Social

Elle dit oui à son compagnon décédé

"Mademoiselle Adelin Rose-Marie, voulez-vous prendre pour époux et légitime Monsieur Chan-Weng-Yen, Jean Eloi? Oui je le veux". Vêtue de blanc, Marie Adelin a dit "oui" sous un tonnerre d’applaudissements, entourée de ses enfants et de ses témoins.


Elle dit oui à son compagnon décédé
Acquiescement dans un mariage peu banal, puisque cette Saint-Andréenne vient d’épouser son compagnon, décédé en 2005.
"Cette union et une belle histoire. C’est évidemment la première fois pour moi mais aussi pour la ville de Saint-André", raconte le maire Eric Fruteau.
C’est donc à titre posthume que Marie Adelin a officialisé son union avec Jean Eloi, emporté par une crise cardiaque le 25 septembre 2005, quelques jours avant leur mariage. Les bans avaient été publiés, la salle de mariage réservée, le traiteur commandé et même la robe était prête.
Ils vivaient en concubinage depuis 25 ans, et ont eu trois enfants, aujourd’hui âgés de 22, 17 et 5 ans.
Marie Adelin avait effectué les premières démarches il y a trois ans, le 10 novembre 2005 s’adressant pour la première fois au procureur de la République. Ce n’est qu’en juillet dernier qu’on apprend à la future mariée que le décret autorisant leur union a été signé par le Président de la République, le Premier Ministre et la Garde des Sceaux.
"Je l’ai fait pour moi et mes enfants", explique Marie, émue, après la cérémonie, et prête à entrer dans la voiture blanche qui l’emmène au cimetière pour se recueillir sur la tombe de son mari.
Vendredi 24 Octobre 2008 - 19:31
Melanie Roddier
Lu 749 fois




1.Posté par CREOTAS le 25/10/2008 13:18
Voilà un cas étonnant: un mariage sans consentement d'un des intéressés (tu m'étonnes, il n'est plus là), quand bien même " les bans avaient été publiés, la salle de mariage réservée, le traiteur commandé et même la robe était prête. Ils vivaient en concubinage depuis 25 ans, et ont eu trois enfants"...etc

Le mariage pour l'état civil est un contrat qui suppose le consentement des deux personnes concernées. Il se manifeste au moment de la cérémonie, (le fameux "oui" devant le responsable de l'état civil (mairie) à la non moins fameuse question: ".X (prénoms nom), voulez-vous prendre pour époux-épouse Y ou Z (prénoms nom) ici présent(e)"?.

Et là, à moins de faire tourner les tables ou, à la rigueur (mais il pourrait changer d'avis par la suite, donc c'est limite) d'avoir signé avant un contrat de mariage écrit devant notaire pour régler les problèmes matériels (sort des biens...), ce qui ne semble pas être le cas ici, il n'a jamais dit le fameux "oui" à la fameuse question qui ne lui a jamais été posée...

Et qui du devoir mutuel de secours d'assitance de vie commune? Et je ne parle pas de l'aspect festif et symbolique du mariage qui suppose la présence physique des 2 personnes concernées..... Elle prend la voiture blanche ... et va au cimetière...!

Et pourquoi pas aussi épouser le fils de Louis XIV ou de Saint-Louis tant qu'à faire? Avec l'accord du Président de la République et du Garde des Sceaux.... Ou celui d'Adam et Eve? Ou de Gengis Khan ou César? Ah oui, c'est vrai, les bans n'étaient pas publiés, etc..... J'exagère, Mais quand même!

Tant mieux pour la dame si ça peut lui apporter un plus au plan affectif voire financier, mais faut arrêter le n'importe quoi et s'en tenir à la réalité. Il est hélas décédé. Bon, ben c'est fini. Point. Inutile de se lancer dans une telle procédure et que le Parquet dise "amen"!

Y'a vraiment pas déjà assez de pbs à régler autrement plus sérieux et qui font que par exemple les magistrats font grève, pour s'occuper de ce genre de chose?

On atteint ou dépasse les limites de cette "institution" qu'est le mariage, là. Même si le code civil le permet, n'est-on pas en train de planer complètement ...?

Pour paraphraser une oeuvre de Reiser: "On vit une époque formidable!"

2.Posté par Grachus le 25/10/2008 21:26
Dérapage, CREOTAS. Cette cérémonie n'est rien de plus qu'un acte symbolique très fort d'amour. Le mariage posthume n'emporte aucune conséquence patrimoniale, pas de succession par exemple. Il s'agit juste d'une femme qui veut exprimer à la société son amour pour son défunt, qui veut que ses enfants aient une maman qui porte le même nom qu'eux. Et oui, s'il était encore de ce monde, il aurait tout à fait pu dire "non" le jour fatidique. Mais on ne le fait pas pour lui, ni contre lui puisqu'il ne sera jamais porté atteinte à ses intérêts patrimoniaux. On le fait pour ceux qui restent et qui doivent apprendre à vivre sans lui.
Et vous devriez faire attention à ce que vous dites, la Réunion est une petite île et des lecteurs de ce blog peuvent des membres de sa famille, auraient pu être là à la cérémonie. Que vous la méprisiez à ce point est insultant pour eux.

3.Posté par CREOTAS le 26/10/2008 08:17
Je ne fais aucun dérapage GRachus pas plus que je ne méprise quiconque. Relisez. Je pose simplement la question d'un mariage sans que l'un des intéressés soit là.
Relisez avant de parler de dérapage ou de mépris.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales