les caisses de la France (nos impôts) et qu'il faille augmenter et toujours les taxations de toute sorte, c'est de la pub encore une fois et il ne faut pas attendre 5 ans comme on lui demande de dire ce sera beaucoup trop tard.

5.Posté par môvélang le 23/08/2012 07:16
Et il ne faut surtout pas oublier que ce sont le entreprises qui sont les plus gros financeurs des partis politiques

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales