Santé

Enquête sanitaire : Le "chik" n'est pas à l'origine de tous les maux

Si de nombreuses personnes souffrent encore, trois ans après l'épidémie du chikungunya, ce virus n'est pas le seul responsable des douleurs articulaires persistantes. D'autres pathologies doivent être prises en considération, selon une enquête sanitaire.


Le fait d'avoir eu le chikungunya "n'explique plus le fait d'avoir des douleurs articulaires. Le chik a été démasqué et n'est pas à l'origine de tous les maux", explique le docteur Philippe De Chazournes, chef de projet chikungunya à l'URML (Union Régionale des Médecins Libéraux).

L’Union Régionale des Médecins Libéraux de la Réunion (URML), la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de la Réunion (DRASS) ainsi que la cellule de l’Institut de Veille sanitaire en Région (Cire) ont lancé une étude visant à estimer la proportion des manifestations articulaires persistantes dans la population réunionnaise, trois ans après l’épidémie.
Une étude transversale a été conduite entre le 14 avril et le 15 mai 2009 auprès de la population réunionnaise de plus de 18 ans consultant un médecin généraliste. Parmi les 273 patients inclus dans l'analyse, 70% étaient des femmes et l'âge médian était de 48 ans.

La gestion de crise récente sur les cas de chikungunya, détectés dans l'Ouest, a montré une articulation rapide des moyens matériels et humains. Les professionnels ne cessent de le répéter, la prévention et la vigilance restent de mise comme cela a été le cas, la semaine dernière, avec l'opération Kass'moustik. Cette gestion de veille sanitaire doit pouvoir toutefois évoluer à partir d'analyses historiques.

"Le chikungunya a eu bon dos"

En 2005-2006, l'île de la Réunion a connu une épidémie de grande ampleur qui a touché tout l'Océan Indien (38% de la population atteinte, soit 300.000 cas). Si les symptômes de cette maladie, dans sa phase aiguë, ont fait l’objet de nombreuses études, la possibilité d'une persistance à long terme de manifestations articulaires a été jusqu’à présent peu documentée.  

Dans les locaux de la Drass, ce matin, une première restitution a été faite et apporte déjà des informations pertinentes pour la prise en charge des patients ayant eu le chikungunya à La Réunion, et pour l’identification de populations cibles pour la prévention vis-à-vis d’épidémies futures.
Le docteur Christine Jaffar-Bandjee du CHD confirme que "le chikungunya a eu bon dos mais aujourd'hui il faut arrêter de dire que c'est lui qui est à l'origine de toutes les souffrances".
Des facteurs sont, en fait, associés à la persistance de manifestations articulaires, à savoir un âge supérieur à 48 ans, un IMC (Indice de Masse Corporelle) supérieur à 25, des antécédents de diabète et de dorsalgie.

Selon l'étude, il apparait donc qu'une personne qui se plaint de douleurs articulaires et qui a eu le chikungunya, si on enlève les facteurs à risques tels que l'obésité, l'âge, le diabète et le mal de dos, "on ne peut pas dire que c'est le chikungunya et il faut alors chercher autre chose" a conclu le docteur Philippe De Chazournes.
Jeudi 5 Novembre 2009 - 17:27
Melanie Roddier
Lu 1535 fois




1.Posté par Cambronne le 05/11/2009 19:40
Merci enfin la vérité qui dérange j'espère que cela fera réfléchir lorsque les files d'attentes devant les" drive in " de la malbouffe parce ce que les gens ne savent plus éplucher trois carottes et couper deux tomates avec un peu betterave , disons que les 5 fruits ce n'est pas la panacée... quand un truc avec un steak entre deux tranche de pain de mie et des sauces dont on ignore la composition chimique coute plus 1.50 euros équivalant au prix d'un kilo de pommes ou de carottes ...

2.Posté par Ca suffit , si je pouvais oser .... ! Je suis insolent mais le 06/11/2009 08:08
Quand j'entends les commentaires exonérant ce moustique et éxonérant la non assistance à personne en danger, j'ai envie de dire à ces toubibs apprentis sorciers politicards : " assez fait chier domoune ". Retournez à votre médécine européenne, laissez nous avec nos herbages . Bon voyage à vous.

3.Posté par FAIVRE DANIEL le 06/11/2009 13:35
Qu'elle enquête le "Chik" pas a l'origine de tous les maux, de qui se moque t'on voila pourquoi
nous les pauvres citoyents nous ne faisont plus confiance en la médecine, sommes nous des ètres humains ou de la clientèle qui permète a des grands groupes pharmaceutique de s'enrichire sur les plus pauvres,sa raporte a tous le monde médical,mais plutôt que de subir des épidémies,il faut intervenir avant, comment; nétoyé faire une réunion propre, faire en sorte
que les personnes qui ne respecte pas la nature change de comportement,l'environement les déchets, c'est de la responsabilité de tous les citoyens, il faut plus de débat, de motivation sur
la propreté pour un résultat une meilleur santée pour tous les habitants.
Un malade du chik qui soufre encore mais qui n'accepte pas la fatalité.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales