Société

Échantillonnage des cannes: La FDSEA réclame une indemnisation pour la richesse perdue


Échantillonnage des cannes: La FDSEA réclame une indemnisation pour la richesse perdue
Le torchon brûle entre la FDSEA et le CTICS. Le Centre Technique de la Canne et du Sucre, chargé de mesurer la richesse en sucre des cannes livrées par les planteurs, est accusé d'utiliser une méthode d'échantillonnage qui serait préjudiciable aux agriculteurs. Concrètement, l'organisme mesure la richesse de chacun des chargements livrés au sein des différents centres de réception. La résultat obtenu sert alors de référence pour la paiement de l'agriculteur. Plus les cannes sont riches en sucre et plus les planteurs sont rémunérés.

Pour la FDSEA, la méthode employée par le CTICS fait perdre des points de richesse aux planteurs. Le syndicat dénonce "le silence et l'inaction coupables des dirigeants du CTICS, en place depuis des années, qui ont laissé s'installer cette dérive". Ici, c'est clairement la CGPER qui se trouve visée par les attaques de la FDSEA, et plus particulièrement, l'actuel président du syndicat, Jean-Yves Minatchy. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la FDSEA critique le rôle joué par la CGPER dans cette affaire. Déjà au mois de juillet, le syndicat avait réclamé un audit de la structure suite au licenciement du directeur (lire ici : CTICS: la FDSEA exige un audit et dénonce une coupe sans arbitre).

Comparer la richesse des deux échantillons

Pour l'heure, les planteurs ont stoppé le blocage au niveau de l'usine du Gol et tentent d'obtenir satisfaction. "Nous sommes en négociations", souligne Frédéric Vienne, le président de la FDSEA. Actuellement, un seul échantillon est prélevé à travers un carottage d'1,6 mètre directement dans le chargement. La FDSEA estime que la richesse serait meilleure si le CTICS procédait à deux carottages de 80 centimètres. De leur point de vue, la méthode employée aujourd'hui compresse trop la canne qui perd de son jus et donc de la richesse.

Le syndicat réclame une indemnisation des planteurs en fonction de la richesse perdue. Pour la déterminer, ils souhaitent que soient comparée la richesse d'un échantillon prélevé par la CTICS, à celle d'un échantillon prélevé selon les recommandations de la FDSEA. Les négociations se poursuivent.

Les échantillons prélevés ne sont pas satisfaisants pour les planteurs de la FDSEA
Les échantillons prélevés ne sont pas satisfaisants pour les planteurs de la FDSEA

Échantillonnage des cannes: La FDSEA réclame une indemnisation pour la richesse perdue
Mardi 11 Septembre 2012 - 16:37
Lilian Cornu
Lu 1056 fois




1.Posté par un non assisté le 11/09/2012 18:36
Aides... indemnisations....ils n'ont que ces mots à la bouche ces éternels assistés de la filière canne ...

Quand vont-ils produire à des prix compétitifs ce que les consommateurs Réunionnais mangent chaque jour, au lieu d'être obligés de les importer ???

2.Posté par Thierry le 11/09/2012 19:40
Goutte a nou ... lé sucré ... à malin, malin et demi ...

Il y a toujours un qui veut manger l'autre et le plus souvent, c'est le petit qui se fait bouffer... Sauf que le petit devient malin et averti... Il n'a plus envie de regarder sans bouger ...

@ 1 ... indemnisations n'est pas subventions... Ils ont raison si l'usine se fait du sucre sur leur dos ... et depuis le temps que ça dure ...

3.Posté par noe le 12/09/2012 05:29
On devrait ajouter 15% de plus pour chaque planteur lors des échantillonnages pour la paille prélevée !

Celui qui prélève , prélève mal ...tj à l'endroit où il y a de la paille pour donner plus au patron de l'usine !
Comme ça le rendement sera plus faible pour les planteurs !

Bonne colère !

4.Posté par polo974 le 12/09/2012 09:05
Mais oui, comme ça tu entasses la paille au centre et les cannes juteuses sur les cotés...

Arnaqueur...

Le CTICS, c'est pas un truc paritaire ? ? ?

En fait, je me demande si tout ça, c'est pas une histoire de fromage:
""" Pour financer la mesure de la richesse, le CTICS perçoit une cotisation de 1,30 euros par tonne de canne, payée pour moitié par le planteur et pour moitié par l’industriel. """

Donc dans les 2 millions d'euros par an au bas mot...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales