Faits-divers

Deux enseignantes agressées à St-Benoît


Deux enseignantes agressées à St-Benoît
Deux enseignantes du lycée professionnel Patu de Rosemont à Saint-Benoît ont été agressées dans la journée de mardi.

L'une a été "agressée physiquement en plein cours" et est sous le coup d'un arrêt de travail. L'autre a "été cible d'insultes et de menaces lors d'un atelier", rapporte le Jir.

Choqués, les personnels du lycée ont décidé de débrayer pendant une heure, entre 9h30 et 10h30 pour protester contre ces agressions.

Le syndicat SNUEP-FSU a par ailleurs dénoncé le manque de surveillants dans ce lycée, puisqu'ils ne sont "que 4 par jour pour 1.300 élèves".
Jeudi 30 Août 2012 - 06:50
Lu 1804 fois




1.Posté par Et les élèves agressés par les enseignants ? le 30/08/2012 09:51
Mon fils a été agressé par un professeur qui lui a fait une remontrance parce qu’il envoyait des textos en classe, et en plus il lui a mis une mauvaise note pour un devoir non fait !

C'est un scandale...

2.Posté par ella le 30/08/2012 10:09
Les syndicats sont forts pour crier, mais au final on voit pas grand chose...

3.Posté par vanille97412 le 30/08/2012 11:32
@ Et les élèves agressés par les enseignants ?


Vous trouvez réellement aberrant que le professeur sanctionne votre enfant parce qu'il envoie des textos et ne fait pas ses devoirs dans les temps ?

Vous croyez réellement que c'est productif pour un enfant de passer son temps à envoyer des textos au lieu d'écouter le prof ?

J'ose à croire que vous faites de l'auto-dérision et que vos propos ne sont que pures blagues parce que si ce n'est pas le cas, c'est vraiment grave

4.Posté par Nefer1 le 30/08/2012 11:51
Je suis tout à fait d'accord avec le post 1.
Nos bambins sont déjà martyrisés à la maison, font l'objet d'une discipline de fer lorsqu'ils sortent avec leurs parents, sont privés de tout ce qui leur ferait plaisir, sont habillés comme des vas-nu-pieds...
Si maintenant ils ne peuvent plus "s'exprimer" un peu à l'école, voire fumer un petit joint, mais pas en classe, non, dans les couloirs..., c'est trop dur..., je vais écrire à Hollande, je suis certain qu'il va réagir immédiatement en créant 125 postes de surveillants dans ce lycée, grâce à l'intervention de cet excellent sydicat qui ne manquera pas de me soutenir.

5.Posté par Boa Bill le 30/08/2012 12:22
" 2.Posté par ella le 30/08/2012 10:09
Les syndicats sont forts pour crier..."


Les syndicats n'existent que par leurs adhérents. A la lecture de votre commentaire, il est fort improbable que vous soyez vous même syndiquée.

Puisque les travailleurs ont choisi la mort des syndicats, alors qu'ils ne s'étonnent plus de rien, comme les citoyens qui ne votent pas.

Bertel de Vacoa

6.Posté par Monarch le 30/08/2012 13:11
A mes yeux le post 1 est clairement ironique, inutile de le prendre au premier degré.
Par contre, pour avoir travaillé quelques années en milieu scolaire, je tiens à signaler que ce genre de phrases seraient tout à fait possible à entendre de la part de certains parents.
Ceux là confondent en effet éducation et éducation scolaire, et se déresponsabilisent de toute idée d'enseignement moral à leur enfant puisque selon eux "c'est le rôle de l'école" (je ne fais que citer un "parent"). Si vraiment certains pensent que des valeurs telles que la morale, le respect ou la politesse doivent attendre l'entrée à l'école pour commencer à être instruites, en se dédouanant totalement de leur rôle de parent, alors qu'ils ne s'étonnent pas si leur progéniture prend de mauvais virages...

7.Posté par @1 le 30/08/2012 14:32
Pour mon enfant, c'est encore pire ! Le prof l'a regardé droit dans les yeux, mon enfant a bien sûr répondu : "Kess ta a me regarder comme ça, connard ?".

Le directeur a osé me convoquer pour ça !

8.Posté par malêtre le 30/08/2012 14:53
c'est bizarre que NOE n'a pas encore mis son grain de sel !!!!!

çà se voit qu'il bosse ENFIN !!!!!! MDR !!!!!!!

9.Posté par noe le 30/08/2012 16:27
Pas bon !
Société moribonde ! sans valeurs !

L’école va mal, et le quinquennat de Nicolas Sarkozy n’aura fait qu’aggraver la situation : suppression déraisonnable de postes d’enseignants, dans une optique purement comptable et sans vision globale de réorganisation, laxisme face aux violences scolaires en progression continue, dispersion des apprentissages ... Aujourd'hui on essaie de coller les morceaux mais la réalité économique impose des sacrifices !
Platon a même écrit : « Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne, alors c’est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie. »
Plus de respect envers les gens du savoir !
La préparation à la citoyenneté doit être instillée dès l’école maternelle en appelant au respect de la loi et du savoir-vivre ensemble, par une éducation civique élémentaire et par la formation à la morale républicaine.
L’école est un lieu à part dans la République, ce n’est pas un simple appendice de la société. Il faut donc en revenir à ce principe simple : à l’école tout le monde n’est pas au même niveau. Le professeur est au-dessus de l’élève. Et la parent d’élève n’est pas le client du professeur.
La valeur centrale de respect du professeur doit retrouver toute sa place à l’école : cela passe par des choses simples : se lever quand le professeur entre en classe, bannir le tutoiement par l’élève de l’enseignant.
L’insécurité à l’école doit être traitée de la même manière que l’insécurité en général : tolérance zéro.

Ces professeures ont tout mon soutien !

10.Posté par glenac le 03/09/2012 10:49
il y en a qui ose plaisanter sur un sujet grave!!!quand un de ce petits merdeux viendront vous agresser vous rigolerez moin!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales