Faits-divers

Des salariés sous surveillance chez EDF ? La CGT condamne l'attitude de la direction


Des salariés sous surveillance chez EDF ? La CGT condamne l'attitude de la direction
Une lettre anonyme est arrivée dans le courant du mois de mars sur le bureau de la CGT Réunion. Une lettre contenant une copie de mails faisant état d'une possible "mise sous surveillance" d'employés d'EDF à la Réunion dans le cadre de la construction de la ligne Haute Tension de Salazie.

Aussitôt informée et devant la gravité des faits retranscris dans ce mail, la CGT Réunion a décidé de déposer plainte contre X au commissariat de Malartic. Un mail émanant d'une officine privée, basée à Madagascar, et appartenant à une entité française de région parisienne. Le contenu est équivoque et détaille la procédure mise en place par cette société pour surveiller les salariés jusque dans leur propre boite mail, notamment celle d'un certain Xavier T. Selon les détails, tout porte à croire qu'il aurait pu fournir plusieurs informations sensibles à la presse sur la construction de la ligne HTA de Salazie. Pour autant, EDF aurait-elle cherché à espionner ses salariés ?

Cette accusation est fermement démentie par EDF Réunion dans un communiqué adressé aux médias dans la matinée. "EDF dément catégoriquement toutes ces déclarations et affirme que les valeurs de l’Entreprise à savoir respect de la personne, solidarité et service public sont en contradiction avec toutes les annonces faites mardi soir. EDF condamne fermement toutes les actions visant à attaquer l’image de l’Entreprise et à travers elle, ses agents. Elle apporte son soutien sans faille aux trois agents cités dans la lettre", explique l'entreprise.

Une prise de position qui n'est pas du goût de la CGT des Pays d'Outres Mer (POM) qui a décidé dans un communiqué, envoyé ce soir, de contre-attaquer tout en condamnant la position de la direction d'EDF Réunion dans ce dossier. "Il s’agit là d’accusations particulièrement graves et de faits inacceptables et pénalement répréhensibles s’ils étaient avérés. C’est pourquoi, devant cette situation, la CGT des Pays d’Outres Mer soutien les mesures prisent par la CGT Réunion et l’assure de sa totale solidarité pour d’abord assurer la protection des salariés et tenter de faire établir toute la lumière sur cette affaire. Elle condamne l’attitude de la direction du centre de la Réunion qui a de son côté choisie de réagir de manière brutale et infondée en cherchant uniquement à critiquer l’attitude des responsables du syndicat, paraissant ainsi ne pas prendre en compte la gravité de ces pratiques si elles s’avéraient exactes", explique la CGT POM

"Pour la CGT, une telle affaire mérite une toute autre attitude qui a pour but avant tout de vérifier ces informations et dans le cas où des pratiques illégales seraient avérées, de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour y mettre un terme. La liberté des agents comme celle de l’organisation syndicale est essentielle et doit être préservée. Les démarches et interventions de la CGT visent à garantir celle-ci en quelque lieu que se soit sur le périmètre des Pays d’Outres Mer", ajoute le communiqué.

Reste à savoir si les informations transmises anonymement à la CGT Réunion sont véridiques. Ce sera le travail de la police chargée d'enquêter sur cette affaire après le dépôt de plainte.
Mercredi 3 Avril 2013 - 18:37
.
Lu 1901 fois




1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 04/04/2013 01:39
BOF ! Dans la très spécifique Réunion, c’est pas grave…à partir du moment où les pouvoirs publics donnent l’exemple. Début 2009, j’ai été mise sous écoutes téléphoniques ; entre autres dispositions – plus incroyables les unes que les autres –, en ma qualité de danger pour l’« Ordre Public » en dénonçant la CONSTRUCTION ILLÉGALE, j’ai donc été écoutée. C’est la Réunion de tous les possibles, par la grâce des racailles qui nous « gouvernent », ICI, spécialement ICI.

2.Posté par Xavier Thevenin le 04/04/2013 06:39
" notamment celle d'un certain Xavier T. Selon les détails, tout porte à croire qu'il aurait pu fournir plusieurs informations sensibles à la presse sur la construction de la ligne HTA de Salazie. Pour autant, EDF aurait-elle cherché à espionner ses salariés ? "

Je suis le Xavier T. indiqué dans l'article , je représente une association A2E qui s'interresse a l'environnement et plus particulierement dans l'Est.
Depuis le début du projet de ligne a Salazie au pied du piton d'Anchaing dont nous avons eu connaissance par un courrier des lecteurs , nous nous sommes renseignés auprés des personnes concernées (riverains , mairie , EDF, parc national...) et avons lancés des alertes devant les dégats écologiques engendrés par ce projet.
Nous n'avons diffusés aucune information "sensible" car nous n'en avons jamais eu , les seules informations que nous avons transmis a la presse (sous notre nom) sont celles receuillies aprés enquete sur le terrain.
Nous n'avons aucun accés , ni aux informations d'EDF , ni a celles de la commune ou des entreprises travaillant sur ce projet .
Nous ne pensons pas devoir étre mélés a cette affaire d'espionnage mais il est possible que comme cela a été fait avec greenpeace EDF ai essayé de savoir qui nous sommes (ce qui en toute logique est légitime tant que des moyens illégaux ne sont pas utilisés).
Pour finir et faire suite a une info communiquée par un journaliste de zinfos en message privé , nous ne sommes ni membres du personnel d'EDF , ni du sous traitant qui réalise le chantier , ni opposant au maire de Salazie , nous ne sommes que des citoyens concernés et responsables qui entendent préserver l'environnement de leur île.

Xavier Thevenin - A2E

3.Posté par EDF pas au "courant" ! le 04/04/2013 09:55
Comme d'hab...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales