Santé

Environ 7.000 accidents du travail chaque année à la Réunion


Environ 7.000 accidents du travail chaque année à la Réunion
A la veille d'une semaine d'échanges entre professionnels et publics concernés sur la thématique des maladies professionnelles, l'Observatoire régional de la santé (ORS) publie les indicateurs de santé des Réunionnais qui sont en âge de travailler (15-64 ans) ou qui travaillent.
 
La population en âge de travailler (celle des 15-64 ans) représente à la Réunion 66% de la population réunionnaise au 1er janvier 2010.

Les motifs principaux d’admission en ALD (Affection de Longue Durée) sur la période 2007-2009 proviennent à 61% du diabète, de l’hypertension artérielle sévère, des cancers et des affections psychiatriques de longue durée à la Réunion. Ils représentent 34% des décès sur l’île sur la même période 2007-2009.

Concernant la population des salariés (relevant de la CGSS), l'ORS dénombre en 2010 7.729 accidents du travail, dont près de la moitié avec arrêt du travail. 380 autres accidents concernent ceux intervenus lors du trajet vers son travail. La même année, il y a eu 159 déclarations en maladies professionnelles dont plus de 80% concernent des troubles musculo-squelettiques.
Dimanche 26 Août 2012 - 18:18
Lu 1297 fois




1.Posté par noe le 26/08/2012 18:52
Si on ajoute les accidents de "travail" au noir , des bricoleurs du dimanche ...alors le nombre risque de doubler ....
Si les pros font des accidents par mégarde alors les bricoleurs du week-end en prennent pour leur grade !
-éclats dans l'oeil
-coupures diverses avec des scies électriques (doigts qui sautent)
-coups de marteau sur les doigts
-tondeuses à gazon.....
-chutes des toitures , lors des nettoyages
-chutes des arbres ...

2.Posté par Dr ANONYME le 27/08/2012 09:22
Les accidents du travail mais pas au travail en entreprises cotisantes

Concernant la population des travailleurs salariés (relevant de la CGSS), l'ORS dénombre, en 2010, 7.729 accidents du travail sur le lieu de travail, dont près de la moitié avec un arrêt du travail.

380 autres accidents sont survenus lors du trajet vers son travail, ce qui devrait être externalisé vers des assurances privées d’assurances de véhicules.

La même année, il y a eu 159 déclarations en maladies professionnelles dont plus de 80% concernent des troubles musculo-squelettiques, dont les sciatiques sont les plus nombreuses.

Comme le fait remarquer Noé, il faut, pour commenter ces chiffres obtenus non pas par une enquête mais par les seules déclarations de la CGSS, ajouter à ces déclarations d’AT des travailleurs officiellement assujettis, cotisants à l’URSSAF et prestataires de la CGSS, distinguer les accidents du travail sur les lieux de travail des entreprises assujetties, des autres AT pris en charge mais cette fois sans entreprise ayant cotisé à l’URSSAF.

Ainsi parmi les accidents de "travail" au noir, certains sont pris en charge au titre de l’AME. C’est quoi l’AME ? Plus de 200 000 étrangers, en fait on ne peut même pas en connaître le chiffre exact ni distinguer les données métropolitaines et réunionnaises (Peut-être 500.000 en métropole ?), sont en situation irrégulière.

Quoiqu’au titre de la loi, ce soient des délinquants, ces clandestins bénéficient de l’aide médicale de l’État, même s’ils n’ont pas cotisé à la Sécurité Sociale. Les assurés français cotisants doivent savoir que l’admission préfectorale de ces clandestins à l’AME, quoiqu’il s’agisse de délinquants, est confiée aux médecins pourtant au service de l’Etat, ceux de la DDASS.

Ces derniers délivrent, ce que je pourrais appeler des bons de prise en charge, au vu des seuls certificats (de complaisances ?) de certains médecins libéraux indélicats signant des fausses déclarations de pathologies dont la moins réfutable est la dépression due au dépaysement.

Les médecins de la DDASS ne sont pas, de plus, tenus de rencontrer la personne déclarée malade, ce qui me fait dire que, sans rencontre et examen de la personne, ce n’est plus de la médecine qui est exercée là à notre insu.

Aucune consultation ne pouvant se faire sans la rencontre d’un médecin avec un malade selon les règles de la NGAP émise par l’Assurance Maladie.

Ces accidents inclus dans les statistiques de l’ORS et dit officiels comportent, en réalité, une partie prise en charge, parce que déclarée dans un cadre légal d’une part, et d’autre part une partie faussement déclarée non survenue en entreprises, mais récupérée en AT légal.

Si on ajoute à cela une autre récupération dans le cadre officiel des AT, je veux parler des accidents au travail des bricoleurs du dimanche, souvent déclarés AT le lundi chez des médecins dupés ou non, cela fausse encore plus les données.

Pourquoi ce biais se produit-il au détriment des entreprises qui cotisent ? Parce que les travailleurs salariés sont mieux lotis que les travailleurs indépendants. Ces derniers ne déclarent pas tous leurs bobos, ne pouvant se permettre des arrêts de travail pour des affections qui souvent le méritent.

Ainsi je me souviens bien d’un ambulancier entrepreneur indépendant qui se fait une hernie discale dans les couloirs d’un CHU en portant sur son brancard un bricoleur du dimanche récupéré AT en entreprise qui s’est fait également une hernie discale.

Le second aura un arrêt prolongé de trois mois après une intervention pourtant réussie. Le premier ne pourra pas se faire opérer et n’aura rien du tout, alors que sa situation est bien plus inquiétante sur le plan médical.

Comme le dit si bien Noé, si les professionnels font des accidents souvent par mégarde ou inattentions, alors que dire des bricoleurs du week-end inexpérimentés, qui en prennent pour leur grade en faisant des maisons coup de main : éclats dans l'œil, coupures diverses avec des scies électriques, coups de marteau sur les doigts, tondeuses à gazon, chutes des toitures, lors des nettoyages, chutes des arbres.

Enfin il faut tenir compte en plus des AT survenus le WE chez des travailleurs (sic) bénévoles, mis au travail par des associations qui ne cotisent pas à l’URSSAF.

Avec toutes ces distinctions, les statistiques ici données par un Observatoire ORS seraient tout autres

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales