Revue de presse

Dimanche 24 janvier

Ce matin, le Quotidien de La Réunion a mis les catastrophes naturelles qui guettent notre île en Une. De son côté, le Journal de l’Ile a fait le bilan de dix années où notre département “a gagné en assurance et a cru en ses chances, jusqu’à atteindre les sommets”. Et l’Arast fait encore la Une ce dimanche.


Dimanche 24 janvier
Une fois n’est pas coutume, ouvrons cette revue de presse dominicale avec des nouvelles du dossier Arast. Le JIR écrit en page 6 que “la mobilisation ne faiblit pas” alors que le “Quot” publie en têtière et en page 6 également “les prud’hommes trancheront”, mais pas avant un mois. Aucune avancée donc pour les ex-salariés sans revenus depuis bientôt un mois.

Cette situation concerne surtout les ex-travailleurs sociaux qui ont signé une Convention de reclassement personnalisée et qui ne percevront le premier versement de leur allocation chômage qu’en début de février. C’est pour maintenir la pression qu’une partie des ex-employés occupent toujours la cour du Palais de La Source, et organisent un pique-nique aujourd’hui.

La Réunion en danger, ce sont aussi les séismes, éruptions, cyclones, éboulements… “Attention dangers” titre en Une le Quotidien du Chaudron, avec photo de Une l’éboulis de 2006 de la route du Littoral. “La Réunion est la région française la plus exposée aux risques naturels”. Selon ce dossier en pages 10 à 15 signé Florence Alavin et Kévin Bulard, “neuf risques majeurs menacent l’île”.

Il est également question de nature en pages 2-3 du Quotidien, mais vue du bon côté cette fois. Marc Bernard s’est rendu à Saint-Leu. Cette balade d’un genre heureux mène le lecteur “à l’abri des Salines”, là où “la caverne garde un secret”. “C’est un bassin magique où l’eau est plus fraiche et plus douce que nulle part ailleurs…” On entendrait presque chanter Charles Trénet.

Le plongeon du Journal de l’Ile, comme chaque dimanche, c’est dans le passé, ce matin c’est dans le passé récent et lointain. Plus près de nous, il y a cette première décennie du vingt-et-unième siècle. Le Jir revient sur le parcours de ces femmes et hommes qui ont inscrit leur empreinte, leur sourire, leurs larmes et leur intelligence dans l’histoire de notre île.

Pour le chic, David Chassagne parle de Valérie Bègue et du moustique, pour le choc, il y a l’éboulis de la route du Littoral, pour le chèque, il est question surtout des hommes politiques, n’y voyez là aucune allusion, même si c’est fait pour (pages 16 à 20).

Hier dans le Journal de l’Ile, c’est aussi “J C’était hier”. Ce matin, le supplément du JIR rend hommage au travail de Jean-Paul Saint-Aubin. Le conservateur général honoraire du patrimoine a ouvert son album aux 3.000 clichés. “Le Fonds Saint-Aubin est un extraordinaire témoignage sur La Réunion de 1976”.

Séquence souvenirs et balade dans La Réunion “lontan”, un café “la grègue”, un riz “chofé”… Ce dimanche ne s’annonce pas si mal.

Bon dimanche et bonne lecture !
Dimanche 24 Janvier 2010 - 08:18
Jismy Ramoudou
Lu 1059 fois




1.Posté par HOAREAU Richard le 24/01/2010 09:20
j'interviens ce weekend sur les réactions de nos responsables politiques et économiques de notre Département lors du passage du président de la République :
Aucune interpellation du Président sur la suppression de la taxe professionnelle.
Et pourtant les Collectivités territoriales n'ont aucune assurance sur le reversement par l' Etat en 2011 de la compensation de cette axe.
Le Président a pourtant promis que cette " compensation sera intégrale"!!

Pourtant les élus de la Région et du Département ont déjà l'expérience du dysfonctionnement des compensations par l' Etat des sommes dues lors des transferts de compétence!!!

J'ai l'intime conviction que la suppression de la taxe professionnelle est un moment historique pour les Collectivités territoriales qui reviendront sous la tutelle de l'Etat.
L'Etat reprend la main, et pourrait par exemple souimettre à condition l'utilisation de cette ex taxe.
Mais voyons les chose un peu pus sérieusement : L'Etat dit qu'elle n'a plus d'argent et pourtant il se prive de 2 milliards( taxe professionnelle).

Qui va financer ce manque à gagner :? nos impôts et ce seront les moins riches qui paieront encore une fois. Les plus riches sont "protégés" par le plafond d'imposition de 50%. Il ne sentiront même pas la différence.
J'ai été sidéré de voir autant de gens bien pensant se précipiter à Pierrefonds ou l'ADPE pour applaudir le Président pas de tous les français mais "le Président des plus riches"
Ce qui est remarquable, 2 exemples venant de 2 femmes d'un même parti politique: Gelita HOARAU au 1er rang pour applaudir le Président à Pierrefonds et Huguette BELLOT au 1ert rang du côté des manifestants et des syndicats sur le Boulevard Sud.

Huguette tu es une femme de conviction et nous t'apportons une fois de plus notre soutien.
Un bravo aussi à Gilbert Annette
Un bravo aussi à Michel VERGOZ qui fonde sa campagne pour les Régionales non pas contre les projets du Président VERGES mais contre la SARKOZIE et pour la défense des valeurs républicaines
Un zéro pointé à Didier ROBERT qui est en totale contradiction avec les valeurs qu'il prône auprès de la population du Tampon et son soutien à SARKOZY
Un zéro pointé à Jean Paul VIRAPOULLE qui par son expérience aurait pu se distinguer en dénonçant notamment la loi sur la taxe professionnelle et en faisant ressortir que c'est bien le projet du président Sarkozy qui a été rejeté en Guyane et en Martinique.

2.Posté par lulu le 24/01/2010 17:10
un zéro pointé a Michel Vergoz et a Gilbert Annette et au ps qui soutien la casse social
au conseil général avec le dossier de arast

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 07:00 [Revue de Presse] Mercredi 7 décembre 2016

Mardi 6 Décembre 2016 - 07:00 [Revue de Presse] Mardi 6 décembre 2016

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales