Economie

Des acteurs économiques de la Réunion ont rencontré et soumis leurs idées à George Pau Langevin


Le président de l'ADIR, en compagnie de celui de La Réunion économique, a échangé avec la ministre
Le président de l'ADIR, en compagnie de celui de La Réunion économique, a échangé avec la ministre
Installée il y a un mois rue Oudinot, la ministre des Outre-mer reprend les dossiers laissés par son prédécesseur, Victorin Lurel.

Ce lundi 12 mai, deux représentants du monde économique réunionnais ont été reçus par la ministre des DOM, George Pau-Langevin.

"Nous avons voulu faire remonter nos propositions au ministère", déclare Jérôme Isautier, le président de l'Association pour le Développement Industriel de la Réunion (ADIR). Il se rendait au ministère des Outre-mer avec Maurice Cérisola, président de La Réunion économique. Jérôme Isautier souligne que l'ancien ministre avait été "un bon défenseur pour l'outre-mer", mais espère désormais "qu'un nouveau souffle soit apporté au monde économique par le biais de l'entreprise mais aussi par celui des ménages", assure-t-il.

Les deux hommes ont partagé plusieurs pistes de réflexion au cours de cette réception de travail d'un peu plus d'une heure. Pêle-mêle, Jérôme Isautier a demandé à ce que les entreprises locales soient privilégiées dans la passation des marchés publics, que les entreprises locales bénéficient d'une aide à l'export vers les pays de la zone océan Indien comme cela est déjà possible vis-à-vis du frêt vers l'Europe.

La Réunion doit d'autant plus s'inscrire dans une ouverture aux pays de la zone qu'une mise ne cohérence entre le ministère des Affaires étrangères et celui des Outre-mer est attendu.

A l'avenir, il souhaite que le ministère des Affaires étrangères et celui des DOM se concertent à l'occasion de rendez-vous diplomatiques et économiques. Le chef d'entreprise parle à l'expérience : "il ne s'agit pas d'être prévenu qu'une semaine avant ce rendez-vous. Lorsque la diplomatie française visite un pays de la zone, nous devons, en tant que DOM, y être associé car nous avons l'avantage de la proximité", affiche Jérôme Isautier.

La partie relance de l'économie par les entreprises ne peut être envisagée, selon le représentant de l'ADIR, sans une action concomitante sur la partie consommation. La formule est connue : "relancer la consommation, c'est aussi relancer les carnets de commandes."

Des efforts doivent être faits à l'attention des ménages qui, finalement, par leurs actes d'achat, font que la relance devient possible. La mise en place d'un système de prêt bonifié par l'Etat demeure une piste de réflexion que les deux hommes ont soumis au ministère tout comme la volonté de Maurice Cérisola de voir émerger enfin une "politique ambitieuse de la mer" pour notre territoire.
Mardi 13 Mai 2014 - 07:09
LG
Lu 1240 fois




1.Posté par réaliste le 13/05/2014 09:09
Quelle representation peut avoir ces Mrs ISAUTIER et CERISOLA pour l'économie réunnionaise ?? un issu des affaires coloniales et l'autre eleveur de poules à la retraite ... Et c'est ceux là même qui se tienne la main depuis des dizaines d'années qu'on envoie suggérer leurs idées pour l'économie réunionnaise ? arrête un peu oté ....

2.Posté par DECODAGE le 13/05/2014 09:14
Quand on sait que monsieur ISAUTIER est candidat pour un important marché d'EDF on comprend pourquoi il se bat pour que les entreprises locales obtiennent des marchés.
C'est beau la défense de l'intérêt général.

3.Posté par David Asmodee le 13/05/2014 10:51
Alors le bilan ?
Ils ont bu du café ? Blue Mountain ou Bourbon Pointu.

On aimerait savoir.

4.Posté par jayce le 13/05/2014 12:56
Privilégié les entreprises locales en matière de marchés publics, n'est ce pas contraire au principe d'égalité et de transparence de la commande publique.

A moins d'insérer des clauses géographiques, mais sur quel critères ? Et le retour de bâton sera à l'export, qui si elle bénéficie d'aides, se verra à son tour, légitimement, imposer une barrière douanière non dite.

Le fond du problème c'est quoi ? on a pas assez de monopoles ici ? ou est on en manque de compétitivité ?

Bref.

Quitte à créer des richesses locales, pourquoi ne pas proposer à cette nouvelle ministre de développer l'industrie lourde en locale. genre Assembler en produits finit les automobiles : ça se vend bien ici. Et les exporter en direct from Reunion vers les voisins O.I dans un premier temps (plutôt que de faire de long trajets via l'U.E), pour voire comment rogner les prix sur les FDP et vendre plus, plutôt que de vendre pu, car trop chère.

5.Posté par Mango mango le 13/05/2014 13:46
Une idée, elle sait ce que c'est langevin ?

6.Posté par Rions ! le 13/05/2014 19:05
C'est quoi le délit d'initié ? Le savoir avant probablement .... Aux Antilles, ces gars là seraient des békés, ici des béker la clé . Ah le pétrole malgache pourrait mettre tout le monde au travail ..... et provoquer des départs salutaires

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales