Economie

Élections à la CMA : "Bernard Picardo a travaillé pour lui et pas pour les artisans" (J-F Maillot)

À quelques jours des élections à la Chambre de métiers et de l’artisanat, Jean-François Maillot, a dévoilé son programme. En cas de succès, le responsable du Collectif des syndicats et des associations professionnelles (CSAPR), qui souhaite mettre fin au monopole du RSI, compte revoir en profondeur le fonctionnement de la chambre consulaire, pas assez proche des artisans au quotidien selon lui. Entretien :


"On a quand même pu sauver plus de 2 000 entreprises à travers le RSI depuis 2006"
"On a quand même pu sauver plus de 2 000 entreprises à travers le RSI depuis 2006"
Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Jean-François Maillot, membre fondateur du Collectif des syndicats et des associations professionnelles (CSAPR). Le collectif, créé il y a trois ans milite aujourd’hui dans un premier temps contre le monopole du RSI mais aussi d’une façon plus générale contre les problèmes que rencontrent les artisans.  À travers notre collectif, on a quand même pu sauver plus de 2 000 entreprises depuis 2006... 

Comment votre collectif a-t-il pu sauver plus de 2 000 entreprises ?

Aujourd’hui, le RSI, devenu un cauchemar pour les entreprises, continue à envoyer des mises en demeure. Il y a des artisans qui me disent qu’ils n’osent plus ouvrir leurs boîtes aux lettres le vendredi ! Il y a un problème ! Aujourd’hui, les entreprises sont créatrices d’emplois et ce n’est pas normal qu’elles soient asphyxiées de la sorte par cet organisme qui légalement n’a même pas le droit de nous envoyer un appel à cotisations…

Notre collectif a porté à la connaissance de nombreux chefs d'entreprise cette directive européenne, qui permet de mettre en place une procédure pour faire opposition à ces mises en demeure. Auparavant, de nombreuses entreprises ont dû mettre la clé sous la porte car elles ne répondaient pas à ces avertissements.

Avec cette directive, chaque artisan, chaque indépendant, a la possibilité de s’assurer pour la partie maladie, prévoyance et retraite chez un assureur européen. Et la différence par rapport au RSI, c’est que ces artisans ne sont pas taxés sur leurs bénéfices mais sur leur âge. Dans mon cas, cela m’a permis de voir mes cotisations être divisées par quatre, me permettant de créer un emploi supplémentaire et d’investir dans mon entreprise.

Qu’est ce qui vous a poussé à vous présenter à ces élections ?

Tout simplement parce que la CMA doit être au service des artisans. Vous avez, aujourd’hui le président de la Chambre de métiers, Bernard Picardo, est aussi vice-président du RSI. On voit bien que le RSI ne fonctionnera jamais. Ces personnes qui font partie du RSI ne peuvent pas être du côté des artisans. Ce qui m’a motivé justement à me présenter, c’est bien sûr le problème du RSI mais également le fonctionnement actuel de la Chambre de métiers. De nombreuses personnes ne la connaissent pas ainsi que son président. Nous, nous serons élus à la CMA pour accompagner les chefs d’entreprise, pour que la directive européenne soit appliquée à La Réunion. Je pense qu’aujourd’hui, le rôle de la Chambre de métiers est de partir chez les artisans et non pas l’inverse.
 
Que retenez-vous du bilan de Bernard Picardo ?

Si effectivement il a travaillé, il a travaillé pour lui et pas pour les artisans…En plus d’être président de la Chambre de métiers et de l’artisanat, vice-président du RSI, il est également conseiller régional. Nous avons beaucoup de remontées des artisans qui ne connaissent pas le président de la CMA car il n’est pas sur le terrain, en dehors de la campagne d’apprentissage.

Quelles sont les grandes lignes de votre programme ?

Première grande mesure, nous insisterons sur cette directive européenne qui n’est pas appliquée, voire qui est une dérogation pour La Réunion. Nous mettrons également en place 24 conseillers spécialisés dans l’artisanat sur les 24 communes qui auront pour rôle quotidiennement de rencontrer des chefs d’entreprise pour recenser leurs problèmes, les faire accéder à des marchés publics et de leur proposer ce qu’il y a à la Chambre de métiers.

Autre point, la création d’une cellule composée d’avocats et de juristes, pour alerter au moment M les artisans des nouvelles règlementations. De nombreuses taxes passent et on ne sait pas pourquoi : c’est aussi le rôle de la Chambre de métiers d’informer sur ces taxations et des nouvelles réglementations, chose qu’elle ne fait pas aujourd’hui. En point 4, il y a un rejet des banques, frileuses à l’idée de devoir accorder des prêts et ce quel que soit le montant. Il existe à travers une banque à La Réunion, la BFM, dédiée uniquement aux fonctionnaires. On a déjà eu une rencontre avec deux banques de la place pour créer une BMA, une banque mutualiste des artisans. Cette dernière permettra de simplifier les démarches administratives ainsi que les prêts à l’attention des artisans. On ramène nos fonds à nous, on ne veut pas de subventions.

Enfin, il y a le pôle communication de la CMA à revoir, qui doit être plus axée sur le numérique. Nous lancerons aussi des rencontres mensuelles ou trimestrielles avec les artisans aux quatre coins de l’île : on ne peut pas appeler les artisans tous les cinq ans pour obtenir uniquement leurs bulletins de vote.

Pourquoi voter pour votre liste ?

Nous sommes la seule liste par rapport aux autres qui dit non au RSI. Nous ne demandons pas de ne pas payer le RSI, mais il nous taxe énormément alors que ce n’est pas justifié. On a vu dans le  passé les promesses électorales des candidats et malheureusement, arrivés au pouvoir, ils ont oublié leur programme. Mon engagement aujourd’hui est sans faille, je suis ni achetable, ni vendable. Je suis le seul candidat qui mettra en application son programme sur les cinq prochaines années.

Lundi 10 Octobre 2016 - 11:54
SI
Lu 2630 fois




1.Posté par lorianne le 10/10/2016 12:12
la réélection de Mr Picardo n'est pas a remettre en question, la chambre consulaire à su accompagner les artisans, mettre des outils favorable a leurs développement. La CMAR n'est pas le combat du RSI, doit on rappeler une nouvelle fois, que concernant le RSI il faut réclamer des compte à l'Etat.

2.Posté par georges le 10/10/2016 12:19
M Maillot je suis navré de vous dire mais dans le listings de vos engagements de mandature, nombres d'entres elle sont déjà mise en place. en gros un projet de mandature vide de sens et de propositions concrète, mais en revanche il est facile de se focaliser sur le RSI point sensible des artisans pour les convaincre que vous êtes le bon candidats, mais je ne vous vois pas prévenir ses même artisans que si vous êtes élus vous ne pourrez rien faire la dessus, vous ne serez en aucun décidant sur cette problématique

3.Posté par La bonne blague le 10/10/2016 12:37
Monsieur Maillot, vous faites fausse route, vous savez tres bien que le RSI est aujourd'hui l'apanage de l'Etat. Picardo à fait le boulot (probablement plus que certains gratteur et alimentaires, n'est ce pas ?)

4.Posté par marc le 10/10/2016 12:43
c'est ce qu'on appeler de a politique de caniveau . Un article détracteur qui plus est à la limite mensonger . Si votre ligne de conduite se résuma à casser le président sortant de cette façon et faire des promesses que vous savez tres bien ne pas pouvoir mettre en œuvre , passez votre chemin , moi je vote PICARDO

5.Posté par Jean le 10/10/2016 12:48
facile de dire que vous allez nous sortir du RSI , mais si vous ne nous dites pas comment on ne peut pas vous faire confaince , ce ne sont que des paroles en l'air et votre discours ne tient pas la route

6.Posté par Mickaël le 10/10/2016 12:56
C'est un problème national le RSI, vous oubliez que vous etiez son vice president ? Son bilan est aussi le votre !

7.Posté par PIERRE -ERICK le 10/10/2016 14:27
Si le bilan de Mr Picardo est aussi celui de Mr Jean François MAILLOT, pour ne pas dire Catastrophique....alors votons pour la liste de Mr ATCHY.

8.Posté par Pipa le 10/10/2016 15:08
Le RSI cher Mr c'est une caisses qui appartient à l'état , si vous arrivez à les supprimer vous trop fort .
car avant c'était aussi l'urssaf ........

9.Posté par Isabella le 10/10/2016 15:10
vive la liste Mr ..............!!!!! que le meilleur gagne .

10.Posté par p'tit piment le 10/10/2016 15:13
Pour moi Mr Picardo a un bilan , du véçu dans sa mission de président de chambre consulaire

11.Posté par GIRONDIN le 10/10/2016 15:13
Le SAV des Réunionmou est alerte mais gros doigtS

12.Posté par MERLIN le 10/10/2016 15:18
article totalement arriviste et sans profondeur , vous sautez trop d'étapes et ce n'est pas convainquant . Vous ne referez pas le monde de l’entreprise de cette façon.Monsieur Picardo a l’expérience en plus que vous , je lui accorde donc ma confiance , on sait ce qu'on perd on ne sait pas ce qu'on gagne , alors restons sur nos acquis au moins .

13.Posté par peter le 10/10/2016 15:35
je ne suis pas un as en orthographe, ce qui ne fais de moi un imbécile pour autant. Mais par contre quand on est candidat à une chambre consulaire on pourrait faire un minimum d’éffort dans son projet de mandature...

14.Posté par Anonymous le 10/10/2016 16:00
Je trouve que votre analyse de la situation est biaisé, vous êtes un parfait inconnu à l'inverse de Mr Picardo.
Il est sur le terrain contrairement a vos dires, il à un bilan plus que positif. Vous miser votre candidature sur une directive européenne qui est bloqué par le conseil d'état. Renseignez vous au lieux de faire de la publicité mensongère. #teampicardo

15.Posté par Dany le 10/10/2016 16:12
Picardo a fait son boulot et il l'a bien fait ! Il travail pour les artisans et met tout en place dans leur intérêt ! Il a toute sa place en tant que Président de la chambre .

16.Posté par Fany le 10/10/2016 16:12
En tant que président de la chambre, si il a pu accéder à d'autres postes cela a permit à mon sens a une meilleure collaboration entre les collectivités et la CMA !

17.Posté par Philippe le 10/10/2016 19:59
En tout cas, ils ne sont pas à la hauteur, Mr Picardo nous a montré ses limites, les artisans de ma ville et de deux quartiers ont voté pour Mr ATCHY Hugues.

18.Posté par Marc Lewitt le 10/10/2016 20:42
Félicitations M. Jean-François MAILLOT !


Vous faites l'unanimité contre votre projet. C'est un signe positif. Vous dérangez beaucoup apparemment et c'est bien !

Tous ici, semblent bien décidés, à vous vouer aux gémonies pour faire parallèlement les louanges de leur "chef" bien-aimé Bernard PICARDO, président pourtant presque "honoraires" (le "s" est à dessein...) de l'institution consulaire. Les plus intelligents comprendront l'allusion. Quant aux autres, souhaitons qu'ils réagissent avant de perdre leurs illusions. De concert dans la presse et les forums, à l'instar de petits soldats entretenus, ils tentent de sonner l'hallali. En vain hélas !

Pauvres âmes, ne savent-il pas que, contrairement aux avantages que l'on achète, l'on n'arrête pas la liberté ?

Vous dérangez dans cette campagne, notamment les « institutions » auto-proclamées, que vous bousculez à juste titre, et c'est heureux pour les artisans !

Mais, au delà de la grossièreté des arguments éculés, que vous servent de véritables "nervis", il convient de leur répondre dignement et sans langue de bois, pour informer les artisans de la véritable arnaque dont il sont les victimes. Leur expliquer avec pédagogie et de manière objective le projet que votre liste porte.

Ces « rédacteurs-détracteurs », véritables "mercenaires picardistes » (je les croyais disparus, hélas, comme des fantômes, ils réapparaissent....), semblent totalement étrangers aux maux et douleurs du véritable artisan. Mais qu'importe, ils se sont, semble-t-il, tous donnés rendez-vous pour médire et vous nuire ! Le combat n'en sera que plus noble. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Ils tentent vainement et benoîtement une sortie "médiatique", sensée décrédibiliser votre action, votre programme. Ils n'ont apparemment aucune cartouche, si ce n'est à blanc. Pour des professionnels, avouons que cela fait "tâche"...

Ce constat élémentaire effectué, ne fait que renforcer ma détermination quant à mon adhésion sans réserve à votre combat, en faveur des artisans et mon total soutien à votre cause.

Mais, justement, leurs arguments inopérants, quels sont-ils ?

Un des premiers qu'ils avancent concerne votre combat, celui de la « liberté sociale » pour l'artisan. Nous les remercions de ne pas le passer sous silence, car il est de loin le plus important. Celui qui peut démultiplier l'activité économique à la Réunion, pour en faire une référence au niveau national.

Vos détracteurs prétendent, à juste titre d'ailleurs, qu'il s'agit là d'un problème à résoudre au niveau national. C'est un fait, ils n'ont pas tort. Le « CSAPR » par votre intermédiaire, n'a jamais prétendu le contraire. Il n'est pas de la compétence d'un président de chambre, de prendre une décision à portée nationale. Mais soit, les "aficionados" du sieur PICARDO ne savent pas lire, soit, ils ne veulent pas comprendre le combat que vous menez depuis quelques années ?

Ce qui n'interdit en rien de faire des propositions, de « peser », de «négocier » des avancées dans le domaine que constitue la « liberté sociale ». De l'aveu même des responsables de l'Etat, c'est en prenant la présidence des chambres consulaires qu'on multiplie les chances de gagner le combat de la fin du monopole d'un "RSI", spoliateur de richesses et créateur de chômage. Le président d'une chambre est celui qui peut prioritairement faire avancer les choses. Toutes actions visant à orienter ou changer la législation pour le bien des artisans, doit être la priorité de l'institution consulaire, à laquelle vous postulez et non se coucher devant un diktat.

D'ailleurs le "RSI", organisme de droit privé, il faut le rappeler, qui paie des impôts sur les bénéfices (+17 millions la dernière année), lui-même, ne s'y est pas trompé. Qui a-t-il nommé en tant que "Vices-Présidents" de son régime à la Réunion ? Bien évidemment, Les Sieurs PICARDO et PATEL, confortant ainsi son emprise, et la tonte régulière, mais non moins illégale, de milliers d'artisans réunionnais, qui n'arrivent plus à survivre,, par une société de droit privé et ce, en totale contravention avec la législation européenne.

Il vient d'être ainsi prouvé, qu'être dans la place, pour mettre fin au monopole abusif du « RSI », est une nécessité et non une vue de l'esprit. Il ne s'agit pas non plus d'une confusion des genres, entre des compétences qui seraient nationales et sur lesquelles, le nouveau président de chambre n'aurait aucun pouvoir. La contestation, la négociation, la lutte d'une institution, contre un organisme néfaste à l'économie, sont aussi des « contre-pouvoirs » non négligeables.

Pour encore enfoncer le clou et donner définitivement raison au candidat Jean-François MAILLOT, il serait bon que les artisans se posent alors la question de savoir pourquoi, pour M. PICARDO (ou PATEL à la CCIR), être "cumulard" avec trois postes (Vice-Président du RSI, Président de la CMA, et Conseiller Régional) serait, comme le défend âprement Didier ROBERT, le Président de Région, un avantage pour favoriser et influencer la dynamique des politiques économiques ? Pourquoi, cette option ne serait-elle plus valable pour le projet du candidat Jean-François MAILLOT ?

De même, une certaine commentatrice, n'affirme t-elle pas non plus, pour défendre son mentor PICARDO, que, je cite : " En tant que président de la chambre, si il a pu accéder à d'autres postes cela a permit à mon sens a une meilleure collaboration entre les collectivités et la CMA !". Pourquoi ce même poids, pour deux mesures ? Il faut savoir cohérence garder.

Il est important d'être clair sur le sujet du « RSI » qui semble être le "talon d'Achille" de la liste présentée par le président PICARDO. Le salut pour ce dernier semble être dans la fuite. Par sa position inconfortable de «Vice-Président » du Régime Social des Indépendants  (RSI), il ne peut, ni ne veut, se saisir du problème, ses propres « intérêts », politiques et financiers, en souffriraient alors. Il ne veut surtout pas mordre la main ce ceux qui « lui » donnent.

Et pourtant, force est de constater aujourd'hui, que tous les candidats à l'élection présidentielle, je dis bien tous, le reconnaissent. Le 1er ministre, Manuel VALLS et son ancien ministre de l'économie Emmanuel MACRON n'ont-ils pas déclaré conjointement, je cite :

"Le RSI est une erreur...qui pour l"heure pas de solution !"

Et bien cette solution, elle existe ! Elle s'appelle la "Liberté sociale". Elle a même été légiférée au niveau européen. Elle profite à tous les autres artisans en Europe, sauf aux artisans français. Les artisans européens ont vu leurs cotisations sociales diminuer, tout en étant mieux assurés, avec pour conséquence, un développement de leur entreprise et de l'emploi. La France quant à elle reste le seul pays de la zone « euro » en solde négatif pour la création d'emplois.

Les autorités françaises, reniant leurs engagement communautaires, quand cela les arrangent, sont en contravention récurrentes sur ce point. Elle ont été régulièrement condamnées par les autorités européennes.

Il faut savoir, que les politiques fiscales et sociales, européennes et françaises, regorgent d'exceptions, de limitations, d'expérimentations, de spécialisations aussi. Les « Régions Ultra Périphériques" (RUP), entre autres, sont là pour nous le rappeler. il y en a d'autres. Pour chaque territoire, l'Etat peut créer une zone d'expérimentation. C'est ce que réclame Jean François MAILLOT avec le « CSAPR ». Une position de présidence de Chambre consulaire, ne pourrait que renforcer le poids de cette demande. Les analyses et consultations juridiques sur ce dernier point vont totalement dans ce sens.



Un autre reproche fait à M. MAILLOT, serait qu'il est un "parfait inconnu" ! Argument stupide dans une saine démocratie, mais surtout grief erroné, puisque M. MAILLOT fait aussi partie de l'institution consulaire, et qu'au travers du "CSAPR", dont il est à l'origine, il a choisi son camp, Celui de la défense des artisans, de tous les artisans, sans amalgame, sans favoritisme et surtout sans desseins carriéristes personnels.

Et puis, surtout, s'il fallait toujours élire les mêmes, au motif qu'ils sont déjà connus, le népotisme et le clientélisme déjà rampant à la « CMA » et à la « CCIR », seraient par trop visibles.... D'ailleurs, il est utile de le rappeler, le candidat Jean François MAILLOT est favorable au maintien d'une équipe aux responsabilités, si elle est compétente, mais au changement nécessaire de présidence, pour prévenir tout abus.

Bon courage à vous M. Jean François MAILLOT !



Marc LEWITT

19.Posté par Jean Bernard Araye le 10/10/2016 20:54
Bernard Picardo à réussi de mettre les artisans au cœur de leur métier et leur redonner confiance

20.Posté par Olivier Salvan le 10/10/2016 22:09
A "post 19" Jean bernard Araye...

Mais qu'est ce que c'est que ces déclarations à "l'emporte pièce", qui ne veulent strictement rien dire ?!!!
Je cite : "Bernard Picardo à réussi de mettre les artisans au cœur de leur métier et leur redonner confiance"..

Expliquez, commentez, justifiez, mais arrêtez ce genre d'affirmation qui ne veut rien dire !

21.Posté par RIPOSTE974 le 11/10/2016 06:53
Plussoie Marc LEWITT

Par contre certains commentaires viennent plus de la peur de perdre la CMAR , et c'est toujours d'actualité la phrase suivante :

“ Quelle époque terrible où des idiots dirigent des aveugles “ William Shakespeare

22.Posté par Pauline le 11/10/2016 10:01
Et toi GIRONDIN tu es le SAV de qui ?
toujours à dire des conneries !!!!!!

23.Posté par LOTO le 11/10/2016 11:09
Aucun artisan ne pourra dire qu'il était pas au courant ! Que sortir du RSI c'est possible ! Le libre choix d'assurance c'est possible ! Plus de pouvoir d'achat pour l'artisan c'est possible ! C'est possible avec JEAN FRANCOIS MAILLOT

24.Posté par GIRONDIN le 11/10/2016 12:11 (depuis mobile)
22. Pauline

On écrit de quoi et non de qui...

C'est un post écrit et non orale.... Définitivement gros doigtS

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales