Economie

Emploi : Un "arsenal d'aides" pour inverser la courbe du chômage

Alors que plus de 132.000 Réunionnais étaient demandeurs d'emplois à la fin février 2013, le Service public de l'emploi régional a présenté une nouvelle fois les outils disponibles pour les lutter contre le chômage. Outre les emplois d'avenir, dont seulement 214 ont été signés à ce jour, les contrats de génération ou encore les crédits d'impôts pour la compétitivité et l'emploi constituent des solutions encore méconnues pour "inverser la courbe du chômage".


Le SPER (Service public de l'emploi régional), s'est réuni ce lundi en préfecture. Cette instance de dialogue et d'échanges sur la stratégie de l'emploi au niveau local, qui réunit l'Etat, les collectivités et les partenaires sociaux, a fait le bilan de la situation du marché du travail et de l'emploi à la Réunion.

Et force est de constater que le bilan est alarmant puisque le chômage a augmenté de 9,3% sur un an (chiffres de février 2013). 132.260 Réunionnais étaient demandeurs d'emploi insrits en catégorie A à la fin février. Un chômage qui touche en premier lieu les séniors (23.400 personnes) et les jeunes (22.400).

Pour inverser la courbe du chômage en 2013, objectif affiché du gouvernement, le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, a présenté sa "boîte à outils", présentée comme un "arsenal d'aides en faveur de l'emploi".

Les contrats aidés et CAE DOM

L'enveloppe distribuée pour le premier semestre 2013 est de 9.000 contrats aidés d'une durée de 12 mois dans le secteur non marchand, dont 3.000 réservés aux bénéficiaires du RSA. En 2012, 24.117 contrats aidés ont été distribués pour une durée moyenne de sept mois.

Les contrats affectés au secteur marchand, les CAE-DOM, sont en légère hausse : en 2013, 3.205 CUI-CAE-DOM sont déployés à la Réunion,contre 2.958 l'an passé.

Les emplois d'avenir

La Réunion dispose de 5.000 emplois d'avenir pour 2013. Seulement, à ce jour, seuls 214 emplois ont été signés. Mais pour le préfet Jean-Luc Marx, "l'objectif reste atteignable". Signe encourageant selon lui, 363 emplois sont en instance de signature et 922 autres sont en cours d'instruction, pour un total de 1.499 emplois d'avenir bientôt distribués. "On n'est pas les meilleurs" par rapport aux autres régions, admet le préfet. En cause notamment, des contrats jugés trop chers par les collectivités locales, qui doivent payer 25% de reste à charge. "Le processus a démarré", a ajouté Jean-Luc Marx.

Les contrats de génération

Nouvel outil proposé par le gouvernement, le contrat de génération permet aux entreprises d'obtenir une aide de 12.000 euros sur trois ans si elles recrutent un jeune âgé de moins 26 ans, sous conditions de maintien en emploi d'un senior de 57 ans et plus ou recruté à 55 ans et plus.

A la Réunion, 8.000 salariés sont âgés de 55 ans et plus dans les entreprises tandis que le nombre de demandeurs d'emplois de 50 ans et plus a triplé depuis janvier 2008 (+21% sur un an seulement).  

Les entreprises de plus de 300 salariés ont obligation de négocier et de conclure un accord, ou à défaut un plan d'action, portant sur des engagements en matière d'intégration durable des jeunes, de recrutement et de transmissions des savoirs et des compétences. A défaut, elle sont assujetties à une pénalité financière.

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi

Réservé aux entreprises mais encore méconnu, le CICE permet à toutes les entreprises de bénéficier d'une réduction d'impôts 2013. Cette réduction d'impôts correspond à 4% des salaires versés, ceux-ci ne devant pas excéder plus de 2.5 fois le SMIC. Ces 4% des salaires versés, l'entreprise ne les paiera pas sur son impôt bénéfice ou sur son impôt revenu de fin d'année.
Lundi 15 Avril 2013 - 16:27
Lu 1165 fois




1.Posté par le taz le 15/04/2013 18:43
et rien sur le carnet de commandes, qui conditionne le travail qu'aura à effectuer les ""travailleurs"".
décidément, ces bras cassés dont leur chef, pépère est-il à la hauteur, n'ont rien compris.
les gens ne consomment plus, car trop cher, et plutôt que de jouer sur la fiscalité (à part une éventuelle baisse d'impot en 2014, si l'entreprise n'a pas coulé avant), rien sur la compétitivité.
et bien soit, gens de gauche, continuez à nier la réalité, continuez à dérouler votre dogme irréaliste, irresponsable....
l'embauche ne repartira pas.
une société qui a besoin d'un salarié pour produire 1 article, si déjà il paye 100 salariés alors qu'il ne vend que 60 produits, cela signifie que 60 travaillent et 40 sont en "trop"..., commet voulez-vous que l'entreprise embauche des salariés supplémentaires dans ces conditions ?
alors que la perspective est de voir diminuer le carnet de commandes, vu les mesures du gouvernement....
c'est délirant,
c'est le socialisme dogmatique qui nous conduit à des fermetures/délocalisations de nos productions. l'état refuse de baisser la fiscalité, l'entreprise le fera par délocalisation.
oups.... c'est déjà ce qui arrive....

2.Posté par David Asmodee le 16/04/2013 07:03
Si le gouvernement croit que le chômage va baisser avec ces mesures débiles, il se fourre le doigt dans l'oeil...pour ne pas dire ailleurs.
Avec 4% de salaires versés, je ne vois pas qui je vais embaucher avec ce pourboire. Il me reste 5 salariés sur 10... 4% de 25 salaires annuels, ça fait un salaire entier pour l'année. En dessous, c'est débile. Ou alors, il faudrait que les socialauds plus propres et plus intelligents que tout le monde nous expliquent.

La seule et unique chose que je vois, c'est que le gouvernement a commencé la chasse à l'entrepreneur depuis mai 2012. Les gens ont peur et n'investissent plus.

Avant de prendre des mesures débiles, il faut rétablir la confiance. Avec le matraquage fiscal, c'est pas gagné.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales