Faits-divers

Défrichement illégal à Ste-Marie: L'audience renvoyée au 11 juillet


Défrichement illégal à Ste-Marie: L'audience renvoyée au 11 juillet
En février dernier, Bernard de Palmas, propriétaire terrien sur Sainte-Marie de 59 ans, avait été placé en garde à vue pour ne pas avoir respecté le code forestier en détruisant plus de 22 hectares de forêt dans les hauts de Sainte-Marie, dont une partie en plein coeur du Parc national. Une véritable saignée de 7 km de long sur 30 mètres de large en moyenne au sein de la forêt primaire.

L'affaire remonte au 5 octobre 2012, lorsque les techniciens de l'ONF et de la brigade de la nature océan Indien ont surpris l'exploitant agricole sur sa machine à chenille. Ce dernier avait défriché en toute impunité pendant des mois plusieurs hectares de forêt, causant une véritable "catastrophe écologique" pour l'ONF.

L'audience en correctionnelle de Saint-Denis se tenait cet après-midi. Une audience particulière car consacrée uniquement aux dossiers touchant l'environnement. "C'est la première fois à Saint-Denis qu'une telle audience se tient. D'autres se tiendront à date fixe", précise le président du tribunal. Mais dès le début de l'audience, les avocats de la défense et de la partie civile demandent un renvoi. Une demande acceptée par le tribunal et le procureur de la République. "C'est un dossier à enjeu", souligne Pierre Martello, procureur en charge des dossiers environnement.

Suite au renvoi du procès, le procureur a insisté sur la nécessité pour le tribunal de se rendre sur place et constater de visu les dégâts. "Il faut prendre l'ampleur et la mesure du défrichement. M. De Palmas parle de 6 mètres de large, mais la réalité est tout autre. Je rappelle également qu'entre 45 et 47 espèces végétales protégées ont été détruites", souligne-t-il. Une demande entendue par le tribunal qui procédera à une visite de terrain le 19 mars.

Quant au procès, il a été renvoyé au 11 juillet. A la sortie du tribunal correctionnel, Bernard de Palmas et son avocat n'ont pas voulu s'exprimer sur le fond de l'affaire. "Nous attendons la visite de terrain et l'audience technique qui se déroulera le 11 avril prochain", explique Me Didier Antelme, conseil de Bernard de Palmas.

Pour toutes ces atteintes au code de l'environnement, Bernard de Palmas risque gros. Il pourrait écoper jusqu'à deux ans de prison et plus de 190 millions d'euros d'amende.
Jeudi 14 Mars 2013 - 15:17
Lu 1905 fois




1.Posté par justedubonsens le 14/03/2013 14:31
Mais enfin avec tous ces hélicoptères qui nous tournent au-dessus de la tête tous les jours et notamment ceux de la Gendarmerie, personne n'a pu détecter une telle situation qu'après plusieurs mois ? Où étaient donc tous ces gens de l'ONF et des brigades environnementales pendant tout ce temps ? Et enfin pourquoi cet agriculteur s'est-il permis de ravager cet endroit sachant qu'il n'en n'avait aucun droit. Pouvait-il croire qu'il bénéficierait de la chose acquise ?

2.Posté par Défrichator le 14/03/2013 14:32
Rappel : Pour deux malheureux "pied bwa" coupés à l'aide d'une vulgaire tronçonneuse à Saint-Louis un "jeune" est parti en prison pour 1 an !
Que fera la justice pour cet autre type de délinquant devant le nombre d'hectares de forêt saccagées ?

3.Posté par falcucci pascal le 14/03/2013 14:46
VIVRE LA FRANCE ET VIVRE LA JUSTICE FRANCAISE

PASCAL FALUCCCI

4.Posté par Afrikaneer le 14/03/2013 15:08
Justice africaine ou bananière ? La question mérité d'être posée.

5.Posté par Ladi Lafé le 14/03/2013 15:28
il faut que le tribunal se rend sur place! un simple constat d'huissier n'a pas de valeur ?

qui est ce môssieur de palmas , est ce de la famille de palmas qu'on connaît bien ?

6.Posté par Zbob le 14/03/2013 17:18
C'est vrai que s'appeler De Palmas ,ça peut aider...alors qu'être un simple jeune crétin comme le St Louisien auquel il est fait allusion dans le post 2 c'est plutôt une circonstance aggravante ( je ne l'approuve pas non plus) .
Juste une petite remarque: depuis le temps que les journaux ont parlé de cela , photos aériennes à l'appui, la justice ( ou la police chargée de l'enquête , s'il y en a une)n'a pas eu le temps de se bouger le cul?

7.Posté par groblanc moka le 14/03/2013 18:12
comm boeuf moka, band de palmas i aret moka , dernier lieu lesclavaz

8.Posté par Bayoune le 14/03/2013 19:31
Je ne comprends pas quelque chose, le terrain appartiendrait bien à Mr de Palmas, il aurait donc défricher son terrain, que fait-on du droit de propriété, lé vré ka la Réniyon, lo réniyoné lé limité dann son drwa, il ne lui en reste pas beaucoup, à chaque fois, il voit ses droits se rogner sans qu'il puisse dire quelque chose. Je me demande, si demain, mwin noré ankor lo drwa dormir èk mon madame, san pèye inn taks, ou sinon sà clôturer ma cour pour les interdire aux chiens de tout espèce?

9.Posté par Jean bob le 15/03/2013 05:57
Faut arréter un peu avec zot commentaires... Le boug lé si son terrain et a cause un parc national li néna pi le droit fait rien!!.! Assez un peu avec zotz histoire gros blanc...lé trop facil

10.Posté par Goyave marron le 15/03/2013 04:54
Bin n'a war . Qui le plus fort !! L'argent ou le bois ?

11.Posté par un habitant de moka le 15/03/2013 10:43
ne pas connaitre les de palmas c'est ne pas connaitre l'histoire de l'ile... pour infos les hauts de l'endroit qu'il à défricher ne lui appartenais pas...

12.Posté par nezrond le 15/03/2013 12:51
S'il avait foutu le feu sur SA propriété, on n'aurait pas trouvé l'auteur,comme dab ,et il aurait pas été enquiquiné .

13.Posté par toujoursesclaveetsoumis@continuabusesuanou.re le 15/03/2013 23:05
la peine encouru équivaut a 150€ le m² (selon un autre site d'actualités web) , logiquement sa devrait signifier que les terrains classés en coeur de parc national ont cette valeur. Les propriétaires privés dont les terres classés en coeur de parc si ils sont dédommager a cette juste valeur, ne devraient, je pense, certainement pas être contre le projet du parc ....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales