Economie

Didier Robert invité de la CCI de Maurice

Didier Robert était à Maurice vendredi, invité par la CCI Mauricienne. Voici le compte-rendu de son déplacement communiqué par la Région.


Didier Robert invité de la CCI de Maurice

A l’occasion de la manifestation annuelle de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice qui a revêtu un caractère particulier ce vendredi 18 février en clôturant l’année du cent soixantenaire de l’Institution Mauricienne, le Président Didier Robert, invité d’honneur de la 21ème édition s’est exprimé devant les chefs d’entreprises mauriciens, en présence de membres du Gouvernement de la République de Maurice. Parmi les représentants : le Vice Premier Ministre, Ministre de l'Intégration Sociale, Xavier Duval, représentant le Premier Ministre ; le Vice Premier Ministre, Ministre des Finances, Pravind Jugnauth ; le Ministre de l'Industrie et du Commerce, Showkutally Soodhun ; le Ministre du Tourisme et des Loisirs, Nandcoomar Bodha ; le Ministre des PME, John Yeung Sik Yuen.

Ces rencontres se déroulent moins d’un mois après le déplacement officiel à la Réunion de Sir Navinchandra Ramgoolam, Premier Ministre de l’ île Maurice.

"Ce soir nous célébrons à la fois une des grandes traditions de la Chambre et son engagement à la concrétisation d’une nouvelle vision de la coopération régionale", a introduit, Marday Venkatasamy, le Président de la CCI de Maurice avant de laisser la parole au Président de la Région Réunion.
Parmi les conférenciers invités à apporter un éclairage sur des questions relatives aux enjeux de coopération, qui ont précédé le Président Didier ROBERT devant cette Assemblée : des personnalités du monde économique et politique comme Alec Irwin, Ministre du Commerce de l’Afrique du Sud ou Pascal LAMY, Commissaire européen au Commerce.

"Dans un monde globalisé, quelle vision pour La Réunion et pour notre région ?". A cette question, Didier Robert a évoqué la stratégie économique impulsée depuis mars 2010 et qui intègre une vraie dimension régionale. "Nous avons un nouveau challenge à relever dans un monde en crise, un monde qui est le théâtre permanent de turbulences économiques, financières ou politiques, le concept de développement solidaire entre nos îles est de mon point de vue la réponse la mieux adaptée. Je reste persuadé que la réussite de notre développement repose, d’abord et avant tout, sur notre capacité à nous mobiliser et sur notre aptitude à définir, localement, la stratégie sur laquelle nous entendons nous appuyer. Nous sommes, à La Réunion, une terre française et européenne mais nous sommes bien évidemment aussi un territoire de l’espace indo-océanique. J'ai fait le choix, pour La Réunion, de réorienter et de travailler à renforcer nos relations avec les pays de la zone. Je milite pour une relation Sud-Sud beaucoup plus ambitieuse que par le passé, un partenariat que je veux naturellement gagnant-gagnant", a précisé Didier Robert.

Didier Robert invité de la CCI de Maurice
Parmi les thèmes que le Président Didier Robert a tenu à partager avec les acteurs économiques:
- la dimension économique, liée aux échanges commerciaux, les parts de marchés, les participations croisées, qui doivent davantage donner le rythme d’un partenariat durable entre les îles ;
- la prise de conscience collective et la mise en commun des moyens, des atouts, pour la recherche et la conquête de nouveaux marchés pour aller rechercher la croissance là où elle existe.

"Le Grand océan Indien doit devenir, plus qu’aujourd’hui, le vrai terrain de 'jeux' de nos entreprises. C’est tout l’espace des pays d’Afrique australe et orientale, de l’Inde à la Chine, de l’Asie à l’Australie que nous devons avoir en perspective … parce qu’isolément nous serons toujours plus fragiles que si nous agissions de manière coordonnée."

Concrètement, le Président Didier Robert a rappelé que des actions sont déjà engagées :
- dans le domaine du tourisme, avec le concept des "îles Vanille" pour donner une plus grande résonance à la promotion des destinations Réunion/Maurice ;
- dans le domaine des énergies renouvelables avec le savoir faire incontestable qu’il faut partager pour mieux répondre au défi de l’autonomie énergétique et d’un développement durable respectueux des écosystèmes, de la biodiversité.

Le Président a exposé les grandes lignes de sa stratégie économique pour La Réunion :
> Poursuivre et amplifier une politique de grands chantiers avec un engagement d’ici 2020, de plus de 4,4 milliards d’euros qui seront investis à La Réunion par la Région :
- des sommes consacrées à la modernisation du réseau routier dont 1,6 milliard d’euros pour la seule route du Littoral, une voie structurante importante qui permet de relier le port à l’aéroport ;
- des investissements qui concernent aussi la modernisation des plateformes aéroportuaires de Roland Garros dans le Nord et de Pierrefonds dans le Sud; le Port de la Pointe des Galets pour les activités de pêche ou de croisières ;
- des lignes de crédits mobilisées également pour le nouveau réseau de transport en commun, moderne et écologique, que nous allons développer sur l'ensemble de l'île.

> Réorienter fondamentalement la politique économique dans quatre directions : le tourisme, les technologies de l’information et de la communication, les filières agro alimentaires et les énergies nouvelles

Ecologie et biodiversité

Didier Robert a tenu à sensibiliser son auditoire sur les questions sensibles liées à la biodiversité et a appelé à défendre la sanctuarisation de l’océan Indien pour empêcher une catastrophe écologique avec le risque d’une reprise à la chasse à la baleine à partir de 2012.

Le Président Didier Robert a tenu à interpeller l’assemblée et à partager les premières étapes d’un projet qui répond à un vrai souci d’équilibre entre éco-tourisme, recherche, innovation et respect des fondamentaux écologiques liés à la biodiversité et à lancer un appel pour que la voix des pays de zone OI soit entendue.

Le projet évoqué est aujourd'hui soutenu par le fond Biome, abrité par le WWF, porté par deux associations, l'une réunionnaise, Abyss et l'autre mauricienne la MMCS Marine Mauritius Conservation Society. L'enjeu est clairement établi : l’océan Indien est pour quelques mois encore un espace sanctuarisé et protégé pour les baleines. Elles sont aujourd’hui présentes, elles reviennent régulièrement dans nos eaux et peuvent très vite constituer un centre d’intérêt majeur pour les touristes et les scientifiques du monde entier. Mais les pressions pour relancer la pêche à la baleine dans l'océan indien sont aujourd'hui très fortes. Tout repose en définitive sur la décision de la commission baleinière internationale de 2012, habilitée à reconduire ou non la sanctuarisation de l’océan Indien.

"Nous pourrions ensemble, acteurs publics et privés faire oeoeoeoeuvre commune pour empêcher un désastre écologique majeur et pour réussir, à l'inverse, une opération exemplaire pour nos territoires", a lancé Didier Robert à l’ensemble des acteurs et politiques présents.

"Nous devons être ensemble les artisans de l'excellence dans la construction du Grand océan Indien, une grande région que nous devons ériger comme un nouvel espace émergent à l'échelle du monde, une ambition pour laquelle nous avons tous à y gagner", a conclu le Président de Région.
Lundi 21 Février 2011 - 16:40
Lu 1988 fois




1.Posté par macadam cowboy le 21/02/2011 16:47
les mauriciens envient notre " savoir faire " légendaire...quand ils voient des réussites ausi éclatantes que
pôle-emploi , avec une croissance de plus de 10% de ses " clients " en à peine....un an !....fabuleux , non ?
de quoi leur clouer le bec à ces petits joueurs !
lol

2.Posté par Pauvres Mauriciens le 21/02/2011 18:14
Nous avons pitié pour les Mauriciens, leur faire endurer çà !

Didier Robert ne fait que de la COM ( payée par nos impôts ). Et le reste ? N'est pas du tout du niveau d'un président de Région. Il n'a pas la stature.

Il a fallu un, et c'est tombé sur lui et ça aurait pu tomber sur le comique du coin. Pauvres Mauriciens, et s'ils pouvaient le garder pour eux, ils nous rendraient un bon service.

La Région Réunion est touours à la recherche d'un président compétent. A droite y en a pas ?

3.Posté par bertel le 21/02/2011 18:31
Finalement le vote acquis devient un droit aux voyages gratis... parce que le fond est toujours insipide !

Pauvre France !

Bertel de Vacoa

4.Posté par michel ravine blanche saint pierre le 21/02/2011 18:35
Le "Grand Océan indien" du pti "Robert".
Samedi après midi, dans la rue de Paris de notre "Capitale" et "rentrant vers mon Sud, mon regard est attiré vers des photographies installées sur les grilles du conservatoire de Région...de belles photos...et puis à l'entrée un panneau à la gloire du "président de la Région" avec sa "bibine dessus tel le penseur de "Rodin"...ça m'a fait tout de suite penser que les "dictateurs" commencent ainsi...tout à leur Gloire....mais ils oublient souvent....leur déchéance !!!
et en lisant la prose du service communication de son "chateau"... il prend le chemin d'un "ti dictateur" !!!

5.Posté par JB Ah Mouck le 21/02/2011 19:44
Encore un voyage de plus dans l'escarcelle de " Sir Robert De MILTIBUS " et sa suite. En revanche, il n'est pas fait mention de la marque de peinture et du pinceau utilisée par les mauriciens pour l'épais badigeonnage, une couche suffit en général pour une fermeture totale des paupières de nos représentants
Ils s'inquiètent, de la santé des baleines... émouvant, non? fort! fort! trop fort...!
Pourtant, il y a fort à faire ici... ! mais non, ils s'en foutent et s'en tamponnent même le coquillard de nos histoires - ils voyagent - pour eux, le 16 / 9ème des salles obscures n'est plus qu'un vague et lointain souvenir; la vie, ils la vivent intensément et semblent apprécier la cinquième dimension à travers hublots.
Notons le ton solennel qui a dû être le sien, lorsque notre cher " Sir Robert De MILTIBUS " a tenu à ajouter, les mains tremblantes et les yeux rivés sur son parchemin (fallait pas qu'il le perde!) : "Nous devons être ensemble les artisans de l'excellence dans la construction du Grand océan Indien, une grande région que nous devons ériger comme un nouvel espace émergent à l'échelle du monde, une ambition pour laquelle nous avons tous à y gagner"
Heureusement pour eux que nous sommes là pour leur payer leur confort quotidien.

6.Posté par pierrot le 21/02/2011 22:26
Vous êtes bizarre les créoles car si on se démerde pour sauver notre économie.
Au moins Didier Robert a osé bouger vers Maurice sans arrière pensée car pour certains Maurice est pauvre peut être pour ceux qui n'ont pas les moyens pour se payer un billet avion.

détromper vous les gars là bas il y a moins de gratteurs cul qui attendent devant la poste le 6 de chaque mois heureusement pas tous.
Laisse le boug travailler car son prédécesseur n'a pas un bon bilan sur la coopération régionale

7.Posté par Valerie le 22/02/2011 05:17
Robert nous vend aux mauriciens!
Pendant ce temps il ne se passe rien a La Reunion on crève la bouche ouverte de la çrise

8.Posté par trop fort pou moin le 22/02/2011 08:38
Bravo post 6

Post 7
Robert nous vend aux mauriciens!
Pendant ce temps il ne se passe rien a La Reunion on crève la bouche ouverte de la çrise
mdr hahahahahahahaahahaaaaaaaaaaaaaaaa

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales