Société

Des résolutions dans la lutte contre les violences faites aux femmes

Réunis pendant trois jours au Conseil général, les pays membres de la COI et les Nations Unies ont travaillé en étroite collaboration avec le Conseil général de la Réunion pour la mise en place d'une plateforme nationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Plusieurs résolutions ont été adoptées.


Des résolutions dans la lutte contre les violences faites aux femmes
Pendant trois jours entre le 6 et le 8 juillet, les pays membres de la COI (Maurice, Madagascar, Les Comores, la France, les Seychelles) et les représentants des Nations-Unies ont mené des discussions autour d'une problématique qui touche des millions de femmes à travers le monde : les violences faites aux femmes.

Au terme de cette rencontre régionale au sein du Conseil général, plusieurs résolutions et recommandations ont été adoptées par les participants. Parmi les recommandations, la plus importante est la mise en place d'une plateforme nationale "c'est la priorité pour coordonner les actions et interventions relatives aux questions de violence", explique Marie-Thérèse Clair-Brault, chef commissaire adjointe et Commissaire de la femme et du développement de l'Enfant pour Rodrigues. Autre point, le renforcement de la stratégie de communication pour favoriser les échanges d'expériences entre les différents Etats.

Les représentants demandent également que les bailleurs de fonds s'investissent plus dans la lutte contre les violences, "un plaidoyer auprès d'eux est nécessaire pour la mobilisation de ressources afin d'avoir un appui technique et financier des Etats et des acteurs dans leurs actions de lutte contre la violence", souligne-t-elle.

Autre priorité, le développement d'un programme pour favoriser les échanges de bonnes pratiques d'actions spécifiques et ciblées, comme la création d'un site web ou "l'utilisation de sites comme Facebook et Twitter", souligne Nassimah Dindar, présidente du Conseil général. Toutes ces mesures devraient être suivies à travers un rapport périodique qui servira d'élément indicateur sur l'avancement de la lutte contre les violence dans les pays membres.

Le Conseil général a annoncé, par la voix de sa présidente, que pour aider la mise en place de cette plateforme, le Département souhaite doter un certain nombre d'associations de volontaires de progrès (environ une soixantaine) pour "aller travailler dans chaque pays de la COI en portant les outils et les moyens nécessaires" conclut Nassimah Dindar, une annonce accueillie très favorablement par les membres de la COI et les associations de lutte contre les violences présentes dans l'hémicycle.
Samedi 9 Juillet 2011 - 11:32
Lu 1508 fois




1.Posté par falcucci pascal le 09/07/2011 12:32



ILS FAUT AIDER SES FEMMES QUI SE FOND BATTRE !!!!!

PAS NORMAL ELLE ON LE DROIT A LA PAROLE ET PLUS

PASCAL FALCUCCI

2.Posté par noe974 le 09/07/2011 13:04
Par rapport aux hommes, les femmes sont deux fois plus souvent agressées physiquement au sein du ménage, et trois fois plus souvent victimes d’attouchements ou de rapports sexuels forcés à l’extérieur comme à l’intérieur du ménage. En revanche, elles sont moins souvent victimes d’agressions physiques à caractère non sexuel en dehors du ménage, et près de deux fois moins souvent victimes de vols avec violence. Les injures proférées contre les femmes ont la particularité d’être de nature sexiste une fois sur trois contre moins d’une fois sur vingt chez les hommes.

ça suffit ! les machos , au poteau !
Proposition : "La fessée aux hommes de mauvaise volonté !" et en public avec un bon "nerf de boeuf" ... ça corrige mieux que les remontrances , la geôle ...

3.Posté par TEGO le 09/07/2011 15:11
A la lecture de l'article de Julien Delarue , je dis il y a à boire et à manger mais quel homme n' épouserai pas cette action " la lutte contre les violences faites aux femmes " surtout que je suis un homme ayant de l' amour à sa mère déjà , sa fille qu'il chérie plus que tout etc ... etc ... Parfois je deviens prudent devant ces donzelles qui pour un oui , un non pensent que les hommes sont tous des salops . Là je dis stop quand l' homme se trouve devant la justice pour un divorce , les violences faites aux femmes la justice à la REUNION a tendance de mettre tous les hommes dans le même panier alors que chaque cas est différent , j'ose le dire quand vous êtes devant un juge des affaires familiales on un juge tout court c'est fou de constater la partialité de ce dernier sans compter l'incompétence des juges ici . J'aimerai que ces associations de lutte contre les violences n'oublient pas l' oeuvre de DIEU lui le créateur , l'homme quand il a un besoin pressent se tient debout pour faire pipi tandis que la femme elle ! Elle est 4 pattes . Alors quand je suis en face d' un juge femme je rentre en R E S I T A N C E parce que la justice depuis qq temps marche sur la tête dans la condition féminine , surtout quand un juge instruit uniquement à charge . L'affaire d' Outreau , le très petit juge fabrice burgot me restent en travers de la gorge . Voilà qui est dit !

4.Posté par Na le 09/07/2011 14:10
Et la violence au sein d un couple faite aux hommes? Certes une femme est plus fragile qu un homme ms certaines abusent de cette "fausse inferiorité" pr se defouler et profitent de leur statut de femme pr se proteger...
L homme ki se fait battre ne dira rien et ne ripostera pas de peur de faire du mal a l autre ki n attend ke ca pr enfin reprocher des choses a son mari...messieurs il n y a aucune honte, ce sont des faits qui ne sont passi rare mais mal connus...

5.Posté par bertel le 09/07/2011 18:17
La première violence faite aux femmes est de les considérer comme des sous-êtres. Nous voyons tous les jours, dans tous les médias, l'exposition des femmes consentantes qui acceptent d'être des produits faisant vendre.

La Femme est l'avenir de l'Homme... disait le poète. Alors que La Femme décide de ne plus subir mais de se révolter contre toutes les violences et les exploitations éhontées de ceux qui vendent du papier glacé !

Femmes ou Hommes, nous sommes tous des humains. Autant il est inadmissible qu'une femme soit exploitée, moins bien payée et soumise au harcèlement, autant il n'est pas concevable que les non-femmes le soient.

Bertel de Vacoa

6.Posté par sardina le 09/07/2011 19:32
3 jours de réunion pour aboutir à ça seulement ?
Je ne vois hélas aucune action concrète et efficace.

7.Posté par fiuman le 09/07/2011 20:34
bla bla bla bla bla et bla bla bla

8.Posté par cimendeffe le 10/07/2011 09:03
si on veut s'occuper des femmes maltraitées, il faut traitter la cause, ce sont les hommes qui vont mal et qui sont la source des violences, ce congrès n'est que du temps perdu pour voyager avec de vrais faux prétextes, aucune efficacité, aucune solutions, on tourne en rond et personne ne veu prendre le problème par le bon bout

9.Posté par falcucci pascal le 10/07/2011 13:35


ELLES ON RAISON SES DAMES

PASCAL FALCUCCI

10.Posté par papapio, ni macro, ni géniteur payeur le 10/07/2011 20:43
VOUS VOULEZ FAIRE CESSER 50% DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ??? Vraiment ?

ALORS FAITES RESPECTER LA PARITÉ ÉDUCATIVE DES ENFANTS POUR LES 50% DE COUPLES SÉPARÉS ET METTEZ FIN AU MASSACRE SOCIAL EDUCATIF ET JUDICIAIRE DES 90% D'ENFANTS ET PERES DANS LES JAFS ET CORRECTIONNELLE...

Enfin, si vous e^tes vraiment pour la Parité, bien sure... si le sort des Femmes n'est pas qu'un fond de commerce dans les Pouponnières de France de l'OUTREAU MÈRE...
N'est ce pas Huguette et Nassimah ??? y'a beaucoup a gagner hein ???

11.Posté par papapio, ni macro, ni géniteur payeur le 12/07/2011 19:15
"Didier ROBERT, un député de parole".... sgulpppp....
Un nouvel espoir pour tous les papas séparés de force de leurs enfants
Le Président SARKOZY saisi du massacre sociale et judiciaire des pères
http://www.zinfos974.com/Didier-ROBERT-un-depute-de-parole_a8812.html

*****************************************
Les chiffres des violences subies par les hommes
http://www.lespapas.com/Violence%20enceintement.htm
- Le taux de suicide des adolescents mâles continue de croître ;
- Le taux de suicides des adolescents " mâles " et celui des hommes est de 3 à 5 fois supérieur à celui des jeunes femmes et des femmes. ;
- La relation fusionnelle entre une mère et ses enfants est plus que probablement une des causes essentielles de la violence adolescente des jeunes garçons : le nombre de familles monoparentales n'a cessé de croître depuis 30 ans (multiplié par 5 au moins).
- Le taux de divorce est passé de 5 %, en 1890, à près de 60 % actuellement (si l'on tient compte des unions de faits et des couples recomposés) ;
- 65 % à 85 % des demandes de divorce sont faites par les femmes ;
- 72 % à 92 % (dépendant des pays) des enfants du divorce sont sous la garde exclusive des mères, souvent sans droit de visite de leur père ;
- Chaque augmentation de 1 % du taux de divorce est reliée à une augmentation de 0,3 % du suicide des hommes (le droit à se séparer n'est pas contestable, le devoir de tout perdre en tant qu'homme
- Escroquerie de la pension alimentaire, exclusion du père de la garde des enfants, etc.- est par contre une violation des droits humains élémentaires);
- La seule cause de suicide des hommes présente à tout âge est la " peine d'amour " ;
- Les fausses allégations de violences physique et sexuelle de la part des hommes sont en constante augmentation, pourtant aucun protocole scientifique et/ou objectif n'existe pour déterminer la véracité des accusations;
- La rumeur (un des modes d'expression de la violence féminine) n'est plus poursuivie par la société : elle devient presque la norme dans le langage judiciaire et politique !

*********************************************

POUR UNE VRAIE PARITÉ FEMMES HOMMES Y/C EDUCATIVE DE NOS ENFANTS OTAGES...
et pour que cessent les Incitations a la Violence des Hommes et Pères
par l'obstruction ignoble qu'ils subissent devant les services sociaux, au rectorat et aux TGI...

le reste c'est du fond de commerce fait des Femmes pour l'exportation des enfants réunionnais

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:03 Saint-Leu : L’opération 10.000 arbres lancée

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales