Société

Des séminaires sur les nouvelles technologies de protection des tuit-tuits

Le Parc national et la SEOR (Société d'études ornithologiques de La Réunion) organisent des séminaires pendant trois jours à l'Université de La Réunion avec des spécialistes du monde entier. Le but: trouver des technologies innovantes et plus efficaces pour protéger les tuit-tuits de la menace des rats. Oiseau endémique de la Réunion, il n'existerait nulle part ailleurs que sur le massif de la Roche Écrite.


Des séminaires sur les nouvelles technologies de protection des tuit-tuits
"Les tuit-tuits produisent deux petits par an. Ce n'est pas énorme mais on constate une amélioration très encourageante depuis que les partenaires sont réellement impliqués", se réjouit Marc Salamolard, chargé de mission faune au Parc national. Pour poursuivre cette dynamique, des séminaires qui réunissent plus de 70 participants internationaux autour de la question de la protection des oiseaux et notamment notre tuit-tuit sont organisés cette semaine.

Sur la liste rouge des espèces menacées, le tuit-tuit n'avait aucune chance contre les rats qui s'attaquent aux oeufs, aux poussins et aux femelles qui couvent. "Il y a 10 ans, on ne comptait que 15 couples de tuit-tuit sur l'île, aujourd'hui on en suit 33, annonce-t-il. On parle de couple car ce sont des oiseaux fidèles entre eux et à leur lieu de naissance".

En 2010 naît donc le programme Life + Cap DOM qui vise à tester de nouvelles techniques d'études, de concertation et de gestion pour la conservation des espèces menacées en Martinique, en Guyane et à la Réunion, dont le tuit-tuit et le papangue. "Il s'agit pour le moment d'empoisonner les rats, en mettant du poison sous les nids des oiseaux. Mais nous aimerions mieux éviter l'empoissonnement occasionnel d'autres animaux et trouver des techniques de dératisation pour des zones plus larges", explique Marc Salamolard.

Des séminaires avec des spécialistes des trois îles, mais aussi des États-Unis et de Nouvelle Zélande, ont lieu cette semaine à l'Université de la Réunion dans ce but. Le programme Life+ Cap DOM, soutenue par la SEOR, le Parc national, la Région, le Département, la DEAL et l'ONF, sera opérationnel jusqu'en 2015.

Les 2 millions d'euros qu'a coûté le programme sont financés par l'Europe (à 50%), le ministère de l'Environnement, les collectivités et des institutions privées.
Mercredi 25 Septembre 2013 - 17:12
SH
Lu 588 fois




1.Posté par môvélang le 25/09/2013 20:57
2 millions d'euros pour 15 couple de tuit tuit en 10 ans, 2 millions d'euros pour moins de 2 couples supplémentaire de tuit tuit par an !
Va demander 10 000 € pour créer ton entreprise, ils vont se foutre de toi!

2.Posté par mazenbron le 25/09/2013 21:19
Un séminaire pour les tuit-tuits ?Ce n'est donc plus réservé aux corbeaux?:-))

3.Posté par Avant de critiquer... le 26/09/2013 08:40
Tellement simple de critiquer sans prendre les renseignements à la source :
http://www.lifecapdom.org/

4.Posté par keekoo le 26/09/2013 13:53
Avant de critiquer...
ah ah ah laisser moi rigoler c'est facile de de renvoyer vers votre site web pour démontrer mais la dessus il n'y a que vos bâtardes prouesse.
Montrer aux gens l’intérêt avec vos propres justifications, ils foncent tête baisser.
Mais la réalité en est tout autre s'il n'y avait pas les 8 millions par an verser pour le parc national il n'y aurait jamais eu de protection des tuit tuit.
Enfin si on peut appeler sa protéger !!! nous avons fourni la preuve que la campagne était un vrai désastre et que d'autres espèces on subi des pertes importante (papangue et tang), mais pour ces soit disant protecteurs : je cite et cela fut dit sur les ondes "les autres espèces ne sont que des dommages collatéraux".
nous avons voulu déposer plainte contre l'ONF et la SEOR mais ni la police ni la gendarmerie n'a voulu prendre en compte notre requête, tout ce que nous avons eu c'est une main courante.
Nous avons même interpeller le secrétaire de Mr Lurel en personne mais motus et bouche cousus.
Voyez vous pour protéger ces fameux tuit tuit ils mettent des tonnes de raticide dans nos forêts à raison de 2 à 4 fois par an (début de la campagne 6 mois avant la période de reproduction jusqu'à la fin de la période de l'envol des jeunes).
Depuis plusieurs années des campagne de DÉRATISATION MASSIVE se font dans nos forêts!!!!
Questions que devient nos nappes phréatiques et somme nous aussi considérer comme des dommages collatéraux.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales