Société

Deux experts nationaux préparent le plan Marshall de l'après-incendie

Le cabinet de la ministre de l’Ecologie, du Développement, des Transports et du Logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait annoncé sa venue en décembre à la Réunion. C'était avant l'incendie de la forêt des hauts de l'Ouest. En éclaireurs, deux experts mandatés par le ministère sont arrivés hier à la Réunion. Leur lettre de mission : évaluer les actions qui seront menées dans les mois et années qui viennent.


Deux experts nationaux préparent le plan Marshall de l'après-incendie
La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, l'avait annoncé le 2 novembre dernier. Une mission d'expertise sur la gestion de l'après-incendie va être menée. Ce sont deux experts qui devront distiller leur expérience aux locaux dans les jours qui viennent.

Serge Muller est président de la commission flore du Conseil National de la Protection de la Nature. Avec son alter ego, Michel Echaubard, président de la commission faune, ils sont arrivés à la Réunion lundi 21 novembre. Leurs regards d'experts sur la stratégie à adopter quant au reboisement des zones carbonisées sera sans nul doute apprécié des spécialistes de la forêt travaillant toute l'année à la Réunion.

Le communiqué du ministère avait mandaté les deux experts naturalistes pour aider à la reconstruction les acteurs réunionnais concernés par ces étendues de terre calcinée, à savoir le Conservatoire botanique, l'ONF, le Parc national et les collectivités locales.

Enseignant à l'Université de Metz, Serge Muller connaît bien la Réunion pour y être administrateur et conseiller scientifique du Parc National de la Réunion. Ses études se concentrent dans les domaines de la structure et de la dynamique des communautés végétales, et la biologie et l'écologie de la conservation d'espèces menacées. Pour le Maïdo, une autre de ses connaissances sera appréciée : Serge Muller est aussi spécialiste de la restauration d'écosystèmes dégradés. Une menace d'importance plane en effet sur les 2.800 hectares désormais dénudés. La vigilance quant à l'impact des invasions biologiques sur la biodiversité restera pour les mois et les années à venir la ligne directrice des agents ONF et du Parc dans leur démarche de reconstruction.

Les conclusions attendues avec la venue de la ministre

Michel Echaubard, président de la commission faune du Conseil Nationale de la Protection de la Nature, connaît lui aussi la Réunion. En 2006, en pleine crise du chik', il faisait partie de l'équipe d'encadrement du "Comité Scientifique d’évaluation des incidences de la démoustication". Le Comité scientifique avait notamment pour but de valider les actions menées en matière de lutte anti-vectorielle.

En 2011, l'expertise concertée des deux scientifiques permettra de déterminer les actions prioritaires, notamment sur "la surveillance et la lutte contre les espèces envahissantes sur lesquelles il conviendra d’être particulièrement vigilant", annonce Nathalie Kosciusko-Morizet. En même temps que leur venue, le ministère de l'écologie avait officialisé le déblocage d'une première "délégation de crédits au Parc de 100.000 euros".

Le rapport des experts est prévu pour être dévoilé le jour de la venue dans l'île de la ministre. Un voyage annoncé début décembre, sans plus de précisions de la part du cabinet ministériel: "Sur la base des résultats de cette expertise, le gouvernement et les collectivités seront en mesure de dimensionner, en concertation, un premier volet d’actions à mener dans les prochains mois".
Mardi 22 Novembre 2011 - 07:21
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1664 fois




1.Posté par noe le 22/11/2011 09:50
Il faut reboiser au plus vite les Hauts de notre île avant la grosse saison des pluies !

2.Posté par polo974 le 22/11/2011 10:39
Quand c'est pas un Grenelle, c'est un plan Marshall...
Bref, les grands mots pour cacher la misère.

Tout ça parce qu'ils ont eu du retard à l'allumage, et pourtant, il y avait le feu...

3.Posté par Juliette CARANTA- PAVARD le 22/11/2011 11:25
En ma qualité de contribuable, je souhaite que me soit présentée une évaluation chiffrée, globale, détaillée et précise du COÛT du FEU de 2011. Je veux simplement dire TOUT ce qui a été investi : moyens humains, matériels, financiers, etc., etc. … ; ce, dés la première alerte du lundi 11 Octobre dernier.
L’évaluation porterait sur la période entre la déclanchement volontaire DES feux à ce jour ; soit, les moyens locaux, les interventions extérieures, etc., etc. …
Mais aussi sur le budget à prévoir pour NETTOYER et « RECONSTRUIRE » l’espace forêt, restaurer les infrastructures, dédommager les préjudices, procéder à des études, etc., etc. …
Ce n’est pas mon domaine ; mais le sujet m’intéresse ; à juste titre. Merci à « ZINFOS » d’y penser.

4.Posté par Laluno le 22/11/2011 15:25 (depuis mobile)
incroyable ! même oú cela a brulé les vers s\"y mettent...

5.Posté par Pausé le 05/03/2012 22:40
Sachez tous, que je suis réunionnais et que l'expert en flore est mon professeur dans mon université! Les scientifiques savent quoi faire mais la politique c'est un autre domaine, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Beaucoup de spécialistes de métropole portent l'île dans leur coeur, croyez moi!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales