Social

Domenjod: Mobilisation contre le manque de sécurité

L’intersyndicale FO, CGT et UFAP-UNSa manifeste ce jeudi devant la prison de Domenjod.


Domenjod: Mobilisation contre le manque de sécurité
Les surveillants pénitentiaires dénoncent un manque de sécurité. En effet, plusieurs agents ont été agressés par des détenus lundi. Les surveillants demandent d’ailleurs "le transfert immédiat des différents protagonistes". Selon les surveillants de l'établissement, les tensions sont grandissantes et l'agression de lundi étaient "du jamais vu".
 
"Cela va faire 24 ans que je fais ce métier et c’est la première fois que je vois une telle violence envers le personnel" explique Fred Vincent Sully, surveillant pénitentiaire.
 
Les projections de colis en cause

Il y a, selon le personnel, un besoin de sécurisation de l’établissement grâce à des filets anti-projection, des caméras dans les chemins de rondes, des renforts de police et des rondes pénitentiaires véhiculées.
 
"Depuis deux semaines, vu le nombre colis qui sont projetés sur les cours de promenades, ça crée une tension. Cela ne fait qu’empirer. C’est une pratique à stopper dès maintenant. Les détenus reçoivent le l’alcool, de la drogue et des médicaments" témoigne Fred Vincent Sully.
 
"Des détenus de plus en plus jeunes, plus revendicatifs et agressifs"
 
L’intersyndicale réclame également des brouilleurs de téléphones portables, le remplacement des 11 postes vacants, la mise ne place d’un audit de sécurité et un "véritable dialogue sur la gestion de la détention et du rôle du surveillant".

Gilles Fontaine, secrétaire local FO, précise qu'il y a environ 540 détenus à Domenjod et 180 surveillants. "La population pénale évolue. La mentalité des détenus change, explique-t-il, ils sont de plus en plus jeunes, plus revendicatifs et agressifs. La grande majorité des détenus sont des récidivistes."
 
Pour le moment, les surveillants n’ont pas encore trouvé d’armes sur les détenus. Mais la projection de colis s’intensifie et le personnel craint une montée en puissance. Selon eux, rien n’est vraiment mis en place pour sécuriser le périmètre de la prison.

"C’est la première fois que je vois une telle violence" témoigne Fred Vincent Sully
"C’est la première fois que je vois une telle violence" témoigne Fred Vincent Sully

La police est présente à la demande des riverains qui craignent des débordements
La police est présente à la demande des riverains qui craignent des débordements

 
Jeudi 9 Juin 2016 - 11:42
SH - Laurence Gilibert sur place
Lu 839 fois




1.Posté par Pat974 le 09/06/2016 11:25
Se plaindre et faire la grève .... Mais dites moi, ce n'est pas aux surveillants de faire en sorte que l'ordre règne en prison ? Ce n'est pas à eux également d'intervenir en cas de désordre ? Exercer un métier c'est aussi prendre les risques liés !! Ah, il faudrait que la Police vous protège, mais dans ce cas qui va protéger la Police ? et si la Police se met à gérer l'ordre en prison qu'aurez vous à y faire ? N'est-ce pas le risque du pompier d'être brûlé ? N'est-ce pas le risque du grutier de tomber ? N'est-ce pas le risque de celui qui marche de tomber ?
On ne risque rien à ne rien faire et cessons de toujours rechercher un responsable autre à ce qui nous incombe. Quand on fait une chose, on en accepte les avantages mais aussi les inconvénients, c'est ainsi que cela fonctionne normalement.

2.Posté par Li le 09/06/2016 14:40
et CE QUI FOUTENT LE BORDEL, EN PRISON!

3.Posté par Léon le 09/06/2016 15:18
Un transfert s'impose, il parait que c'est à Fresnes que Fleury* la Santé,
" * allusion aux prisons de Fleury Mérogis et de la Santé"
Bon courage aux surveillants......
Un ancien de la Maison.

4.Posté par Cafr 974 le 09/06/2016 19:41 (depuis mobile)
C''est vraiment choquant et pourquoi il font la grève ? C''est vraiment égoïste car nous nous aimerions allez voir nos détenu pour voir si il vont bien ou si ils y on participer c''est vraiment injuste de nous laisser le doute !!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales