Société

Des milliers de poissons morts dans le lagon: Une bactérie à l'origine de l'hécatombe

On connait désormais le coupable, il se nomme Streptococcus iniae. Cette bactérie est à l'origine de l'hécatombe qui sévit sur les plages de l'Ouest de l'île depuis près de 15 jours où des milliers de poissons ont été retrouvés morts le long des côtes.

L'ARVAM (Agence pour la recherche et la valorisation marines) a diligenté des analyses. Elles ont permis de déterminer qu'il s'agissait d'une bactérie provoquant une septicémie chez le poisson. Un phénomène déjà connu à la Réunion, puisqu'au début des années 2000, puis en 2002, le même type d'épisode de mortalité massive avaient été observé sur les côtes Ouest de la Réunion.

Voici le communiqué de la Préfecture :


Des milliers de poissons morts dans le lagon: Une bactérie à l'origine de l'hécatombe
Dans le cadre du suivi du phénomène de mortalité de poissons observé depuis le 14 mars 2014 dans les eaux côtières de Saint-Paul, une réunion a été organisée à la sous-préfecture de Saint-Paul, ce 28 mars, avec les représentants des villes de Saint-Paul, de Trois-Bassins et de Saint-Leu, de la réserve nationale marine et des services de l’Etat - direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL), direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF), direction de la mer (DMSOI), centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) et agence régionale de santé (ARS) afin de faire un point de coordination des actions en cours et à mettre en place.

Des chiffres recensés, le taux de mortalité ne baisse pas et près de 83 espèces sont touchées par le phénomène qui s'étend, sur le plan géographique, sur plusieurs secteurs du littoral ouest.

Ce qui a été fait par l’agence régionale de santé – Océan Indien (ARS-OI)

En complément du contrôle sanitaire des eaux de baignade réalisé le 18 mars 2014, de nouveaux prélèvements ont été effectués le 27 mars 2014 : les résultats seront connus dans les tout prochains jours.

Dans le cadre de la veille sanitaire, une surveillance renforcée des infections cutanées chez l’homme a été mise en place avec les hôpitaux et les médecins libéraux : les premiers résultats ne mettent pas en évidence de recrudescence de ces infections en lien avec la fréquentation du lagon. Cette surveillance sera poursuivie.

Ce qui a été fait par la direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL)

Ce service a commandé des analyses :
sur la température du lagon,
sur la qualité des eaux,
sur les échantillons de poissons morts.

Concernant la température du lagon :

Dès le samedi 15 mars 2014, un enregistreur de température marine a été déployé par l'agence pour la recherche et la valorisation marines (ARVAM) au lieu-dit Toboggan afin d'y suivre l'évolution des températures.

Concernant les analyses physico-chimiques d'eau de mer :

Un prélèvement d'eau pour analyse physico-chimique a été réalisé le 20 mars par l'ARVAM. Les résultats seront comparés aux analyses physico-chimiques du réseau de surveillance des eaux côtières (sous maîtrise d'ouvrage de l'office de l'eau), pour lequel une série d’analyses a été réalisée dans la période du 19 au 24 mars 2014 sur l'ensemble des stations correspondantes autour de l’île.
Les résultats de la qualité des eaux marines seront connus progressivement d’ici début avril.

Concernant les analyses des échantillons de poissons morts :

Dès le samedi 15 mars 2014, des poissons moribonds ont été récoltés dans le lagon sur une durée d'une semaine par l'ARVAM afin d’atteindre le nombre nécessaire de prélèvements.

Ces individus qui présentaient des signes de maladie ont été préparés et conditionnés pour un envoi, par la DEAL, en métropole, dès le 25 mars. Les autopsies ont été réalisées en laboratoire et les résultats de ce 28 mars, identifient la présence d’un germe bactérien "Streptococcus iniae".

Quelle origine et quels symptômes du phénomène ?

Des pathologies similaires sont régulièrement signalées dans le monde tempéré et tropical. Ainsi, des mortalités massives de Siganus canaliculatus sont rapportées à Bahrein en 2011. En octobre 1999, une mortalité massive est signalée dans les récifs coralliens des Barbades, dans les Caraibes.

Au début des années 2000, puis en 2002, un phénomène de mortalité massive est survenu sur les côtes ouest de La Réunion. Pendant cet épisode, environ 70 espèces de poissons avaient été touchées sur une période de 2 mois et sur divers secteurs. Des espèces inféodées au lagon et en profondeur avaient été concernées. La même bactérie avait été alors identifiée : "Streptococcus iniae".

Ces bactéries causent des infections septicémiques chez les poissons. La contamination semble se faire par colonisation de la surface cutanée des poissons.

Extérieurement et lorsque le poisson est moribond (ou vient de mourir), les premiers signes d’aide à la décision pour diagnostiquer cette pathologie sont assez remarquables : une léthargie (nage «indolente»), une coloration foncée, des hémorragies au niveau de la base des nageoires pectorales (parfois une exophtalmie et une opacité cornéenne).

Intérieurement, les autopsies révèlent un ensemble de troubles qui témoignent d’une atteinte globale de l’homéostasie. La mort du poisson peut survenir en quelques jours. Il existerait une vulnérabilité distincte selon les espèces.

La présence de conditions environnementales « non optimales » pourraient contribuer à l’émergence de ces pathologies morbides, notamment : baisse du taux d'oxygène dans l'eau, niveau élevé en nutriments (azote, phosphore), température élevée.

Quelles conséquences pour la santé humaine ?

Les infections par "Streptococcus iniae" chez l’homme sont rares. Seuls quelques cas ont été recensés dans la littérature internationale. Le principal risque résulte de la manipulation de poissons infectés. Les lésions de la peau constituent un facteur de risque supplémentaire.

Conseils et recommandations :

Compte tenu de ces éléments, le Préfet de La Réunion recommande :
- de ne pas toucher à mains nues les poissons affaiblis ou morts et de ne pas les consommer ;
- de cuire longuement les poissons pêchés vivants le long des plages du littoral ouest ;
Vendredi 28 Mars 2014 - 17:55
Lu 10752 fois




1.Posté par l' idiot de la famille le 28/03/2014 18:04
Une bactérie ... je dirais même mieux ce virus Robert l'idiot !

2.Posté par Olivier le 28/03/2014 18:11 (depuis mobile)
Mais que fais la réserve marine?? Pour le prélèvement de quelques requins tous les écologistes s affolent, mais quand ya des millier de poissons morts on voit plus personnes.. Que fais sea Shepherd ?

3.Posté par Phénix974"..on ne nous dit pas tout!!" le 28/03/2014 18:19
Et si le crash du boeing malaisien dans nos eaux était à l'origine de cette catastrophe écologique. Imaginons-nous un instant tout ce qui peut (en dehors des corps) ressortir d'un tel accident, et être ramené par les grands courants!!Carburant, fluides, produits d'entretien, produits de toilette et d'esthétique, médicaments..etc..Outre ces possibilités, l'impact même sur l'eau d'un avion de cette taille doit avoir des effets très dévastateurs sur la faune et la flore!!Combien de tonnes de poissons de surface ont été percutés??

4.Posté par band cochon le 28/03/2014 18:30
Et elle est ou l'explication après plus de 2 semaines d'hécatombe ? d'ou viens l'origine du problème ?
1 mois pour avoir des résultats d'analyse !!! Prochaine pandémie mortelle pour l'homme, 1 mois pour avoir les premiers résultats ? on sera déjà tous mort. C'est marrant qu'on soit obliger d'envoyer les poissons en métropole pour analyse, y'a pas de labo a la Reunion ? Le responsable ? tourner vous vers la terre et regarder les teneur en Azote et en Nitrate dans les sols de l'ile vous trouverez peut être votre explication band d'incompétents !

5.Posté par Nono le 28/03/2014 19:11
La présence de conditions environnementales « non optimales » pourraient contribuer à l’émergence de ces pathologies morbides, notamment : baisse du taux d'oxygène dans l'eau, niveau élevé en nutriments (azote, phosphore), température élevée.

Qu'en termes galants ces choses la sont dites. Ne parlez pas de pollution, mais plutôt d'azote et de phosphore, c'est plus politiquement correct.

http://www.unep.org/geo/GEO3/french/480.htm

"En août 2001, plus de 3 000 tonnes de poissons, essentiellement des mulets, ont été trouvées morts. L'agent pathogène identifié, le Streptococcus iniae, pouvait se trouver dans des eaux usées ou des aliments pour poissons avariés. Ce même agent pathogène a été signalé à Bahreïn en 1999, lorsque s'est produite une hécatombe de rats de mer (chimères). L'élimination des marais iraquiens en tant que dispositif naturel d'épuration des eaux usées, l'apport continu de substances organiques provenant des activités de l'homme et l'aridité se sont conjugués pour mitonner une catastrophe, transformant le Golfe en un bouillon de culture pour les bactéries et la prolifération d'algues."

P.S. Une réserve naturelle en pleine zone de pollution, c'est quand même une petit peu une blague, non?

6.Posté par noe le 28/03/2014 20:00
C'est bizarre qu'une seule bactérie ait pu tuer autant de poissons !
Je n'en crois pas mes oreilles !

7.Posté par jean francois duquon le 28/03/2014 21:08
et oui, encore une foi on en revient à la fragilisation du milieu par la mauvaise qualité des eaux. thierry Robert porte une responsabilité directe malgré ses moulinets et ecran de fumée

8.Posté par Dada le 28/03/2014 21:15
On minimise toujours les rejets des stations d'épurations.

9.Posté par Corpus kristi le 28/03/2014 21:17
La faute à Bello !

10.Posté par Zoé le 28/03/2014 22:17
D'où l'importance de l'effort de la mise aux normes de nos unités de traitement des eaux usées (particulier "fosses sceptique" et station de traitement des eaux usées "collectivité").
Parce que les températures elle vont augmenter de 2 à 3 degrés pour nous dans les prochaines décennies. Au final si on ne fait rien on aura à la place de notre beau lagon des amas de rochers recouvert d'algues (puisque coraux morts) et plus du tout de poissons...
Un désastre pour tout les usagers, qu'ils soient badauds en baignades, touristes, pêcheurs à la gaulettes...si il n'y a plus de diversité écologique forcement c'est moins beau....

Élus politiques (surtout maires, qui viennent d'être élus), tirez les leçons de ces avertissements et faites un efforts dans le traitements de nos eaux rejetées. L'environnement n'est pas quelque chose avec lequel on peut jouer.
Pensez un peu à si l'on médiatisait tout ça en vous pointant du doigts, que vos efforts déjà insuffisants et condamné (ou mis en garde, c'est pareil) par l’Europe faisait encore parler de la Réunion de façon négative. Combien d'affaire de ce genre encore chez nous???
Réagissez bordel!

11.Posté par clown le 28/03/2014 22:20
"niveau élevé en nutriments (azote, phosphore)" ouais en termes choisis la merde déversée à la mer mais chut .... le préfet est obligé de baisser sa culotte devant toute la bande des politiciens locaux sur ordre. Le supérieur hiérarchique du préfet en tête qui balance ses eaux sales en complicité avec les surfeurs nouvelle génération qui eux s'en foutent du moment qu'ils surfent meme dans l'eau de merde

12.Posté par timagnol le 29/03/2014 06:53
Maintenant que l'on sais QUI a tué, il est urgent de savoir COMMENT et POURQUOI ! L'environnement marin pourtant déclaré bon par les services de l'Etat il y encore quelques jours (!) est il en cause ?: faible brassage des eaux, marées basses, températures élevées, nutriments humains ou agricoles (phosphates, nitrates...) ? Quoi qu'il en soit, c'est avec la crise requins un coup très sérieux pour notre île. Au fait, voit on ce zaffair là à Maurice ?

13.Posté par Dimitri ALAIN le 29/03/2014 10:26
virus irt accouplé a la région = fuite des touristes logiques non

14.Posté par domtom le 29/03/2014 10:56
Aujourd'hui encore : sur la plage de La Saline les bains de gros poissons morts : comme c'est triste !

15.Posté par Nomad le 29/03/2014 11:06
Pollution; Pollution Pollution!

Maudit soient ces réunionnais occidentalisés!
Jettes canettes et bouteilles par la fenetre de leur voiture, jettes toute le band produit toxique dans l'eau, ca roule en 4x4. Et vous roulez tout seul dans votre voiture! ( A quand le covoiturage?)
Route tamarins; bientot route littoral , que de retour de déchets qui vont se rabattre sur le lagon et les côtes réunionnaises.

Que dire de plus, à part que les nouvelles générations ne savent plus vivre proprement?

16.Posté par MARIE le 29/03/2014 12:12
Streptococcus iniae peut causer des infections opportunistes dans affaiblis ou immunodéprimés humains. [27] Il est le plus souvent associée à une bactériémie cellulite , mais a été connu pour causer l'endocardite , la méningite , ostéomyélite , et l'arthrite septique . [15] Les premiers cas reconnus d'infection humaine ont eu lieu dans le Texas en 1991 et en Ottawa en 1994, mais les sources d'infection n'ont pas été déterminées. [38] L'infection humaine par S. iniae a également été identifiée dans Toronto entre le 15 et 20 Décembre 1995, lorsque trois patients asiatiques ont été admis à l'hôpital à la cellulite de la main après se blesser lors de la manipulation du poisson cru. Tous trois ont été trouvés à avoir une bactériémie, d'abord attribué à Streptococcus uberis , mais plus tard correctement identifié comme S. iniae. [14] [26] En Février 1996, un Chinois a été admis au même hôpital avec une septicémie , une semaine après la préparation de toute une tilapia frais, et a également été diagnostiqué avec S. . bactériémie iniae [14] [26] Une enquête épidémiologique ultérieure trouvé d'autres cas dans la région de Toronto, pour un total de neuf patients; tous étaient d'origine asiatique et tous avaient manipulé du poisson cru (surtout de tilapia) avant de développer une infection. [14] D'autres cas ont été identifiés plus tard dans le Etats-Unis et ailleurs dans le Canada , et ont été depuis signalés en Asie ( Hong Kong , Taiwan et Singapour ). [15] [39] [40] origine asiatique est une tendance commune dans la majorité des cas humains envahissantes, mais on ne sait pas si cela est dû à des différences inhérentes à l'immunité ou à cause des différences culturelles dans la préparation de poissons qui se prêtent à une incidence plus élevée de l'infection

17.Posté par LeMakiMaské le 29/03/2014 13:38
J'y crois pas ! ou Anthologie de l'Idiocratie Ordinaire en France :

Dès le samedi 15 mars 2014, des poissons moribonds ont été récoltés dans le lagon sur une durée d'une semaine par l'ARVAM afin d’atteindre le nombre nécessaire de prélèvements.
Ces individus qui présentaient des signes de maladie ont été préparés et conditionnés pour un envoi, par la DEAL, en métropole, dès le 25 mars.

10 jours pour avoir "le nombre suffisant de prélèvements avant de commencer les analyses... ???

Au début des années 2000, puis en 2002, un phénomène de mortalité massive est survenu sur les côtes ouest de La Réunion. .../... La même bactérie avait été alors identifiée : "Streptococcus iniae".

Les services "scientifiques" de l'Etat, la Réserve Marine et le toutim qui virevolte autour, n'ont ils donc pas d'archives... ???

18.Posté par jason bourne le 29/03/2014 14:34
la plage surveillée de l'ermitage même nettoyée des cadavres de poissons !!


19.Posté par Un surfeur qui ramasse la m**** des autres ! le 29/03/2014 15:33
@ clown : va te faire... les surfeurs, sont ceux qui ramassent la m**** sur la plage, se sont ceux qui alertes et poussent des coups de gueules quand il y a des pollutions, se sont eux qui téléphonent à la CISE ou autre pour se renseigner qd ils aperçoivent des trainées dans l'eau... bref se sont eux qui surveillent la mer et si ils disent qu'il y a un problème de requins bouledogue c'est justement parce qu'il y a 10 ans les bouledogues dans l'ouest on est voyait jamais... donc oui il y a un gros pb dans l'eau, les surfeurs sont les premiers concernés puisqu'ils y sont souvent, se sont des observateurs et des sentinelles... alors au lieu de beugler comme un gros mouton que tu es ... fait plutôt comme eux, bouge ton c** et va ramasser la m**** sur les plages !!!! Marre de tout ce racisme nauséabond !

20.Posté par le réunionnais le 29/03/2014 15:44
la faute une bactérie, c'est bien plus simple; aucune personne physique en cause. Mais peut être une personne morale?
ile de la REUNION , une ile sans mer unique au monde!

21.Posté par PrincesseFraise le 29/03/2014 16:14
La Personne qui écrit sous le pseudonyme band cochon n'a strictement rien à voir avec nous, nous tenons à le préciser : nous ne faisons pas autant de fautes d'orthographe et surtout nous ne communiquons pas du tout de cette façon.
Il s'agit à nouveau et comme d'habitude d'une tentative pour nous discréditer.
Merci à Zinfos974 de nous publier
Cordialement,
Princesse Fraise

22.Posté par fifi le 29/03/2014 17:42
ou sont les ecologistes!? encore un signe que la réunion est trés trés sale non? il faut agir!

23.Posté par @ clown le 30/03/2014 11:32
t'a déja vu un surfer ds le lagon ???? tu es peut être infecté , fait gaffe, ou est ce ta haine du surfer qui te fais te faire des films ... dans la bouche de certains le surfer est devenue le Pharmacos St Paulois ....

24.Posté par BANDE FAUX CUL?? le 30/03/2014 12:20
merci a la DEAL et surtout au prefet qui cautionnent le tout a la mer.?? quand ce merdier sera au zenit tous ces RENEGATS seront hors departement..!!!

25.Posté par cordemoy le 30/03/2014 13:51
Pour 20 requins, le ban et l'arrière ban des pseudo techno-écolos de la DEAL, de l'IFREMER, de le réserve marine nous inondent d'infos, mais pour le vrai problème de la pollution (prolifération due aux atteintes chimiques de l'eau), circulez, y a rien a voir. "Tout va très bien, tout va très bien, ..." Pitoyable air connu.
Avec des nuls pareils, le préfet peut dormir sur ses deux oreilles; par contre pas touche aux bouts de coraux sur la plage (si les touristes s'en plaignent ), ça permet de maintenir la "dynamique de création de la plage ". Ah, qu'il est bon de se rassurer à moindre cout....."

26.Posté par LEONIDAS007 le 30/03/2014 16:00
Ouf, me voici soulagé et plein de reconnaissance envers cet excellent préfet qui a bien voulu nous dire ce qui a été fait, en aval de la découverte du phénomène, et admiratif face à tous ces services qui se sont empressés de se dédouaner devant les méfaits du méchant s.iniae. Et si tous ces braves gens n'ont pas lu ou consulté les ouvrages traitant du problème (Fuller, J. D., Bast, D. J., Nizet, V., Low, D. E.,de Azavedo, J. C (2001) Streptococcus iniae virulence is associated with a distinct genetic profile .
Infection and Immunity, 69, par exemple ), et ne savent donc pas que l'homme a sa responsabilité dans la prolifération de cette bactérie, ce n'est pas grave: les prochaines grandes marées nettoieront le lagon, n'est-ce pas?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales