Politique

Égalité réelle: La parole donnée aux Réunionnais


Le projet de loi Égalité réelle sera présenté devant le parlement d’ici la fin de l’année. Le but est de réduire les écarts entre les populations des Outre-mer et les métropolitains.
 
Le gouvernement a donc lancé une campagne de consultation participative ouverte jusqu’au 9 septembre afin de donner la parole aux 2,7 millions d’ultra-marins. Un esprit participatif réclamé par le CESER de La Réunion auquel le ministère des Outre-mer et le secrétariat d'Etat à l'égalité rélle ont été réceptifs.
 
La plateforme permet à chaque citoyen de proposer sa définition de l’égalité réelle et d’avancer des propositions. Elle s’articule autour de quatre grands axes, à savoir la "définition", les "indicateurs et actions en faveur de l’égalité réelle", "égalité réelle et moi" et "égalité réelle en actions".
 
Tout le monde peut participer (élus, parlementaires, associations, syndicats, acteurs économiques, étudiants, retraités, acteurs privés et publics, etc). La préfecture de La Réunion précise que "c’est la première fois que l’ensemble des concitoyens ultramarins sont consultés au même moment, sur un même sujet autre que celui d’une élection".
Vendredi 19 Août 2016 - 10:33
Lu 4226 fois




1.Posté par Inegalité le 19/08/2016 10:41
Lancé une campagne alors que certaines personnes sont déjà défavorisées pour la consultations....
Pas tout le monde a un accès internet ou un ordinateur et surtout pas beaucoup de monde sait utiliser le matériel...
Là, c’est déjà une inégalité !!
Vous voulez du réel, envoyez par voie postale, comme ça chaque famille pourra prendre connaissance sur ce projet de loi...
Car au final, que va-t-on faire de nos contributions ?

2.Posté par Audrey le 19/08/2016 10:42
Participer à la construction !!!
C’est depuis le début que le gouvernement a lancé ce projet qu’on aurait du être consulté...
Ils ont attendu que le projet arrive au bout du chemin pour qu’on le consulte, ensuite ils nous demandent notre avis pour ne pas en tenir compte.
c’est de l’enfumage qu’ils sont entrain de faire !!!

3.Posté par Bernadette le 19/08/2016 10:43
Un peu trop compliqué le z’affaire.
Pas besoin d’avoir bac+ peut-être, mais pourquoi n’ont-ils pas simplifié la page ou envoyé par papier.
Ah oui, j’ai oublié... c’est le gouvernement qui a mis la page en ligne et du coup, il corse pour que les citoyens baissent les bras en consultant et voyant que c’est une page chiante et compliquée ...

4.Posté par Enfumage le 19/08/2016 10:45 (depuis mobile)
Bien sure , vous avez compris , îls n'ont même pas me définition alors c'est pas pour demain hein , juste pour avoir des voix aux présidentielles , pas le mienne en tout cas !

5.Posté par cmoin le 19/08/2016 11:03
La Réunion est privilégié.
Vous connaissez d'autres région ou on vous offres des voyages et ordinateurs gratuit?Route à plus d'un milliard d'euros pour 800 000 habitants?
Il n' y a pas d'égalité,on est privilégiés.

6.Posté par Hugues Neau le 19/08/2016 11:35
L'égalité réelle c'est un peu comme le tri sélectif...

7.Posté par JORI le 19/08/2016 11:43 (depuis mobile)
Tiens alors que pour une fois, et du jamais vu jusqu'ici, on demande l'avis des reunionnais toujours aucun commentaire, même de la part des petites mains de la région, étrange non ?.

8.Posté par Ma sonnerie le 19/08/2016 12:05 (depuis mobile)
Un beau merdier à venir et dont le résultat est déjà synthétisé..qui rappelle les egom et leur absence de résultat..

9.Posté par rouston en l''''''''''''''''air le 19/08/2016 12:39
Sous le regard concupiscent de la Franc-Maçonnerie...

10.Posté par Sandra le 19/08/2016 13:05
Attendre à la fin pour venir nous consulter .. Je sais même pas pourquoi ça ne m'étonne pas !!

11.Posté par Lola le 19/08/2016 13:05
Depuis le temps que j'entends parler de cet soit disant égalité réelle ... En attendant rien n'est fait toujours dans les paroles jamais dans les actes! Alors nous demander notre avis je suppose que c'est juste pour faire jolie !!

12.Posté par Oui à la continuité le 19/08/2016 13:14
Je dis oui à la continuité parce que c'est aussi l'égalité réelle. voilà ce qui doit être défendu parmi tant de choses

13.Posté par Nous la prendrons le 19/08/2016 13:16
Nous prendrons la parole pour dire oui à une égalité réelle sur la continuité, sur le coût de la vie, sur le développement économique, ..., avec des outils juridiques et matériels pour donner une véritable chance à tous les ultramarins particulièrement la Réunion

14.Posté par @ Enfumage le 19/08/2016 13:26
Il y a des chances que nous l'aurons bien profond comme dirait l'autre. Ils n'auront pas non plus ma voix

15.Posté par Laurence le 19/08/2016 13:53
DEPUIS Hollande, il est a fait quoi de ces promesses ? incapable de tenir ces engagements donc l'égalité réelle ? enfumage comme dirait le post 4

16.Posté par JMD le 19/08/2016 12:10
INÉGALITÉ RÉELLE:
Le fait de perdre son conjoint fait le bonheur de l'Etat Francais

Qui a supprimé la 1/2 part d'imposition accordée aux....VEUFS...

17.Posté par Glamalabou le 19/08/2016 14:21
On voudrait cesser d'être méprisés ! On voudrait de la justice et que les pourris paient lorsqu'ils abusent de biens sociaux pour se gaver à nos dépens !

Vous voulez un exemple ? Ceci qui concerne tous les locataires (hormis ceux employés de la SIDR ) qui devraient se regrouper et PORTER PLAINTE ! Je cite :

Erick Fontaine, administrateur de la CNL est "en colère". Régulièrement, il dénonce les charges locatives abusives de la SIDR, les loyers trop élevés, ainsi que les nombreux cas d'indécence constatés dans une partie récente du parc locatif . Ce jeudi, le rapport définif de contrôle de l'ANCOLS sur la période de fonctionnement du bailleur de 2009 à 2013, vient appuyer les informations délivrées auparavant par la CNL.


• "Une politique de rémunération très avantageuse"

En détail, le rapport de l'ANCOLS pointe donc plusieurs anomalies quant aux coût de fonctionnement notamment, au sein de l'entreprise. Premier point énoncé par la CNL, le bilan pointe une politique de rémunération de la société "très avantageuse" pour ses salariés. Citant le rapport, Erick Fontaine pointe le coût de fonctionnement "a augmenté de 50% en 4 ans, soit un impact direct sur l'entretien des logements".

À ce propos, l'ANCOLS écrit dans son rapport: "Au 31 décembre 2014, la société emploie 451 salariés, soit un ratio d'environ 19 salariés pour 1000 logements, très proche de la médiane nationale dont le ratio se situe à 20 [...] Par contre, les coûts de fonctionnement sont élevés du fait d’une masse salariale non maîtrisée. En effet, les coûts de gestion par logement ont évolué de 1 040 euros en 2009 à 1574 € en 2013 pour une médiane nationale 2013 de 1 220 euros (...) La politique de rémunération de la société est très avantageuse. En effet, les primes et avantages en nature accessoires aux salaires consentis, soit par le biais de la convention collective d'établissement, soit par leur inscription dans le contrat de travail finitial ou par avenant, affectent lourdement les coûts salariaux.

Parmi ceux-ci, au-delà des gratifications de 13ème mois, de primes de bilan, de vacances et d’ancienneté versées à l'ensemble des salariés, les plus significatifs sont:

- la prime d’objectifs dont le montant est fixé dans le contrat de travail (variant de 1500 € à 8000 €); est perçue contractuellement par 66 salariés. Au moment du contrôle, la nouvelle direction de la SIDR a demandé à ses salariés concernés d'y renoncer. 29 salariés ont renoncé à la percevoir. Ele lle n’a pas été payée au titre de 2014 ;

- l'indemnité locative pour "le personnel locataire du parc de la SIDR qui bénéficie toujours d'avantages (dispense de dépôt de garantie, indemnité équivalant à 30 % du loyer pour les salariés logés dans le parc social et 18% pour ceux logés dans le parc intermédiaire). L'ANCOLS cite un précédent rapport qui soulignait "les salariés locataires de la SIDR ont droit à un abattement sur le montant de leurs loyers. Cet abattement est prévu par la convention collective d’établissement de la société. Il prend la forme d‘une indemnité particulière évaluée à 25% du loyer pour les logements sociaux hors ILM (Immeuble à Loyer Modéré - ndlr)et à 15% pour les ILM. Cet avantage apparaît peu conforme à la vocation sociale de la société et instaure une inégalité de traitement ou sein du personnel...". "La convention collective d'établissement comporte toujours cet avantage qui a été simplement transformé en "indemnité locatives"."
• "Indemnité de logement d'un montant moyen mensuel de 900 euros"

Dans le même temps, le rapport de l'ANCOLS montre encore que "l'indemnité de logement versée aux salariés occupant certaines fonctions (directeurs,
responsables de services, gestionnaires administratifs et financiers et gestionnaires de clientèle); d'un montant moyen mensuel de 900 €, cette indemnité n’est pas assortie d’une obligation de se loger dans un périmètre géographique défini".

L'agence note aussi que l'avantage en nature de voyage "dont la périodicité est bisannuelle, permet aux cadres métropolitains (directeurs, responsables de services. de secteurs) de financer leurs billets d‘avion pour aller en métropole avec leur famille; l’indemnité de voyage est aussi versée aux cadres recrutés au sein du département et pour eux, n'est pas assujettie à une obligation d'achat de billets d’avion".

"Un plan d'action pour la réduction des frais de fonctionnement, dont principalement la masse salariale, apparaît indispensable pour permettre la mise en œuvre de la stratégie de l'entreprise", préconise l'ANCOLS.

Dans sa réponse, (...) concernant la politique de rémunération, la SIDR "indique que diverses dispositions sont prises depuis 2014 pour corriger certaines composantes et supprimer les avantages tels que la prime d’objectifs, l'indemnité ou le droit au voyage dont ne bénéficient plus les collaborateurs nouvellement recrutés" souligne toutefois l'organisme de contrôle.

Selon l'ANCOLS, les forts coûts de fonctionnement ont durement pénalisé les finances de la SIDR, "au détriment des actions qui auraient pu être conduites en matière d'entretien du patrimoine", soit la rénonvation et l'entretien du parc locatif vieillissant. Pour Erick Fontaine, ces avantages en nature "ne sont pas supportables".

De son côté, Bernard Fontaine présice que " depuis 2014, les choses sont radicalement différentes. Les coûts sont de 0,4% d’augmentation en 2014, et -2% en 2015, contre 8% d'augmentation par an auparavant. On a supprimé un certain nombre d’avantages comme les primes d’objectif et le personnel a très majoritairement accepté de renoncer à cette prime. Il y a eu au niveau des néogociations avec les syndicats un travail d’accompagnement des efforts de la direction qui est très louable, remarquable. On ne passe pas facilement de plus de 10% par an à -2%. Les départs à la retraite ne sont pas renouvelés, un certain nombre d’avantages ont été supprimés, on a réduit les dépenses d’intérim, le moteur de la SIDR a été réellement refroidi, et ces éléments là doivent être soulignés".
• "Plusieurs salariés de la société sont en situation d’impayés"

Concernant les impayés, des salariés de la SIDR sont dans une situation particulière. En effet, le rapport pointe des impayés non réclamés. "Il ressort du contrôle des dossiers que plusieurs salariés de la société sont en situation d’impayés. Les procédures de recouvrement auprès des salariés en impayés ne sont pas satisfaisantes. L’organisme loue des logements à des salariés dont vingt-un sont en situation d’impayés, alors qu'ils bénéficient d'une indemnité locative." (...). La SIDR doit revoir sa politique de provisionnement des charges et mettre en œuvre efficacement les procédures visant à recouvrer les dettes locatives de ses salariés locataires" écrit l'ANCOLS.

"Des personnes âgées sont menacées d'expulsion pour impayés alors qu'elles n'ont un revenu que de 600 euros par mois (...) que l’on est prêt à engager des procédure à leur encontre alors qu’on laisse courir les impayés au sein même de la SIDR, on se demande si ce n’est pas l’hôpital qui se fout de la charité" commente Erick Fontaine.

Pour autant, le directeur de la SIDR, Bernard Fontaine appuie que "les mêmes mesures sont prises que vis à vis du locataire standard. un salarié de la SIDR locataire peut aussi avoir des accidents de la vie. Nous les traitons avec la même rigueur que le locataire lambda. Le rapport couvre encore une fois une période ancienne. Cela fait partie de ce que va débattre le conseil d’administration avec la question de la TEOM. Je vais demander au conseil de respecter scupleusement les recommandations de l’ANCOLS".

• "Le traitement de taxe d'enlèvement des ordures ménagères est empreint d'irrégularités"

La taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) est exigée par la SIDR dès la première année de location des logements neufs. L'ANCOLS épingle la encore le bailleur social. L'organisme de contrôle ecrit : "le traitement de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères dans les charges récupérables est empreint d'irrégularités (non conforme à l’article L. 442-3 du CCH). En effet, les charges sont exigibles sur justification, en contrepartie des services rendus liés à l’usage de la chose louée, des dépenses d'entretien courant et des menues réparations et des impositions. Les programmes neufs font l'objet d’une provision TEOM la première année de mise en service. Or, cette taxe n’étant pas exigible l'année de mise en service, les provisions ne sont donc pas fondées".

Pour justifier ce traitement de la TEOM, la SIDR évoque des raisons "pédagogiques". Un argument que l'ANCOLS ne retient pas. "Dans sa réponse (à l'ANCOLS - ndlr), l'organisme (la SIDR - ndlr) invoque une raison pédagogique et le besoin de déterminer correctement un taux d'effort lors de l'attribution. Ces arguments ne sont pas recevables car ils ne permettent pas un respect de la réglementation (...)Même s’il y a remboursement l'année suivante, les visées pédagogiques avancées par l’organisme, ne doivent pas interférer avec la réglementation. (...) La société doit se rapprocher de l'administration fiscale afin d’obtenir des avis détaillés pour mettre un terme aux méthodes actuelles de répartition" estime l'ANCOLS.

Pour le directeur de la SIDR, "les observations sont excessivement techniques? On nous demande de nous rapprocher plus finement du cadastre pour calculer la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Aujourd’hui ce que l’on fait c’est que l'on part du total de l’impôt perçu dans la commune et on répartit cet impôt au prorata des surfaces de nos logements en partant du total perçu... C’est quelque chose d’extrêmement équitable. La CNL qui nous a fait un procès sur ce motif en 2012 n’a pas eu gain de cause. La SIDR pratique une politique irréprochable du point de vue de l’équité, on nous demande de perfectionner encore nous outils de mesure on va le faire mais nous respections les dispositions du code de la fiscalité.".

Il ajoute que le terme "pédagogique" correspond au "rapport à la situation budgétaire très tendue de nos familles. On ne peut pas leur laisser une illusion qui serait dévastatrice et qui entraînerait des impayés et des expulsions, donc de vrais problèmes sociaux… On veut surtout que chaque famille, budgétairement, apprenne à intégrer dans les charges qu’elle paye quelque chose qu’elle aura à payer. Si on ne le faisait, je vous assure que la deuxième année, malgré tout ce qu’on leur dirait, les familles ne s’y prépareraient pas, seraient en difficulté pour payer ses charges et se retrouveraient dans une situation délicate. C’est vraiment un souci de prévision budgétaire et de sécurité budgétaire des familles. Ce n’est pas illégal nous sommes respectueux du droit".

• Un surcoût de 15 millions d'euros pour l'opération de désamiantage

Le sujet de l'amiante est également soulevé par l'agence de contrôle. Cette dernière révèle un surcoût de 15 millions d'euros concernant l'opération de désamiantage de plusieurs batîments. "La mise en oeuvre tardive de l'établissement des repérages de présence d'amiante préalables (...) l'engagement de travaux de réhabilitation du patrimoine entraine des retards importants dans les délais de réalisation des opérations concernées, des surcoûts non prévus et non pris en charge dans le cadre des plans de financement (...)"

L'ANCOLS ajoute : "la présence d’amiante non décelée au moment des études, donc non prise en compte dans les estimations financières, a entraîné un surcoût d’environ 15 millions d'euros qui n'a pas été pris en charge par I’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine - ndlr). En ordre de grandeur, le coût moyen de la réhabilitation d'un logement passe de 40 000 euros (estimation initiale) à 60 000 euros, remettant en cause le principe même de réhabilitation de certains immeubles".

L'agence dit encore "cette dimension mal prise en compte est aggravée par le fait que l'île de La Réunion n’est pas équipée pour le stockage et le traitement sur place des matériaux amiantés. Ceux-ci doivent être acheminés vers la Métropole par des sociétés spécialisées, provoquant un surcoût très important de ces travaux".

Si ces points principaux ont été longuement énoncés dans le rapport de l'agence de contrôle, l'insatisfaction des locataires y est également pointée ainsi que le retard pris dans l'entretien des logements ont entraîné une recrudescence des réclamations, qui elles aussi tardent à être prises en compte par le bailleur social.

Dans le JT de Réunion 1ère diffusé ce jeudi 18 août, le directeur de la SIDR Bernard Fontaine, interrogé par téléphone précise que "ce rapport relève justement un certain nombre de tendances désagréables de la gestion qui avait pu avoir lieu jusqu’en 2013... Depuis 2014 des orientations stratégiques de la SIDR ont été changées en profondeur, et nous avons anticipé sur les critiques de l’ANCOLS.

Il précise également à Imaz Press que "la période incriminée est celle de (son) prédécesseur, allant de 2009 à 2013... Aujourd’hui l’entretien du patrimoine ancien est la priorité de la SIDR et elle y consacre des moyens importants. Nous avons subi en 2013 et 2014 des pertes de 15 millions, qui ont été consacrés justement au diagnostic de l’amiante dans nos logements anciens, à la conduite d’un certain nombre de programme de désaminatage prioritaire, donc la SIDR avec retard sans doute, a fait ce qu’il faut pour inverser le cours des choses de façon positive et davantage maintenir son patrimoine ancien. On a le patrimoine le plus ancien et nous sommes donc dans une situation unique par rapport aux autres bailleurs sociaux qui sont beaucoup plus jeunes et qui ont un parc beaucoup plus proche de l’intermédiaire... Je le rappelle, nous sommes le bailleur le plus social de la France" termine t-il.


La SIDR a maintenant deux mois pour mettre en application les recommandations de l'ANCOLS.

18.Posté par Titi or not Titi le 19/08/2016 15:17
Emploi Fictif ! 😄😄
Dépenses D'Argent Public, Ca C'Est La Réalité ! 😜
Même Flamby S'Avoue Vaincu ( Chômage ) ! 😄😄

ANouLa©®

19.Posté par @ Glamalabou - total inégalité réelle le 19/08/2016 16:02
L'un dans l'autre, c'est donc bien ce que dit le post 16 : total inégalité réelle

20.Posté par Fidol Castré le 19/08/2016 16:47
C'est une perte de temps de participer à cette fumisterie. A l'heure où j'écris, 400 personnes ont participé. Naïveté ou crétinerie aigüe ?

Pas d'égalité sans suppression de l'octroi de mer. Ce ne sera jamais à l'ordre du jour.

Socialistes, arrêtez donc de nous prendre pour des imbéciles. Ce genre d'initiative nous montre le mépris total du PS pour ce peuple qu'il exècre.

Allé cachiette donc.

21.Posté par kld le 19/08/2016 16:53
50 ans que ça dure , les marges commerciales supérieurs à la mééééétropoooooole , la prime de vie chère que pour certains ( incroyable ds une économie dite libérale!!!) , bref , c'est pas un sondage démago , qui va changer quelque chose , si depuis 50 ans ces comiques de zébus n'ont toujours pas compris ce qu'il faut changer ..............assez prende de moune pou de couillon ,...juste dommage que de nombreux deux trois certains y aiment ........... rien de vraiment nouveau depuis 50 ans , mais les deux trois certains fooooooormidables y continuent à aimer .

tout politique censé a une connaissance lucide des problèmes des" ex colonies d'ooooooutre -meeeeeeeeer" , alors assez tarz nout gueule , AGIT les "décideurs" soit disant "responsables" , pas besoin de "sondage démago" .

22.Posté par kld le 19/08/2016 17:31
l'hypocrisie de tous nos zébus et du médef qui prévaut dans les ex "DOM de la TOM" est sidérante .

l'axiome des libééééééraux , vous savez les tenants du "libéralisme économique" , commence par "toute chose étant égal par ailleurs" , (voir le b-a ba des cours d'éco ........)


or , que voit on dans nos "collectivités d'ouutre mer" , une "prime de vie chère" , pas que pour les foncts , il faut arreter de les montrer du doigt , pour sur, mais aussi , et c'est bien, dans de nombreuses " conventions collectives " du privé ............ mais pas pour les minimas sociaux , les plus humbles d'entre nous , .....l'égalité commence par là; pas besoin d'avoir fait l'ENA ou Scien PO , déjà ce serait un début .....HEIN ? la vie lé chere que pour deux trois certains ????????????????????????????????

assez tarz nout gueule , . pas besoin de "soi disant "paroles données aux réunionnais" .ce système , ce "shitsteme" perdure depuis depuis si tellement longtemps , certains s'en contentent ..on est "sympa" dans les iles ................. nou lé si tellment formidable , comme dit l'autre démago du CD , ne parlons pas de didi la bertel ........... ben continue à zot .............. la vie lé chere que pour deux trois certains dans les "DOM" .............. nou lé content , nou "lé fière" ..ben .

23.Posté par ledisc le 19/08/2016 18:23
toujours le meme disque,,,,que dire independance tout le monde sera content

24.Posté par cmoin le 19/08/2016 19:33
A poste 23:
la plupart des réunionnais son assistés,vous l'aurez jamais votre indépendance!!A part si ils sont plus bêtes qu'assistés.

25.Posté par kld le 19/08/2016 19:37
fectivement post 23 ;toujours le meme disque , un hd ou en tnt ...mais nou lé si "sympathique " comme té y dit lo " margie sudre" ..................... on en a tellement "entendue " dans nos "comptoirs ........................ et tout le monde est content .................. ne changeons rien surtout, pas de vague , continuons à applaudir nos zébus ou bœufs mokas "traditionellles " style CD ou CR ........................ .................

ben , vive "l'égalité " ; nou lé si tellement "fooooooooormidable" et si tellement " POP et Continuiité Territoriale chapeau la paille " on est sur la "bonne voie".....c'est sur


vive le didi et la Nassima
la Réunion en lair , nou lé formidablle , c'est sur

26.Posté par Michel le 19/08/2016 22:00
Avec ce gouvernement au service exclusif des patrons, c'est l'inégalité bien réelle entre riches et pauvres qui n'a cessé d'augmenter. Droit des patrons à licencier comme ils veulent et aux moindres frais, complicité du gouvernement avec les patrons qui licencient, même quand ils font du profit, criminalisation des travailleurs en lutte, exonérations de cotisations sociales pour les patrons, réduction de la dotation aux communes qui frappe plus durement les plus pauvres, retraites bloquées depuis 2013, Smic qui ne permet pas de vivre, revenus patronaux monstrueux, menées guerrières en Afrique et au Moyen Orient avec l'argent qui devrait servir à donner du travail aux chômeurs, améliorer la vie des ouvriers et des petites gens, etc, etc.
Alors que leurs salades, leur sondage bidon ne prenne pas dans la population, quoi d'étonnant ? Ils nous prennent vraiment pour des cons, mais nous ne le sommes pas !

27.Posté par kld le 19/08/2016 22:18
dixit le" Macron" une dernière ""Le clivage dans notre pays est entre les progressistes et les conservateurs"................ on a de l' l'humour chez nos "socio démocrate" dernier cri ............. c'est déjà ça

again and again : dans nos ex "colonies d'outre mer " , on accepte sans bronché depuis 50 ans ( ce qui fait dire , à juste titre ,à certains, que "le créole est si tellement "sympathique" ".....) que la vie est chère que pour certains. ben ................... no comment , on est formidable .la 1ère " "égalité réelle" . Le reste ..............

28.Posté par jo le 19/08/2016 23:58 (depuis mobile)
marine. le pen i sa met zot toute droite

29.Posté par moi mi pense que... le 20/08/2016 09:39
La société de demain dépendra notamment de l'éducation que l'on pourra transmettre à nos jeunes.
un point d'inégalité majeur, c'est l'accès inégal à certaines hautes études.
Si vous êtes de la classe moyenne et que vous n'êtes pas boursier ( ex: au dessus du plafond minima ), certaines écoles plus réputées vous sont relativement "fermées" ( difficilement accessibles ) ou alors il faut s'endetter lourdement ( surtout si vous avez deux enfants qui font études sup. pratiquement en même temps ).
ex : certaines écoles de commerce ou prépa médecine , c'est plus de 12000 euros en plus des frais d'hébergement.
Ce système favorise indubitablement les familles plus aisées.

Heureusement il y a une petite aide de Etat, Ladom ou Région ou Département mais de manière générale , cela reste insuffisant.

Ceci dit,je pense que comme beaucoup ici , ce n'est que de l'enfumage. Le gouvernement est à court d'idées et essaye de préparer leur prochain projet de campagne pour élections présidentielles. En gros, on va annoncer ce que la population veut entendre mais pour la mise en oeuvre, il faudra plus de temps...
Parole, Parole, Parole... comme disait la chanson !

30.Posté par Homère d''''alors le 20/08/2016 12:23
2 avis conforme à celui d'Audrey
de plus j'avais adressé à madame la sec... etc des propositions rentrant dans le cadre de ses objectifs.
D'une part il n'en a pas été tenu compte d'autre part "ils" n'ont même pas daigné me faire une réponse
alors hein ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales