Blog de Pierrot

Destructions de cases créoles et remplacement par du béton : les mensonges de la mairie de St-Denis

Dimanche 14 Juin 2015 - 12:11

Ce qui reste des deux cases créoles après l'incendie...
Ce qui reste des deux cases créoles après l'incendie...
Robert Gauvin est un ardent défenseur du patrimoine, notamment architectural, réunionnais. Sur son site Défense Patrimoine 974, il a publié hier un article pour dénoncer ce qu'il considère comme un énième scandale de disparition de cases créoles remplacées par du tout-béton.

Robert Gauvin raconte : "Fin mai 2010, deux cases créoles de la rue Félix Guyon, face au Crédit Agricole et dans l’alignement du Tribunal Administratif tout proche, devinrent, en une nuit propice, la proie des flammes. L’émotion fut grande chez les Réunionnais attachés au Patrimoine architectural de leur île. Les journaux qui parurent alors n’excluaient pas la possibilité que l’incendie ait été d’origine criminelle… Dans ce contexte un lecteur adressait à son journal favori une lettre dans laquelle il affirmait que des spéculateurs peu scrupuleux profitaient d’incendies — ô combien providentiels ! — pour construire des immeubles à la place des cases créoles brûlées".

Suite à ce courrier, plusieurs élus de Saint-Denis sont montés au créneau pour démentir que de telles pratiques aient encore lieu à Saint-Denis. Selon Robert Gauvin, il y eut d'abord "René-Louis Pestel, l’inénarrable adjoint à la culture de la Mairie de Saint-Denis et son compère Jean-Pierre Espéret, adjoint à l’aménagement, forts de la collaboration de l’Architecte des Bâtiments de France d’alors (qui) se récrièrent et affirmèrent la main sur le cœur": "Effectivement il y a 20 ans la ville rencontrait régulièrement ce genre de dérive où les anciennes cases créoles finissaient en cendres… Depuis 2004, la ville a eu une position très volontariste en matière de préservation du patrimoine architectural du centre-ville"… Et les élus d'ajouter : "La règlementation du Plan local d’urbanisme (PLU) a verrouillé cette dérive en imposant une reconstruction à l’identique des bâtiments répertoriés. En effet, non seulement la ville de Saint-Denis compte 47 bâtiments protégés au titre des bâtiments historiques mais une centaine de bâtiments supplémentaires font l’objet d’une attention particulière par la commune et le service du Patrimoine, de l’architecture et de l’urbanisme". Et Robert Gauvin de continuer à citer : "La nouvelle municipalité a renforcé cette volonté de préserver le patrimoine architectural et urbain"…

On avait donc toutes raisons d'être sereins, d'autant qu'effectivement, les deux maisons créoles qui avaient brûlé étaient toutes deux répertoriées au PLU comme bâtiments d’intérêt architectural, voire de grand intérêt architectural. Leur "reconstruction à l’identique" semblait devoir s’imposer, note notre défenseur de vieilles cases créoles.
 

...et la reconstruction "à l'identique"
...et la reconstruction "à l'identique"
Résultat des courses : "En 2011 un panneau de permis de construire est installé, annonçant, non pas une "restauration" ou une "reconstruction à l’identique", mais une "construction neuve", "totalement différente de ce qui existait autrefois", constate Robert Gauvin. "A la place des cases créoles qui ne comportaient qu’un rez-de-chaussée, devait s’élever une construction de dix mètres de haut", en totale discordance avec les bâtiments voisins (dont le Tribunal administratif) qui étaient de plain-pied...

"Naguère se trouvaient là deux parcelles, avec au centre, des cases créoles traditionnelles en rez-de-chaussée, ouvertes par des varangues vitrées sur de jolis jardins", relève encore l'ancien professeur d'Allemand. "De l’ensemble se dégageait une harmonie certaine… Aujourd’hui, place nette faite, l’on a construit au fond un immeuble sur trois niveaux. À l’avant, sur la gauche, on a coincé entre l’immeuble et le mur donnant sur la rue, une pseudo-case créole qui n’en peut mais… L’harmonie entre la case et l’immeuble semble loin d’être totale : La case tourne vers l’immeuble un derrière méprisant, cependant que l’immeuble ne rêve que de bouter la case hors de son espace vital"...

Inutile d'en rajouter davantage !
Pierrot Dupuy
Lu 4534 fois



1.Posté par zearfaezf le 14/06/2015 13:55

La reconstruction n'est peut être pas à l'identique,mais reste dans un esprit d'architecture créole et c'est plutôt pas mal ce qui a été fait.
Le béton est certes une calamité écologique, mais Il faut aussi rappeler qu'on est dans une région complétement sinistrée par les termites, les constructions en bois demandent de la vigilance constante.

2.Posté par Bourbon KID le 14/06/2015 14:45

Cette magouille est hélas "un classico" à la Run....

Votre action est louable!

Quant aux architectes des monuments historiques, j'ai du mal à comprendre le côté "historique" d''un conteneur bourré dans une façade ( côté cathédrale), et ceci n'est qu'un modeste exemple....

3.Posté par caniardland le 14/06/2015 15:00

c'est sur que quand on voit la misère des cazes y fé pitié,méme à maurice c'est pas a ce point la,pourtant la métropole y paie au lieu de mettre le pognon dans l'alcool et les bagnoles,m'enfin

4.Posté par 1 question le 14/06/2015 19:09

Peut-on savoir le nom de l'heureux proprio ?

5.Posté par A l'identique? le 14/06/2015 19:59

La question que ne soulève pas réellement l'article est: pourquoi n'y a-t-il pas eu reconstruction à l'identique?

Ou plutôt pourquoi la mairie a accepté ce permis alors que soit disant elle a une politique volontariste de reconstruction à l'identique des cases créoles "protégées" par le PLU?

De même que la cas en face de la Cour d'appel, rue Juliette Dodu : à l'identique?

Sur Saint-Denis, elles partent les unes après les autres. Sauf sur la rue de Paris. Est-ce une bonne chose pour l'histoire locale et le tourisme?

6.Posté par Choupette le 14/06/2015 21:19

Gare si l'autre accède à la présidence de la Région.

Toutes les cases seront à l'identique de celles de la Grande île ... . Il n'a pas assez croqué.

Regardez l'état de la façade de l'hôtel de ville de Saint-Denis. Quelle image ! Lamentable.

Il n'en a RAF, finalement.

Et ça brigue le poste de président.

7.Posté par Daniel le 14/06/2015 21:56

la chasse au foncier sans pitié il on n'en rien a foutre du patrimoine

la magouille , juste a regardé le centre ville de St Denis

8.Posté par ashou le 14/06/2015 22:38

Merci pour ce rappel
Honte aux élus de st Denis

9.Posté par D FONTAINE le 15/06/2015 08:10

J espere que Mr Gauvin aura a coeur de denoncer les proprietaires qui ont racheté la Maison de Mr Huguot .
En effet cette maison superbe est laissée a l abandon et livrée aux squatts et graffitis divers et c est impardonnable de la part de propriétaires richissimes et sans etat d âme . Et qui plus est ce ne sont pas les fournitures qui manquent est ce pas?
Cette maison etait parfaitement habitable et ils auraient pu en faire une demeure de maitre, y habiter, la louer, non! Ils 'l ont volontairement laisse en total abandon.
Bien entendu, ce n est pas le seul immeuble qu ils possedent et qui tombe en ruines.
Le patrimoine c est aussi un visuel d ensemble, et voir tous ces bâtiments à l abandon est aussi miserable pour la Reunion.
Et la maison de la Reine, avec son guetali qui ne tient que par miracle, qu attendez vous pour travailler avec les proprietaires pour la remettre en etat?
Et tant d autres encore!
La mairie devrait les taxer fortement pour les obliger a tout remettre en état.

10.Posté par Zbob le 15/06/2015 10:29

Aucun homme (ou femme ) politique à la réunion, ne se préoccupe du patrimoine architectural , ils sont bien trop incultes et bien trop intéressés par le fric ( et ma foi, accorder un permis de démolir et de construire à une société immobilière appartenant à des copains , ça peut toujours rapporter gros)

11.Posté par caniardland le 15/06/2015 11:18

quelle architecture du patrimoine,on construit a tour de bras des logements sociaux pour caser des faignants nourris au rsa et au rivotril

12.Posté par francette le 15/06/2015 11:41

La mairie de Saint-Denis fonctionne avec un maire PS qui cède aux lobbies du bâtiment, aux copains.
J'ai l'impression que c'est quasi-général dans l'île et globalement tous les élus qui s'accrochent à leur poste ou en cherchent un deuxième, puis un troisième mandat pour dominer.
Quand vous regardez bien, certains ont fait de la politique toute leur vie. Ils perdaient un mandat, on leur re-proposait un autre ou ils s'imposaient. Il est vrai que pour certains, c'est "jackpot" tous les mois...
Dans tous les cas, je dis bravo à M Gauvin dans le combat qu'il mène pour défendre le patrimoine réunionnais..
Il faudrait une loi malheureusement pour limiter le cumul et le nombre de mandats.

13.Posté par notkiltir le 15/06/2015 13:41

Merci Mr Gauvin, continuez dans votre travail !
nous perdons notre patrimoine sous prétexte des termites, nécessités de logement,...et les prétextes n'en manquent pas. Dans certaines communes, nous pouvons compter sur les doigts de la main le nombre de maison créole (ex saint Leu, Saint gilles...) . Les entreprises , l'argent et les magouilles l'emportent sur la sauvegarde d'un patrimoine architectural. Les permis de construction d'immeubles sont accordés sans problème, car tout le monde y est gagnant! qu'importe si l'architecture est créolisée, elle ne remplacera pas la véritable maison créole d'antan, notre patrimoine.
Au lieu de se mobiliser pour des causes qui ne nous concernent pas et n'en valent pas la peine, Mobilisons nous pour sauver notre patrimoine architectural! dans quelques années , il nous restera heureusement quelques photos souvenirs pendant que certains se seront bien mis dans les poches....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter