Santé

Dengue: Plus de 160 cas, la Préfecture et l’ARS mobilisent les acteurs de la lutte anti-vectorielle


Le Préfet de La Réunion, Dominique Sorain, a réuni ce mercredi 11 mai 2016 l’ensemble des partenaires institutionnels concernés, dans le cadre du Groupement d’Intérêt Public - Lutte Anti-Vectorielle (GIP-LAV), afin de décider des actions à mettre en œuvre et d’identifier les moyens mobilisables pour éviter une épidémie de dengue dans notre département.

Au cours de la semaine dernière, 15 nouveaux cas autochtones ont été identifiés à la Réunion. Le virus de la dengue continue donc à circuler de manière active dans l’île. Au total, depuis la mise en évidence d’une circulation virale sur l’île fin 2015, 161 cas autochtones de dengue ont été identifiés.

La plupart des nouveaux cas habitent dans des communes où la circulation virale est active depuis plusieurs semaines (Saint-Louis, Saint-Leu et Saint-Pierre). Cependant, trois infections ont récemment été confirmées chez des patients résidant à Saint-Denis, aux Avirons et à la Possession. Les investigations sont en cours afin de déterminer si ces patients ont contracté le virus de la dengue dans une zone de circulation connue ou si la circulation du virus s’étend à de nouveaux secteurs.
 
Par conséquent, l'ARS Océan Indien maintient le niveau 2B du plan Orsec de lutte contre les arboviroses ("Intensification de la circulation virale autochtone et risque d'évolution vers une épidémie").

Suite à cette décision, les membres du GIP-LAV se sont réunis ce mercredi 11 mai, sous la présidence du Préfet et en présence du Directeur Général de l’ARS OI, pour faire le point en particulier sur :

- le bilan des actions menées depuis le début de la circulation du virus de la dengue fin 2015 ;

- les modalités du renforcement des actions de salubrité publique sur l’ensemble du territoire par une plus forte mobilisation des services techniques communaux et intercommunaux et des structures porteuses de contrats aidés ;

- la préparation à l’activation éventuelle de renforts supplémentaires en soutien des opérations de lutte anti-vectorielle sur le terrain en cas de passage en phase épidémique.

Depuis le début de l’identification d’une circulation du virus de la dengue fin 2015, le service de Lutte Anti-Vectorielle de l’ARS OI est fortement mobilisé et est intervenu quotidiennement et massivement dans les quartiers concernés pour contenir les zones de transmission. Des plans de mobilisation ont été définis en lien avec les acteurs locaux et notamment les communes, intercommunalités et associations afin de coordonner l’ensemble des interventions. Ces actions multi-partenariales ont contribué à limiter l’extension des zones de transmission. Toutefois, l’apparition de signalements hors de ces zones de circulation identifiée incite les membres du GIP-LAV à renforcer leurs actions et notamment :

 - la sensibilisation et la mobilisation  de la population réunionnaise pour qu’elle élimine plus régulièrement les gîtes larvaires et se protège des piqûres de moustiques dans les quartiers concernés,

- la lutte contre la prolifération des moustiques sur l’ensemble du territoire (nettoyage et entretien des espaces privés et publics y compris les ravines…)

- les opérations de nettoyage des quartiers concernés, suivies de la mise en œuvre de traitements insecticides dans les cours et les jardins en journée complétées par des pulvérisations nocturnes.

300 contrats aidés supplémentaires

Les membres du GIP-LAV se sont engagés au cours de cette séance à renforcer le dispositif de lutte anti-vectorielle actuellement en place, en mobilisant notamment dans les semaines à venir jusqu'à 300 contrats aidés supplémentaires dans les quartiers concernés et les ravines de l’île dont 100 immédiatement pour le nettoyage des ravines situées dans les zones de circulation virale.

Ces moyens supplémentaires permettront de démultiplier les actions d’élimination des gîtes larvaires dans les ravines et les quartiers alentours, que ce soit sur le domaine public ou dans les cours et jardins des particuliers, en priorité dans les zones de circulation du virus, puis progressivement sur l’ensemble du territoire. Ils permettront également de renforcer les actions de communication et de mobilisation sociale au plus près des habitants des quartiers concernés.

 
Mercredi 11 Mai 2016 - 16:57
Lu 1822 fois




1.Posté par Titi or not Titi le 11/05/2016 18:12
En 3 Mois , Je L'Ai Choppé 2x ! 😜👍
Pas Le Tps Ek Le Médecin ! 😜
Ca Compte ? 😄😄
Région Chaloupe / Le Plate ! 😜

ANouLa©®

2.Posté par ALEXANDRA le 11/05/2016 20:24
malgré mon appel téléphonique je n'ai rien vu venir !!!

3.Posté par ALEXANDRA le 11/05/2016 20:25
surtout quand on donne la localisation des nids à moustiques...rien !!!

4.Posté par ALEXANDRA le 11/05/2016 20:27
pas de chance ...un habitant du secteur a une rechute de chik ...mais toujours aucun nettoyage du secteur incriminé !!
crevez braves gens !!!

5.Posté par Louis Pariot le 11/05/2016 22:33
le 21 avr. 2012 Bandcochon alertait :
... Lors de la précédente crise du Chikungunya on avait dit "plus jamais ça" et pourtant... on recommence les mêmes erreurs...
https://youtu.be/h63tuh1h6d4?list=PLD0BCB8DE71D7FFC1

6.Posté par Mike le 12/05/2016 05:56 (depuis mobile)
Quant zot y voit d omoune jeté la zot merde dénonce prend sa au sérieux et si zot y voi dolo staguenan dans la cour enlevé, zerbe tro o devan zot attende pa le maire po ni tiré n''a point que l argent dans la vie n''a l esprit fraternel mette en prati

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales