Actu Ile de La Réunion

En cas de pollution maritime, La Réunion est prête

Pendant ces deux derniers jours, l'ensemble des services de l'État a été mobilisé, à savoir la Dram (Direction régionale des affaires maritimes), la Diren, la Préfecture, le TPG (trésorier-payeur général), la DDE, les pompiers, le Cross (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage), la police nationale et municipale et la gendarmerie. Au total 150 militaires et autant de civils pour un exercice d'état major en grandeur réelle pour tester l'efficacité de l'interaction des services en cas de grosse pollution en mer.


Deux plans ont été déclenchés : le Polmar mer et le Polmar terre. Le but était de "tester les relations, la complémentarité, l'efficacité des échanges d'informations", indique Jean-François Moniotte, directeur du cabinet du Préfet.

Il s'agit également, après réception du Retex (retour d'expérience) effectué par une équipe d'évaluateurs de la Dram, d'aboutir à un plan Orsec maritime dans le premier semestre de l'année prochaine.

Cet exercice s'est basé sur l'hypothèse d'un pétrolier ayant heurté à 25 km des côtes de La Réunion un conteneur qui avait été perdu par un autre bâtiment et qui a occasionné une brèche dans sa coque. Conséquence : plus de 300 tonnes d'hydrocarbure ont été déversées dans les eaux et ont créé une nappe de pollution. "Il a fallu à la fois gérer la nappe et l'engin ayant subi une avarie" explique Dominique Riban, capitaine de vaisseau et commandant de la zone maritime Sud de l'Océan Indien. "Ce bâtiment s'est retrouvé sans propulsion et incapable de manœuvrer". Il a fallu le prendre en remorque après une évaluation qui a entrainé l'hélitreuillage d'une équipe de la Dram pour évaluer les dégâts et aider à la décision de ramener le bateau.

Le plan Polmar Terre a été déclenché après la décision de ramener le pétrolier dans la baie de Saint-Paul à cause du risque de pollution de la côte, c'est-à-dire des barrages flottants pour protéger la ferme Aquacole, la réserve et la baie de Saint-Paul. Le nettoyage des côtes a été effectué par des agents de la ville de Saint-Paul et par les agents de la DDE.

Il a fallu ensuite pomper le reste du carburant qui s'échappait et colmater la brèche de façon à mettre le bateau en sécurité et le remorquer vers un port de réparation.    
Mercredi 28 Octobre 2009 - 18:25
Karine Maillot
Lu 1445 fois




1.Posté par ADDOU MORAD le 28/10/2009 22:20
Bonjour,
ce qui est certain c'est que l'opération était visible notamment quand l'un des navires escortant le bâtiment de transport La Grandière qui simulé l'avarie c'est mit à décrasser sa cheminée devant les touriste de Saint gille....
ce fut un jolie panache de fumée noire sur plusieurs centaines de mètre question exercice anti-pollution c'est raté pour cette fois.Peut-être la prochaine fois...

(dommage que l'on ne puisse pas vous envoyer des photos)

(Précision de Pierrot Dupuy : Vous pouvez envoyer les photos sur contact@zinfos974.com
Merci par avance)

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/10/2009 15:15
et en cas de "pollution politique"..?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales