Société

Des moustiques stériles pour éviter les épidémies

La deuxième phase de la TIS (Technique de l'insecte stérile) a été présentée par l'IRD (Institut de recherche pour le développement) ce lundi à Saint-Denis. Après des essais en laboratoire depuis cinq ans, la deuxième phase sera lancée en 2015. Elle consiste à libérer des moustiques de sexe masculin stériles sur le territoire réunionnais et ainsi diminuer le nombre de femelles pour éviter une nouvelle épidémie.


Des moustiques stériles pour éviter les épidémies
La dengue, le paludisme, le chikungunya, le typhus, la fièvre jaune sont autant de maladies transmissibles à l'homme par les insectes. En milieu tropical, comme à La Réunion, les moustiques prolifèrent et peuvent entraîner des épidémies comme celle du chikungunya en 2006 qui a fait 270.000 malades. Le principal coupable est l'Aedes albopictus, ou moustique tigre.

C'est ce contre quoi se battent les scientifiques depuis des années, notamment avec la TIS (Technique de l'insecte stérile) portée par l'IRD depuis cinq ans. Après une première phase d'essai en laboratoire, il est aujourd'hui temps d'entamer la deuxième, sur le territoire réunionnais.

Il s'agit d'élever des moustiques de sexe masculin en masse et de les stériliser grâce à une irradiation aux rayons gamma. Ces derniers sont ensuite lâchés dans la nature en quantité 5 à 10 fois supérieure à celle des mâles sauvages. Ils s'accouplent par la suite avec les femelles, qui sont les seules à piquer l'homme. La femelle stocke le sperme dès son premier accouplement et le conserve toute sa vie.

Le but est donc de réduire le nombre de moustiques femelles dans la nature. "C'est un projet très ambitieux dont les perspectives sont encourageantes", affirme Pascale Chabanet, représentante de l'IRD Réunion.

"Le chikungunya était une prise de conscience douloureuse, explique Koussay Dellagi, directeur du CRVOI (Centre de recherche et de veille sur les maladies infectieuses émergentes). Nous en avons tiré trois leçons: il faut développer la lutte anti-vectorielle, organiser une veille pour repérer les premiers signaux et maintenir une pression sur la recherche".

Des moustiques stériles pour éviter les épidémies
90% des gîtes sont faciles à éliminer

Les scientifiques gardent un œil sur les habitudes des Réunionnais, à travers 900 zones de surveillance sur toute l'île. Leur travail est parfois "frustrant" car selon eux, les gîtes où les moustiques demeurent et se protègent, sont souvent créés par les êtres humains. 90% des gîtes seraient faciles à éliminer et les Réunionnais en seraient conscients, mais n'agissent pas pour autant. "Nous avons un volet "acceptabilité sociale" qui tient compte de la population, précise Laurence Pourchez, anthropologue à l'Université de La Réunion. Les gens ont accepté les opérations comme Kass Moustik mais il est important qu'ils acceptent ce nouveau projet également".

La TIS coûtera environ 2 millions d'euros, dont 30% a déjà été sécurisé. Koussay Dellagi précise que la ministère de la Santé s'est engagé et que le dossier doit être déposé auprès du FEDER.

Selon Didier Fontenille, directeur de recherche à l'IRD, le but de la TIS est de "diminuer le nombre de moustiques, leur longévité et leur contact avec l'homme, tout à la fois".
Lundi 23 Juin 2014 - 15:24
SH
Lu 1181 fois




1.Posté par Difficile le 23/06/2014 16:53
ça ne doit pas être facile de couper les choses aux moustiques mâles

2.Posté par Titi or not Titi le 23/06/2014 17:00
ird :

Pour la crise requin le scientifique qui s'occupe
de la pose d'émetteurs trackers a un Diplôme Bac +5

AGRONOME !!! Diplome ESITPA !!

J'espère que celui qui s'occupe des moustiques
a au moins un diplôme de Coiffure !!

Parce que la coupe Chik est a la mode a Paris !!

Infos :

https://m.facebook.com/antonin.blaison/timeline/story?ut=32&wstart=-2051193600&wend=2147483648&hash=10150107668862670&pagefilter=3


http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ésitpa

Nartrouv !!

3.Posté par Mausy le 23/06/2014 18:11
Le sexe des moustiques intéresse beaucoup de monde en ce moment ...

Un autre article sur le même sujet qui parle de "Sex Proteins" et de "seminal fluid"

www.chikungunya.net

4.Posté par noe le 23/06/2014 18:53
Je pense qu'il ne faut pas défier Dieu et l'ordre naturel des choses !
Ces insectes ont été sauvés par moi lors du Déluge et il faut les respecter !

5.Posté par Alain BLED le 23/06/2014 19:26
A mon avis Noe n'a pas été piqué que par des moustiques :))

6.Posté par Mouais !! le 23/06/2014 19:57
6 personnes, visblement payées à rien foutre pour nous annoncer une chose que l'on connait déjà depuis plus de 30 ans !!!

7.Posté par Gelanna une réunionnaise le 23/06/2014 22:28
Cette époque où la Chik sévissait chez nous, sur notre ile, ce fut une terrible épreuve pour nous quand meme, c'était affreux.Toutes ces personnes, ces bébés qui avaient beaucoup de symptomes comme la peau brulée, les douleurs dans les pieds, on n'a plus de nouvelles, ni sur la radio locale, ni dans aucuns médias , les dents qui se tordaient et tout, et tous ces reportages, ces personnes, ces enfants comment ils vont aujourd'hui ?
Il y a meme un psy qui racontait ses problèmes de santé, au jour le jour.
Ils ont gardé des symptomes ???

8.Posté par Fouille-Merde le 23/06/2014 22:58
après avoir voulu rendre stérile les goyaviers à la plaine des palmistes, maintenant ils s'attaquent aux moustique?!!!

On va castrer les moustiques?!! Et band goyaviers y gagne pas castré sa?!!

N'importe koué, tjrs un gaspillage l'argent, come pou réquin!!!!

9.Posté par zorbec le 24/06/2014 09:14
Tout cela est du grand foutage de gueule ! Au plus profond de "l'épidémie" du chikungunya, les "spécialistes" nous expliquaient que, puisque le virus était arrivé à La Réunion, notre île ne pourrait plus se débarrasser de la peste. C'était une annonce terrifiante. Or, 8 ans après, on se rend compte qu'il n'y a quasiment plus de rémanence du "chik". 270 000 cas à l'époque, zéro aujourd'hui ! Qu'est-ce à dire ? Que le virus s'est évaporé ? Que la lutte a été à 100% "efficace", alors que la "dengue" persiste ? En réalité, il n'y a pas loin à penser que les Réunionnais ont servi de "cobayes" en 2006 à une expérience de guerre bactériologique visant à étudier in situ, et sur un territoire restreint, les conséquences d'une épidémie "contrôlée" et "maîtrisée". Petit rappel historique : pendant la dernière guerre, les Japonais, précurseurs, avaient largué des millions de puces infectées de la peste sur la Chine. Des centaines de milliers de personnes sont mortes suite à cette attaque bactériologique...

10.Posté par AHAH le 24/06/2014 09:19
Bref il s'agit de moustiques OGM...résistant aux antibiotiques et pas aussi stériles que prévu...

Helen Wallace, directrice de GeneWatch, a précisé dans un communiqué de presse : « Il est impossible d’évaluer les risques sanitaires ou environnementaux si des informations importantes sont cachées au public. Ce document confidentiel révèle un défaut fondamental de la technologie d’Oxitec qui devrait donc arrêter ses expériences ».


source : http://www.infogm.org/International-Des-moustiques-OGM

11.Posté par antouine le 24/06/2014 12:51
Stériliser des millions de moustiques pour une éradication de masse : Ok
Buter qqs requins : pas Ok

Does size matter ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales