Politique

Didier Robert reste muet sur sa rémunération à la SPLA Maraïna

Camille Sudre et André Thien Ah Koon devront s'en tenir à la réponse officielle du président de Région. A l'occasion d'une conférence de presse sur l'activité de la SPLA Maraïna, Didier Robert a éludé la question de sa rémunération.


Didier Robert reste muet sur sa rémunération à la SPLA Maraïna
Un rendez-vous manqué ? Pour la première fois, la controversée société publique locale d'aménagement Maraïna tenait une conférence de presse en forme de bilan pour un exercice 2012 de pleins pouvoirs. Quoi de plus normal en cette fin d'année, comme bon nombre d'administrations publiques... Sauf que ce satellite de la Région échappe en partie à cette logique. Côté transparence des rémunérations du moins.

Levier prospectif et d'études d'aménagement pour le compte de la Région mais aussi pour les collectivités de la Réunion, la SPLA entre sous le couvert de la "structure privée", dixit Didier Robert dès lors qu'il s'agit de parler rémunération de ses dirigeants.

Ni Didier Robert, son président, ni son directeur, Gilbert Rivière, n'ont souhaité lever définitivement les rumeurs entretenues en assemblée plénière par l'opposition à la pyramide inversée. Fers de lance de cette transparence qu'ils appellent de tous leurs voeux, André Thien Ah Koon et Camille Sudre devront donc attendre. Didier Robert maintient la réponse qu'il apporte à chaque fois : "La rémunération du président est fixée par le conseil d'administration et est réglementée par les textes". Un seul élément vient confirmer le fait que cette rémunération échappe à l'écrêtement lié au cumul des mandats. "C'est une activité différente de celle élective", reconnaît Didier Robert. On repassera pour la transparence.

Il faut rappeler que la structure a été créée en janvier 2010 par l'équipe de l'Alliance, soit deux mois avant son échec dans les urnes. Paul Vergès, son président originel, "a tardé à démissionner" malgré l'échec électoral poursuit Didier Robert, "sans vouloir polémiquer". Une démission intervenue en novembre 2010 et qui a retardé d'autant la passation de pouvoir au sein du satellite.

Certaines communes restent à l'écart

Cet épisode est mis en avant pour expliquer le retard à l'allumage. Le bébé se porterait beaucoup mieux aujourd'hui. Il grandit : "De 12 communes concernées à la création de la SPLA pour un capital de 1,4 million d'euros. Aujourd'hui, un an et demi après notre arrivée, 17 communes et deux EPCI (Cinor, Casud) sont actionnaires", se félicite Didier Robert. D'autres frappent à la porte : le Tampon, la Civis, Cilaos et Sainte-Marie. Certaines au contraire ont marqué leur refus d'intégrer le CA de Maraïna (Saint-Paul, Saint-Denis, les Avirons et Sainte-Rose).

Le fait que des collectivités ou communautés d'agglomérations soient partie prenante se matérialise par un gain de temps considérable, approuve l'équipe dirigeante. "La SPLA permet d'aller beaucoup plus vite", acquiesce Gilbert Rivière, à la fois pour les grandes opérations d'intérêt régional mais aussi pour les opérations communales que les mairies ne peuvent porter seules. La SPLA est ainsi chargée d'accélérer les chantiers du Plan de relance régionale pour les communes.

Si l'année 2011 a été celle de l'installation -la structure a trouvé ses locaux de Saint-Paul en janvier dernier- celle de 2012 a marqué un virage plus opérationnel et même élargi aux collectivités non actionnaires. L'exercice 2011 a engendré un volume de travaux de 43 millions d'euros pour 1,6 million de chiffre d'affaires. En 2012, le volume global a atteint les 62 millions en travaux, 6 millions en CA. 100 millions d'euros, enfin, c'est la somme qui sera injectée pour les réhabilitations de lycées, de centres de formation, d'équipements culturels ou d'assistances à maîtrise d'ouvrage en appui des communes pour les deux prochains exercices.

Lundi 10 Décembre 2012 - 18:40
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 3307 fois




1.Posté par mi marche ec Melenchon le 10/12/2012 17:46
"structure a été créée en janvier 2010 par l'équipe de l'Alliance"

et oui, voila un sujet ou les elus se retrouvent pour converger. Et c'est là qu'on comprend que l'alternance n'est qu'un jeux de chaise musicale entre acteurs

2.Posté par Chacun son tour le 10/12/2012 18:23
Allez Camille et TAK ! Vous devez admettre que votre tour viendra peut etre un jour!
Verges a été le premier President de la SPLA, maintenant c'est le tour de Didier Robert, soyez donc patient et arrêtez de crier dans le desert!

3.Posté par darky le 10/12/2012 18:30
la SPLA est clairement une pompe à fric, permettant aux élus aux manettes, de continuer à s'affranchir de la moralité républicaine, la plus élémentaire.

ensuite, cet outil étant financé par fonds public, elle entre dans le champs de la CADA.

rien de plus facile pour contraindre notre larousse péi, de s'exécuter.

4.Posté par byby le 10/12/2012 20:03
TAK OU NA VRAIMENT OU K....POU GRATER.ET L.AUTRE CAMILLE OCCUPE OU RADIO LA DI LA FE.SOT LES JALOUX KE DIDIER LES O POUVOIR.TAK MAFIEUX LES BIEN FINI.DIDIER ET 1 N.HOMME POLITIQUE ONETRE ET APRESIE.

5.Posté par noe le 11/12/2012 04:41
C'est du bénévolat sans plus !
Didier Robert ne touche aucune rémunération et ça , on le sait !
Les politiciens ne sont pas payés ...ils n'ont pas de voiture personnel , ils sont obligés d'avoir un chaffeur !

6.Posté par tit paysan le 11/12/2012 05:21
Chaque jour les élus qui nous gouvernent dégoutent un peu plus notre jeunesse réunionnaise il n'y a plus de limite c'est aberrant!

7.Posté par Franck p le 11/12/2012 07:20 (depuis mobile)
Vivement le bilan de fin d'année de l'excellente SR21, l'annexe nexa du cousin coquin! Ou mieux, le bilan du CFAT de saint pierre!!!!

8.Posté par Informer les citoyens le 11/12/2012 08:06
Il faudrait peut-être que les journalistes fassent vraiment leur travail d'investigation, pour révéler tous ces prébendes, cumul, abus...

9.Posté par jumeau_974 le 11/12/2012 08:58
Haha trop fort ! SPLA veut dire quoi encore ? Société PUBLIQUE locale d'aménagement !!! PUBLIQUE !!! Rémunération fixée par le CA et société bénéficiant de fonds publics !!!

Alors l'histoire que la rémunération relève du domaine privé, on repassera ! S'il veut que cela reste privé, qu'il aille bosser dans le secteur privé ! D'ailleurs, il a été nommé (enfin, il s'est lui-même nommé) parce que Président de région.

En définitive, il cumule pas mal de rémunérations publiques, et il y a fort à parier que celle-ci n'entre pas dans le dispositif d'écrêtement des cumul de rémunération.

Pays qui marche sur la tête : des hommes politiques, payés par l'argent du contribuable, gagnent en 1 mois l'équivalent du salaire minimal annuel. Et ceci pour des résultats médiocres ...

10.Posté par Antipode le 11/12/2012 09:54
Je doute que sa rémunération soit identique ou inférieur aux 90% des français qui touchent au-mieux 2600 euros par mois et par individu (pas par foyer) !
http://www.lafinancepourtous.com/Decryptages/Dossiers/Revenus/Niveau-et-composition-des-revenus-moyens-en-France

11.Posté par citoyen le 11/12/2012 13:55
écoeurant !
Quelle goinfrerie aux yeux de tous !
Quel estomac !
Moralisons la politique réunionnaise !
On en a marre !!!

12.Posté par la langue na pwin lo zo le 22/01/2013 13:10
koman zot y vé rényoné y kroir enkor la politik toute in bann' volér et nous vote mêm ni tir inn pou met in note volér dann' bann' rénion periode zélection y taz nout bouche ek zot programme zot y di mêm ke zot y
fé pa sa pou larzent zot lé pou lo pêp ké la jeunesse lé en danger ké le travay ce priorité
ké bann' gramoun ek zot rotraite de mizér va vive myé kan mi ékout domoun si radio pou kri zot dézespoir
et la haut zot y mange y boire si nout dos ek in gros salaire entre famille cousin cousine et maitresse dalon lékol mé zot la poin lo néz si zot figuir zot y arvien mendier biltin de vote dovant nout porte
mé ki sa lé pli asisté lo ti pêp en bas ou bien a zot bann politichien kréver mandient hypocrite manteur mové ker

13.Posté par Gozié le 28/12/2014 23:03
Tou arriv a ki sé attend, ?

Eh oui, a l'épok, le boug la pa voulu donn son Zalair mé aster lu l'es obligé de donner le montant au Sénat dans sa déclaration de patrimoine.

Zot y voulait savoir combien lu percevez pour ce poste là, la réponse est ici : 6800 Euros net / mois
http://www.hatvp.fr/livraison/dossiers/robert-didier-dia-senateur-974.pdf

C'est le boug lui même qui écrit, et zot y conné quoi, l'était mieux payé que le salaire Président de Région, 4571 € net / mois.

Bon, na aussi sa madame que l'est dans la déclaration, directrice de la com, du même machin, cherchez l'erreur, mais là, lu n'avé pas l'obligation donné le salaire, alors, zot va contenté de ça pour l'instant

Enfin, lu artrouv le salair de sénateur et tout le band zindemnités qui va avec ; 5 379,12 € net par mois, et nana un paket la côte avec ça.

Le boug y déclare un seul collaborateur, y etonneré a moin lu donne à lu les "7 548,10 €" prévus par la noble Kaz ;

Le Sénat, ça un gaillard zaffair, ou rajout encore 6 037,23 € nets / mois, y appelle ça "Indemnité Représentative de Frais de Mandat";

Enfin, zot y voit, le boug lé bien loti, et mi coz pas a ou de ses autres mandats à Air Austral...

Nou artouve ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales