Faits-divers

Des amendes de 70.000 et 25.000 € requises contre la CCIR et la CISE

Le parquet de Saint-Denis a requis des amendes de 25.000 et 70.000 euros contre la CISE et la CCIR dans l'affaire de la pollution de la Rivière des pluies. Une pollution qui était intervenue à travers les rejets de la station d'épuration de l'aéroport où sont stockés les déchets provenant des toilettes des avions. De leur côté, les avocats de la défense ont plaidé la relaxe, selon Nicolas Goinard du Journal de l'île.


Des amendes de 70.000 et 25.000 € requises contre la CCIR et la CISE
En juin 2008, les agents de la brigade nature de l'océan Indien (BNOI) avaient eu la surprise de découvrir la présence de matières fécales dans les eaux de la Rivière des Pluies. Ce sont, en réalité, les eaux usées et les produits chimiques issus des avions stationnés sur le tarmac de l'aéroport qui avaient été déversés en raison d'un problème technique au niveau de la station de traitement, relate le Journal de l'Île de ce samedi.

Résultat, des problèmes cutanés en série chez les pêcheurs de Bichiques de la zone et des odeurs nauséabondes pour les promeneurs du littoral. Mais la vraie question posée au Tribunal correctionnel concernait bien la responsabilité de la CCIR et de la CISE dans cette affaire.

Pour Alain Rapady, avocat de la CCIR dans les colonnes du JIR, c'est "l'Etat qui a la charge de gérer cette station" livrée en 1973. Maître Fabrice Saubert, avocat de l'Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique des rivières du Nord (AAPPMARN), estime cependant que cette argumentation ne tient pas la route.
Toujours est-il que le procureur de la République a requis 70.000 euros d'amende pour la CCIR et 25.000 euros pour la CISE. La réponse est attendu lors du délibéré programmé au 4 décembre prochain.
Samedi 17 Octobre 2009 - 11:15
Ludovic Robert
Lu 1335 fois




1.Posté par Cambronne le 19/10/2009 09:06
En vérité il s'agit tout simplement d'une affaire de corruption dans une décontraction feutrée entre les marchant du temple et les vendeurs de tonneaux d'eau il est gentil le procureur lorsque l'on connait souvent les dessous des transactions ...
Dommage que cela ne passionne pas plus pourtant il y a vraiment un grave problème ...
c'est comique aussi alors que l'incompétence crasse domine à la tête de la CCIR incapable d'^tre un bon gestionnaire de ce machin qu'est devenu Gillot

2.Posté par joseph naminzo le 18/02/2011 11:20
bonjour , trés bien m.r les responsables pour cette gestion à " l' africaine " est ce le resultat de la cooperation ??? attention à la contamination !!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales