Politique

Didier Robert propose son aide à l'Etat pour mieux gérer son dispositif d'emplois aidés...

En réponse à l'appel lancé par la députée socialiste, Monique Orphé, et à la position du gouvernement sur la question de l'utilisation des emplois aidés par les collectivités, le président de la Région Réunion, Didier Robert, a formulé plusieurs propositions à l’État, ce mardi lors d'une conférence de presse, estimant qu'il faut maintenir l'enveloppe mais "changer la méthode de gestion"...


Didier Robert tape une nouvelle fois du poing sur la table. Après la continuité territoriale, le président de la Région Réunion défie l'Etat sur le terrain des emplois aidés. Telle une réponse faite aux "cris d'Orphé", Didier Robert, un tantinet moqueur, est vite redevenu sérieux, ce mardi après-midi face à la presse, pour expliquer l'échec du dispositif proposé par le gouvernement socialiste, mais aussi pour faire ses propositions.

"Notre rôle est d'accompagner les entreprises, de leur créer un environnement favorable, mais je veux rappeler encore une fois que l'emploi est de la compétence première de l'Etat. Les collectivités locales assument d'une certaine façon un rôle de partenariat", indique en préambule Didier Robert, accompagné de personnels, conseillers régionaux et membres de cabinet.

Rappelant les chiffres des contrats aidés (CAE CUI et emplois d'avenir), Didier Robert a posé le constat unanime qu'un certain nombre de ces contrats affectés n'ont pas été utilisés. Sur 21.200 CUI-CAE prévus pour l'année 2014 à la Réunion, environ 40% n'ont pas été consommés. Et sur plus de 7.000 emplois d'avenir, le taux est de 35%.

L'Etat à la tête d'un GIP

"Pourquoi ça ne fonctionne pas? Les collectivités ont déjà du mal à tenir leur budget à l'équilibre. Ajoutons à cela un transfert de compétences et des charges supplémentaires, je pense à la réforme sur les rythmes scolaires, les collectivités ne peuvent plus assumer le co-financement avec l'Etat, même de 10%", insiste-t-il.

Une fois les critiques formulées et estimant que les collectivités ne sont "pas de mauvaise foi", Didier Robert annonce pouvoir faire des propositions… "Puisque le dispositif ne marche pas, il faut bien se rendre à l'évidence, je formule le voeu que l'Etat devienne employeur en créant un GIP", annonce-t-il concernant les emplois aidés type CAE CUI. "Il financerait le dispositif à 100% et on serait ainsi sûr de l'utilisation totale de l'enveloppe. Les collectivités auraient elles à assumer l'encadrement et la formation", a-t-il poursuivi.

Sur la partie des emplois d'avenir, "si l'Etat augmente sa part de financement et que la Région maintient sa participation, alors on pourrait baisser les coûts supportés par l'entreprise. J'imagine même un soutien plus important pour les secteurs qui s'engagent dans le développement durable", indique encore Didier Robert.

Celui-ci devrait formuler ses suggestions dans une lettre qu'il enverra dans les plus hautes sphères, nul doute que l'initiative plaira aux responsables concernés...
Mardi 21 Octobre 2014 - 17:18
Lu 2041 fois




1.Posté par KLD le 21/10/2014 19:09
L'éthique et la morale , made in AMDR , ont été consultés ?

2.Posté par alékons le 21/10/2014 19:41
"l'emploi est de la compétence première de l'Etat"...sauf que c'est l'entreprise qui embauche... lorsqu'elle a confiance ! Cherchez l'erreur. Toujours irresponsable notre DSK peï (Didier Super Kumular) et ses complices qui renvoient la patate chaude sur l'Etat alors que c'est avant tout leur politique décentralisée d'assistance locale qui depuis plusieurs dizaines d'années a découragé l'effort au profit du laisser-faire. Ils parlent à leur ventre pendant que la maison brûle doivent se dire tous ces jeunes chômeurs désespérés devenus alibis du clientélisme indécent de nos élus batay-coq, dont la tête est de plus en plus malade. Une HONTE messieurs / dames qui restera dans l'histoire de votre sous gouvernance délétère !

3.Posté par Ed le 21/10/2014 19:41
Voilà une bonne réponse à l'incurie socialiste !

4.Posté par reunionnaise le 21/10/2014 20:04
et voilà Mme Orphée ... le Président de Région a entendu votre appel et lui, il a agit !!!
on ne peut pas en dire autant des autres élus, qui pour le moment restent muets !!!

5.Posté par @KLD le 21/10/2014 20:45
Vous radotez mon grand !

6.Posté par Mikael45 le 21/10/2014 20:46
Didier ROBERT est obligé de tout faire à leur place ! Bonjour l'incompétence !

7.Posté par @alékons le 21/10/2014 20:46
Vous avez un esprit minichois

8.Posté par BLUESHARK @ alekons le 21/10/2014 21:07 (depuis mobile)
Salut Jori LSN ( Le Super Nullard), toujours avec votre commentaire d''il y a 4 ans!

La compétence de l''emploi est bien sous la responsabilité de l'' État! Tout faire pour attirer des investisseurs, Hollande a fait le contraire!

9.Posté par phil le 21/10/2014 21:25
si c'est l'état qui embauche que ferait notre super président de région lors des manifestations sans tous ces contrats aidés il rassemblerait encore moins que samuel mouen

10.Posté par @phil le 21/10/2014 21:35
Alors phil, on a plus rien à dire à part des méchancetés mensongères ?

11.Posté par BLUESHARK @ phil le 21/10/2014 21:45 (depuis mobile)
Prouvez ce que vous écrivez! Quand on a rien à dire on ferme sa grande G. ...!

12.Posté par la lutte finale le 21/10/2014 21:49
http://modules.dgcl.interieur.gouv.fr/dgcl_dotation/consultation/accueil.php (partie chiffrée)
http://www.collectivites-locales.gouv.fr/dotation-globale-fonctionnement-dgf-loutre-mer (partie littéraire)

La DGF des régions a été créée par la loi de finances pour 2004, qui a mis en place une dotation forfaitaire en y regroupant certaines compensations  fiscales (suppression de la compensation « part salaires » des bases de taxe professionnelle, ainsi que des parts régionales de droits de mutation à titre onéreux et de taxe d’habitation) et 95% de la dotation générale de décentralisation.

Pour les trois régions (Ile-de-France, Alsace et Rhône-Alpes) qui contribuaient au Fonds de correction des  déséquilibres régionaux (FCDR), le montant ainsi calculé a été diminué du montant de leur contribution 2003.

La dotation de péréquation a été constituée à partir de l’ancien fonds de correction des déséquilibres régionaux, créé par la loi du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République.

Alimenté par un prélèvement sur les recettes fiscales de certaines régions, le FCDR avait été mis en place avec l’objectif  d’atténuer l’aggravation des différences de richesses entre les collectivités régionales.

Les règles de la dotation forfaitaire et de la dotation de péréquation ont été modifiées depuis la loi de finances pour 2005 : mise en place d’une garantie de sortie pour les régions perdant le  bénéfice de l’éligibilité à la péréquation régionale, en loi de finances pour 2008, puis adaptation du potentiel fiscal à la suppression de la TP.

Enfin les critères d’éligibilité ont été refondus, alors que l’évolution de la dotation a été gelée en 2011 et 2012.

Contrairement aux autres concours financiers de l’Etat, la population régionale à prendre en compte est la population INSEE résultant du recensement général de population de 1999. Il n’est pas calculé de population DGF pour les régions. La population n’intervient cependant pas dans le calcul de la dotation forfaitaire des régions.

A la différence des communes et des départements, le potentiel fiscal des régions n’a pas été remplacé par le potentiel financier, mais à la suite de la suppression de la taxe professionnelle, il a été remplacé par l’Indicateur de Ressources Fiscales des Régions (IRFR) pour la répartition de la dotation de péréquation des régions.

L’IRFR est constitué :
des parts régionales des impositions forfaitaires sur les entreprises de réseau (IFER) et de contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ;

de la part régionale de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) ;

du produit de la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules ;

minoré le cas échéant des prélèvements au fonds national de garantie individuelle des ressources (FNGIR) que supporte la région.

Concernant les règles de calcul des dotations, la dotation forfaitaire des régions n’est pas calculée en fonction du nombre d’habitants. Son montant est indexé selon un taux fixé par le Comité des finances locales.

Cependant, dans le cadre du gel de l’enveloppe normée, la dotation forfaitaire des régions est reconduite en valeur depuis 2010. Elle s’établit en 2012 à 5,26 milliards d’euros.

La dotation de péréquation des régions se présente comme le solde de l’enveloppe totale de la DGF des régions après déduction de la part correspondant à la dotation forfaitaire. En 2012, son montant est identique à celui de 2011, à savoir 183 millions d’euros.

Une réforme de la répartition de la dotation de péréquation des régions est mise en œuvre à compter de 2013.

A compter de 2013, les régions bénéficiaires sont les régions métropolitaines dont l'indicateur de ressources fiscales par habitant est inférieur à l'indicateur de ressources fiscales moyen par habitant de l'ensemble des régions et dont le produit intérieur brut par habitant est inférieur à 1,3 fois le produit intérieur brut moyen par habitant de l'ensemble des régions.

Les régions d’outre-mer sont éligibles de droit à la dotation de péréquation des régions.

La répartition s'opère pour moitié proportionnellement à l'écart relatif à l’IRFR moyen par habitant et à la population, et pour l'autre moitié proportionnellement au  rapport entre l’IRFR moyen par kilomètre carré de l'ensemble des régions et l’IRFR par  kilomètre carré de chaque région considérée.

Un système de garanties est néanmoins mis en place afin de lisser les effets de la réforme.

En 2013, la dotation de péréquation des régions progresse de 10 millions d’euros alors que son montant avait été gelé en 2012.

Comme la DGF des régions de métropole, la DGF des régions d’outre-mer comprend deux composantes :
une dotation forfaitaire
une dotation de péréquation.

La première composante s’applique aux régions d’outre-mer comme à celles de métropole.

Pour la dotation de péréquation, une quote-part outre-mer est prélevée sur le montant total mis en répartition, au bénéfice des régions d’outre-mer.

Cette quote-part est déterminée par application au montant total de la dotation de péréquation du triple du rapport entre la population des régions d’outre-mer et la population de l’ensemble des régions.

Les régions d’outre-mer sont éligibles de droit à la dotation de péréquation.

La dotation de péréquation des régions d’outre-mer est répartie en deux parts :

la première part est répartie en fonction de l’écart relatif entre l’indicateur de ressources fiscales moyen par habitant de l’ensemble des régions et l’indicateur de ressources fiscales par habitant de chaque région d’outre-mer, pondéré par la population ;

la deuxième part est répartie au prorata des dépenses totales de chacune des régions d’outre-mer constatées dans leur compte administratif.
----------------------------------------------------------------------------
Ci dessous l'analyse des dotations DGF Forfaitaire et DGF péréquation.

Pour 2014, si l'on rapporte les DGF de chaque région (en millions d'euros) au nombre d'habitants de ces mêmes régions, et qu'on les distingue selon qu'elles sont DOM, Corse ou de l'hexagone, qu'observe t on ?

Dotation globale forfaitaire : DOM (26,6 euros par habitant) - Corse (21,9 euros par habitant) - moyenne Hexagone (79,3 euros par habitant)

Dotation globale péréquation : DOM (8,8 euros par habitant) - Corse (62,2 euros par habitant) - moyenne Hexagone (2,5 euros par habitant)
-------------------------------------------------------------------------

A ces deux dotations, l'Etat verse en plus la dotation régionale d'équipements scolaires.

Pour 2014 : DOM (59,3 euros par habitant) - Corse (0 euros) - moyenne Hexagone (8,7 euros par habitant).
-------------------------------------------------------------------------

Pour finir, des prélèvements sont opérés sur les budgets régionaux ainsi déterminés, c'est le fonds de péréquation des régions.

DOM : prélèvement 0 - versement 4,2 euros par habitant
Corse : prélèvement 1,7 euros par habitant - versement : 0 euros par habitant
Hexagone : prélèvement 1,5 euros par habitant - versement : 1,3 euros par habitant.
---------------------------------------------------------------------------

Ainsi, au global, l'Etat verse aux régions 5,935 milliards d'euros se répartissant en :
DGF forfaitaire : DOM (50,047 millions pour 1,88 millions d'habitants) - Corse (7,040 millions d'euros pour 0,322 millions d'habitant) - Hexagone (5,024 milliards d'euros pour 63,337 millions d'habitants).

DGF péréquation : DOM (16,503 millions d'euros pour 1,88 millions d'habitants) - Corse (20,044 millions d'euros pour 0,322 millions d'habitants) - Hexagone (156,762 millions d'euros pour 63,337 millions d'habitants)

Dotation équipements scolaire : DOM (111,656 millions d'euros pour 1,88 millions d'habitants) - Corse (0 euros) - Hexagone (549,530 millions d'euros pour 63,337 millions d'habitants).

Fonds de péréquation : DOM (prélèvement 0, versement 7,999 millions d'euros) - Corse (prélèvement -0,555 millions d'euros, versement 0 euros) - Hexagone (prélèvement 92,385 millions d'euros, versement 84,940 millions d'euros).

----------------------------------------

que retenir de tout cela ?
l'Etat a mis en place un dispositif de financement des régions françaises via des dotations globales et des redistributions (péréquation).
nous n'abordons ici les autres sources de financement (FCTVA et fiscalité locale).
Par habitant des DOM, l'Etat verse 98,9 euros en moyenne.
Par habitant en Corse, l'Etat verse 82,4 euros en moyenne (hors dotation de continuité territoriale).
Par habitant dans l'Hexagone, l'Etat verse en moyenne 90,4 euros.

si l'on exclut la dotation pour équipements scolaires, l'Etat verse :
par habitant en moyenne, résidant dans un DOM : 49,6 euros
par habitant en moyenne, résidant en Corse : 82,4 euros (hors dotation de continuité territoriale)
par habitant en moyenne, résidant dans l'Hexagone : 81,7 euros.


merci pierrot, de publier intégralement ce post, certes long, mais ô combien instructif.

13.Posté par FAUX, Didier Robert !!! le 21/10/2014 22:20
Ce sont les entreprises qui créent des emplois pérennes, de vrais emplois.
Les emplois aidés ou d'avenir n'ont aucun avenir.
Ce sont ce qu'on appelle des jobs. Des petits boulots.
C'est, bien sûr, mieux que rien mais ce ne sont pas des emplois.
Quant aux mairies et autres collectivités qui n'ont plus d'argent pour contribuer à la paye des jeunes en contrats précaires, c'est parce que beaucoup trop d'argent passe dans des dépenses aussi inutiles que souvent somptuaires.
Voyages, cocktails, spectacles de variétés et pseudos religieux (payés à coups de centaines de milliers d'€)...
Au final, il n'y a plus de sous pour les investissements importants et nécessaires, les contrats aidés et les petites réparations.
Si des portes de WC ou des robinets sont cassés, c'est tant pis pour les mômes.
Une démagogie des plus odieuses (Panen et circenses) enfonce de jour en jour davantage les Réunionnais, lesquels sont "gentils" pour reprendre le propos aimable du dernier préfet.
Les élus peuvent les berner facilement.
Mais il faudra bien que toutes ces .onneries s'arrêtent un jour très proche.

14.Posté par jean le 22/10/2014 00:20
mais c'est exactement ce qu'a proposé Mme Orphé pour la continuité territoriale : on garde l'enveloppe mais on change les règles, alors il applaudit le Robert ?

15.Posté par La vox populi.com le 22/10/2014 02:02
Pour requin fayot.....
..............................
Les compétences des collectivités territoriales en matière d'emploi et de formation professionnelle

Emploi
- Commune (ou EPCI)

Concours au service public de l’emploi au travers de :

possibilité de délégation par Pôle emploi de la réception d’offres d’emplois et d’opérations de placement ;
possibilité de participation aux maisons de l’emploi ;
possibilité de participation aux structures d’accompagnement et d’insertion professionnelle des jeunes (missions locales et PAIO) ;
participation au conseil régional de l’emploi.

Possibilité de mise en œuvre des plans locaux pluriannuels pour l’insertion et l’emploi

Participation à la mise en œuvre des contrats d’avenir

Possibilité de conclure avec l’État des conventions au titre de l’insertion par l’activité économique ; possibilité de création des chantiers et ateliers d’insertion.

-Département

Concours au service public de l’emploi au travers de :

possibilité de participation aux maisons de l’emploi ;
possibilité de participation aux structures d’accompagnement et d’insertion professionnelle des jeunes (missions locales et PAIO) ;
participation au conseil régional de l’emploi.

Responsabilité du fonds départemental d’aide aux jeunes en difficulté.

Responsabilité de l’insertion sociale et professionnelle des titulaires du RSA ; responsabilité dans la mise en œuvre du contrat unique d’insertion dans le secteur marchand et non marchand.

Élaboration des pactes territoriaux d’insertion (PTI)

- Région

Concours au service public de l’emploi au travers de :

possibilité de participation aux maisons de l’emploi ;
contribution au financement des structures d’accompagnement et d’insertion professionnelle des jeunes (missions locales et PAIO) ;
participation au conseil régional de l’emploi.

Organisation des actions qualifiantes et pré-qualifiantes des jeunes

Responsabilité de la définition et de la mise en œuvre de la politique d’apprentissage et de formation professionnelle en direction des jeunes et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle.

16.Posté par La vox populi.com le 22/10/2014 02:05
le @11, il écrit sous divers pseudo ( exemple : un st paulois etc...) mais il use du même langage de charretier ("ferme ta grande g....).

Est-ce la voix de son maître? Il ressort que la courtoisie n'est vraiment de la compétence de la Région....

17.Posté par La vox populi.com le 22/10/2014 02:11
Surtout qu'on ne lui confie pas l'emploi, car les tamponnais lui ont confié leur avenir et il les a trahi.....

18.Posté par Dimitri ALAIN le 22/10/2014 07:40
un donneur de leçon il va mettre la main sur le financement du dossier et les copains en profiterons d'abord et dirait aux chômeurs que l'état n'a pas donné la dotation prévu (un peu comme les cars jaunes 2000 bus faut que le créole arrête d'être con de croire qu'il va sauvé la réunion plutôt son salaire ...

19.Posté par mafia pei... le 22/10/2014 10:01
DIDIER ROBERT veut il exploiter la misère humaine pour se faire réélir???

20.Posté par @ post 13 le 22/10/2014 10:03
Vérifiez vos sources, la Région et son président Didier Robert aident et accompagnent de manière massive les entreprises surtout dans les secteurs innovants

21.Posté par @ 17 le 22/10/2014 12:08 (depuis mobile)
Revoyez vos sources car le Tampon n'à jamais été en déficit! C'était un pure mensonge électoral!

22.Posté par JORI le 22/10/2014 12:32
Je propose que l'Etat crée un GIP qui sera chargé de gérer toutes les indemnités et réserves parlementaires de nos élus et qui seront distribuées en fonction des résultats obtenus par leurs actions. A la charge des collectivités d'assurer leur encadrement et leur formation. Ceci dit, pourquoi notre super cumulard D.Robert n'a t il pas eu cette idée sous le mandat précédent durant lequel ses amis UMP étaient au pouvoir??. Quand on pense que notre super cumulard D.Robert n'arrive déjà pas à gérer les problèmes d'aujourd'hui liés à la décentralisation sans une aide au financement à 100% par l'Etat et il voudrait en plus avoir plus les coudées franches en voulant l'adaptation des lois et règlements à nos spécificités locales!!. Encore la preuve qu'il est aujourd'hui le seul élu de l'île avec ses 11 soutiens (maires de droite) à ignorer la crise que nous traversons.

23.Posté par JORI le 22/10/2014 12:34
11.Posté par BLUESHARK @ phil le 21/10/2014 21:45
Parce que vous, vous prouvez ce que vous écrivez!!. Alors donnez moi le lien qui vous permet de dire que 8500 emplois verts ont déjà été créés.MDR

24.Posté par JORI le 22/10/2014 12:36
8.Posté par BLUESHARK @ alekons le 21/10/2014 21:07
Ne généralisez pas votre cas. Vous êtes un des rares à écrire sous différents pseudos, comme vous l'a demandé votre bien aimé et super cumulard D.Robert, dans le but de faire du nombre.

25.Posté par JORI le 22/10/2014 12:44
20.Posté par @ post 13 le 22/10/2014 10:03
Pour les accompagner ça il les accompagne. A coup de dizaines de millions d'€ annuels d'ailleurs. Mais où sont les résultats, surtout quand on voit le secteur sinistré qu'est toujours le tourisme ou l'absence de baisse du chômage local et les chiffres en berne de l'activité économique. La question est: Où va tout cet argent public car il ne doit pas être perdu pour tout le monde???.

26.Posté par kersauson de (P.) le 22/10/2014 14:22
le pty robert se reveille a l aube des elections

en lousdé il tente ses projets Pharaoniques
mais n est pas P Verges qui veut !

CERTES c est une chose importante cette Continuité de tous les Francais
mais la conjoncture est là ! il faut economiser
AINSI de Ile GROIX a LORIENT 10km les iliens n'auront plus non plus de continuité : OR le travail se trouve a Lorient Lanester et la sous prefecture aussi ! TOUS les francais subissent !

ALORS la Region va perdre 4 million / an !!! DIANTRE sur 40 ans ca fait 160 millions
( au fait quid de ce detournement par un haut cadre ?)
la NRL vaut 2 MDS donc in fine 4 MDS va coutrer 3 MDS a la seule Reunion ! payés par NOS zimpots ( pour les rares qui en paient ici) pdt 40 ans

ARRETONS ce GACHIS de NRL : retapons la RL qui n est pas si mortelle que ca ( 50 morts en 60 ans), 5 ans de travail ds le BTP et transport !!! creons la GOYAVIER etc etc !
u[b[gain 1MDS !]]ub avec ca on finance largement la continuité

ET SI EN SUS les elus donnaient leurs MILES a une caisse de POVRES au lieu d inviter leurs maitresses et amants a paris folies bergeres !!!

souvenons nous en 2010 nous avons voté DR JUSTE pour DESTITUER le PVERGES et sa MCUR et son TRAM !!
D ROBERT n'a été élu QUE POUR CA
alors en 2015 il FAUT destituer ce pty Robert et sa NRL !

BATTONS NOUS ! organisons des reunions des debats ! comme en 2010.
souvenez vous du GD JACQUES et de ses EDITOS documentés au JIR! combien de zafer a t'il ainsi révelé !!

ici il s'agit d'économiser 3MDS pour investir 2 ! gain 1MDS in fine et du boulot BTP LOCAL pour 5 ans mini !
et de proteger la Faune la Flore et le corail sous cette NRL !

27.Posté par jean Jouhis le 22/10/2014 14:26
post 11
ah le rkin aux dendines est sorti de son rohm

vivement que l arche de noé ou il va souvent coule sous sa nrl !

t vraiment un comic shark !

28.Posté par mbp le 22/10/2014 16:04
S IL GERE CA COMME LA CONTINUITE TERRITORIALE CA PROMET SES AMIS VONT SE FROTTER LES MAINS

29.Posté par la lutte finale le 23/10/2014 18:36
la réalité des chiffres et de l'inégalité entre les territoires, n'appellent aucun commentaire...

comment dire ? et vous voulez que l'Etat nous respecte ?????

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales