Faits-divers

Deux pigeons s’aimaient d’amour tendre... Mais le momon lo ti fille la crie tir !


Deux pigeons s’aimaient d’amour tendre... Mais le momon lo ti fille la crie tir !
Antoine, 23 ans, Grand Duduche encore plus égaré, dans un monde trop vaste pour lui. Il est accusé d’avoir, le 2 février dernier à l'Entre-Deux, corrompu une mineure de plus de 15 ans et d’avoir vociféré des menaces de mort à l’encontre de la maman de la jeune fille.

Tel que, comme ça, ça paraît simple. Sauf que ça ne l’est pas du tout, les trois protagonistes, l’accusé, la jeune fille et la maman ayant des caractères à la mords-moi-le-nœud totalement antagonistes.

"Pu… Sal… Sale chi... ! " (sic !)

Au premier degré, ça se résume simplement.

Antoine, 23 ans et Marlène, 16 ans, se fréquentent depuis pas mal de temps et sont très épris l’un de l’autre. Cette nuit du 12 février, la Juliette invite son Roméo à la rejoindre non sous son balcon mais dans la chambre qu’elle occupe, chez sa mère. Là, comme il n’a pas de préservatif, elle lui administre une fellation.

C’est en épluchant les sms de sa fille que la maman découvre le pot-aux-roses. Ni une ni deux, elle se rend à la gendarmerie porter plainte contre le jeune amoureux transi. Ce qu’apprenant, l’amoureux en question pète un câble et expédie à la mère enragée une foule de messages téléphoniques pas piqués des hannetons :

"Moin na rien à foute d’êt’ en tort, ma verse l’essence su ou et foute le feu… Conna… Pu… Chie… Vous me sucerez comme votre fille… Sal… Sale chi… Je ne partirai pas tout seul… » (Sic !)

A la présidente Dinot qui lui demande les raisons de son ire un peu violente, il répond simplement :
"Elle avait dit que j’étais un malade mental, un déchet de la société. J’ai agi sur un coup de tête, reconnaît-il, piteux. J’ai honte de l’avoir dit mais j’étais vraiment vexé".

" Ma vie est un enfer "

Une fois de plus, le jeune accusé va réitérer ses excuses envers la maman. C’est alors que, suite à une question posée par son propre avocat, Mickaël Nativel, brillant comme on le connaît, que les arcanes du drame se livrent à nos oreilles ébahies.

"Dans quel état étiez-vous lorsque vous avez proféré ces menaces ? "
"Je n’étais pas dans mon état normal. D’ailleurs… je ne suis jamais dans un état normal. Je vis dans l’angoisse permanente, je prends des cachets, je bois 4 à 5 bières, sinon un litre de vin chaque soir".

Difficile à croire quand on sait qu’Antoine est un étudiant brillant rêvant de devenir professeur d’histoire-géo.

"Ma vie est un enfer. On me bourre de Métadone pour me calmer mais ça ne change rien. A l’hosto, on a voulu me bourrer de somnifères mais j’ai refusé. Déjà que je suis dépendant à l’alcool et à la Métadone… "

Tendance gothique hard rock

Un peu plus loin, toujours grâce à ce finaud de Nativel, on apprend que la vie de la jeune fille ne vaut pas mieux et l’avocat de préciser ce qu’elle a dit aux enquêteurs :
"Entre ma mère et moi, c’est la guerre. Elle est enseignante, très comme il faut. Moi, je suis plutôt tendance "gothique" et j’écoute du hard rock à longueur de journée".

La guerre et, disons-le, la haine grandissante entre la fille et sa génitrice n’ont fait qu’envenimer les choses.
Si bien que…

Si bien que l’on a l’impression très nette que la maman a saisi la balle au bond : "pour préserver la santé et la vertu de sa fille", dit-elle, elle ne trouve rien de mieux que de la coller dans une famille d’accueil.
L’exil pour avoir osé aimer !

" C’est lui que j’aime "

On se dit alors qu’une maman a le droit d’aider sa fille mineure, donc une fille a priori peu soupçonneuse des dangers de la vie courante. Il y a du vrai. Mais… Cette jeune fille ne risque pas le moins du monde d’être traumatisée : savez-vous ce qu’elle fait au moment où j’écris ces lignes ? Elle passe son bac. A 16 ans. Comme traumatisme, on a vu pire.

A savoir aussi que malgré ses graves soucis psychologiques, Antoine est loin d’être un irresponsable. Son amoureuse l’a dit aux enquêteurs à qui elle a montré son portable et les textos y afférant : "Plusieurs fois j’ai voulu passer à l’acte mais c’est lui qui a refusé car il n’avait pas de préservatif !" Inconscient ? Irresponsable ?

Troisième argument troublant, et c’est encore elle qui le dit :

"Je sais ce que je veux faire de ma vie. C’est Antoine que j’aime. C’est moi qu’il aime. Nous allons vivre ensemble, faire une existence en commun !"

Si tous les ados pouvaient raisonner aussi lucidement… tout en réalisant de si brillantes études.

Faire l’amour = déchéance !!!

Me Nassar, pour la partie civile, a parlé de "deux jeunes s’étant rencontrés trop tôt". Là où il nous a un peu étourdis (choqués ?), c’est en disant que la maman "a voulu protéger sa fille de la déchéance ». Une déchéance ? faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime, avec qui on envisage une vie en commun ?

Et là où on est resté sur le c…, c’est lorsqu’on a appris les prétentions financières de la mère : tous intérêts confondus, elle réclame 7500 euros au coupable d’aimer.

Le procureur Genet, avec son tact habituel, a dit comprendre les inquiétudes d’une mère, avant de rapporter les choses à leur juste niveau : "Il n’y a aucune perversion de mineure". Retenant quand même les menaces de mort, il a requis 70 heures de TIG.

Capulet/Montaigu… O’Hara/O’Timmins…

C’était alors du mouron pour Me Nativel qui est juste revenu sur l’enfance traumatisante du prévenu (et c’est rien de le dire), "un garçon fragile, non-violent, dont les menaces téléphoniques, trop grosses, trop peu crédibles, montrent bien son état maladif ".

Antoine a été relaxé pour les accusations de corruption de mineure, les faits n’étant pas constitués. Pour les menaces de mort, 3 mois avec sursis et mise à l’épreuve durant 18 mois. Plus l’obligation de se soigner, ce qui est la moindre des choses.

Marlène, jeune amoureuse surdouée dans ses études, va avoir son bac, n’en doutons pas. Antoine va poursuivre ses études avec le même succès, on le lui souhaite.

Je lui suggère comme thème d’interrogation écrite à ses futures ouailles :
"Dans Roméo et Juliette, qui est responsable ? Eux ? Ou les Capulet et les Montaigu ?" Sinon les ridicules O’Hara et les O’Timmins locaux ?
 
Jeudi 23 Juin 2016 - 14:52
Jules Bénard
Lu 11746 fois




1.Posté par Légrillard le 23/06/2016 16:00
Une histoire de pompes et de noeuds qui vole au niveau du bénard!

2.Posté par Caffreman le 23/06/2016 17:06
Un gros pétage de plomb de la part de tout les protagonistes.
Je les vois déjà dans 5 ans mangeant et rigolant lors d`un diner avec le petit-fils en prime.

3.Posté par Jules Bénard le 23/06/2016 17:07
à posté 1 :
facile... quand on a le courage de l'anonymat !

4.Posté par Koukoune le 23/06/2016 17:53
A post 1, si tu te sens vraiment grillé c'est pas la peine de perdre ton temps et lire les Zhistoires de Bénard d'autant plus qu'il signe lui ses articles, moi ça me plait et je me régale, peut-être parce que je suis simple d'esprit.....

5.Posté par bonnemémoire le 23/06/2016 21:34
Ouais
Jules Bénard a du talent on ne peut pas dire autant des moutons bêlants.
Cher Jules Bénard merci d être présent sur Zinfos .

6.Posté par L'Ardéchoise le 24/06/2016 00:13
Je dis : le jeudi, je ris !
Et c'est tant mieux.
Merci, Jules.

7.Posté par Miro le 24/06/2016 00:34
Dieu que c'est vulgaire ! ..... une cochonne ne reconnaitrait pas ses petits .....

8.Posté par jean claude payet le 24/06/2016 07:16
ici on ne s'aime pas pour rien si n'a point le caf n'a point rien, argent braguette, et mariage en berne joli tableau pour une region de bouzeux

9.Posté par cmoin le 24/06/2016 10:53
Des moins que rien!!

10.Posté par cmoin le 24/06/2016 10:58
Et après on s’étonne que la reunion aille mal!!!

11.Posté par Dazibao le 24/06/2016 11:39
Le procureur Genet...a dit comprendre les inquiétudes d’une mère, avant de rapporter les choses à leur juste niveau
........................

Jules n'a pas osé écrire que le Genet était gêné aux entournures...

12.Posté par cmoin le 24/06/2016 12:40
Salle petite ... !!

13.Posté par vincent le 24/06/2016 19:31
Lire les articles de ce Monsieur est un vrai régal.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales