Société

Du sable en plus pour la plage de Saint-Leu

Jeudi 12 Octobre 2017 - 12:59

Faire d’une pierre deux coups. Alors que le port de Saint-Leu connaît des problèmes d’ensablement et que certaines plages perdent de leur sable, le TCO - dans le cadre de ses compétences- a entamé une procédure censée régler ces deux problématiques.
 
"On doit faire du dragage. Il faut pomper et extraire le sable qui gêne le fonctionnement du Port", explique Daniel Thebault, directeur de la régie des Ports de plaisance du TCO. Le projet vise un rechargement de la plage sur une épaisseur moyenne de 50 cm en sable majoritairement d'origine corallienne, entre l’embouchure de la ravine Fontaine et celle de la ravine de la Chaloupe, à l’entrée nord de la ville, sur une surface de 1000 m2. Il permet le réemploi des sédiments issus des dragages, ces sédiments représentant un volume de 600 m3.
 
Des premiers prélèvements ont déjà été faits et envoyés pour des analyses en métropole. "Il s’agit de vérifier si le sable n’est pas pollué et s’il ne représente pas de danger pour les gens qui s’allongeraient dessus".
 
Une autorisation sur 10 ans
 
L’étude conclut à l’absence de contre-indication sanitaire à leur stockage en déchets inertes et/ou à leur valorisation éventuelle en milieu littoral.  "Au regard de l’ensemble des éléments, le projet n’est pas susceptible d’entraîner des impacts notable sur l’environnement et la santé humaine" , estime la préfecture dans un arrêté publié le 9 octobre dernier.
 
"C’est pourquoi l’arrêté nous dispense de l’évaluation environnementale", précise le directeur de la régie, soulignant que la procédure s’en voit ainsi allégée, mais que le projet reste soumis aux autorisations de la loi sur l’eau.
 
Le but est d’obtenir un arrêté définitif pour une autorisation sur 10 ans, précise-t-il. "On aimerait l’obtenir d’ici la fin d’année pour commencer les travaux avant la période cyclonique et avant les congés des travaux publics".  Un marché doit être passé avec une entreprise, permettant d’enclencher la procédure "chaque fois qu’il y a un problème d’ensablement, après un épisode houleux par exemple". 
 
La démarche devrait être étendue aux autres ports de plaisance du TCO, également face à des problèmes d'ensablement. 
MA - marine.abat@zinfos974.com
Lu 4286 fois



1.Posté par philtresaparticul le 12/10/2017 13:19

zmlpot i ca augmenté
MERCI AUX LPA

2.Posté par TAGOUN le 12/10/2017 14:36

CA c'est une info qui mérite la une ! la peste à Mada, les dispositions prises par les autorités françaises rien ! Pierrot tu fais la sieste ?

3.Posté par Zarin le 12/10/2017 15:41

A Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, le sable se déplace et l’érosion côtière s’accentue avec ses conséquences destructives. Si des constructions d’origine humaine, une digue ou une simple rampe de mise à l’eau modifient le mouvement naturel du sable, des phénomènes climatologiques lointains l’influencent aussi. Jérôme Aucan, océanographe physicien à l’Institut de recherche pour le développement, étudie les causes et les impacts des phénomènes comme les vagues, la houle, les tsunamis ou la montée du niveau moyen de la mer.

Mouvements de vagues, mouvements de sable - Reportages (partenaires) - universcience.tv, la WebTV scientifique hebdo

http://www.universcience.tv/video-mouvements-de-vagues-mouvements-de-sable-9825.html

4.Posté par Candide le 12/10/2017 19:29

Pourquoi dans de telles situations, les communes qui grouillent de main d'oeuvre sous utilisée (les employés communaux) n'investissent pas dans le matériel et ne font elles pas elles-mêmes les travaux, au lieu de payer des sociétés privées hors de prix ?

5.Posté par Bon plan le 12/10/2017 19:31

Je vais vite créer une société adaptée pour me faire des couilles en or dans les communes du TCO.

6.Posté par crisse le 12/10/2017 22:34

Et si le sable est polué on va le mettre où?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter