Société

"Des efforts d’investigation à faire dans le domaine économique et financier"

Robert Gelli, Directeur des affaires criminelles et des grâces du ministère de la justice est en visite sur notre île et poursuivra à Mayotte à partir de jeudi. Il fait le point sur les raisons de sa venue.


"Des efforts d’investigation à faire dans le domaine économique et financier"
La direction des affaires criminelles et des grâces a la mission d’élaborer la loi en matière pénale, mener la coopération internationale et impulser la politique pénale définie par le garde des sceaux.
 
Le Directeur des affaires criminelles et des grâces entretient des relations avec les parquets. "J’essaie le plus possible de venir dans les juridictions, au plus près des magistrats pour savoir quels sont leurs problèmes, leurs préoccupations pour leur apporter des réponses et du soutient".
 
Robert Gelli apportera son attention sur plusieurs sujets, spécifiques à la Réunion et à Mayotte. "Il a des problématiques liées à l’usage de stupéfiants, de médicaments, mais également les violences et plus particulièrement les violences conjugales. À Mayotte, ce sera l’occasion d’aborder la question de l’immigration hors normes à laquelle est confrontée l’île et les modalités de la réponse judiciaire".
 
Des investigations en matière économique et financière
 
Le Directeur des affaires criminelles a également abordé des problématiques gérées au niveau national, mettant l’accent sur les "investigations en matière économique et financière".
 
"Il y a des efforts à faire en termes d’investigation dans le domaine économique et financier. C’est un vrai sujet qui est de nature à saper la confiance des citoyens dans leurs institutions. C’est un enjeu extrêmement important. C’est une priorité au niveau central, en collaboration avec le Parquet National financier" souligne Robert Gelli, qui annonce vouloir impulser plus de moyens pour avancer dans ce domaine en particulier.
 
Le représentant du ministère a trouvé "les conditions d’exercice correctes. Il y a de très bons résultats avec un taux et une diversification de réponses pénales de très bon niveau. Bien entendu, les effectifs sont restreints pour mener une politique forte pour faire face aux nombreux défis. Le Ministre de la Justice a annoncé une volonté forte en termes de budget et de recrutement."
Mercredi 22 Juin 2016 - 10:22
Laurence Gilibert
Lu 611 fois




1.Posté par Frigidaire le 22/06/2016 11:44
Voir article concernant RAVATE du 12 mai 2016. Il y a des groupes qui sont également en infraction au niveau de la concurrence mais qui sont encore au niveau du l'intouchable dans les DOM. Est-ce que la juridiction dans les DOM va t-elle ENFIN enquêter sur ces structures à multi tentacules ?

2.Posté par papangue le 22/06/2016 12:31
Comment faire confiance à des institutions qui ne savent pas infliger des peines dissuasives à des élus véreux.
L' état de droit s'applique uniquement aux plus petits.
Le constat est terrible si l'on veut aujourd'hui être à l'abri de toutes poursuites judiciaires , alors soyons des professionnels de la politique ou des gros zozos chef d'entreprise.

3.Posté par kld le 22/06/2016 14:36
"Il y a des efforts à faire en termes d’investigation dans le domaine économique et financier. C’est un vrai sujet qui est de nature à saper la confiance des citoyens dans leurs institutions"



les kits "citoyens" distribués aux enfants devraient d'abord l'être à certains zébus et autres "hauts" fonctionnaires ....après on en reparlera du respect des institutions ! la probité, mounoir , la probité ..................

4.Posté par Alceste le 22/06/2016 17:04
Ce Gelli-là, serait-il de la même famille que Lucio, celui de la Loge P2 ? Un cousin peut-être, auquel cas on comprendrait son souci en matière économique et financière… La Loge P2, celle qui bricolait avec la banque du Vatican, la maison mère des potes de Gunet avec l'Opus Dei, une belle histoire bien catholique et tout, avec des millions en cavale et des macchabées pendus sous les ponts pour la plus grande gloire de dieu et de la mafia. Rien de tel à La Réunion, terre de tous les cultes, où l'on blanchit en silence, les banques transformant en bon pognon européen des flux financiers qui nous viennent des quatre coins de l'océan Indien… Fut un temps il y avait même le mari d'uen sous-préfète dont c'était le taf… rien à voir avec les TAAF. Mais CHUT ! Il ne faut pas le dire et TRACFIN s'en fout carrément. Et ça ne risque pas de saper la confiance des citoyens dans les institutions puisqu'on a dit en hauy lieu que ça n'existait pas.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales