Faits-divers

Du zamal à la coke… et retour à la case "prison"

Correctionnelle Sud


En attendant son tour, menotté lui aussi, Abel Gigant "cause" boutique avec l’autre violent de l’audience, un faux caïd du Sud. Tous deux ricanent malgré les mises en garde des gendarmes.

Violent et lâche

C’est un têtu, notre ami. Agé de 22 ans, grand, costaud, il a déjà écopé de quelques années de gnouf, notamment pour violences en réunion et délit de fuite. A son âge, il en est déjà à plus de 3 ans ferme. Il semble y avoir pris goût.

A la suite de quoi, une interdiction de hanter les rues saint-pierroises lui avait été comminée par la justice. Mais voilà, sa maman habite la capitale sudiste. Ses fournisseurs et clients aussi ! Comme il se croit malin, il s’est dit qu’en descendant nuitamment à la grande ville, il ferait la nique aux forces de l’ordre, passez muscade ! Il a sans doute oublié que "la loi aussi la parti l’école"… Et s’est fait gauler comme un malpropre, aux alentours de minuit (tous les chats ne sont donc pas gris ?) aux abords de la gare routière de Casabona à Saint-Pierre.

Pour faire bonne mesure, au moment où les policiers lui tombent sur les endosses, il a sur lui, tenez-vous bien : du zamal ("QSP" comme disent les fabricants de médocs), de la métadone et de la coke. Rien que ça.

Si se procurer du zamal, à Bourbon, relève de la marelle, il en va autrement des deux autres produits cités. Surtout la cocaïne qui ne court pas vraiment les rues.

"Je veux changer de vie"

Il a eu beau jurer ses grands dieux que "c’était pour ma conso personnelle… Je ne suis pas un grand dealer… C’était la première fois… C’est pas tous les jours…", allez savoir pourquoi, personne ne l’a cru.

"Pourquoi étiez-vous à minuit à Casabona ?" - "Parce que j’étais interdit de séjour à Saint-Pierre". Ben tiens !

Bonhomme assure attendre de sortir de prison pour changer de vie, "pour avancer, fonder un foyer, trouver du travail". Avant d’élire domicile à Cayenne, ce garçon avait un travail, un CDI de menuisier. Que s’est-il donc passé ? Le hasard, les rencontres diaboliques, l’occasion faisant le larron ? Questions restées sans réponse.

Pour prouver qu’il a bien étudié les arcanes du monde judiciaire, il demande "une compression de peine", ce dont la plupart des gens, au casier vierge, n’ont même jamais entendu parler !

En attendant "d’avancer", il fait marche arrière pour purger à Cayenne les 4 mois fermes supplémentaires que le tribunal lui a infligés.

Jules Bénard
Vendredi 3 Juillet 2015 - 10:52
Jules Benard
Lu 1770 fois




1.Posté par Caffreman le 03/07/2015 18:20
euh Cayenne c`est en Guyane ou vous avez une Cayenne chez vous aussi
je demande juste hein

2.Posté par noe le 03/07/2015 19:45
Pas bien de se shooter !
Regardons le monde tel qu'il est vaut mieux que prendre de la coke pour voir l'artificiel !

3.Posté par Ange le 03/07/2015 22:18
J'ai une cayenne.

Sa fé pa de moi un nommme. Comment rentrer dans le troisième groupe ?

4.Posté par mc974 le 04/07/2015 03:18
Cayenne à la Reunion c'est un quartier pas une ville.

5.Posté par vanz le 04/07/2015 13:29 (depuis mobile)
C''''''''''''''''est plutôt la.maison. D''''''''''''''''arrêt. De Cayenne

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

Vendredi 2 Décembre 2016 - 10:51 St-Louis: Collision entre un bus et une voiture

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales