Economie

Deux fédérations de transport dénoncent des pratiques inhabituelles de la GTOI

La FTR (Fédération des terrassiers de la Réunion) et la FT2R (Fédération des transporteurs routiers de la Réunion) ont adressé un courrier vendredi dernier à la préfecture afin de signaler le transport de déblais de la GTOI par des agriculteurs avec leurs tracteurs, sachant que ces derniers roulent sur les routes avec du GNR (gasoil non routier), n'ont pas de limite de tonnage et auraient des passes-droit que n'ont pas les terrassiers ni les transporteurs.


Michel Allamèle, président de la FTR, qui dénonce le transport de déblais par des agriculteurs pour la GTOI
Michel Allamèle, président de la FTR, qui dénonce le transport de déblais par des agriculteurs pour la GTOI
Des agriculteurs pour transporter des déblais de la GTOI, voilà une pratique qui durerait depuis plus de trois ans "et que la préfecture tolère", regrette Michel Allamèle, président de la FTR (Fédération des terrassiers de la Réunion), qui a co-adressé un courrier vendredi dernier avec la FT2R (Fédération des transporteurs routiers de la Réunion) afin que cette pratique cesse.

"Les transporteurs routiers et les terrassiers ont une qualification et des contraintes propres à la profession. Nous avons des comptes à rendre à la DEAL (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) qui nous demande notre bilan et notre capacité financière. Nous avons donc des obligations contraignantes. Nous n'avons rien contre les agriculteurs mais si la préfecture tolère ce genre de chose, alors pourquoi est-ce qu'on aurait pas droit aux mêmes privilèges qu'eux, comme de faire du transport en surcharge ? (...).

Les tracteurs pourraient transporter "plus de 40 tonnes de matériaux en prenant les routes (...)". Ils auraient aussi des passe-droits délivrés par la préfecture, qui leur permettent de rouler au GNR (gasoil non routier) sans qu'ils soient contrôlés (surcharge, pneu, signalisation, etc...). "Pourquoi vos services autorisent que des agriculteurs fassent notre travail ?" demandent les syndicats dans le courrier adressé au préfet Michel Lalande, en rappelant que "la profession de transporteur et celle de terrassier se trouvent dans une situation critique", étant donné le manque criant d'activité dans le secteur du BTP.

Contactée par la préfecture, la GTOI s'est engagée à stopper net cette sous-traitance "qui créé deux poids de mesures dans l'économie", regrette Michel Allamèle. "Je me suis rendu sur le chantier de la GTOI à Saint-André, et ils ont en effet arrêté le transport de leur déblais par les tracteurs. J'avais de toute façon lancé un ultimatum, celui de bloquer le chantier si cela ne cessait pas. Et ils l'ont compris parce qu'un chantier à l'arrêt coûte cher", indique le syndicaliste.
Lundi 9 Juillet 2012 - 20:11
Lu 1827 fois




1.Posté par tonton le 10/07/2012 01:48
Menacde, harcelment, .... vive la 6ieme republique !

2.Posté par noe le 10/07/2012 06:02
Tout est bon pour certain de gagner des sous sur le dos des professionnels !
Les agriculteurs de St André ont pris ces déblais pour réparer leurs chemins de canne ...il n'y a pas trop de mal mais ça pénalise les professionnels ...

3.Posté par Bertrand le 10/07/2012 06:31
la loi pour tous point barre

4.Posté par Papapîo, ni macro ni géniteur payeur le 10/07/2012 08:24
La politique du moindre cout et des bénéfices accrus n'ont pas fini de mener aux extrêmes ...
tout cela en connaissance de cause et de conséquences, bien sure...
La volonté de nuire et de contourner la loi n'étant toujours pas sanctionner...

5.Posté par dada le 10/07/2012 19:01
GTOI c'est le coeur de la Franc-maçonnerie. Leur obédience est située derrière l'ancien UMAB à St Denis, c'est là ou tous les accords ou futurs contrats sont négociés......

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales