Société

Deux nouveaux forages pour compenser le risque de manque d'eau à St-Denis


Deux nouveaux forages pour compenser le risque de manque d'eau à St-Denis
La ville de Saint-Denis a besoin de trouver de nouvelles ressources en eau potable. Une nécessité face à l'augmentation de la consommation et de la population. Deux forages (Cerf II et Cerf III) ont permis de mettre à jour de nouvelles ressources souterraines dans le secteur de la Bretagne. Ce matin, la pompe d'exhaure (arrivée d'eau brute) nécessaire au pompage de ces ressources a été mise en place.

Ces recherches entrent dans le cadre du schéma directeur d'alimentation en eau potable de Saint-Denis. "On a lancé un schéma directeur afin de savoir quelles améliorations apporter à la situation en terme d'eau potable. Le résultat des études lancées a confirmé le risque de manque d'eau sur Saint-Denis. Il fallait trouver des nappes supplémentaires", explique le premier adjoint de la mairie de Saint-Denis, Gérald Maillot.

Deux forages pour compenser les travaux de la station de Bellepierre en 2017

Les recherches ont permis d'identifier deux sites dans l'Est du chef lieu. Anciennement, se trouvait sur place un forage qui servait à l'agriculture et par la suite à la consommation. Mais l'installation ne fonctionnait plus, car abîmée par le temps. "Nous avons fait deux forages autour de l'ancien", précise Gérald Maillot. Cerf II et Cerf III sont les deux forages installés par l'entreprise Hydrotech mandatée par la mairie de Saint-Denis.

Les ouvriers en charge de la pose de la pompe d'exhaure
Les ouvriers en charge de la pose de la pompe d'exhaure
Une nécessité pour la commune qui doit, à l'horizon 2017, procéder à la réhabilitation de la station de Bellepierre qui assure 60% de l'alimentation en eau potable de la ville de Saint-Denis. 10.000 m3 en moins par jour à compenser. "Grâce aux deux forages, nous allons compenser les travaux", poursuit-il. Les deux forages installés à la Bretagne auront une capacité de production de 5.000 m3/jour. "On ne veut pas être surpris par un manque d'eau", ajoute le premier adjoint.

Un forage de 150 mètres de profondeur

Sur la procédure technique, Christophe Bette, ingénieur et maître d'oeuvre sur le chantier, donne les détails de l'opération. "L'entreprise est en train de descendre la pompe de forage à une profondeur de 85 mètres pour puiser de l'eau et la renvoyer vers la nappe du Chaudron", explique-t-il.

"Le chantier a été compliqué dû à de nombreuses contraintes réglementaires. Dans un premier temps il a fallu s'assurer d'avoir de l'eau, grâce à un sondage de reconnaissance. Ensuite le forage doit être tubé à une profondeur importante (150 mètres ndlr) et crépiné. Puis on vient installer la pompe qui est immergée dans la nappe", poursuit Christophe Bette.

Une opération qui peut durer près de trois ans, du lancement des études jusqu'à l'immersion de la pompe. "Aujourd'hui c'est l'aboutissement de cette longue procédure", concède-t-il. Si ce chantier reste assez exceptionnel à la Réunion, il faut savoir que près de 50% de l'eau potable est récupérée à partir d'un forage.

Coût de l'opération pour la Ville de Saint-Denis : 2 millions d'euros.

En vidéo l'installation de la pompe d'exhaure.


Mercredi 12 Février 2014 - 10:36
Lu 1317 fois




1.Posté par H.DEZAERT le 12/02/2014 14:06
Bande de Shadocks !

Ils pompent dans les ravines jusqu'à les assécher !

Ils pompent dans les nappes jusqu'à les contaminer par l'eau salée !

Ils pompent dans nos économies pour engraisser les Société de fermage !

Ils pomperaient leurs vessies s'ils pouvaient en 'tirer' un bénéfice !!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales