Social

Des ex-salariés de l'ARAST très sollicités pour rejoindre les structures privées

Si les choses ne cessent de traîner en longueur en ce qui concerne l'indemnisation des salariés licenciés de l'ARAST, ceux à peine inscrits au Pole emploi, sont déjà très sollicités pour rejoindre les structures privées, pour un salaire bien inférieur à leur allocation chômage.


Des ex-salariés de l'ARAST très sollicités pour rejoindre les structures privées
Les travailleurs les plus modestes, ceux du service à la personne en font partie, ont un seul tort : leur situation précaire et leur modestie face aux machines que sont le Conseil général, l'AGS ou le Pole emploi. Un seul exemple et c'est un cas qui viendra sans doute sur la place publique.

C'est celle d'une ex-salariée de l'ARAST qui a découvert qu'elle avait reçu 6.000 euros d'indemnité. Sauf que cet argent n'a jamais été versé sur son compte. Lorsqu'elle est partie demander des explications, son interlocuteur que l'argent a bien été versé. Dépitée, découragée et au bout du désespoir, elle cherche à savoir qui a bénéficié de son argent. Une plainte sera sans doute déposée dans les jours qui viennent.

Il y a aussi le cas de cette autre salariée qui souhaite prendre un peu de recul par rapport à tout ce qui s'est passé. “Je reçois mon allocation chômage, maintenant je voudrai me reposer un peu, et prendre du recul par rapport à ce qui s'est passé. Mais, je n'aurais sans doute pas le temps”.

Cette mère de famille de trois enfants, “comme plusieurs de mes anciens collègues”, sont très sollicités par le Pole emploi pour rejoindre les structures privées “pour un revenu en dessous de mon allocation chômage”. Il est vrai que là le “travailler plus pour gagner plus de Nicolas Sarkozy”, est à revoir.

Ce sont parfois les structures privées qui s'adressent directement à ces ex-salariés de l'ARAST. L'adoption des statuts du GIP SAP mercredi lors de la Commission permanente du Conseil général, indique que toutes les missions de la collectivité locale, pourront bientôt être attribuées aux structures privées.

Souhaitons que cela ne fasse pas comme pour les 1,2 million d'euros qui “ont failli sortir en missouk pour Corbeille d'or”.
Samedi 20 Février 2010 - 15:47
Jismy Ramoudou
Lu 2450 fois




1.Posté par FRANCO le 20/02/2010 17:13
M. Ramoudou, pourriez vous, avec l'aide peut-être des organisations syndicales ayant vraiment la volonté de défendre les intérêts des ex-salariées de l'ARAST, mais aussi des ex-salariées elles-mêmes ( aide toi, le ciel t'aidera ) procéder à des investigations concernant les "structures privées" qui paraissent être des requins que l'appât des gains futurs semble affoler.

Lors de son dernier congrès en 2009, le PCR avait souligné les nombreux emplois que l'aide aux personnes pouvaient générer, mais qui dit "emplois" dit aussi "profits", surtout quand il s'agit d'argent public mal contrôlé, voire même pas du tout vraiment contrôlé comme la "déconfiture" de l'ARAST en est le plus flagrant exemple.

La tentative totalement illégale d'une modeste SARL très souvent citée, Korbey d'or", pour essayer "d'emprunter" en avance de trésorerie la somme rondelette de 1,2 millions €, n'amène -t-elle pas à se poser des questions sur ces "structures privées" en quête d'ex-salariées de l'ARAST ? Qui en sont les actionnaires ? Quels en seront les profits ? Quelles sont leurs solvabilités financières pour éviter de futures "carambouilles" comme il y en a tant eu avec l'âge d'or des formations professionnelles des gouvernements de gauche.

Merci M. Ramoudou, ou quiconque peut apporter un éclairage objectif et sincère par rapport à ce drame social qui malheureusement est fort loin d'être terminé. Qu'au moins il ne donne pas lieu à des "sur-accidents" sociaux ! Les ex-travailleuses de l'ARAST, leurs milliers de bénéficiaires à l'abandon ont assez souffert comme ça !

2.Posté par ex le 20/02/2010 17:41
C'est quoi cette histoire d'indemnités dans la poche de qq1 d'autre que son destinataire légal. Comment cette ex-salariée a eu cette information ? Je n'ose pas croire que ça puisse arriver. C'est à Maitre BADAT de fournir des explications à ce sujet, c'est son rôle.

3.Posté par le foué le 20/02/2010 19:03
Le pôle emploi qui sollicite des demandeurs d'emploi, extraordinaire ???????? Moi cela fait 13 mois que je suis sans travaille, j'ai du répondre à une petite centaine d'offre.... RIEN.... Ma compagne qui a été licencié en septembre dernier, toujours rien et elle, elle est aide à domicile avec 5 ans d'expérience.... Le dossier ARAST aussi pénible soit-il, ne doit pas mettre de coté le reste des demandeurs d'emplois...

4.Posté par moukate le 21/02/2010 11:05
eh ben oui ... çà continu !

"on" s'acharne sur les ex arast comme s'ils avaient la peste politique et qu'il fallait les éliminer sans conditions ...

et maintenant qu'on est en pleines "régionales" c'est plus la préoccupation première surtout depuis que l'ex leader des ex arast est devenue 4° colistière chez didier robert !

5.Posté par nimportequoi le 21/02/2010 15:42
Je reçois mon allocation chômage, maintenant je voudrai me reposer un peu, et prendre du recul par rapport à ce qui s'est passé. Mais, je n'aurais sans doute pas le temps”. t

Faut pas exagérer et je suis désolée même si si je m'attire les foudres des lecteurs.
Un demandeur d'emploi (même ancien de l'ARASt) qui perçoit des indemnités chômage de l'état c'est pour l'aider à trouver rapidement un travail. C'est pas pour prendre du recul ou des vacances.

Autre chose, elle fait quoi la personne dépendante ou la personne âgée pendant que l'ancien salarié de l'Arast , son auxiliaire de vie se repose un peu avec l'argent des contribuables????? Elle recrute une autre personne, et voilà comment on se retrouve sans boulot, juste à vouloir profiter du système.

Depuis le mois de novembre, certains prennent du recul et se repose alors que d'autres sont déjà au boulot !!!!!

Au moins 1/3 des anciens de l'ARAST sont déjà au boulot.

Concernant les salaires, donnez nous des chiffres ! Une taux horaire brut par exemple ! A croire que les anciens salariés étaient payés très cher.

Dernière petite choses, à ceux qui me diront que ces personnes ont cotisé !
Tout le monde cotise et on cotise de partout, même à l'assurance maladie et pourtant personne ne souhaite avoir une maladie grave pour profiter des cotisations !

Avec plus 1/4 de sa population au chômage, Il y a beaucoup de Réunionnais qui aimeraient être harcelés par le Pole Emploi pour un emploi.

HARCELÉ POUR UN TRAVAIL !!!!!!!!! Le monde marche sur la tête.

Aujourd'hui le combat doit se poursuivre et les salariés de l'ARAST doivent récupérer leurs indemnités de licenciement. Voilà où je trouve le juste combat.




6.Posté par Phoenixia le 22/02/2010 20:27
C'est scandaleux. Nombre de gens cherchent du travail, même ''mal payé''.
Certes ces gens se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain et ont du mal à se remettre émotionellement parlant mais à côté combien sont sur-diplômés, sous-diplômés et en grande difficulté pour assurer leur quotidien et une famille avec l'impossibilité de décrocher un job tout court??

Il faut voir la réalité en face! La crise économique a peut-être perdu de sa gravité mais elle est toujours là et lorsqu'on possède l'opportunité de s'en sortir et d'avoir un emploi, on la saisit même si c'est peu, ça vaut toujours mieux que rien.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales