Société

Des professeures d'espagnol mutées en métropole alors que des postes sont à pourvoir à La Réunion


C’est un véritable serpent de mer. Comme tous les ans, plusieurs dizaines de candidats réunionnais réussissent avec brio le concours d’enseignant. Malgré la disponibilité de postes dans l’île dans certaines filières, certains d’entre eux sont mutés en métropole, comme Maria*, Ophélie* et Flora*.

Les trois futures enseignantes en espagnol ont déjà reçu leur académie d’affectation : deux d’entre elles seront affectées à Versailles et la dernière à Créteil.

Maria a déjà alerté le recteur, les syndicats, les ministres de l’Éducation nationale et des Outre-Mer et même le Président de la République de sa situation. Certains comme François Hollande m’ont répondu, d’autres non… "Le recteur a déclaré que cela n’était pas de son ressort", regrette la jeune femme:
 


Flora, de son côté, a tout d'abord eu comme affectation l’académie de La Réunion. Elle s'est ensuite retrouvée sur liste d'attente, une personne ayant eu les fameux points CIMM (centre d'intérêts moraux et matériels) qu’elle n’avait pas eus auparavant. Ophélie, pour sa part, a eu pour académie d'accueil celle de Créteil, alors qu'elle ne l'avait pas demandée lors de ses voeux.

Les trois jeunes enseignantes se "posent des questions" sur leurs mutations respectives. "Bien sûr, nous savions que c’était un concours national et que nous avions des chances de partir. Mais quand on regarde bien notre cas pour la filière espagnol, on se rend compte qu’il y a énormément de postes disponibles à l’académie de La Réunion", clament les trois professeures-stagiaires.

Ces dernières s’estiment "lésées" par rapport aux professeurs contractuels, "qui bénéficieront des postes disponibles dans l'académie de La Réunion". "Nous ne sommes pas contre les contractuels. Mais beaucoup d’entre eux qui ont passé le concours ont dans le même temps une situation familiale déjà établie et ont des points supplémentaires qui font qu’ils sont prioritaires par rapport à nous", poursuivent-elles.  

"On se dit autant ne pas être lauréates du concours et postuler en tant que contractuels"

Une situation qui n’est "pas équitable" pour les trois professeures d'espagnol. "Nous avons eu notre concours et quand on regarde, il ne nous sert à rien : l’académie va préférer embaucher des contractuels pour faire des économies. On se dit autant ne pas être lauréates du concours et postuler en tant que contractuels", déplorent-elles amèrement. D'autant plus qu'elles ne sont pas abonnées aux dérives qui biaisent les procédures d’affectation (faux Pacs, fausse boîte aux lettres ou encore fausses factures) .

Un statut de professeur contractuel que préfèrent "de nombreux enseignants" afin d’échapper à la mutation en métropole ou dans d’autres territoires ultramarins affirment-elles. "Certains d’entre nous disent qu’ils préfèrent cette situation et ne faire valider que leur master tout en restant contractuel pour être sûrs de rester à La Réunion. Nous connaissons le cas d’une collègue qui s’est pacsée avant la date limite et qui passe devant nous avec plus de 1 200 points CIMM (Centre des intérêts moraux et matériels, CIMM, le barème prévoit pour les DOM une bonification de 1000 points pour les personnels justifiant d’intérêts pour le territoire demandé s’il est en vœu 1, ndlr). Le concours devrait nous donner une certaine priorité par rapport à eux. Si l’académie est déficitaire aujourd’hui, pourquoi employer des contractuels si le déficit n’est pas comblé avec des professeurs titulaires ?", s’interrogent-elles encore.

"Conscientes" que leur démarche risque de provoquer de nombreuses critiques, les trois jeunes femmes assurent "ne pas être fermées d’esprit" et ne sont "pas contre un départ". "Nous sommes toutes les trois des enseignantes en langues étrangères et nous avons pris part à l’aventure Erasmus pour parfaire notre espagnol. Plus tard, nous aimerions participer à des programmes d’échanges. Mais lorsqu’on nous dit que l’académie est déficitaire en enseignants d’espagnol, on aimerait quand même qu’il y ait une certaine cohérence dans les propos et dans les actes. Le recteur, lui, on l’a fait revenir car c’est un Réunionnais", tiennent à rappeler Maria, Ophélie et Flora. 

Ces dernières attendent beaucoup de la commission qui se tiendra le 31 mars prochain en présence du recteur et qui étudiera leurs cas. Elles se tiennent prêtes "à se concerter sur de futures actions" à mener si leur situation n'évolue pas favorablement. "En attendant, nous devons quand même remplir des voeux jusqu’au 29 mars pour notre académie d’affectation. Les réponses définitives seront connues le 12 juin prochain, mais des recours sont encore possibles jusqu’à fin août. Ce n'est vraiment pas l'idéal pour préparer la prochaine rentrée", terminent-elles, inquiètes du sort qui leur sera réservé.

*noms d'emprunt
Vendredi 17 Mars 2017 - 16:40
SI
Lu 34858 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

97.Posté par René le 24/03/2017 18:59

Pour ceux qui pensent que l'on revient facilement ici, même avec parents ou conjoints, à mon avis vous ne connaissez pas beaucoup dans votre entourage qui sont là-bas. C'est assez difficile genre réunion et corse il faut un quota de points, évidemment les mr mme un tel passe avant tout le monde et vous ramassez le reste.
Je ne défends ni l'un ni l'autre, de toute façon comme j'ai dit avant peu importe réunionnais ou métro les fonctionnaires ici s'enrichissent grâce à superbe prime 'tabou'. Et n'allez pas faire vos pauvres malheureux, allez voir une infirmière en métropole combien elle touche.
L'argument, ben oui ici c'est cher faut bien que l'on puisse vivre. Et le privé ? faut bien qu'il vit et pourtant il bosse comme tout le monde mais n'a pas de prime endémique.
Que ce soit des personnes de ma famille ou d'autres je n'ai jamais été pour ce gros coup de pouce pour certains et pas pour d'autres, comme ne pas diviser la population avec ça...

96.Posté par René le 24/03/2017 18:53

envoye sat ici en métropole pour ramène sat en métropole ici. Après tout +35% prime vie chère, soleil, tantines, plages...
Rien de nouveau ça fait depuis plus de 20 ans que c'est comme ça ici, heureusement que ceux qui sont mutés vers la réunion avant leurs retraites ne bénéficient plus de la prime en sus. A l'époque beaucoup de profs. mutés venaient 3 ans avant celle-ci, pour pouvoir profiter d'un gros bonus sur leurs retraites et repartaient en métropole. Normal vu les prix de dingues pour pouvoir se nourrir...et c'est encore certains d'entre eux qui se plaignent alors que dans le privé ferme ta gueule et subit.

Prenez note : L'indicateur de salaire moyen à la réunion est évalué sur les instituteurs. Pour faire simple pourquoi tout est cher ? ben toute la magouille derrière (politique, commerces etc) sont en accords pour que ça se fasse ainsi. Un paquet yaourt qui coute une blinde (bouclier qualité pov là c'est de la poudre aux yeux), le commerce se base sur le salaire des instits, et comme ils ont +35% (voir plus) voilà pourquoi c'est encore plus cher. Ca se fait depuis belle-lurette et la réunion n'a plus besoin de cette fameuse prime qui nourrit le vice de beaucoup de branches dans le domaine publique. Elle servait peut-être à amener du peuple ici à l'époque de nos parents mais maintenant c'est plus le cas au contraire.

Mais bon comme retirer un tel avantage sans se faire lapider, ce ne sera pas la politique qui s'y mêlera ils en profitent largement.
Le seul point positif, c'est au moment de la retraite ou toutes ces primes pour beaucoup (hormis certains bras longs) s'envolent, et que les nouveaux retraités se retrouvent avec un train de vie de luxe mais un salaire coupé d'un tiers voir plus.
Là ils ouvrent les yeux et voient la difficultés d'une majorité réunionnaise à payer pour vivre, je ne parle pas de vacances ou fantaisies, juste ne pas être en dette.

95.Posté par li le 22/03/2017 19:40

@92
Ha ha. Trop bien. un balcon ente cause et cause.

94.Posté par Philippe le 21/03/2017 12:21

Qu'en pense Mme BAREIGTS, Ministre des Outres-mers ?

93.Posté par le 20/03/2017 10:19

Dispositif académique de reconversion professionnelle à destination des
personnels d'enseignement du second degré (détachement et changement de discipline),
d'éducation et d'orientation et des personnels enseignants du premier degré
(détachement) – Rentrée scolaire 2017

En annexe 1 à la circulaire concernant ce recrutement par détachement figure la discipline espagnol. Preuve en est que le rectorat entend bien recruter localement mais pas par le concours et que la discipline est bien déficitaire.

92.Posté par Pierre Balcon le 19/03/2017 15:55

à post 91

Ca y est 30 000 lecteurs pour cet article dérisoire et 50 "posteurs" excités , en enlevant les doubles comptes , qui s'ébattent et débattent pour savoir s'il est juste d'avoir du boulot quand 150 000 pointent à Pole Emploi
.
La preuve que le problème le plus important qui préoccupe les réunionnais en 2017 , avec un taux de chômage réel de 30% , c'est à quelle heure on sonne pour la soupe et où c'est y la cantine pour des fonctionnaires et des enseignants qui confondent bas et bât , la faute à ce paresseux correcteur d'orthographe .
J'en tremble pour nos enfants!

91.Posté par li le 19/03/2017 14:59

Chavez
Ce ne sont pas les métros qui paient le plus d impôt sur l île. Ils défiscalisent, s exonèrent à tout va parce que le système le permet.
Hormis pour les loisirs de pec pec, la grande majorité des métros ne font pas marcher l économie de l île. Ils la plombent ou font marcher l économie du reseau. Les plus gros achats ou investissements se font au pays loin là bas. Ici la grande majorité se contente de semer les miettes.
Hélas nous ne pouvons leur reprocher d aimer leur contrée d origine.
Le bas blesse quand des réunionnais agissent de même et estiment que la bas ils feront mieux sans savoir qu ils valident ainsi le concept méprisant de "la pauvre île d incompétents d illettrés et dépourvue d emploi d avenir de culture " ... des emplois une histoire un avenir il y en a.
La bas pour le plaisir l envie ...pas par obscurantisme.

90.Posté par chavez le 19/03/2017 13:25

84.Posté par l oeil//////aprés avoir "décortiqué" votre analyse qui n est , je pense né de votre esprit ! le simple fait de mentionner que la possession d un véhicule est une marque de richesse extérieure , marque déjà la faiblesse de cette analyse !!!!!!!! et vos propos ressemblent ds la situation actuelle a une tendance vers une segregation que beaucoup dénoncent ,

89.Posté par chavez le 19/03/2017 13:17

85.Posté par l oeil ****** et alors ? quelle serait la différence entre il y a entre ces périodes ? que feraient aujourd hui les réunnionais si ces metros n étaient pas là , où en serait le commerce , la construction , les impots tout l argent qu ils apportent sans compter l argent de la metropole !!! vous avez un raisonnement tres limite !!

88.Posté par cmoin le 19/03/2017 11:44

Que les métropolitains n'embauchent plus et vire tous les réunionnais qui travaillent ou étudient en métropole,comme ca ils seront heureux de la préférence local.

87.Posté par tectec le 19/03/2017 10:40

Le problème vient également du rectorat: Afin de continuer à mettre en place des postes de contractuels et vacataires, le recteur décide et ceci malgré le manque d'enseignants sur toutes les matières à mettre la Barre Haute. Effectivement c'est le recteur de l'Académie qui souhaitant faire des économies d'emploies, décide du nombre de points nécessaire à intégrer l'académie de La Réunion. En général malgré le manque, il faut minimum 1200 points pour y prétendre.
Du coup personne ou presque ne peut rentrer comme titulaire sur l'île ( à part ceux qui ont cumulés beaucoup de points par un éloignement familiale, long séjour en métropole, travail en ZNP...) et il embauche par la suite des contractuels et vacataires payer à coups de lance-pierres .. BRAVO l'égalité réelle et le Management Commercial de notre Pédagogie.

86.Posté par Le Jacobin le 19/03/2017 10:39

Il n y a que des donzelles qui passent des concours de la fonction public qui se plaignent de ne pas être affectées devant leur cari tang à la Réunion, nous avons des expatriés dans le monde entier dans le privé, simplement parce qu'ils ont choisies de se battre ailleurs et voir d'autre Horizon.

Pourquoi entrer dans la fonction public si vous ne voulez pas bouger votre FION? c'est le signe que vous cherchez la planque et non à apporter une valeur ajoutée à la société.

Un bon conseil, inscrivez vous chez pôle(emploi) et foutez nous la paix., c'était une erreur d'accepter votre candidature à un concours administratif vous venez de le réparer grand MERCI.

85.Posté par l oeil le 19/03/2017 09:32

En 1982, les métropolitains n'étaient que 21 000 et ne représentaient que 4,1 % des habitants de l'île ; en moins de trente ans, leur nombre a été multiplié par quatre!

84.Posté par l oeil le 19/03/2017 09:29

Fonctionnaires, cadres de grandes sociétés hexagonales, chefs d'entreprise, leur nombre ne cesse d'augmenter. Selon les chiffres de l'Insee fournis à L'Express, ils ne représentaient que 4,1 % de la population en 1982, contre 10,2 % aujourd'hui! Qui sont ces 80 000 zoreys?

Les zoreys monopolisent beaucoup de postes à responsabilités. Ils vivent souvent entre eux. Et comme leur séjour à La Réunion s'inscrit dans le court terme, ils sont peu enclins à faire des efforts pour s'intégrer." Lucette Labache, auteure d'une thèse en 1996 sur la "question de l'ethnicité à l'île de La Réunion", n'y va pas avec le dos de la cuillère. Clichés? Ou réalité d'une communauté à part, celle des métropolitains "immigrés" dans un département insulaire français, situé à 10 000 kilomètres de Paris?

Après des décennies de flou, il est aujourd'hui possible d'en savoir plus grâce à l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Officiellement, en France les statistiques ethniques sont interdites. Mais en croisant, pour L'Express, le critère "lieu de naissance" avec une série de données issues du dernier recensement de 2006, le bureau réunionnais des études et diffusion de l'Insee aboutit à d'étonnantes conclusions.

D'où vient le mot "Zorey"?
Les zoreys désignent les métropolitains qui habitent à La Réunion. L'origine du terme n'a jamais été clairement établie. Selon certains universitaires, le vocable "zorey" aurait été utilisé après l'envoi de Réunionnais à Madagascar durant la Première Guerre mondiale : les soldats blancs avaient les oreilles rouges... D'autres remontent au temps de la colonie, quand les chasseurs d'esclaves ramenaient les mains et les oreilles des fugitifs. Enfin, reste une interprétation moins sanglante : les colons, qui comprenaient mal le créole, avaient tendance à mettre la main à l'oreille et à faire répéter leur interlocuteur...

D'abord, le nombre. Le département compte plus de 80 000 zoreys aujourd'hui, c'est-à-dire "nés en métropole" et vivant à La Réunion selon la terminologie de l'institut. Soit 10,2 % de la population. Une minorité qui a considérablement augmenté. En 1982, les métropolitains n'étaient que 21 000 et ne représentaient que 4,1 % des habitants de l'île ; en moins de trente ans, leur nombre a été multiplié par quatre! "Les migrations ont surtout été importantes dans les années 1990, elles se tassent un peu depuis le début 2000", précise Claire Grangé, chef de la division documentation de l'Insee. Cela étant, 25 000 des 43 000 personnes installées à La Réunion depuis cinq ans sont des métros.

Qui sont ces zoreys? Plus jeunes que la moyenne du département (26,5 % ont entre 15 et 29 ans), ils débarquent dans la force de l'âge. Gilles, lui, avait 22 ans lorsqu'il est arrivé, en 1986. "J'ai effectué mon service militaire ici car j'avais rencontré une Réunionnaise en Alsace, se souvient ce professeur des écoles de Saint Louis. Ensuite, le côté "filles des îles" a un peu joué." Son ancienne épouse et sa compagne actuelle sont réunionnaises. "Souvent, quand un zorey entre dans une famille créole, c'est perçu comme une réussite. La fille se retrouve mariée avec l'autre monde", estime-t-il. D'où, parfois, des interrogations insidieuses : "Vit-elle avec lui par amour ou pour son statut social?"

Des surdiplômés

Autre élément, plus tangible: les zoreys sont surdiplômés: 41,7 % d'entre eux possèdent un diplôme de premier cycle universitaire ou supérieur, soit deux fois plus que la moyenne en France et cinq fois plus que l'ensemble des Réunionnais. Ceci expliquant cela, proportionnellement, on dénombre trois fois plus de chefs d'entreprise chez les zoreys que chez les Réunionnais, et six à sept fois plus de professions libérales et de cadres de la fonction publique et du privé.

Conséquence : leur niveau de vie est élevé, largement plus que la moyenne du département. Signes extérieurs de richesse, neuf métros sur dix possèdent au moins une voiture, contre 66 % de l'ensemble de la population réunionnaise ; de même, 30,5 % des zoreys vivent dans des habitations de plus de 100 mètres carrés (contre 17,9 % de Réunionnais). Tout en étant moins nombreux par domicile.

Famille Lacroix

83.Posté par l oeil le 19/03/2017 09:28

Existe-t-il une communauté zorey ?

J. A. Tout à fait. Ce n'est pas qu'une collection d'individus ; la communauté est bien réelle, fondée sur sa propre identité locale et dans un contexte créole. Les zoreys qui vivent ici ont adopté, plus ou moins selon les niveaux d'intégration, les moeurs réunionnaises: régime alimentaire, vêtement, langue...


A. S. M. Je suis plus réservé. Je n'ai pas l'impression que les choix de vie des zoreys, comme le fait par exemple d'habiter à Saint-Gilles, relèvent de décisions communautaires. Les motivations sont ici tout simplement climatiques ; elles peuvent être également liées à la question du pouvoir d'achat, dans les loisirs, ou à l'appartenance à telle ou telle classe sociale.

On parle bien de communauté zarabe ou malbaraise...

Pour Azzedine Si Moussa, maître de conférence en sciences de l'éducation, les métropolitains n'appartiennent qu'à une classe sociale au pouvoir d'achat plus élevé.
A. S. M. Ce sont des communautés instituées. Les zoreys ne sont pas structurés autour de symboles marquants comme la religion. On ne retrouve pas chez eux ces règles d'ouverture et de fermeture, propres aux communautés zarabe et malbaraise. Je pense aux rassemblements religieux musulmans ou hindous, où l'interaction est quasiment monoculturelle.

J. A. Je sens, malgré tout, un sentiment d'appartenance à une communauté. Tous reconnaissent une certaine solidarité : beaucoup s'entraident pour l'hébergement, le prêt des voitures, la garde des enfants... A rebours, les familles que j'ai rencontrées dénoncent ceux de leurs semblables qui ne se mélangeraient pas. Ils les dénomment "métros", associés aux chasseurs de prime de passage sur l'île, tandis qu'eux se considèrent comme des "zoreys" désireux de s'intégrer.

Les zoreys sont-ils bien acceptés ?

A. S. M. Il me semble qu'on voit moins de graffitis "Zorey deor" sur les murs; mais le débat est toujours présent dans les discours des politiques ou dans les forums des sites Internet. Il renvoie à la question de l'emploi et de la préférence régionale, voire - et c'est difficilement avouable dans une pseudo-société multiculturelle - à une certaine forme de racisme.

J. A. En ce qui concerne les zoreys, ils se sentent acceptés et célèbrent l'hospitalité des Réunionnais, qu'ils opposent aux relations conflictuelles entre les populations noire et blanche des Antilles françaises. Le regard des Réunionnais est plus complexe : je pense qu'il y a toujours un rejet latent des zoreys, assimilés aux fonctionnaires, dont on dénonce les avantages... Mais dont on voudrait aussi bien faire partie.

82.Posté par l oeil le 19/03/2017 09:27

Jojo le 18/03/2017 00:49
Beaucoup ici fantasment un peu trop sur le métro qui vient se la couler douce à la Réunion.

Alors pour cela, quelques petits rappels :

1) Tout les fonctionnaires touchent 55% de salaire en plus ici. Tous. D'où qu'ils viennent. Donc ça inclut les gens qui sont nés et ont passé toute leur vie à la Réunion

2) La majorité des fonctionnaires à la Réunion sont... nés à la Réunion. Donc la majorité des personnes qui touchent 55% de salaire en plus sont des gens qui sont nés à la Réunion. Oui oui, la femme qui fait les mots croisés au secrétariat de la mairie, elle touche 55% en plus par rapport au même emploi en métropole.)





VRAIMENT






81.Posté par Des gens racontent vraiment n'importe quoi... le 19/03/2017 09:13

@ 80 : "si t avais pas le systeme zoreil , t aurais pas d enseignant"

Lol la betise humaine dans toute sa splendeur, dans tous les pays du monde il y a des enseignants...


80.Posté par chavez le 19/03/2017 00:51

55.Posté par Toujours les memes débats stériles qui ne changeront rien au système zorey...******eho (...) !!! si t avais pas le systeme zoreil , t aurais pas d enseignant , mais toi t as la dessus pas de probleme le jour ou tu as été largué de tres haut sans parachute la tete a fait boummmm !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et là c est foutu tu ne t en remettras jamais !!!!!!!!!!!!!!!

79.Posté par chavez le 19/03/2017 00:47

61.Posté par Béné l***et non je me suis planté !! pas enseignant ou enseignante mais proche de l illetrisme ou de l analphabétisme ou autre chose !!! mais quoi ?

78.Posté par deneb le 18/03/2017 23:46

Vanille je suis d'accord avec tes propos, mais le hic moi aussi je suis parti suite à un concours de la poste en 1974 et j'ai quitté le poste en 1990 suite à un concours chez France télécom et mes fiches de vœux sont tombées à zéro et l'entreprise a été privatisée donc impossible d'y retourner et maintenant je suis en retraite depuis le 31/12/2016 à 61 ans après 41 ans de service, donc je dis s'il y a des postes de libre il faut que ces jeunes en jouissent; car ici le mec au bout de 5 ans maxi il est mutter dans sa région et il n'a qu'au maximum 800 km à faire pour dire bonjour à sa famille avec le TGV et les vols intérieurs c'est vite fait, en plus à la réunion on se plaint que dans les gros chantiers on embauche de la main-d'oeuvre européenne vue le taux de chômage à la réunion, il faut savoir ce que l'on veut!!

77.Posté par Zeb BULO le 18/03/2017 23:22

23.Posté par englishteacher le 17/03/2017 22:07
car ils ont un métropolitain devant eux, et que cet enfant s'exprime en créole
Un conseil, si vous avez la télévision chez vous, regardez de temps en temps les journaux télévisés, surtout ceux qui diffusent des reportages où des enfants s'expriment parce qu'ils participent à une manifestation quelle qu'elle soit, vous constaterez avec fierté, je l'espère qu'ils s'expriment pratiquement en bon "François", preuve que les enseignants endogènes et exogènes arrivent à faire leur boulot.
Et plus sérieusement, pas besoin de faire une école spécialisée pour comprendre le patois, faut quand même pas exagérer.

43.Posté par La vérité vraie... le 18/03/2017 11:27
Et bien dans ces cas là, on ne passe pas de concours national. Ce n'est pas plus compliqué que cela.

60.Posté par lecteur974 le 18/03/2017 17:01
Encore un gocho qui pense dur comme fer qu'il revient à l'État de créer de l'emploi. Va falloir suivre des cours d'économie à la fac de la Réunion, la lanterne rouge du classement des Universités, pour comprendre que ce sont les entreprises qui créent l'emploi. En espérant que les cours soient dispensés en créole.
161.000 profils et fiches de poste à créer pour embaucher tous les chômeurs de la Réunion ! Mdr !
La seule création de l'État en 5 ans, 1M de chômeurs en plus. Mdr !

D'où sortez-vous que plus de la moitié des réunionnais parlent uniquement le créole, ce qui en fait de loin la langue régionale la plus utilisée en France ? Mais alors, il faut recruter plus d'enseignants de métropole pour corriger cette erreur ! Et je comprends mieux pourquoi des entreprises préfèrent embaucher des salariés européens sur des chantiers à la Réunion. Les polonais, les portugais, les turcs bossent très, très bien. Mdr ! Cela me rappelle le fumeur de moquette qui grévait récemment sur un chantier de la NRL parce que les autres étaient plus que lui, lui qui devait acheter des vitamines pour aller travailler. Mdr !
Sauf que, les autres bossent pour des majors du BTP et lui probablement dans une TPE réunionnaise.

Pour l'aspect de la préférence d'embaucher des contractuels en lieu et place d'un titulaire, ce n'est pas le salaire qui est le nœud du problème. Un contractuel on peut le jeter comme un kleenex, un titulaire malheureusement pas.
s'acquitter d'un billet très coûteux pour se rendre à La Réunion
Vous aurez de meilleurs tarifs à prix cassé PAR/RUN que RUN/PAR. Il y a des tarifs appliqués en métropole que nous ne verrons jamais ici à la Réunion.

76.Posté par Jean le 18/03/2017 23:19 (depuis mobile)

Bon ! Arrêtez vos conneries. Je suis au collège. Les contractuels dans leur grande majorité ne sont pas métros mais bien de chez nous. Enfin je voulais dire de La Réunion. J''ajouterai également que pas plus de 15 % originaires de métropole .

75.Posté par li le 18/03/2017 23:19

Mais madame karine !

Si on met fin à ces règles à la con, tout le monde roucoulera.
La même règle pour toutes les académies
Soit y a un poste dans le secteur soit on va se faire des potes ailleurs.
Ainsi on pourra sérieusement se pencher sur cette surrem. Et le famous octroi de mer.
Et par la meme soulager l ensemble de la population
Et tout aussi important inciter enfin ces chers maires de notre dom à faire entrer des sous dans la commune pour la commune s il veut rester en poste . Vous verrez alors que le clientélisme politique fera pâle figure.
En attendant, tout est biaisé.

74.Posté par TICOQ le 18/03/2017 21:52

Tout le monde se renvoie la patate chaude, c'est bien normal. Ce qui l'est tout autant c'est les mutations hors département pour les nouveaux enseignants. Quand on sait que des dizaines d'autres, possédant le nombre de points nécessaires, demandent à rejoindre la Réunion depuis des années faute de postes libres, il est logique que les petits jeunes aillent s'endurcir en Ile de France et laissent la place aux plus anciens et méritants !

73.Posté par klod le 18/03/2017 21:48

tiens , il manque un L à simpiste , c'est con , hin ?

72.Posté par klod le 18/03/2017 21:47

hey , la simpiste Karine , et si les régles sont iniques ???????????? non ? dura lex sed lex , mai il y a des limites ...........

71.Posté par Karine le 18/03/2017 21:11

ça devient lassant de lire ce genre d'article....
Oui, il y a des postes à pourvoir sur l'académie, soumis aux critères de recrutement Nationaux !
Il faut arrêter avec ces histoires de priorité aux ultramarins ! Dans les autres académie, il n'y a pas de priorité pour les personnes originaire de la région ! Pourquoi ils auraient priorité sur des postes sur-rémunérés ? Tout le monde peut y prétendre.
Passez le concours de professeur des écoles, celui là vous maintient sur l'académie ou vous avez passé le concours. Pourquoi passer un concours national, si quand on l'obtient, on ne veut pas respecter les règles ?

Quand à ceux qui parlent de quitter : logement, conjoint, famille, enfants, il ne faut pas exagérer ! Les enfants suivent, quand au conjoint il peut suivre aussi ( il était au courant que son ou sa conjointe passé(e) un concours nationale avec risque de mutation, non ?), la famille ( Beaucoup de gens pour le travail s'éloignent de leur famille ( géographiquement ) c'est pas la fin du monde, il faut grandir un peu, Quand au logement, c'est n'importe quoi : soit c'est une location et du coup on stop le bail, soit on a acheté et bien on loue ou on revend.

70.Posté par deneb le 18/03/2017 20:30

Ceux qui critiquent ces enseignants de ne pas vouloir partir alors meme qu'il y a des postes sur place : c'est comme cela dans les gros chantiers à la Réunion , les ouvriers Européens viennent travailler chez vous , il ne faut pas pleurer après vu votre solidarité envers les autres . Si j'étais patron de ces grosses entreprises en bâtiments je n'embaucherais jamais les réunionnais ( CONS et heureux à la fois ) sur leur propre ile .

69.Posté par INDEPENDANCE !!! le 18/03/2017 20:07

L’INDÉPENDANCE pour notre île, voila ce qu'il faut ! Mais ce jour là, voudront ils encore rester sans la sur-rémunération qu'ils veulent en réalité !
Rester à la Réunion SANS sur-rémunération, pas sûr que cela les intéresseraient autant !
Comme toujours, ils veulent le beurre et l'argent du beurre, pourtant ils ne sont pas des crétins, ils savent bien qu'ils travaillent pour la nation et qu'ils sont susceptibles d'être mutés dans toute la France !
Ayez le courage de réclamer l'INDÉPENDANCE pour la Réunion bande d'hypocrites...

68.Posté par klod le 18/03/2017 19:34

li post 66 ............. t'as tout dit ................ mais bon , le bon sens , meme not super , hyper, recteur , n'y peut rien .....qu'il dit ?

67.Posté par Prof en metropole le 18/03/2017 19:07

Et il n'y a pas qu'en Espagnol où il y a des postes disponibles à la Réunion, il y a bien d'autres disciplines...

66.Posté par drogo le 18/03/2017 18:47

C'est du racisme a l'envers ... et de l'égoïsme de ces trois tantines oté les tantines !! y'a beaoup de reunionnaise qui veulent rentrer au pé! donc vous vous partez et les autres rentres ou la compri ?

65.Posté par li le 18/03/2017 18:05

Devise administrative: pourquoi faire simple quand on peut compliquer?

Oui,
S il y a de s postes de dispo ici,
Pourquoi ne pas recruter prioritairement ceux qui sont sur place justement
Et s il reste des postes vacants, chercher du côtés des souhaits d affectation ?
Idem pour toutes les académies !
Mais non, ca est trop simple . Chaque année, ils organisent une tombola aux règles attrape cons et touillent.

64.Posté par Prof le 18/03/2017 17:44 (depuis mobile)

Déplorable!!
Vous être reunionais?Aucune solidarité!
Laissons les autres prend les postes vacante et nos frère allez dans le froid face à des jeunes que le système français on abondoner avec aucun respect face àu adulte...
Nous lé même pa solidére

63.Posté par Oula le 18/03/2017 17:42

Priorité absolue pour les originaires, point barre ! Comme ça on arrête ces parlottes inter...minables.

62.Posté par klod le 18/03/2017 17:30

post 56 a t'il raison ? , est ce factuel ? en dehors des blablatistes à la" c'est comme ca et pas autrement" ?

61.Posté par Béné le 18/03/2017 17:28 (depuis mobile)

@chavez ou c'est un pti comique ! Alé marshé dont !
Allé passe concours si ou veut aussi le beur pess zoive ;)

60.Posté par lecteur974 le 18/03/2017 17:01

Le fait que ces stagiaires soient affectés en métropole est absolument inadmissible. L'administration française ne peut continuer à ignorer d'une manière aussi méprisante les réalités particulières des Départements d'Outre-Mer tenant tout d'abord à leur situation géographique à 10000 km de la métropole pour La Réunion (la situation d'un lorrain affecté en région parisienne n'a rien de comparable à celle d'un réunionnais qui vit cela et qui devra par exemple s'acquitter d'un billet très coûteux pour se rendre à La Réunion), mais aussi au contexte économique et social local (un taux de chômage aussi élevé et qui ne cesse de s'accroitre, touchant en particulier les jeunes, nécessite un minimum de solidarité national à travers la création davantage d'emplois sur place; il paraît évident que l'emploi des jeunes doit être une priorité de l'Etat dans les DOM, la responsabilité de l'Etat est totale dans ce domaine d'autant plus qu'il s'agit ici de la fonction publique ),ou encore tenant à notre identité culturelle et historique propre ( peut-on encore vouloir l'annihiler comme l'a pendant très longtemps recommandé la logique coloniale ? La prise en compte insuffisante du milieu créolophone est l'une des causes du taux d'échec scolaire à La Réunion ; plus de la moitié des réunionnais parlent uniquement le créole, ce qui en fait de loin la langue régionale la plus utilisée en France (à titre de comparaison en région bretagne, ils sont à peine 12% à parler le breton) ; plus largement, Il apparait clairement que l'identité culturelle est bien plus prononcée à la Réunion que dans les régions métropolitaines ).
L’égalité de traitement c’est aussi adapter les règles aux réalités d’un territoire, faire preuve du sens de l’équité. La constitution française édicte dans son article 73 que les lois et les règlements peuvent faire l’objet d’adaptations tenant aux caractéristiques et contraintes particulières des collectivités d’outre-mer.
Il ne s’agit pas de s’enfermer derrière le caractère national du concours : l'action administrative ne doit pas se couper de la réalité sociale, économique, culturel, géographique. Or nul ne peut contester que ces réalités sont particulières à la Réunion.
Dans une région insulaire située à des milliers de kilomètres de la métropole, où le taux de chômage, et en particulier le taux de chômage des jeunes diplômés sont monumentalement élevés, où l’on a un chômage de masse depuis 35 ans, l’Etat ne peut se permettre de favoriser la précarité de l’emploi en embauchant des contractuels pour couvrir les besoins de l’enseignement, et réaliser ainsi des économies de bouts de chandelle par le biais du différentiel de salaire dérisoire entre contractuels et titulaires (la précarité est déjà très importante à la Réunion où 8 offres d'emplois sur 10 proposées par l'ANPE est un contrat précaire).
SOYONS DONC LUCIDES.

59.Posté par PATRICK CEVENNES le 18/03/2017 16:44

fukcd473
19.Posté par Profanglais le 17/03/2017 20:52 (depuis mobile)
Prime de vie chère + soleil, plages et montagnes sous les tropiques. Pour rien au monde nous ne voudrions manquer cela. Elle est pas belle la vie sous les tropiks ! Mdr !

58.Posté par PATRICK CEVENNES le 18/03/2017 16:42

fukcd473
Plus sérieusement, elles devraient être heureuses ces néo-enseignantes d'être mutées en métropole. Elles seront à quelques encablures de l'Espagne pour améliorer leurs connaissances orales et écrites. Un plus quoi.

57.Posté par PATRICK CEVENNES le 18/03/2017 16:39

fukcd473
12.Posté par Pierre Balcon le 17/03/2017 18:48
En clair, si elle avait été franco-réunionnaise elle aurait pleurniché ? Ma fois, je me dis que vous avez bien raison à ce propos.

56.Posté par ya ka fo qu''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''on le 18/03/2017 16:21

Si ces demoiselles n'ont pas les points CIMM (centre des intérêts moraux et matériels) c'est qu'elles n'ont pas d'attaches particulières à la Réunion !

55.Posté par Toujours les memes débats stériles qui ne changeront rien au système zorey... le 18/03/2017 16:14

nou bone réynioné, nou coz un ta, nou di nou vé prof kreol réynioné, mé nou aime bone zeuro la gaule,
alors ko sa li vé bone réynioné?

allé marché don, le kreol li ve pa gagne son liberté et fer ce k bone mauricien la été kapab de fer...

nou lé une jolie région gaulois, sa lé la réunion.

den 50 ans à la réunion, a ce rythme néna pli de kreol, pli de kiltir réynionaise lé com a, mai non nora les euros qui vaudront plus rien car l'Europe va s effronder....

le kreol li pense court terme, li pense k bone gaule sera toujours un pays riche, mais lé pas vré sa té, la France lé un péi bientôt den le fenoir la misère...

54.Posté par what else le 18/03/2017 15:18

mettons les 53% à versailles ou créteil et tout le monde sera volontaire !!

53.Posté par @post 28 le 18/03/2017 15:17

Si les 1000 points des CIMM ne suffisent pas, c'est qu'un autre à aussi les mêmes points et en plus de l'ancienneté. Il est donc parti et cherche à revenir. Il doit donc être prioritaire par rapport à celui qui n'a pas d'ancienneté. Ce système est équitable, à condition que tout le monde respecte les règles. Mais comme toujours, il y en a toujours qui cherche à contourner les règles pour eux, tout en défendant l'application de ces mêmes règles pour les autres.
Le problème de ce genre de sujet (concernant l'éducation nationale), c'est que tout ceux qui ont eu des problèmes en tant qu'élèves donnent un avis tranché, sans connaitre la réalité du terrain. Un de mes amis appelle cela "la revanche des cancres".

52.Posté par 1portois le 18/03/2017 14:12

Le recteur a déclaré que cela n’était pas de son ressort": hahahaha voilà à quoi sert un recteur creole

Nommer des reunionnais à ce niveau de responsabilité est un gadget.
Bataillons pour que les petits fonctionnaires restent ou reviennent au pays. Ceux eux qui feront avancer et tourner l'économie.
Ensuite allons voir du coté des entreprises privées qui préférent regarder dehors plutôt que donner la chance au créole.

Pour finir de pierre balcon je ne retiens que les 3 dernières lettres de son nom.

51.Posté par chavez le 18/03/2017 14:05

31.Posté par Juju87 *****mais ..vous êtes des bêtes de foire !!!!! nous n en avons jamais douté, la science infuse , le mepris de ce qui ne fait partie du "cor" enseignant !!! le beurre, l argent du beurre est la crémière !!!! dure reflexion mais réalité de votre corporation , où qui n est de votre avis est banni !!!! et..je reste ds le correct

50.Posté par chavez le 18/03/2017 13:59

12.Posté par Béné***tient ....une enseignante

49.Posté par Daisy d'Herrata le 18/03/2017 10:47

Magnifique. Autant pour la "belle" image du multiculturalisme prétendument harmonieux de La Réunion: il ne faut pas grand chose pour que le racisme anti-zoreil refasse surface avec une vigueur qui à chaque fois me désole mais me surprend de moins en moins. Juste un mot pour ces née-profs: dans un an, ils auront 1000 points et priorité absolue pour revenir dans cette belle ile arc-en-ciel . Alors assez d'hypocrisie et de pleurnicheries: le niçois nommé en Moselle n'a pas cet avantage énorme et sa vie n'a rien de réjouissant, je vous assure.

48.Posté par Stagiaire mobile le 18/03/2017 13:07

Lorsqu'un système est injuste et inhumain, les citoyens ont le devoir de s'insurger, et de bouger pour que cela change. Que ceux qui sont contents de TOUT le système (fiscalité des entreprises, des ménages, réglementation routière, déréglementations des professions etc.) me jettent la première pierre. Osons poser les bonnes questions sur la mobilité des professeurs, il existe des solutions à construire sans pour autant rompre notre chère égalité entre les citoyens. Chaque situation personnelle est particulière, merci à ceux qui banalisent les drames de ne pas croire que leur vécu vaut pour tout le monde. Sachez également que tous les nouveaux entrants dans l'EN n'ont pas moins de 30 ans et n'ont pas forcément envie de gréver leur vie personnelle pour plusieurs années. D'autant plus qu'il y a des postes à La Réunion, et qu'être un bon enseignant ne se mesure pas forcément par un parcours de mobilité (non non, je connais de très bons PE)...D'autant qu'en début de carrière, cela ne contribue pas à bonifier la personne (galères, rancoeur, dépressions...). Regardez un peu les stats sur le bien être enseignants avant de croire qu'ils pleurent la bouche pleine. Le bon management dans la fonction publique, c'est aussi possible non?

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >