Politique

Décrets carburants : La lettre ouverte des parlementaires ultra-marins à Victorin Lurel

Voici en intégralité la lettre ouverte de 21 parlementaires ultra-marins, dont six Réunionnais, à destination de Victorin Lurel, ministre des Outres mer, concernant les décrets carburants:


Décrets carburants : La lettre ouverte des parlementaires ultra-marins à Victorin Lurel
"Décrets carburants : Pour un débat de vérité

Depuis plusieurs mois, le Gouvernement travaille à la rédaction de nouveaux décrets règlementant le prix des carburants dans les Outre-Mer, conformément aux engagements du Président de la République. Aujourd’hui, nous assistons, d’une part, à une tentative de manipulation de l’opinion publique avec la diffusion de fausses informations et, d’autre part, à un chantage à l’emploi que nous ne pouvons accepter.
 
L’adoption de la loi "LUREL" en 2012 sur la régulation économique Outre-Mer avait ouvert la voie juridique pour une régulation des marchés de gros en situation de monopoles ou présentant des difficultés durables d’approvisionnement. Ces projets de décret concrétisent ces dispositions au service de la transparence des prix et des marges dans le domaine des carburants. Les consommateurs ultramarins pourront désormais connaître la réelle structuration des prix et des marges des carburants et du gaz.
 
Si par le passé, la droite a vainement tenté de réformer les formules de calculs de la formation des prix du carburant, elle ne s’est jamais attaquée au chantier de la transparence, les compagnies pétrolières continuant impunément à réaliser des marges excessives alors même que les prix étaient encadrés. Depuis des années, de nombreuses missions d’information menées par l’administration ou par les assemblées parlementaires sont entravées dans leurs investigations pour établir la transparence par l’opposition catégorique du secret commercial de la part les opérateurs pétroliers.
 
S’il est vrai que le secret commercial, souvent gage de la compétitivité de l’entreprise, est indispensable dans des marchés où la concurrence est bien réelle, celui-ci ne peut pas être légitimement invoqué lorsque l’on se situe dans le cadre d’un marché oligopolistique qui plus est règlementé par la puissance publique. 
 
Et lorsque les pétroliers disent qu’ils n’ont rien à cacher, nous leur répondons «chiche» ! Rendez publique votre comptabilité analytique, celle qui nous permettra de contrôler la véracité de tous les coûts !
 
Aujourd’hui, nous assistons à un lobbyisme agressif des pétroliers et, pour reprendre les propos du Président de l’Autorité de la concurrence, à une prise d’otage des gérants de stations-services, de leurs salariés et des consommateurs. Pourquoi cette mobilisation si, comme ils l’affirment, «ces projets de décrets sont des coquilles vides» ? Pourquoi certains pétroliers proposent des augmentations de primes de fin d’année si le mouvement de grève est largement suivi ? Pourquoi agitent-ils la menace d’une libéralisation et d’une augmentation des prix alors que les décrets règlementent davantage les marges et qu’ils permettront leur baisse ?
 
Les réponses sont simples : le Gouvernement s’attaque au noyau dur de ce monopole et les pétroliers, qui très certainement voient encore nos territoires comme des économies de comptoir, n’acceptent pas que leurs profits injustifiés - de l’ordre de 15 à 20 % chaque année - soient remis en cause en les limitant à 9% annuellement.
 
Les consommateurs ultramarins doivent savoir que dans nos territoires, en comparaison avec la situation en France hexagonale, les prix hors taxes des carburants sont supérieurs de 30 % et que si les prix à la pompe peuvent être peu ou prou identiques, c’est grâce à un niveau plus faible de la fiscalité locale.
 
Ces décrets n’entendent déstabiliser personne. Ils viennent remettre de l’ordre dans les règles du jeu au profit des consommateurs. Les gérants des stations-services ne doivent pas avoir de crainte et ne doivent pas se laisser instrumentaliser. Bien au contraire, ce sont des acteurs responsables et ils doivent saisir cette opportunité pour établir un juste rapport de force avec les pétroliers.
 
Les élus que nous sommes souhaitent que l’écoute et le dialogue nous permettent de sortir de cette situation au profit de l’intérêt général. La transparence des prix et des marges des carburants Outre-Mer dans un contexte règlementé est un droit pour le consommateur et un devoir pour les opérateurs. Ces deux objets ne sont pas contradictoires, ils participent ensemble à la lutte contre la vie chère.
 
Ibrahim ABOUBACAR, Député de Mayotte
Ericka BAREIGTS, Députée de La Réunion
Chantal BERTHELOT, Députée de Guyane
Ary CHALUS, Député de Guadeloupe
Karine CLEREAUX, Sénatrice de Saint-Pierre-et-Miquelon
Jacques CORNANO, Sénateur de Guadeloupe
Félix DESPLAN, Sénateur de Guadeloupe
Jean-Claude FRUTEAU, Président de la Délégation aux Outre-Mer, Député de La Réunion
Daniel GIBBES, Député de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin
Jacques GILLOT, Sénateur de Guadeloupe
Annick GIRARDIN, Députée de Saint-Pierre-et-Miquelon
Eric JALTON, Député de Guadeloupe
Patrick LEBRETON, Député de La Réunion
Thani MOHAMED SOILIHI, Sénateur de Mayotte
Monique ORPHE, Députée de La Réunion
Georges PATIENT, Président de l’Intergroupe parlementaire Outre-Mer, Sénateur de Guyane
Patrice TIROLIEN, Député européen
Boinali SAÏD, Député de Mayotte
Hélène VAINQUEUR-CHRISTOPHE, Députée de Guadeloupe
Michel VERGOZ, Sénateur de La Réunion
Jean-Jacques VLODY, Député de La Réunion"
Mardi 17 Décembre 2013 - 15:03
Lu 971 fois




1.Posté par severin le 17/12/2013 16:45
D'après les zinfos made in Paris,rouler en fioul a 0,85/089cts vous coûterez moins cher que le Gasoil.
Le seul inconvénient a faire,le changement du filtre a gasoil assez souvent,alors créole malgré tout économiquement ça rapporte.Pensez-y in yab des Yvelines

2.Posté par darky le 17/12/2013 20:00
que zinfos publie les contributions des organisations présentes au sein de la commission carburant de l'OPMR.. s'il peut y avoir accès..

la loi Lurel permet en effet un blocage des prix pendant 6 mois..pourquoi alors proposer une révision mensuelle comme c'est le cas actuellement ?

pendant des années, la SRPP a ponctionné de manière honteuse des surprofits..pourquoi ne pas inverser ce système sur un principe consistant à faire payer l'actionnaire et inverser le système de pompe à fric instauré ??

les salaires du privé n'augmentent que très peu..pourquoi ne pas limiter la hausse des prix du carburant au montant de l'inflation.. là encore, les surprofits serviront à couvrir les pertes.

les coûts d'approvisionnement sont mutualisés au niveau national, pourquoi les DOM en seraient exclus ?? pourquoi le principe de continuité économique ne joue t il pas, consistant à faire prendre en charge par la solidarité nationale ou par les comptes des entreprises concernées (Total, ...) une partie des coûts plutôt que par les seuls consommateurs réunionnais ???

cela est possible. c'est à l'Etat de jouer son rôle de régulateur et éventuellement d'inverser de manière temporaire, le sens de la pompe à fric telle que les pétroliers veulent l'imposer.

et ce qui est valable pour ce secteur, peut être aussi décliné sur d'autres secteurs (alimentation).

bref.. ils sont bien gentils nos élus..mais niveau proposition..C'est plutôt l'encéphalogramme plat.

3.Posté par filiere carburant DOM le 18/12/2013 14:54
Bonjour nous vous invitons à prendre connaissance des éléments d'inquiétudes des acteurs de la filière carburants dans les DOM sur le blog : www.carburantdom.com

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales