Société

Endetté, le Conservatoire Botanique de Mascarin est dans le dur


Endetté, le Conservatoire Botanique de Mascarin est dans le dur
Le Conservatoire Botanique National de Mascarin fait face à des difficultés financières qui ont précipité des décisions radicales. Sa dette, qui avoisinait les 800.000 euros au 1er juin dernier, est en train d'être apurée. Le 3/4 du personnel a par ailleurs été basculé sous la responsabilité financière du Conseil général pour permettre au Conservatoire de perdurer.

Au mois de juin dernier, sans tambour ni trompette, l'historique Conservatoire Botanique National de Mascarin (CBNM) s'est scindé en deux entités distinctes. Une question de survie. Le Jardin botanique de La Réunion était créé. L'opération permettait au Conseil général d'intégrer sous sa coupe 32 employés maintenant embauchés sous forme de CDI de droit public.

Quant à l'autre entité originelle, à savoir le Conservatoire botanique, elle a conservé un noyau ultra réduit de 15 personnels. Les 47 employés continuent de travailler sur site mais à l'image des ATSEM dans une école, la majorité des employés du site répondent désormais à la collectivité de tutelle qui récupère la gestion du domaine.

Une masse salariale importante

Cette scission répondait à deux impératifs. L'urgence allait à l'insoutenabilité d'une dette qui ne cessait d'enfler au fil des années. Soit 800.000 euros en juin dernier, essentiellement constituées de charges sociales, accumulées sur plus de dix ans. Selon un administrateur, ces difficultés financières résultent aussi en partie des désengagements des institutions. A commencer par les subventions de l'Etat, qui n'ont eu de cesse de se réduire, du Conseil régional ensuite, engagé aux côtés du Conservatoire au titre de ses compétences en matière de préservation de la biodiversité et dans une moindre mesure du Conseil général, dont "l'apport financier a été constant mais sans plus", selon un administrateur du CBNM.  

Cette ardoise respecte, selon nos sources, un plan de remboursement de 60.000 euros mensuels "très stricte" entamé il y a trois mois auprès de la CGSS, soit déjà 160.000 euros. Le CBNM s'est engagé auprès de la CGSS à apurer toute sa dette sociale à la fin de cette année.

Ce plan de redressement des comptes n'aurait pas été possible sans l'amputation de la majeure partie du personnel, affecté sous la coupe du Département. Un proche du dossier confirme que "l'accumulation des dettes sociales, résultat d'une masse salariale importante (47 employés) a amené à cette situation". En transférant 32 employés vers le Conseil général, "on nous allège d'un poids certain". Le remboursement de cette dette s'effectue sur les fonds propres de la structure désormais "allégée".

L'autre condition de cette scission dictée par des comptes dans le rouge était, pour le Conservatoire, de continuer à pouvoir bénéficier de l'agrément national de "conservatoire botanique". Un label qu'il n'aurait pas pu conserver si la structure n'offrait pas la garantie d'être "juridiquement indépendante d'une collectivité publique".
Samedi 27 Septembre 2014 - 08:59
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 3599 fois




1.Posté par bizarre bizarre... le 27/09/2014 10:52
a la REUNION rien ne marche trop de copinages!!!

2.Posté par noe le 27/09/2014 11:05
Je me demande c'est qui l'imbécile qui a fait toutes ces dépenses de prestige ?

3.Posté par qoop le 27/09/2014 11:28
Le café installé au milieu du jardin pourrait à lui seul dégager beaucoup plus de bénéfice si on pouvait y accéder sans s’acquitter d'un droit d'entrée ou à la rigueur à un tarif moindre.
D'autant plus que les expo ne changent pas.
Deux modes d’accès. L'un pour les visiteurs qui veulent un accès complet. Et l'autre pour ceux qui veulent juste profiter du cadre en dégustant un café et un crêpe. Ce serait aussi l’occasion de promouvoir certain produits locaux.

4.Posté par Boeuf Moka le 27/09/2014 12:56
Pendant que nos jeunes diplômés créoles des grandes écoles doivent s'exiler à l'étranger, des gens de "l'extérieur" viennent piller nos ressources publiques.
Ils ont de la chance d'avoir toujours un CDI!
Si c'était mon entreprise, je les aurai viré sans tambour ni trompette!

Signé : un artisan créole

5.Posté par Dommage le 27/09/2014 13:04
sous la coupe du Département

Eh oui, encore des gens qui mine de rien vont devenir , malgré des "CDI de droit public" des précaires de la politiques...
Lorsque quelqu'un du conseil général voudra placer un copain, il suffira de virer l'un des employés ( car contrairement à ce que beaucoup croient , être en CDI n'est pas être titulaire...)
On parie qu'avec les élections qui approchent ça va arriver plus vite qu'on ne l'imagine.

Quant à la gestion calamiteuse de la structure , il y a bien un responsable , un gestionnaire et un directeur qui ont pris les mauvaises décisions , que deviennent-ils , eux?

6.Posté par Why not? le 27/09/2014 13:33
Visiblement, le conservation aurait de quoi plaire,mais , y étant allé plusieurs fois , je ne vois pas de changement dans la diversité des plantes et fleurs ! j'ai rarement vu des ouvriers travailler et l'accueil pourrait être plus symphathique ! les portes ouvrent rarement à l'heure, le snack bar est hors de prix pour un menu picnique des plus banal ! bref il faut revoir entièrement sa copie et mettre un dirigeant à poigne pour reprendre tout cela !!
Comparativement , le jardin de l'Eden , boîte privée est beaucoup plus agréable !!

7.Posté par ndldlp le 27/09/2014 13:48
en règle générale, les pénalités sont annulés en cas de remboursement du principal. c'est une négociation élémentaire à réaliser en lien avec les conseils de ce type d'établissement.

au fait..on peut avoir le nom des administrateurs incompétents ??

8.Posté par rsl le 27/09/2014 14:14
La reunion "ile intense".
On a viré 1000 emplois de l'ARAST .................................et on en "crée" 30 de plus au CG!
Nassimah arrête de gaspille l'argent du contribuable svp.

9.Posté par Payet le 27/09/2014 18:05
Avec un directeur défrayé de tout, magnifique villa de fonction, eau, téléphone, électricité, impôts, voiture de fonction et un salaire de ministre depuis plus d'une décennie !!! Et toutes ces soirées privées au frais du "con " tribuable, réservées aux copains !!! Allez rôder où ça la passe l'argent !!!

10.Posté par posez-vous la question le 27/09/2014 18:32
800.00 euros c'est pas une paille et depuis dix ans , et là on dit il y à un problème c'est qui le patron dans la boutique , si c'étais sa propre boutique il aurait réagie depuis longtemps ces simple il fait recette et dépense et là il comprend tout de suite ce qu'il faut faire , les responsables qui sont à la tête de ça et qui sont chargé de gérer devrait être jugé et condamné trop facile

11.Posté par nicolas de launay de la perriere le 27/09/2014 19:09
Des noms..
des faits...

12.Posté par KLD le 27/09/2014 22:42
ah , ah , ...hi hi .. !

13.Posté par blacko le 28/09/2014 04:46
pas trop de reunionais dans cette boite

14.Posté par cimendef le 28/09/2014 10:32
Bonjour l'accueil dans cette structure.
J'y suis allé une fois et ne compte pas y retourner
Vu l'état du jardin lors de ma visite je croyais bêtement qu'il n'y avait qu'un seul jardinier et j'apprends qu'il y a pléthore d'employés !!!!!!!!!!!!!!!!
Qu'ils mettent la clé sur la porte pour cause de mauvaise gestion

15.Posté par ? le 28/09/2014 12:44
Route du littoral: Des Milliards Deuros
St Leu: Il Voudrai 1Puy Du Fou
Tampon:idem
Irt: ??????????
Personne pour permettre a cette structure de mieux fonctionner et perdurer.
Reunion Tourisme Unesco Blablabla.....Merci Conseil Regional Et General Merci IRT Merci Aux Elus De Met La Reunion En Lair...

16.Posté par Raoul le 28/09/2014 17:23
Alors,comme çà rien ne marche,et pourtant les moyens sont là,avec nombres de personnels en tout genre venus de Métropole.Ah,le piston,quelle belle invention.Heureusement que l'intérêt géostratégique existe.

17.Posté par Au secours ! le 28/09/2014 18:04
Fermez moi ce truc à fric ! Ce truc à copinage ! Ce truc qui ne sert pas à grand chose mais où certains se servent ! On ferme, par ici la sortie .

18.Posté par MARIE le 29/09/2014 09:49
après dit créole lé raciste, çat y sort dehors y arrive y déroule à zot le tapis la, salaire voiture fonction emploi copinage, après zot y pile quand na put rien po gagné zot y retourne, pendant tout ce temps créole y reste a terre voilà la réunion de demain

19.Posté par Raoul le 29/09/2014 10:37
Tout à fait d'accord Marie,sauf que les créoles aussi sont complices du système pour une partie d'entre eux,car à y regarder de plus près,le système installé par nos élites de tout bord n'est dédié qu'à eux.Si clientélisme il y a durant les élections,c'est qu'il est possible d'acheter les gens et que ces derniers ont à y gagné.Le résultat est la division,le cloisonnement pour mieux régner sur un territoire.Cela fait plusieurs générations que l'on vous ment,et que vous cautionnez car vous avez à y gagner.Le système est ainsi fait;il est implacable,immoral,crapuleux,sans éthique ni déontologie; seuls les plus lâches s'en sortent le mieux.République bananière avec l'argent de la République Française.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales