Société

ESA Réunion: Réponse au collectif "Alerte rouge"

A l'ESA Réunion, les camps des pro et anti Thomas Kocek, le directeur de l'établissement, actuellement suspendu, semblent irréconciliables... Alors qu'un collectif, nommé "Alerte rouge", prenait, dans un communiqué, la défense du directeur, la réponse ne s'est pas faite attendre. Un nouveau communiqué, signé des "délégués du personnel", contre-attaque:


ESA Réunion: Réponse au collectif "Alerte rouge"
"Cher collectif, montrez-vous! Etes-vous un collectif invisible? Nouveau concept? Vous, vous savez qui nous sommes et où nous sommes!

Artistes, êtes-vous ceux privilégiés par Thomas Kocek, ayant accès illimités aux ressources publiques de cet établissement pour vos besoins personnels, utilisant matériels, matières, locaux au détriment du bon fonctionnement de l'ESA et à celui des élèves.

Enseignants, êtes-vous ceux qui sous le couvert de M. Kocek avaient cumulé deux fois plus d'heure que prévu dans votre contrat, sans compter les heures supplémentaires à gogo, payées à certains et aux autres non. Etes-vous ceux ayant été recrutés de manière frauduleuse encore une fois (si si il y en a encore).

Responsables associatifs, êtes-vous ceux qui pour protéger un petit groupe d'enseignant n'ayant plus été recruté faute de compétence, exposent ceux-ci avec les moyens de l'école, encore une fois, avec l'approbation de M. Kocek et au détriment du bon fonctionnement de l'école puisque par exemple, à ce jour, alors que la rentrée a eu lieu, une partie du matériel est encore dans un appartement d'un enseignant de ce collectif.

Universitaires, il y en a peut-être un seul à se plaindre (ou deux), ayant quitté l'université tellement sons salaire est gonflé à l'ESA, il n'arrive plus respirer des deux côtés, mais quand ça l'arrange, il parle en tant qu'universitaire. Monsieur n'est pas content parce qu'on refait son emploi du temps bidon et que son protecteur n’est plus là. L’autre ayant du mal à obtenir son doctorat, nous n’en parlerons pas.

Pourquoi le problème des techniciens vous dérange tant? Parce-que les accepter dans un cadre pédagogique mettrait encore plus en valeur votre incompétence et votre crédibilité en tant qu'enseignant! Pourquoi sont-ils soutenus par le personnel et les élèves, et pas vous? Parce qu'ils ont prouvé leurs compétences depuis des années! Thomas Kocek a tenté de museler les "enseignants techniques" pour mettre en valeur ces enseignants "amenés dans ces bagages", incompétents et irrespectueux.

L'affaire du diplôme de notre collègue est dans les mains des avocats, laissons-les travailler. Mais n'oubliez-pas de quelle manière, scandaleuse, cette affaire a été menée, cela mériterait que l'inspection du travail et l'ordre des médecins se penchent sur celle-ci.

Pour finir, l’accréditation au grade de master avait déjà été obtenue, sans vous et sans M. Kocek, il y a toujours eu des docteurs à l'ESA, alors essayer de faire peur à l'opinion publique sur ce sujet est pure perte de temps, nous savons mener notre barque! Essayer de défendre votre position, uniquement sur ces points prouve que vous n’avez pas les réponses à tous les autres. N’oubliez pas que c’est le personnel qui dés mars a mise en garde les autorités sur le problème de l’accréditation au master, pendant que vous faisiez vos grosses provisions pour l’hiver.

Vous êtes seulement inquiets, tous, de vos petits intérêts personnels, de vos primes, de vos gros salaires et nous aussi, nous demanderons une enquête sur tout cela, sur les procédures non respectés, les copinages, et nous ferons appel à qui de droit!

Les délégués du personnel"
Jeudi 26 Septembre 2013 - 16:06
le personnel de l'ESA Réunion
Lu 1068 fois




1.Posté par JANUS le 26/09/2013 17:16
Pourquoi ce nom stupide de "Alerte rouge" ??? Combattez-vous le PCR et tous les élus de gauche ???

Ce que "Alerte rouge" essaie de faire, c'est de présenter Monsieur Kocek comme un directeur respectueux de la Loi ...

Or les faits montrent le contraire ... et les faits ont la tête dure, vous pouvez essayer de les déformer ou de les cacher et ils remontent toujours à la surface ...

Quels sont ces faits délictueux à mettre au crédit de Monsieur Kocek :

* Il menace un enseignant de le licencier s'il ne démissionne pas ... Délit UN (Code pénal).
* Il convoque un enseignant dans une clinique privée pour lui annoncer qu'il va le démissionner ...
Délit DEUX (Code du Travail)
* Il harcèle un enseignant pour qu'il démissionne ... Délit TROIS (Code pénal)
* Il n'assure pas la sécurité de son personnel sur son lieu de travail ... Délit QUATRE (Code du Travail)
* Il fait des courriers recommandés à son personnel le 19 septembre ... alors qu'il est suspendu de ses
fonctions le 18 septembre ... cela s'appelle un abus de pouvoir ... Délit CINQ (Code pénal)
* ...

La liste n'est pas exhaustive, mais ces faits sont constatés et indiscutables ...

Il devient difficile de présenter Monsieur Kocek en ange blanc, confronté à une horde d'ennemis rouges ...

Les choses sont beaucoup plus simples, nous avons juste un artiste qui a été propulsé directeur d'école alors qu'il n'en a pas les compétences ...
Il suffit juste de le reconnaître ...

2.Posté par PitonTextor le 27/09/2013 07:00
Tiens j'aurais plutôt pensé spontanément à l'alerte cyclonique succédant à l'alerte orange. Mais vous êtes certainement trop jeune pour avoir connu ces termes de la fin du XXème siècle. Et votre interprétation est scotchante ! LOL ! Vous êtes un fin analyste politique ! Je suppose que vos collègues qui portent des chemises bleues sont royalistes !!! Et si l'on suit votre raisonnement, ce collectif serait une sorte d'émanation politique pour combattre le PCR. Mais il me semble que tous les politiques se sont prononcés d'une même voix dans cette histoire...
C'est plutôt bien que les questions soient posées, cela s'appelle le débat démocratique. Et les insultes n'y sont pas les bienvenues ;-)
Par contre ces gens devraient dévoiler leur identité...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales