Social

Emplois verts et prix du gaz: Total désaccord entre Ratenon et la Région


Après une journée entière de discussions avec des élus de la Région hier, et la menace pesante de camper au sein de la pyramide inversée si la situation ne se débloquait pas, Jean-Hugues Ratenon et une délégation de trois associations d'emplois verts ont finalement quitté les lieux.

Il était environ 20 heures quand Jean-Hugues Ratenon et 7 autres personnes - craignant de se faire violemment expulsés dans la nuit (voir vidéo) - décident de s'en aller… bien malgré eux. Car les réponses obtenues en fin de journée par les conseillers régionaux, Dominique Fournel et Valérie Bénard, ne les satisfont guère.

Tel un véritable dialogue de sourds, Région et ARCP ont multiplié les échanges avec la Région pour en arriver finalement à une conclusion similaire à celle du départ. L'ARCP et les trois associations demandent à la Région de s'engager sur sa quote part d'emplois verts, mais la collectivité renvoie la balle vers l'Etat. "On peut comprendre que les associations soient déçues mais nous sommes un relais dans l'organisation, le financement principal vient de l'Etat. Il doit prendre ses responsabilités dans la poursuite de son dispositif", indique Dominique Fournel (voir son interview en vidéo).

Jean-Hugues Ratenon a pour sa part estimé que la non-réponse de la collectivité revenait à dire que "la Région, premier maillon de la chaîne, porte une lourde responsabilité dans cette affaire. La Région a décidé de bloquer sa commission de notification sous prétexte qu'elle n'a pas reçu de garanties de l'Etat sur les prochains financements. Mais l'Etat lui rappelle qu'elle a dépassé son quota en 2012… La Région a fait une gestion hasardeuse du dispositif", conclut-il avant de présenter ce qui pourrait être la seule alternative, selon lui, à une issue au conflit : "Il faut que l'Etat et la Région ouvrent les discussions".

La tension est palpable. "On en a marre. Nous sommes à la Région en ce moment, mais nous irons voir aussi le Conseil général et ailleurs… On s'aperçoit que les réunions de travail se multiplient depuis plusieurs mois, chacun est poli mais en attendant les associations meurent", lance une dame.

En parallèle à cette action, la plateforme poursuit son combat du côté des grilles de la Préfecture, car pour elle, seul l'Etat peut agir. Jean-Hugues Ratenon estime que leurs actions sont complémentaires et rappelle que l'ARCP a été appelée, par quelques associations, pour les aider à mener la bataille. "L'ARCP a toujours fait été sensible à la situation des emplois verts, ce n'est pas pour nous un combat nouveau car il s'intègre, plus globalement, dans la bataille contre la pauvreté", explique Jean-Hugues Ratenon interpellé par les journalistes sur l'exaspération de Gérard Agathe, l'un des leaders de la plateforme, à le voir mener des actions en marge qui ne lui paraissent pas utiles.

Et dans son combat contre la pauvreté, Jean-Hugues Ratenon a profité de son déplacement à la pyramide inversée pour demander au président, Didier Robert, de s'engager sur le prix de la bouteille de gaz en 2013. Ici encore, aucun engagement formel n'a été donné. "Notre engagement de maintenir le prix de la bouteille de gaz à 15 euros jusqu'au 31 décembre a été tenu. Désormais nous mettons tout en oeuvre pour que, avec les partenaires que sont le Conseil Général et la Préfecture, le prix de la bouteille de gaz soit maintenu à un prix le plus bas possible", a avancé Dominique Fournel.

Pour Jean-Hugues Ratenon, le risque est grand de voir, au 1er janvier 2013, le prix de la bouteille de gaz augmenter d'au moins 8 euros. Il prévient d'avance, "nous nous préparons à une mobilisation".
Vendredi 7 Décembre 2012 - 07:17
.
Lu 539 fois




1.Posté par zipé le 07/12/2012 07:48
pour ceux qui croient que la bouteille de gaz est moins chère en métropole: j'y étais il y a 2 mois, elle était a 29 euros.....

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales