La revue de presse National / International

Des extraits de discussions entre Mohamed Merah et des policiers diffusés

Dimanche 8 Juillet 2012 - 22:17

Des extraits de discussions entre Mohamed Merah et des policiers diffusés
Pour la première fois, des extraits audio des discussions entre Mohamed Merah et les policiers pendant les 32 heures du siège de son appartement toulousain ont été diffusés, dimanche 8 juillet.

L'émission de TF1 Sept à Huit a diffusé des bribes de conversations entre Merah et les policiers dans lesquelles le forcené affirme être prêt à poursuivre sa folie meurtrière, assure être en lien avec Al-Qaida et le grand banditisme, et explique comment il a trompé la vigilance de la DCRI qui le surveillait. TF1 assure détenir pas moins de quatre heures et demie de négociations entre la police et le tueur, abattu le 22 mars par une unité d'intervention. Le ministre de l'intérieur Manuel Valls regrette la diffusion de ces enregistrements "au moment même où la justice est saisie". "Aucune précaution n'a été prise pour respecter les familles des victimes. Il convient donc de s'interroger sur les moyens par lesquels le diffuseur a pu se procurer ledit enregistrement", dit-il.

Son plan pendant le siège. Les échanges commencent après le premier assaut des policiers, le 21 mars vers 3 heures du matin, lorsqu'ils sont accueillis par un feu nourri. "Je suis quelqu'un de déterminé, je n'ai pas fait ça pour me laisser faire attraper, t'as vu. Là, on négocie tu vois, on est en train de négocier, après, en dehors des négociations, n'oublie pas que j'ai les armes à la main, je sais ce qui va se passer, je sais comment vous opérez pour intervenir", dit-il au négociateur, selon cet enregistrement.

Il dit vouloir se rendre, éventuellement, mais "c'est flou". "Je connais le système français. Là je sais ce que je risque, je vais prendre la peine maximale, 30 ans de réclusion criminelle. Avec sûrement 22 ans de sûreté. Voilà, je peux me dire aussi que je n'ai rien à perdre. (...) Si je me rends, ça aura servi à quoi tout ce que j'ai fait ?".

 "Je sais que vous risquez de m'abattre, c'est un risque que je prends, poursuit-il. Donc voilà, sachez qu'en face de vous, vous avez un homme qui n'a pas peur de la mort, moi la mort, je l'aime comme vous, vous aimez la vie".

L'intégralité de l'article sur Le Monde.
Pierrot Dupuy
Lu 1003 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Juillet 2012 - 10:05 Laetitia Payet, "paupiette" à l’anglaise