Social

Education Nationale : "Avant on dégraissait, maintenant on est à l'os"

Les 162 suppressions de postes dans l'Education Nationale ne passent toujours pas du côté des syndicalistes, parents d'élèves, lycéens et professeurs. Ce matin, l'intersyndicale Education s'est réunie pour dévoiler une nouvelle affiche dénonçant les suppressions de postes intitulée "Arrêtons le massacre", mais aussi pour fixer la nouvelle date de la manifestation qui se tiendra le mercredi 30 mars, à 14 heures, devant le rectorat. Objectif : maintenir la "pression".



L'intersyndicale Education qui regroupe (AD/FCPE/FO Enseignement/FSU/SAIPER-PAS974/SCENRAC-CFTC/SGEN-CFDT/SGPEN-CGTR/UNEF/UNL/UNSA Education) s'est donnée rendez-vous ce matin au siège de la FSU, à Saint-Denis, pour protester contre les 162 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2012 à la Réunion. "On s'apprête à vivre un nombre historique de suppressions de postes à la Réunion. (…) On est déjà dans le mur mais on va s'y enfoncer davantage, explique Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale adjointe de la FSU, avant on dégraissait maintenant on est à l'os".

Un CTPA (Comité technique paritaire académique) doit se tenir demain pour définir les modalités de suppressions de postes, "nous allons le boycotter", explique-t-elle, "le recteur affirme que cela sera indolore mais c'est faux".

"L'école n'est pas une marchandise"

"Nous somme dans un logique économique, l'école n'est pas une marchandise", explique Antoine Minjoz, vice-président de l'UNL, "nous appelons tous les lycéens de la Réunion à rejoindre le mouvement pour manifester notre mécontentement. On tient à notre avenir".

Des suppressions de postes qui ne touchent pas que les professeurs, mais aussi les personnels administratifs ou d'encadrements : "Il y a une dégradation de l'emploi au sein de l'Éducation Nationale, on supprime des postes de secrétaires administratifs, on demande alors aux assistants d'éducation de faire ce travail, on ne trouve plus d'EVS ou AVS (ndlr : Emploi Vie Scolaire / Auxiliaire de Vie Scolaire) à cause de la précarité des contrats. (...) Arrêtons ce massacre sur la route de l'éducation", souligne Cécile Cheze de la SAIPER.

Nouvelle affiche de sensibilisation

L'occasion pour l'intersyndicale de présenter, également, une affiche choc intitulée "Arrêtons le massacre", "elle a été créée, pour le design, par des lycéens, notamment Alexis Chaussalet", sur l'affiche on peut lire "162 morts sur les routes de l'Éducation", un slogan choc qui ne laissera pas indifférent.

Les personnels d'éducation, parents d'élèves et élèves sont "invités" par l'intersyndicale à venir exprimer leur désaccord sur les 162 postes en moins l'année prochaine. "Depuis des années on parle de plan de rattrapage (…) pour arriver au moins au taux d'encadrement en métropole. (…) On demande un moratoire, après on gèle les suppressions de poste et on procède à un état précis de la situation pour évaluer les besoins. On détermine, non pas le nombre de postes à supprimer, mais à créer".

La manifestation doit se dérouler mercredi 30 décembre à 14 heures devant les grilles du rectorat.

Nouvelle affice de l'intersyndicale
Nouvelle affice de l'intersyndicale
Lundi 28 Mars 2011 - 13:32
Julien Delarue
Lu 2073 fois




1.Posté par Caton2 le 28/03/2011 14:48
162. Des "morts"! Ils n'y a même pas eu de licenciement! Décidément le niveau des profs de français de l'EN a baissé. Il n'y a pas si longtemps, l'emploi de l'hyperbole était sanctionné dans les copies...

2.Posté par datinic le 28/03/2011 15:42
je ne comprends toujours pas pourquoi en Allemagne nous avons besoin de beaucoup moins du personnel dans l'éducation national. notre niveau n'est pas inférieur et au moins on sait parler anglais en général .. bizarre, il y a un souci chez les profs ..
et juste pour faire un proposition : si à la réunion on supprimait les 53% augmentation on pourrait avoir 30% plus des profs pour le même argent...
cherchez l'erreur !!!!!!!!!

3.Posté par Ded le 28/03/2011 15:45
"avant on dégraissait maintenant on est à l'os".
Bon eh bien s'il ne reste que l'os , il va falloir amputer , c'est à cette tâche que s'attelle avec délectation notre bon Recteur( n'oublions jamais qu'un recteur , tout gravure de mode qu'il apparaisse dans les médias qu'il affectionne tant, n'est que le larbin du ministère):
On lui a dit de diminuer les effectifs , il le fait ,sans état d'âme...enfin , il ya la prime au bout quand même!.
Le marchand de shampoing Chatel s'y connait , c'est un pur produit de L'Oréal , tout chimique et décapant..
Il a eu la promo de sa vie pour faire ce qu'il aime , tuer le service publique.
On parie que dans quelques temps s'ouvriront des officines privées d'éducation qui, comme pour les assurances ( malakoff médéric par exemple : pub pour les assurances santé ..etc dirigée par monsieur frère celui qui avait fait faillite dans le textile) appartiendront à la grande famille des copains de Sarko!
On parie?


4.Posté par Blackshark le 28/03/2011 15:53
ARRÊTEZ La démagogie mensongère!
Vos "morts" ne sont que des retraités peinards qui ne seront pas remplacés!!

Montrez vos fiches de payes et vos avantages à manifester, histoires d'être franc pour une fois!!

5.Posté par Caton2 le 28/03/2011 16:42
2 Très juste. D'ailleurs, si les postulants locaux à un emploi à l'EN faisaient l'effort d'aller en métropole, ils pourraient tenter de trouver un poste dans l'enseignement privé, qui recrute massivement! Mais il faudra avoir le niveau...

6.Posté par MISS EMILIE JOLIE le 28/03/2011 17:15
Attendez là mais vos postes sont peut être supprimés mais vous avez quand même l'assurance d'avoir toujours un autre poste, que ce soit ici ou ailleurs...Tout ce qui vous préoccupes ce sont vos avantages, que vous bénéficiez ici, quand les "nouveaux" profs sont envoyés en métropole pour effectuer leurs stages, vous avez applaudis, ben maintenant, à votre tour de vous envolez vers une belle mobilité....
Vous avez fait grève la dernière fois pendant presque un mois, ces cours les avez vous rattraper?? Aux dernières nouvelles non, vous mettez en péril l'avenir de vos élèves en aggravant leurs cas à deux mois du BAC, honte à vous, vos élèves n'ont pas l'assurance que vous vous avez!!!
Vous détruisez le système éducatif réunionnais et qui est déjà mise à mal, avec vos grèves honte à vous qui profitez du système, qui ne lève pas le doigt pour les autres, mais qui veulent que les autres bougent pour vous.
Demandez à ces profs de lycée professionnel et général, combien on acceptais de stagiaires de l'IAE ou autre dans leurs classes, ils sont une poignée à l'avoir accepter et merci à eux, car ils ont acceptés le fait de ne pas être payer, honte à vous, qui n'aidez pas vos futurs collègues et voir même vos propres élèves!!!!!!!

7.Posté par noe974 le 28/03/2011 17:25
Mettons les pendules à l'heure ...162 non-remplacements de départ à la retraite sur 17 000 personnels de l'éduc nationale à la Réunion .... ce n'est qu'une petite larme ....invisible ....ça ne baissera pas le niveau des exigences demandées ....

8.Posté par l'avis du psy le 28/03/2011 17:45
cette affiche totalement outrancière et macabre révèle une psychose chez leurs auteurs , comme un test de rorschach à l'envers ! les auteurs devraient consulter d'urgence et être mis hors de contact des élèves.

9.Posté par le piaf le 28/03/2011 19:03
Puisque certains le demandent. Et sous couvert de l'anonymat de mon pseudo. Voici mon salaire.
Je touche environ 2800€/mois. J'ai 13 ans d’ancienneté. Et, (même si ça m'attriste de devoir le préciser) je suis né dans l'ile, de parents réunionnais.

Je ne prétends pas être à plaindre. D'ailleurs je ne me plains absolument pas. Je considère avoir aujourd'hui un salaire à la hauteur des 4 ans d'études post-bac que j'ai pus m'offrir, (au prix d'un prêt étudiant pour ma dernière année en métropole, et des deux années que j'ai ensuite passé à préparer les concours.

Le 30 Mars, je ne prendrais pas part à ce mouvement. D'une part, parce qu'il ne bénéficie pas, selon moi, d'un soutient suffisant des plus concernés (à savoir les élèves et leur parents). Et d'autre part parce que je ne crois pas qu'il puisse, vu l’entêtement et les priorités de notre gouvernement, déboucher sur quoique ce soit de constructif.

Concernant mes conditions de travail par contre, j'ai pu constater leur dégradation. Tout particulièrement ces dernières années.
Je n'ai connus dans ce métier qu'une succession de réformes accompagnées de directives souvent contradictoires et toujours floues. Prenez donc la peine de consulter un "référentiel de l'éducation nationale". Et vous verrez (si vous parvenez à le décrypter) que, non seulement son application est très (trop) contraignante, mais son contenu reste très souvent équivoque. Évidement, ce genre de constat me ferait tout de suite passer pour un professeur incompétent au yeux de ma hiérarchie. Et je ne peux donc lui en faire part ouvertement. Mais si une chose est devenue claire à mes yeux au bout d'une décennie de pratique, c'est que ce dont on aurait vraiment besoin pour enseigner dans de bonnes conditions c'est de pragmatisme et de stabilité.

Quelque soient nos revendications, je crois qu'aujourd'hui les professeurs seuls ne peuvent plus rien changer au déclin constaté dans les performances de nos élèves. Tant que la société renverra de l'école et de l'éducation cette image négative et désuète. Et tant qu'elle cédera aux promesses faciles des plus démagogues et arriviste d'entre nous. On ne peux arrêter ce massacre qu'à force de sacrifices et de rigueur.

10.Posté par Dératisons l'éducation nationale le 29/03/2011 07:27
Ah bon????? il y a la crise économique chez vous aussi alors!
Ben zut! moi qui pensait que vous étiez à l'abris de tout, et qui finissait l'idée qu' une bonne majorité de prof avait choisis ce métier pour se planquer au chaud sans ventilo avec, toujours, cette attitude débile de petits chiens savants....l'attitude des imbéciles qui se croient épargné par la réalité économique bien à l'abris derrières leurs paravents de certitudes....

JE PROPOSE QUE LES PROFS SOIENT PAYEES AU RESULTAT

c'est a dire au proratat inverse du nombre de chômeurs qu'ils fabriquent entre leur vacances, le temps de se reposer de leur longues heures passées à se gratter la fesse payés par les autres contribuables qui triment pour gagner leur vie.... eux...sans faire grève avant et après les vacances...5 semaines et pas plus......sans sécurité de l'emploi......

CHANGEZ DE METIER!!!!!!

11.Posté par fiuman le 29/03/2011 11:32
He bien puisqu'il le faut amputons un bon morceau et mettons au boulot les enseignants disposant d'une délégation hors et dans l'éducation nationale

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales