Social

Entre 10.000 et 25.000 personnes lors des manifestations du LKP

10.000 selon la préfecture, 25.000 selon le LKP. L'affluence était importante lors de la manifestation programmée à Pointe-à-Pitre ce mercredi après un mardi des plus timides. Une mobilisation générale organisée pour dénoncer le "non-respect" du protocole du 4 mars après la difficile rencontre avec la Ministre de l'Outre-mer il y a deux semaines. Aucune répercussion économique notable n'a été observée.


Entre 10.000 et 25.000 personnes lors des manifestations du LKP
Le 14 novembre dernier, le Comité de suivi des accords du 4 mars s'était soldé par un échec entre le leader du Lyannaj kont pwofitasyon (LKP) Elie Domota et Marie-Luce Penchard. Il n'avait pas manqué d'annoncer une mobilisation générale d'importance pour les 24 et 25 novembre en réponse à cet échec.

Quelques jours plus tard, le constat semble partagé entre une première journée timide et une seconde journée plus suivie où ce ne sont pas moins de 25.000 manifestants qui se seraient déplacés dans les rues de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Un chiffre en concurrence logique avec celui qui a été annoncé par les forces de l'ordre, 10.000.

Partis du siège du LKP en milieu de matinée, les manifestants ont arpenté les différents axes du chef-lieu avec en tête de cortège, les maître à penser du LKP, Elie Domota et Ismar Oguenin, le poing levé. Au fur et à mesure de la progression du cortège, les rangs se sont donc gonflés aux côtés de la quinzaine de syndicats locaux présents à cette occasion.

Marie-Luce Penchard "prend acte"

Du côté de l'activité économique, aucune répercussion négative n'est à noter durant les 48 heures de "mobilisation générale". Les centres commerciaux et autres entreprises n'ayant pas baissé leurs rideaux.

Après son court séjour à l'île de la Réunion, Marie-Luce Penchard a "pris acte" de la mobilisation d'une partie de la population et a indiqué, dans un communiqué, que "l’économie guadeloupéenne n’a pas été entravée de façon significative pendant ces deux jours".
La ministre de la rue Oudinot et prochaine candidate aux Régionales en Guadeloupe, a également affirmé que cette grève correspondait aux voeux qu'elle avait énoncé quant à une "évolution de l'expression sociale collective plus conforme à l'intérêt général et plus respectueuses de la liberté de circulation des personnes...".

Le 14 novembre dernier, lors d'une réunion avec Elie Domota, elle avait accusé le leader charismatique "d'agir par intimidation" et de chercher un prétexte pour organiser cette même grève.
Vendredi 27 Novembre 2009 - 07:40
Ludovic Robert
Lu 1668 fois




1.Posté par HOARAU le 27/11/2009 08:59
ALLEZ ELIE, TOI TU EN AS, PAS COMME LES LARVES FAYOTS MACROS QUE NOUS AVONS ICI : POLITIQUE/MEDEF/GROS BEKES...

2.Posté par pecpec le 27/11/2009 10:06
Mon pauvre ami comment soutenir un parasite comme ce Domota. Ce n'est qu'un voyou qui entraine derrière lui le pauvre peuple qui va bientôt crever de fain dans son île. Lui ne risque rien il est fonctionaire d'un état sur lequel il crache. La grosse paye et pas de soucis de fin de mois, vivement le rétablissement des lois Debré que ce genre de sales types soient déplacés, c'est la seule solution pour éviter la ruine de la Guadeloupe.

3.Posté par Elie .... depuis 1811 le 27/11/2009 12:54
M Pecpec... post 2,

Vous y alliez un peu fort là quand même ; .... déplacés... loi débré....

Respectez la légitimité de M Domota svp !
On a le droit d'être d'accord oup pas... mais on es tous contraint au respect !

4.Posté par justin de Guadeloupe le 27/11/2009 17:05
Qui était dans la rue mercredi? Beaucoup de femmes qui ne travaillent pas et en profitent pour rejoindre un déboulé carnavalesque, des fonctionnaires qui ne prennent aucun risque car les jours de grève sont rémunérés en Guadeloupe, des chômeurs.... Les travailleurs du privé, eux, étaient dans les entreprises! Le LKP n'est plus suivi par la grande majorité des Guadeloupéens.. L'économie s'est effondrée, les touristes ne viennent plus, les entreprises ferment et laissent sur le carreaux des chômeurs par centaines. Les Guadeloupéens ne sont pas dupes et savent très bien où veut les mener le LKP. D'ailleurs, au contraire de la Martinique et de la Guyane, personne, ici, n'ose proposer un référendum pour une évolution statutaire.

5.Posté par David le 28/11/2009 09:17
Entendre le LKP parler de "respect" et de "non respect" me donne le fou rire d'abord et la nausée ensuite.

6.Posté par David le 28/11/2009 09:18
Post 3. En quoi Domota a-t-il une légitimité ?

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/11/2009 23:27
le gouvernement se fout il de la gueule des militants LKP, en ne faisant rien pour l'instant pour contraindre à l'application de l'accord Binot ????

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/11/2009 23:29
oh j'avais pas lu pecpec....encore un nostalgique du doux temps de la colonie...arf...comme disait thierry, vivement que le temps passe, il fera sans nul doute son effet inéluctable vis à vis de ce genre d'individu..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales