Faits-divers

Drame à Saint-Joseph : Quatre morts et deux victimes dans un état critique

Deux jours après la marche blanche dédiée à Elodie Boudia, cette jeune mère de famille assassinée par son ex-conjoint, c'est en présence d'un nouveau drame que le Sud sauvage s'est réveillé ce matin. Une mère de famille et ses quatre enfants sont tombés sous les coups de l'ex-mari et père tôt ce matin. Après avoir violenté son ex-épouse et ses quatre enfants, l'auteur des faits a mis fin à ses jours. Un des enfants âgé de 12 ans et Christine Morel, la mère de famille seraient toujours entre la vie et la mort.


Quelques semaines après l'assassinat d'Elodie Boudia et de la petite Mathilde, un nouveau drame est survenu ce matin dans le quartier du Butor à Saint-Joseph. Ce nouvel épisode qui s'est joué dans les impasses Mirabeau et rue Emile Hoareau rappelle les violences quotidiennes observées à l'encontre des femmes dans le département. Pour le moment, on dénombre trois enfants tués et Antoine Vaulry, l'auteur des faits. Dans ce nouvel exemple de drame passionnel, un des enfants, âgé de 12 ans qui a réussir à s'extraire en se réfugiant chez un voisin serait toujours entre la vie et la mort au GHSR de Saint-Pierre tandis que l'état de sa mère Christine Morel serait jugé critique.

Tout s'est produit très rapidement entre 1h30 et 3h00 du matin. Vers 1h30, le massacre débute au 5 impasse Mirabeau, à proximité de la rue Emile Hoareau, là où résidait l'auteur des faits, un homme âgé d'une cinquantaine d'années.

Vers 1h30, un père de famille se rend chez son ex-épouse avec laquelle il est séparé depuis une année. Sur place, il poignarde violemment son ex-conjointe avant d'en faire de même avec son fils de 17 ans qui tombe rapidement sous les coups de son propre père.
Selon des témoins de la scène, des coups de feu ont retenti à plusieurs reprises, ce qui grossit le nombre des armes utilisées dans cette affaire.
Quelques minutes plus tard, la mère, alors qu'elle est gravement blessée, parvient à s'extraire par une fenêtre et alerte alors rapidement ses voisins par des appels au secours multipliés. Le Samu, les sapeurs-pompiers et les hommes de la gendarmerie nationale arrivent sur place et constatent le décès du fils âgé de 17 ans.

Le Sud sauvage consterné

Pendant ce temps, l'ex-conjoint retourne à son domicile situé rue Paul Hermann avec trois de ses enfants. Là, il tente de les tuer avant de se suicider par arme à feu quelques minutes plus tard. Deux enfants perdent la vie tandis qu'un troisième de 12 ans est transporté dans un état grave au GHSR de Saint-Pierre.

Pour les voisins proches des deux résidences où se sont déroulés ces faits, l'heure est à l'incompréhension et au deuil. Difficile de répondre sur la présence de signes annonciateurs d'un tel drame dans leur propre quartier, jugé calme. Installée depuis peu dans le secteur, la mère de famille tentait de reprendre une vie normale avant de tomber sous les coups de son ex-conjoint. Du côté de la famille, résidant à Jean-Petit, c'est la consternation et la tristesse.

Ce nouvel acte renforce encore les chiffres des actes de violence réalisés à l'encontre des femmes et de leurs enfants. Ceci étant, il faudra encore patienter avant d'avoir la confirmation de ces actes et l'avis du procureur de la République Patrice Camberou, en charge de cette affaire qui frappe toute une famille. En effet, on ne sait toujours pas quelles sont les armes qui ont été utilisées. Les voisins ayant entendu des coups de fusil et vu des flammes s'extraire de la chambre d'une colocatrice, à proximité de la demeure de l'ex-concubin.
Lundi 24 Août 2009 - 12:00
Ludovic Robert
Lu 4635 fois




1.Posté par Erika le 24/08/2009 12:57
Déplaise à Bertel.

On a un gros probleme de violence conjugal à la Réunion.

2.Posté par papapio le 24/08/2009 13:32
Quelle horreur, il n'y a plus de mots pour qualifier ça... Il faut que ça cesse, que les instances Publiques ENTENDENT... Nos coeurs saignent aussi......ASSEZ.... Combien de temps allez vous vous TAIRE , dire la VERITE pour que ça s'arrête ?

3.Posté par papapio le 24/08/2009 13:56
50% des couples séparés, 90% des Pères et Enfants Séparés de Force au TGI, moins de 10% d'entre eux Violents, mais...faites le déconte par vous même des proportions et Violences commenditées dans ces conditions lamentables... Les Pères SAVENT que séparation signifit: CONDAMNATIONS, Saisies jusqu'à 90% de leur salaire, Enlévement des Enfants souvent adoptés de force, perte de leur Travail, etc... Les Discriminations Sexistes Des JAFs, Parquets, AREL, AREMO, ARPEGE, ARAJUFA, Département, Préfecture, Académie (autorité Parentale Factice Bafouée), etc.. Sont autant de frustrations cultivées et d'incitations à la Violence des Hommes et Pères qui n'obtiennent pas JUSTICE EQUITABLE... Il faut faire cesser ce massacre dénoncé depuis longtemps dans le silence complice... Nous en avons MARE de voir mourrir des Enfants innocents, des Femmes sans choix, et Pères poussés A BOUT de l'inhumain...
Que tout ceux qui veulent que cela cesse nous aide à distiller ce message, s'il vous plait, pour les Enfants qui ne demandent Rien d'autre que d'avoir une chance de vivre dans un monde HUMAIN... Nous n'arrivons pas à être entendus par la défensseur des Enfants non plus qui fait la sourde oreille, comme Préfecture, Département, Région,... seuls Didier ROBERT, M. Biancarelli, la HALDE, la nouvelle AMAFAR EPE, bientôt la Ligue des Droits de l'Homme,.. à ce jour ont accepté d'entendre le Message.

4.Posté par Mwa la pa di le 24/08/2009 14:15
Nous voilà donc bien devant un fait de société où l'homme est en toute puissance. Ne supportant pas la frustration, il a toujours été porté par ses parents et la mère comme un roi, il ne peut admettre que la femme ne puisse plus lui appartenir. Ce schéma devient malheureusement courant dans notre département. Nous sommes en fait tous responsable de cet situation, car c'est comme cela que nous élevons nos enfants. A tel point que certains parents n'ont pas peur de dire que leur enfant de 10 ans "y commande à la case". "koçà y pé fé, ... et s'en remettent à d'autres pour solutionner le problème : travailleurs sociaux.... Une vraie démission favorisé aussi par le fait que la société est complice quand elle condamne un parent qui donne une fessée à son enfant. Cela nous montre aussi qu'il ne suffit pas de faire des marches blanches pour résoudre le problème, mais que les parents commencent à ne pas accepter tout de leur enfant, et que la société protège réellement les femmes (ou hommes) qui font l'objet de menace de leur ex ou de quiconque. Nous ne devrions plus accepter que la menace ne soit pas condamnée. Personne n'a le droit d'attenter à la vie , la santé d'autrui. Si le proc et les magistrats pouvaient intégrer cette donnée.... Je rêve.

5.Posté par jf.seguineau le 24/08/2009 14:15
Il ne suffit plus de réagir, mais d'agir. Il faut traiter la violence à la base et non plus le drame arrivé.

Association de lutte contre les violences familiales (en création).

La violence n'est pas une maladie incurable et pourtant elle fait mourir

Les causes des violences familiales sont multiples : enfance dans un milieu où la violence prédominait, toxicomanie et alcoolisme, frustrations par défaut de communication et de compréhension, la liste est loin d'être exhaustive. Les violences familiales se rencontrent dans tous milieux, y compris chez les intellectuels .

L'éducation est l'outil prépondérant pour prévenir la violence physique ou/et psychique, mais malheureusement nous constatons que cela ne suffit pas. Les services sociaux sont souvent surchargés, alors il ne reste plus que la répression qui trop souvent malheureusement agit après l'inéluctable, c'est-à-dire après le drame.

Les violences familiales, c'est-à-dire celle qui concernent en premier lieu les parents, se répercutent généralement sur les enfants. Bien souvent les parents proches restent muet, ne voulant pas interférer dans la vie du couple mais aussi par crainte de représailles comme par exemple les grands parents qui redoutent la rupture du lien familiale, les éducateurs (enseignants, entraîneurs sportifs, etc.) qui n'osent pas intervenir de peur de commettre des bévues, les voisins et amis qui culpabilisent en pensant qu'ils se mêlent de choses qui ne les regardent pas.

Les victimes, mais aussi les auteurs de violences, ne savent à qui s’adresser ne voulant pas impliquer leur famille et leurs amis. Ils n'osent pas s'adresser aux services sociaux de peur mettre en marche la machine judiciaire qui pourrait entraîner une séparation, un divorce qui semble aux acteurs avoir des conséquences économiques insurmontables à court, moyen et long terme.

définition : auteur = homme ou femme

jf.seguineau@gmail.gmail.com

6.Posté par papapio le 24/08/2009 15:25
jf.seguineau: "L'éducation est l'outil prépondérant pour prévenir la violence physique ou/et psychique": Pour POUVOIR EDUQUER ses Enfants, encore faut'il les AVOIR... Et malheureusement, ce n'est pas en créant d'autres structures "Départementales" subventionnées, ou autres "cellules Psychologiques", qu'on résoudra le VRAI SUJET TABOU: PARITE EDUCATIVE VOTEE bafouée par TOUTES LES INSTANCES Sociales, Educatives et JUDICIAIRES...et OUI, les implications Economiques en sont un "fondement" départementale Evident, 1/4 Foyers Monopaentaux (52% Guadeloupe)= 1er Budget de l'Ile...

et Mwa la pa di: Comme d'habitude maintenant, c'est moins des séparations de femme dont il s'agit que le Fait d'être SEPARES DE FORCE DES ENFANTS en même temps, malgré les Lois Paritaires Votées et BAFOUEES partout... Moi, je n'aimême pas le droit de savoir ou sera scolarisée ma Fille, malgré mon autorité Parentale JAF. Je porte plainte chaque année depuis 2006= Classés sans suite... J'ai porté plainte contre le Parquet pour "Favoritisme et Incitation à la Violence" SANS REPONSE non plus...

A Frapper le Chien Géniteur Payeur, que personne ne s'etonne qu'a peine moins de 10% d'entre eux se retournent pour MORDRE étant donné le massacre qu'ils subissent au JAF (90%)... Nous voulons TOUS la PARITE, AIDEZ NOUS A LA FAIRE RESPECTER AUX JAF / PARQUETS.

7.Posté par Ulysse le 24/08/2009 16:38
Je viens de relire les "douze propositions pour casser la violence" qui veinnent d'être faites par un collectif d'associations à l'initiative de "ni putes ni soumises" pour lutter contre les violences conjugales.

Et je me pose 2 questions :
1) ces propositions sont elles mauvaises ? Ma réponse est "non"
2) en imaginant que ce qui est proposé soit en oeuvre à la Réunion depuis 5 ans, est ce que cela aurait évité ce qui vient de se produire à Saint-Joseph ? Ma conviction est "non", hélas.

Au delà de ce constat il ne faut surtout pas baisser les bras, ce n'est en aucun cas une "fatalité", il conviendrait d' aller plus loin dans la reflexion pour imaginer des mesures réellement efficaces.
Donc la copie est entièrement à revoir.

8.Posté par Phoenixia le 24/08/2009 17:05
Je suis profondément choquée devant la lecture de cet article.
Je ne saurais définir si c'est par le manque de réactivité du voisinage ou si c'est la possibilité que la montée rapide en violence de ces dix derniers jours et plus largement de cet "hiver" se soit accru.

On pourra néanmoins dire ce que l'on veut quant à l'attribution de la garde des enfants dans les affaires de séparation, j'en conviens que justice n'est pas toujours faite de façon équitable néanmoins dans les récents cas qui ont terminé leur course de façon plus que dramatique, estimez-vous Messieurs - car faisant lecture de vos propos, c'est ainsi que l'on pourrait les comprendre - que l'on aie droit d'assassiner sauvagement sa propre progéniture car La Loi ne s'est pas tourné de son côté???? N'est-ce pas en soi un acte des plus égoïstes qui ne fait que légitimer la sentence tombée concernant la garde et les décisions de justice à propos de séparation et divorce?

Pour ma part je reste sur ma position : si un homme en arrive à tuer son, ses enfants avec l'idée en tête que "si je ne l'ai pas, personne ne l'aura" alors c'est que la justice avait parfaitement vu juste sur la garde à confier. Parce qu'on ne fait pas un enfant pour soi mais parce qu'on offre la vie à un petit être comme on fait un cadeau tout en lui expliquant jour après jour le mode d'emploi, avec un minimum de réfléxion ces hommes auraient pris leur mal en patience et attendu que leurs enfants soient en âge de décider et choisir par eux-même car tout n'était pas perdu.

Pour en revenir au sujet initial qu'est ce drame arrivé dans la nuit à St-Joseph, je ne puis que spéculer sur les conditions de cet homme dont nous ne connaissons pas les antécédents mais émettons tout de même cette hypothèse : si son fils âgé de 17ans - je rappelle quand même que l'on offre le choix de la vie avec l'un des parents aux enfants à partir de 15ans - a trouvé la mort, la raison ne se trouverait-elle pas dans l'idée qu'il a fait le choix du foyer maternel et que la rancune tenace de son géniteur l'a conduit à une mort certaine?

Pour l'heure ma question reste celle-ci : quand parlera t'on enfin des séquelles engendrées chez les victimes de ce genre de massacre? Car si Christine Techer et son enfant venaient à sortir de leur coma, que resterait-il de leur vie brisée à jamais par la douleur et l'incompréhension de ces gestes horribles causant la souffrance ad vitam eternam?

A noter que lors d'une émission il était décrit un cas similaire inattendu qui s'est produit en Angleterre, les 4enfants et l'épouse massacré, le mari suicidé par pendaison... La cause du malheureux évènement ayant été determiné par une famille bien sous tout rapport disloquée dans l'intimité et le surendettement du chef de famille...

Je vous laisse donc y réfléchir.

9.Posté par jf.seguineau le 24/08/2009 17:15
Monsieur Papapio, il n'est pas dans mon propos d'ajouter une structure supplémentaire (subventionnée ou non), mais de créer une association pour agir en amont des effets de la violence et non se subsistuer aux multiples services et associations qui ont des actions indispensables pour palier à ce fléau. Cela implique de mettre en place des outils de prévention par l'information et la formation.

Il me semble nécessaire d'éduquer les génération à venir à négocier les conflits par le dialogue plutôt que par la violence, et c'est le but de l'association que je veux mettre en place. Pour exemple, un enfant en bas âge qui donne un coup à un camarade doit être non pas réprimandé systématiquement mais les éducateurs, au sens large, doivent pouvoir lui expliquer qu'il y a une autre solution que la violence physique pour résoudre son conflit.

Le rire est paraît-il le propre des humains alors essayons de faire en sorte qie la maîtrise de l'agressivité devienne aussi le propre des humains. C'est un travail de longue haleine, mais le jeu en vaut la chandelle.

10.Posté par bertel le 24/08/2009 17:34
"1. Posté par Erika le 24/08/2009 12:57
Déplaise à Bertel.
On a un gros problème de violence conjugal à la Réunion."


Condoléances aux familles.

On a un gros problème de violence conjugale dans le monde.

Ce sera mon seul commentaire sur ce sujet .

Bertel


11.Posté par datinic le 24/08/2009 17:35
@ papapio

vous voulez dire quoi au juste ? c'est l'erreur de la justice ?
Que le père est la victime dans l'histoire ?

Votre commentaire est scandaleux et choquant.

12.Posté par Ecœuré le 24/08/2009 18:04
La jalousie et la méchanceté donnent ça!! et on en aura d'autres hélas

alors ,quand une femme , un enfant ou un homme reçoit des menaces que prévoit comme protections éfficaces et dissuasives la loi française...

et nous ce sera non assistance à personne en danger , alors qui attaquera l'état pour ses défaillances....!!

13.Posté par papapio le 24/08/2009 18:21
Datinic: je vous en prie, ne détournez pas nos propos, ça n'est ni le moment, ni bienvenu SVP. Ce qui est scandaleux et choquant c'est le mal qui en est à l'origine..

Phoenixia: "Pour ma part je reste sur ma position", c'est justement ce que nous souhaiterions voir changer en corrélation avec les LOIS FRANCAISES BAFOUEES... Le constat est là, face à l'obscurantisme, à l'inquisition Judiciaire, Sociale et Educative, 90% des Pères bafoués réussissent à se contenir dans D'HORRIBLES SOUFFRANCES INJUSTES, mais moins de 10% d'entre eux, face à leur Sacrifice programmé, ne savent ou ne peuvent pas...

14.Posté par pierrot 974 le 24/08/2009 18:33
bonjour tous se la se nais pas normale car ou se trouve la dinite des pairsonne quan tous se sa se passe voila

15.Posté par bertel le 24/08/2009 18:56
"11. Posté par datinic le 24/08/2009 17:35
@ papapio

vous voulez dire quoi au juste ? c'est l'erreur de la justice ?
Que le père est la victime dans l'histoire ?

Votre commentaire est scandaleux et choquant.


__________________________

C'est scandaleux, choquant et répulsif

Bertel de Vacoa

16.Posté par bertel le 24/08/2009 19:40
" 13. Posté par papapio le 24/08/2009 18:21
Datinic: je vous en prie, ne détournez pas nos propos, ça n'est ni le moment, ni bienvenu SVP. Ce qui est scandaleux et choquant c'est le mal qui en est à l'origine..


PAUVRE MEC ! FAITES-VOUS soigner !!!

Désolé pour les majuscules !

Bertel de Vacoa

17.Posté par papapio le 24/08/2009 20:10
Bertel: vos insultes habituelles, montrent d'un manque évident d'arguments, et ne vous servent toujours pas... et traiter la HALDE, LE LEGISLATEUR et Magistrats censés faire appliquer les Lois Françaises (majorité votée), ainsi que nous le réclamons, pour que cessent ces violences, avec des Noms d'oiseaux, ne ressemble qu'à ton étroitesse de ton "esprit" malade...
Ces insultes, cette violence gratuite, bravo, bel exemple...

18.Posté par suicide altruiste le 24/08/2009 20:33
L'hypothèse la plus classique en psychiatrie légale concernant l'infanticide, c'est ce que l'on appelle le suicide altruiste : il s'agit d'un passage à l'acte qui, paradoxalement, peut être un geste d'amour et qui consiste à emmener dans la mort avec soi ceux que l'on aime. On est dans le cadre de ce que les psychiatres appellent la mélancolie délirante, la forme la plus grave de la dépression. La vie étant considérée comme finie, sans issue ni avenir, elle ne vaut pas la peine d'être vécue : laisser ses enfants dans ce monde est une idée intolérable. Dans un tel passage à l'acte, les laisser serait un abandon du point de vue du patient souffrant de mélancolie délirante. Attention, cela ne résume pas tous les cas d'infanticide, mais bien celui qui se termine par un suicide ou une tentative de suicide grave de l'auteur. Le problème est plus complexe quand il n'y a pas de tentative de suicide ou qu'elle est sans commune mesure avec la gravité de l'acte.


http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=23736

En lisant tout l'article, on se rend compte que tout parent poussé au désespoir pour raison x ou y peut en arriver là....le mal à l'origine dont parle papapio, mais qui peut être autre chose qu'un divorce !

C'est un problème psychiatrique, universel, comme les bébés congelés...n'en déplaise à ceux qui voyaient dans cette affaire de bébés congelés la preuve de la barbarie zoreil !

19.Posté par Choupette le 24/08/2009 21:08
@ Ludovic Robert, l'auteur de l'article


De deux choses l'une :
"l'auteur des faits s'est suicidé par pendaison."
Ou "..l'ex-conjoint retourne à son domicile ...avant de se suicider par arme à feu quelques minutes plus tard.

Faudrait savoir, il est mort comment ???

20.Posté par anne marie begue le 24/08/2009 21:50
Ulysse vous proposez quoi sinon?Je suis curieuse de voir??????

21.Posté par bertel le 25/08/2009 07:29
18. Posté par suicide altruiste le 24/08/2009 20:33
"C'est un problème psychiatrique, universel, "

Que ceux qui traînent leur misère en récupérant d e façon indécente, honteuse, ces faits-divers horribles en croyant défendre une quelconque cause en prennent acte !

Bertel de Vacoa




22.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 25/08/2009 07:51
suicide altruiste : vous expliquez mieux que moi c'est sure et avec d'autres termes.
Quand on fait le bilan d'après séparation, surtout quand il y a des Enfants et si le Père à d'autres centres d'intérets que SA PROPRE VIE OU CARRIERE PERSONNELLE, qu'il Aime ses Enfants et refuse leur abandon forcé, LA C'EST CATASTROPHIQUE... Lamentable chasse aux sorciers.
Des Culpabilités de Nature, Genre, poussant jusqu'à la Falsification d'instruction des Dossiers sont InHumains... Nous mettons lmes Documents dont Z'Infos dispose, à votre disposition...

Et OUI, c'est clair pour les Non Illuminés, qu'il faut maintenant chercher des Psychopatologies latantes graves (et autres fantômes) chez ceux qui s'opposent aux Lois Paritaires Educatives, quitte aux Infanticides, plutôt que chez les Pères qui refusent d'abandonner de force leurs Enfants et d'être dépouiller pour satisfaire des Corporations, en Totale dérive institutionnelle, qui en VIVENT...

Attention, reste quand même les esprits maladesde leur possessivité, qui n'ont pas besoin d'être poussés à bout pour exploser, qui n'acceptent pas de perdre leur "place" de décideur et qui en viennent au Pire... Mais rien à voir avec les Pères aimants SACRIFIES EN MASSE...

23.Posté par jf.seguineau le 25/08/2009 08:14
Trouver des "solutions" cas par cas, ce sont les lourdes tâches des multiples services et associations mis devant les faits accomplis, c'est pour cela qu'il semble nécessaire d'éduquer nos enfants à la maîtrise de l'agressivité.

J'invite tous ceux que cela intéresse de lire les travaux de Dolto, de Piaget et de Simon sur l'enfant. Eduquer est un travail de longue haleine mais c'est une voie possible pour aboutir à un résultat.

24.Posté par caroline le 25/08/2009 18:40
papapio
oui le coup doit etre dur pour cet homme dans une séparation, mais hors mis le fais de la séparation et les cause hors mi le fais qu'il ne va plus vivre avec ses enfants est-ce une raison de forcer les choses et d'en arrivé a la? c'est scandaleux de ne plus pouvoir parler. on évolue aujourd'hui dans un monde ou la violence est une soution a tout probléme et ce n'est pas normale?! est ce que c'est de cet maniére que nos enfant vont grandir et évolué?
il n'y a la aucune dignité dans ce comportement et aucune compassion a avoir juste une grande tristesse devant le fait accompli ce drame qui se rajoute a une grande liste de crime passionnel.


25.Posté par Ulysse le 25/08/2009 19:03
Posté par anne marie begue le 24/08/2009 21:50
Ulysse vous proposez quoi sinon?Je suis curieuse de voir??????

Des propositions nouvelles ne peuvent venir d'une seule personne mais résulter d'un travail d'échanges entre personnes abordant ces questions sans aucun préjugé ni a priori. J'ai bien sur quelques débuts de reflexions qui pourraient donner lieu à des pistes, en tout cas je me méfie beaucoup de ceux qui ont des certitudes, des réponses à tout. C'est parfois le cas de certains "professionnels" du sujet.
Une grande difficulté réside aussi bien sur, vous le savez, dans le fait qu'il ne suffit pas de proposer mais encore de faire adopter ces propositions pour les mettre en pratique.

26.Posté par jf.seguineau le 25/08/2009 20:22
Ulysse, c'est bien là ma préoccupation faire un travail d'échanges entre personnes abordant ces questions sans aucun préjugé ni a priori. Il faut bien sur se documenter et chercher des solutions existantes, pourquoi pas en "inventer" et les mettre sur la table.

Je m'intéresse à tout ce qui touche la violence familiale et les solutions ou approches de solutions à travers le monde, bien que je ne sois pas directement concerné, mais ma philosophie est l'altruisme.

Il est important de prendre conscience que l'éducation est l'un des facteurs prédominants et c'est dans cette direction que je veux porter mon action.


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales