Société

Des Saint-Paulois privés de propriété en raison du plan de prévention des risques ?

L’Association de Défense des Intérêts Patrimoniaux monte à la charge. Spécialisée dans le créneau de l'urbanisme, elle déverse aujourd'hui ses critiques acérées sur la Préfecture et son plan de prévention des risques qui priverait, selon l'association, nombre de Réunionnais de potentiels titres de propriété.


Des Saint-Paulois privés de propriété en raison du plan de prévention des risques ?
Le plan local d'urbanisme de Saint-Paul adopté le 27 septembre 2012 a donné beaucoup d'espoir à de nombreux citoyens qui pensaient "pouvoir construire une case", commente l'ADDIP. "Cet espoir est très vite déçu", précise l'association.

Un obstacle nouveau est sorti des cartons administratifs. Il s'agit  du plan de prévention des risques mouvement de terrain (PPRMT) élaboré par la Préfecture.

Si ce document constitue de "l’hébreu pour beaucoup de citoyens" selon l'ADDIP, l'association y voit un nouvel outil pour priver des propriétaires en puissance de terrains hérités de leur famille. "Nous voyons  bien à qui profite le crime !", lance, toujours aussi énergique, Michèle Graja, sa présidente. Elle interpelle : "Où et quand, sur le territoire saint-paulois, un mouvement de terrain aurait causé la mort d’un de ses concitoyens, et cela depuis que la Réunion est la Réunion ?", demande-t-elle.

"Nous réclamons l’application stricte du PLU"


Son  combat à compter de ce jour, elle l'envisage sans concession aucune vis-à-vis de l'Etat. Nous contestons le "porter à la connaissance du Préfet en date du 15 novembre 2012" du PLU de Saint-Paul car "nous estimons que le citoyen a été pris en otage, mal informé", affirme-t-elle, alors que le document d'urbanisme était déjà voté en septembre. "Nous réclamons l’application stricte du PLU", dit-elle, intransigeante.

L'ADDIP demande à ce que le rapport d’enquête dans lequel est stipulé que des terres sont classées en danger immédiat de mouvement soit  rendu public. Dans sa mobilisation, Michèle Graja englobe la députée-maire, Huguette Bello, qui se doit de "défendre les terres volées aux Réunionnais".

"Nous appelons toutes les personnes déjà averties de l’inconstructibilité de leurs parcelles au motif du PPRMT de contacter l’association et à se  rendre en mairie afin de vérifier que leurs terres ne sont pas à nouveau grevées par l'Etat", conclut-elle avant de promettre d’éventuelles actions  communes avec des propriétaires lésés.

-------
L’Association de Défense des Intérêts Patrimoniaux a désormais son site : addip.re
Vendredi 5 Juillet 2013 - 17:55
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2070 fois




1.Posté par MITHRA le 06/07/2013 06:00
...hier, La Plaine des Palmistes, des centaines d'hectares spoliées, aujourd'hui Saint Paul. Na in zour i apel domin!
Ni arvi.

2.Posté par palaxsa le 06/07/2013 09:40 (depuis mobile)
Tous pourris ses politiciens

3.Posté par timagnol le 06/07/2013 10:27
Encore une (des) victime(s) du principe de précaution sorti à tort et à travers. Si le BRGM et les BET alimentaires, complices incompétents de l'Etat pour tous ces PPRMT "parapluie", ont le moindre doute théorique, alors c'est zone rouge, sauf si vous avez les moyens de faire valider à vos frais une contre étude... A ce compte là mettons toute l'île en zone à risques sans oublier l'interdiction d'y vivre car le ciel peut nous tomber sur la tête ! Au fait, combien de morts dus aux mouvements de terrain recensés depuis 50 ans à La Réunion ? Que font donc nos élus grd'ki "coq-batay" ? MOIN LA PER MI DI A OU !

4.Posté par Aréquiom le 06/07/2013 11:42
néna certaines personnes (le port/la possession) i vien habite dans la commune st paul, nous la grandi st paul on a rien

5.Posté par Bertrand le 06/07/2013 20:42
Voleurs

6.Posté par papangue 974 le 07/07/2013 00:01
Bizar lo gran boutik la zone sin-pol lé pa si lo plan .... Ôté na bann gran moun la travay dir la tér sin-pol pou zot zordi lés bana vive trankil

7.Posté par terreau le 07/07/2013 06:55
Oui. s'il faut classer l certains endroit en zone a risque ; il faut mettre la reunion entiere dans ce cas.
de plus; qui afait ces etudes pour dire cela . On ne voit personne sur le terrain . Aucun ingenieur ; aucun technicien . Toutes ses etudes sont faites dans des bureaux . Aucune rencontre avec les habitants .Rien . et du jour au lendemain ; un terrain est mis en zone rouge .
Aucun sondage n'est fait sur le terrain ; Arrete prend do moune pour des couillons .

8.Posté par Lf le 07/07/2013 07:38
Oui des voleurs y'a pas d'autres mots... À force de continuer à tirer comme ça sur la corde, il vont finir par se faire éjecter pour de bon... Et le fn finira par passer, les gens seront fatigués du PS et de l'Ump!

9.Posté par samira le 03/10/2014 22:53
Monsieur Tak lui au moins soutient ses administrés. Tant dis ce qu a saint paul on avait une député maire qui na pas bougé son petit doigt. !!! Mon terrain aujourd'hui ne vaut plus rien du tout.

10.Posté par môvélang le 04/10/2014 01:01
il faudra bien compenser les 850 000 mètres carrés agricole achetés une misère que l’avocat suisse va faire déclasser par son ami sini et revendre à prix d'or!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales