Faits-divers

Deux moniteurs jugés pour la mort d'une plongeuse

En février 2008, Marie Limonier est morte noyée au cours d'une plongée à l'Étang-Salé. Les deux moniteurs responsables du club comparaissaient hier pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Le procureur a requis six mois de prison avec sursis. L'affaire a été mise en délibéré au 19 mai.


Deux moniteurs jugés pour la mort d'une plongeuse

Marie Limonier, une jeune plongeuse de 27 ans, est morte noyée lors d'une plongée en février 2008. La justice avait alors mise en examen les responsables de la palanquée pour homicide involontaire.

Marius Meyer et Luc Sagouspe, les moniteurs de plongée, sont-ils responsables de la mort de Marie Limonier ? C'est la question que s'est posé hier le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.

Le jour du drame, Météo France avait émis un bulletin de forte houle mais selon les deux responsables du club de plongée, la zone de l'Étang-Salé n'était pas concernée par cet avis. Pour eux, rien ne contre-indiquait la pratique de la plongée à cet endroit.

D'autres points ont été soulevés comme l'état du matériel utilisé, la visibilité sous l'eau et la profondeur de la plongée. Par ailleurs, le tribunal a cherché à comprendre s'il y avait eu des fautes concernant la surveillance de la palanquée. En effet, la victime était plus expérimentée que d'autres plongeurs. Le moniteur, qui se trouvait sous l'eau à ce moment là, se serait ainsi plus préoccupé des débutants que de la victime.

Il semblerait également que les moniteurs n'auraient pas trouvé la bouteille de secours qui leur aurait permis de redescendre pour tenter de retrouver Marie. Pour se justifier et expliquer l'accident, les deux moniteurs et leurs avocats ont avancé que la victime prenait des anti-dépresseurs. Ce qui est incompatible avec la pratique de la plongée.

Leurs avocats ont plaidé la relaxe. François Thévenot, le vice-procureur, lui, a requis six mois de prison avec sursis et une interdiction d’exercer. L'affaire a été mise en délibéré au 19 mai.
Vendredi 15 Avril 2011 - 10:34
Lilian Cornu
Lu 3117 fois




1.Posté par L.F. le 15/04/2011 11:55
Ce milieu est infesté d'incapables, d'irresponsables qui font courir des risques importants aux clients. Ma compagne a des problèmes récurrents à une de ses oreilles suite à un accident de plongée qui aurait pu être évité!
Ils frôlent sans cesse la limite, de jours en jours...

2.Posté par Caroline le 15/04/2011 14:08
J'ai pratiqué la plongée à la Réunion et notament avec l'un des 2 moniteurs cités dans cette terrible affaire... Luc est quelqu'un de très professionnel et malgré son air jovial, très jeune et sympathique, il n'en reste pas moins quelqu'un de très professionnel et très à cheval sur la sécurité qu'il n'a jamais laissé de côté, que ce soit pour les plongées en club ou même durant les plongées personnelles que nous avons pratiqué ensemble. La bouteille de sécu a toujours été là, et l'oeil vigilant de Luc veillait à tout !!! Si la plongeuse décédée ne lui a pas tout dit sur son état de santé, et que malgré ce elle avait le certificat médical nécessaire à la plongée, il ne pouvait pas être dans ses baskets et lui interdire la plongée ! Toutes mes pensées les plus amicales sont avec ces 2 moniteurs expérimentés qui je l'espère, seront relaxés !

3.Posté par noe974 le 15/04/2011 14:53
Milieu dangereux si pas maîtrisé ....Il faut être en bon état de santé ....

4.Posté par Alex le 15/04/2011 16:44 (depuis mobile)
Étant moi même moniteur de plongée, sachez qu'en France nous sommes les mieux formés dans le domaine. La sécurité est le 1er critère que les jury jugent lors de notre examen du brevet d'état. Après le risque 0 n'existe pas et les plongeurs le savent, on ne fait pas du football. Sachez aussi que vous avez plus de risque d'avoir un accident quand vous prenez votre voiture ou quand vous partez au ski l'hiver. Je trouve que la sanction est sévère si dans le cas oú tout la sécurité a été mis en place.

5.Posté par un citoyen le 16/04/2011 21:40
non, néo, il faut surtout avoir de vrai diplome de moniteur

6.Posté par une citoyene le 18/04/2011 01:34
ont peu avoir l'air jovial , sympatique ect .. ont est PRO ou PAS, ont ne peut pas jouer avec la vie des gens . Depuis[2008 , MARIE n'est plus là et c'est normal de savoir , mais 6 mois c'est pas bien chére payée pour une fille qui était aussi pétillante et qui allait ce mariér ..............La seule chose qui me rassure (quelque peu ..) c'est qu'ils auront toujours ce drame en tête jusqu'a la fin de leurs jours , et c'est certainement dejas un lourd fardeau.......

7.Posté par fiuman le 18/04/2011 07:21
Les éléments qui ont permis l'accident sont peut être les suivants :

Une mer formée et une visibilité pas top pouvant entrainer un stress,
une prise de médicament incompatible avec le plongée,
Une victime un peu obligée de pratiquer la plongée,

8.Posté par Bruno le 20/04/2011 19:39
Les moniteurs n'ont pas respecté leur boulot!Qu'ils paient c normal et s'il vous plait respectez la mémoire de Marie! 6 mois pour un meurtre c pas chère payé!

9.Posté par prudence et retenue le 19/05/2011 19:09
je ne connais pas la vicitime ni les circonstances détaillées de l'accident, puisque, comme vous, je n'y étais pas. Mais, non, Marius Meyer avec qui jai passé mes niveaux 1 et 2 de plongée n'a rien d'un incapable et d'un irresponsable. La plongée est un sport risque et c'est effectivement la prévention du risque qui est au coeur des formations, en particulier françaises. Donc quand on a reçu une formation, indispensable pour plonger même encadré (en dehors des baptêmes), on sait forcément qu'il faut être en bonne forme physique et mentale pour plonger, on sait vérifier son matériel et on sait qu'il faut le faire (pour soi même et pour son binôme), et on sait qu'il ne faut pas se laisser mettre la pression si on "ne se sent pas", et par exemple si les conditions météo sont manifestement mauvaises. Je ne pense pas que la palanquée se soit mise à l'eau avec un pistolet sur la tampe. Mais bien sûr toute ces considérations n'empêche pas d'imaginer qu'il ya ait eu de réelles fautes des moniteurs. Mais si tel est le cas, ils ne peuvent malgré pas être tenus pour seuls responsables. Ce n'est pas si simple. Un accident de plongée est bien souvent le résultat d'un concours de circonstance où plusieurs incidents qui auraient été sans conséquence pris islément, se combinent pour arriver au drame. Alors prudence et retenue puisque nous n'y étions pas. C'est vrai, respect pour le chagrin des proches de la victime. Mais les vivants ne sont pas forcément les seuls coupables.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales